Chargement...
  1. Pour consulter le Webzine : https://www.libertaire.net/articles

Luttes vertes URGENT Besoin de soutien pour la ZAD du TESTET

Discussion dans 'Webzine - actualité des luttes et partage d'articles de presse' créé par rocher, 5 Septembre 2014.

  1. rocher
    Offline

    rocherNouveau membre

    4
    0
    4
    Juil 2014
    Salut à vous,

    Actuellement les militant.e.s sont en train de subir des coups, des gaze lacrymogène, des tirs de flash-ball car illes s'opposent au projet mégalo de barrage qui détruirait plus d 36ha de zone humide...

    [​IMG]

    [​IMG]

    D'ailleurs le déboisement à déjà commencé, les machines font leur travail de mort tandis que les politiciens se félicitent de l'avancée du projet...

    [​IMG]

    Faut absolument leurs foutre la pression le plus possible les copains copines sont exténuer trop peut de sommeil, trop de pression ,les grimpeurs sont en danger , ils abattent les arbres alentour sans ce soucier des occupant.e.s , au sol vol de matériels, violences, gazages, non respect des procédures ...
    Ne les laissons pas trinquer si facilement bien à l'abri dans leur bureau et faisons leur savoir ce que nous pensons d'elleux ! Ont a eu un petit coup de main des hackers d’AnonBloc il y a quelques jours que sa continue... mails, coup de tel HARCELER LES de toutes les manières possible et de partout .

    Voici la liste des institutions avec leur coordonnées si vous souhaitez filer un coup de main même si vous êtes loin ! A diffuser le plus largement possible !

    + d'infos sur :tantquilyauradesbouilles.wordpress.com

    https://tantquilyauradesbouilles.files.wordpress.com/2014/09/sivens-gazee.jpg
    Préfecture du Tarn
    Préfecture d’Albi
    Place de la Préfecture
    81013 Albi
    France
    +33 5 63 45 61 61

    http://www.tarn.gouv.fr/

    préfet : Thierry Gentilhomme



    DREAL Midi-Pyrénées

    Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement, Midi-Pyrénées
    Cité administrative Bât. G
    1 rue de la cité administrative
    CS 80002
    31074 Toulouse Cedex 9

    tél. accueil : 05 61 58 50 00

    Site : www.midi-pyrenees.developpement-durable.gouv.fr
    contact : courrier.dreal-midi-pyrenees@developpement-durable.gouv.fr

    Conseil Général du Tarn

    adresse : Hôtel du Département – Lices Georges Pompidou – 81 013 Albi Cedex 9

    tél. : 05 63 45 64 64

    site : http://www.tarn.fr

    mail : contact@tarn.fr

    Président Thierry Carcenac : thierry.carcenac@tarn.fr

    Pour écrire à votre conseiller, prénom.nom@tarn.fr.

    Si vous n’êtes pas du coin, vous pouvez insister sur André Cabot (andre.cabot@tarn.fr) et Maryline LHERM (maryline.lherm@tarn.fr). Ou encore téléphoner au Conseil Général !

    Direction de l’eau et de l’environnement : 05 63 48 68 42

    Responsable du Service Eau et en charge du dossier : Stéphane Mathieu stephane.mathieu@tarn.fr

    Pôle Zones Humides :

    adresse : Hôtel du Département

    Direction de l’Environnement

    Lices G. POMPIDOU

    81013 ALBI Cedex 9

    tél : 05 63 48 68 51

    fax: 05 63 48 68 39

    site : http://zones-humides.tarn.fr

    mail : polezh81(at)cg81.fr



    DDT Direction départementale des territoires
    adresse : 19 Rue de Ciron
    81000 Albi
    France
    tél : +33 5 81 27 50 01

    Conseil Général du Tarn et Garonne

    Conseil Général de Tarn-et-Garonne

    100 Boulevard Hubert Gouze BP 78382013 Montauban cedex

    Tél.: 05.63.91.82.00

    Fax.: 05.63.03.28.52

    site : http://www.ledepartement.fr/

    courrier@cg82.fr

    Agence de l’Eau Adour Garonne

    site : http://www.eau-adour-garonne.fr

    90 rue de Férétra – CS 87801 – 31078 Toulouse Cedex 4

    Tel : 05.61.36.37.38
    Fax : 05.61.36.37.28

    Compagnie d’Aménagement des Coteaux de Gascogne

    site : http://www.cacg.fr

    Antenne de Toulouse-Auzeville

    adresse : 24 chemin de Borde Rouge
    31 320 Auzeville-Tolosane
    tél. : +33(0)5 62 19 34 34
    fax. : +33(0)5 62 19 34 35

    adresse siège social :

    Chemin de Lalette – CS 50449
    65004 TARBES Cedex

    tél : 05 62 51 71

    Gendarmerie Nationale caserne courrège

    groupement III-2 de gendarmerie mobile – 202 av Jean Rieux, 31500 TOULOUSE

    Gendarmeries :
    Brigade territoriale de proximité de gendarmerie de Lisle-sur-Tarn

    Avenue du Griffoulet
    81310 Lisle-sur-Tarn
    Contacts

    Téléphone :

    +33 5 63 33 68 30

    Courriel :

    cob.rabastens [ à ] gendarmerie.interieur.gouv.fr
    Brigade territoriale de proximité de gendarmerie de Gaillac

    62, avenue Jean Calvet
    81600 Gaillac

    Téléphone :

    +33 5 63 57 73 00

    Télécopie :

    +33 5 63 57 73 10

    Courriel :

    cob.gaillac [ à ] gendarmerie.interieur.gouv.fr
    Brigade territoriale de proximité de gendarmerie de Castelnau-de-Montmiral

    Rue Lafayette
    81140 Castelnau-de-Montmiral

    Téléphone :

    +33 5 63 33 68 25

    Télécopie :

    +33 5 63 33 68 29

    Courriel :

    cob.cordes-sur-ciel [ à ] gendarmerie.interieur.gouv.fr

    CAPITAL

    SEBSO

    http://www.sebso.com

    Rue du Président Sagarat
    31800 SAINT-GAUDENS
    Directeur : M. Jean Sionniau
    SEBSO, lotissement SELLAQ, 31 800 St Gaudens , 05 61 94 76 00

    Responsable Mr Blanchard ( directeur ) , chef de chantier Mr Guilbert Florent 06 74 00 78 56 .
    Vous pouvez appeller notamment les responsables intervenants dans le 81 (Tarn), 31 (Haute Garonne) et 82 (Tarn et Garonne).

    AVERSENC Claude

    Sous -traitant pour la coupe des pins de l’ONF Un de leur sous-traitant est connu, on se renseigne pour les autres : Claude Aversenc à Peyrole.

    lieu-dit St Laurent 81310 PEYROLE

    06 87 38 40 33.
    05 63 58 11 55

    Sous traitant : Mr Turo robert , 06 75 86 38 49 .

    NCA Environnement

    http://www.nca-env.fr/
    Adresse : 11 Allée Jean Monnet, 86170 Neuville-de-Poitou, France
    Téléphone :+33 5 49 00 43 20
    Philippe BOUTEILLERPRÉSIDENT
    de NCA p.bouteiller@nca-env.fr

    ATS Sécurité

    Gérant :
    Hugues PELLEGRINI

    Responsable Administratif et Sécurité :
    Hervé RAYNAUD

    Responsable interventions :
    Patrick MAILLOT

    Département Technique :
    Julien SOPENA

    Service Comptable :
    Patricia ou Gisèle
    Tél. : 05.63.47.27.15 – Fax : 05.63.47.71.80


    [​IMG]
     
  2. ninaa
    Offline

    ninaaMembre du forum Membre actif

    9 349
    1 628
    426
    Fev 2014
    France
  3. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
  4. Lerat
    Offline

    LeratNouveau membre

    6
    0
    1
    Mar 2013
    La déforestation en force s'intensifie!
    Les gendarmes mobiles saccagent et volent toutes les affaires personnelles sans surveillance: vélos, camions, sac à dos, tentes, duvets, etc... La liste est longue. Humiliations verbales et physiques régulières. Plusieurs plateformes cassées, affaires perso brûlées, expulsion et destruction illégales du "Contre Temps" le 3 septembre.
    Ce matin le tribunal a rendu le jugement pour la Bouillonnante: expulsable sans délais mais insistances explicites que l'expulsion doit se faire en règle avec assignation d'huissier, etc... Et la demande du con-seil gêne-et-râle de mettre les autres parcelles dans la même procédure (ce qu'il avait déjà fait en février dernier et jugée liberticide en avril par le tribunal d'appel) a été rejetée.
    Tous les jours, les bûcherons n’hésitent pas à travailler au pied des arbres dans lesquels il y a des grimpeurs, mettant l'intégrité de ces derniers en grand danger. Une plaine va être déposée.
    Mais on ne lache rien!
    Même s'ils arrivaient à déboiser la zone, on continuerait à leur pourrir le boulot jusqu'à l’arrêt du projet! parce que nous luttons aussi contre la quinzaine de barrages qui sont les tiroirs de la CACG!
    Continuez à venir!!! Nous avons toujours besoin de vous!!!

    Vidéos sur youtube : ZAD Testet
    plus d'infos:
    http://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com/
    http://www.collectif-testet.org/
     
  5. Lerat
    Offline

    LeratNouveau membre

    6
    0
    1
    Mar 2013
    Violences entre opposants au barrage de Sivens et policiers dans l'enceinte du conseil général mardi matin : que s'est il réellement passé ?

    [​IMG]

    Des opposants au barrage de Sivens enchevêtrés à terre au pied des policiers dans les locaux du Conseil général. Des opposants au barrage de Sivens enchevêtrés à terre au pied des policiers dans les locaux du Conseil général.

    Des scènes de violence jamais vues ont eu lieu dans l'enceinte du Conseil général du Tarn, à Albi, mardi 9 septembre de 9 h 30 à 11 h 30. Après que cinquante opposants au projet de barrage à Sivens aient pénétré dans l'Hôtel du département, l'intervention de la police nationale s'est déroulée avec à la clé notamment un élu, Guillaume Cros, conseiller régional Europe Ecologie - Les Verts (EE-LV) molesté par les forces de l'ordre et un commandant de police le nez cassé. Comment cet enchainement de la violence s'est-il enclanché ? Que s'est-il passé pour en arriver là ? Retour, nécessairement partiel - il n'est pas possible de tout voir dans de telles circonstances où la presse qui plus est a été traitée sans ménagement - sur le déroulement de cette matinée "musclée".

    9 h 30. Un projet d'action devant le tribunal d'Albi est prévu puis annulé.
    9 h 35. Une cinquantaine d'opposants au barrage de Sivens se rendent au Conseil Général. Ils pénètrent dans les locaux.
    10 h. Première tentative de la police pour évacuer un groupe d'opposant qui se trouvait devant le secrétariat du Président du conseil général.
    10 h 15. Guillaume Cros, conseiller régional, tente d'apaiser la situation. Il est ceinturé et molesté par un policier en uniforme.
    10 h 30. Scènes de violence dans une allée principale du Conseil Général. Des policiers se saisissent de leur matraque pour frapper à terre des opposants au barrage.
    11 h. La police évacue par la force un journaliste alors que celui ci brandit sa carte de presse.
    11 H 25. Les opposants sont repoussés à l'extérieur de l'Hôtel du Département.
    Après-midi. On apprend qu'un opposant a été placé en garde à vue pour coup de tête contre un commissaire de police, Thierry Carcenac publie un communiqué dénonçant "des actes inqualifiables perpétrés dans les locaux du Département"
    La matinée en images (diaporama)

    9 h 30. La presse a reçu à 9 h 15 de la part d'opposants au barrage surle Tescou une invitation à se rendre au Tribunal d'Albi à 9 h 30 pour une action visuellle. A l'heure dite devant le Tribunal, une cinquantaine d'opposants sont présents. Parmis eux "des zadistes", des jeunes avec "nez rouge", des militants syndicaux du centre hospitalier tout proche venus à leur rencontre (et vont s'en retourner à leur travail), un gréviste de la faim du collectif du Testet... Les opposants renoncent à leur action visuelle : ils pensaient que la justice devait siéger à propos d'un de recours concernant la situation à Sivens, mais l'information est donnée que l'audience attendue n'a lieu qu'à 13 h 30. Se promettant de revenir le petit groupe décide alors "d'aller voir Thierry Carcenac" (le Président du conseil général porteur du projet de barrage à Sivens) et prend la direction de l'Hôtel du département. "Ils nous poussent à bout, on ne sait plus comment répondre à leurs attaques" explique l'un des militants qui semble faire office de "leader".

    9 h 35. Le groupe arrive devant le Conseil général. Des consignes de non violence sont données. Cependant certaines personnes mettent des cagoules avant de les retirer à la demande du "leader". L'action visuelle est finalement mise en place sur les marches du bâtiment dont les portes ont été fermées mais les grilles pas toutes baissées, deux policiers (rejoints rapidement par un ou deux collègues) étant présents. Une banderole est déployée ("Forêt de Sivens, halte au massacre"), un militant tient une branche d'arbre "décapité" amenée de Sivens, des cartouches de gaz lacrimogène tirées et récupérées pendant les affrontements sur le site sont réparties sur le sol. Après quelques minutes, voulant "voir Carcenac" le groupe force la porte d'accès au Hall du bâtiment dans lequel il s'engouffre pour gagner l'étage et se retrouver aux abords du bureau du Président du Conseil général. Les opposants déambulent jusqu'au moment où ils comprennent où se trouve le secrétariat du Président. Une dizaine d'entre eux discutent alors dans l'entrée du secrétariat avec la chef de cabinet de Thierry Carcenac et Roland Foissac, Vice Président du Conseil général (PCF - Front de gauche), un des rares élus du département à avoir exprimé son opposition à la façon dont le projet de barrage est mis en oeuvre. Aucun autre élu du département n'est alors visible (ce sera le cas pendant toute l'occupation des locaux). L'échange est ferme, mais aucune violence n'a lieu. Une opposante s'amuse à tater la moquette du sol et dit "c'est quand même très moelleux". Les opposants sont informés que Thierry Carcenac est absent (il est à Paris pour un rendez-vous avec Ségolène Royal). Une demi-douzaine, désormais, de policiers en uniforme entreprennent de "serrer" le petit groupe présent devant la porte du secrétariat. Roland Foissac leur demande de ne rien tenter qui enclanche la violence et les policiers desserrent leur étau. Dans le couloir un militant a revétu sa cagoule pour inscrire à la bombe sur les murs du couloir :" Carcenac responsable, criminel", "ZAD (zone à défendre) partout"... Des cris fusent : "Sortez de Sivens, on sortira". Ou : "Moratoire".

    10 h. Rolland Foissac s'absente quelques minutes alors que la situation est tendue mais sans aucun affrontement. Des opposants ont disposé des fauteuils en haut de l'escalier qui mène au cabinet du président, ils ont étendu sur les marches une affiche consacrée à une exposition à venir à Sivens qu'ils ont visiblement trouvée dans les locaux. La branche d'arbre "apportée de la forêt" est également posée. Devant le secrétariat du président où se sont glissés plusieurs policiers en civil aux cotés de ceux qui sont en uniformes, les forces de l'ordre empoignent des militants pour les évacuer. Ils tentent de les repousser vers l'escalier d'accès mais les 10 ou 15 opposants présents à cet endroit s'assoient et s'enchevètrent au sol. La presse (dont une Journaliste reporter d'image de M6, seule télévision présente pendant la durée de l'occupation) est traitée sans ménagement (notre bloc-note nous est arraché de la main), les policiers ne faisant pas de distinction entre journalistes et opposants.

    10 h 15. Les opposants ont été repoussés de quelques mètres. Toujours enchevétrés à terre ils sont en haut et sur les premières marches de l'escalier d'accès aux bureaux présidentiels, les policiers (une dizaines en uniforme sans doute autant en civil et portant un brassard "police") les encadrant. Des plantes et de la terre jonchent l'escalier et le couloir qui mène à l'hémicycle du Conseil général. Les membres du cabinet de Thierry Carcenac semblent totalement tétanisés et dépassés par la tournure que prennnent les événements. Ils se tiennent pour la plupart reclus dans le couloir près du secrétariat. Roland Foissac étant parti, plus aucun responsable politique élu du Département n'est visible. Guillaume Cros, conseiller régional Europe Ecologie les Verts, qui est arrivé depuis quelques instants, ceint de son écharpe d'élu, gagne le haut de l'escalier et s'adresse aux policiers comme aux opposants pour temporiser et apaiser les esprits. Il se tient bras en l'air pour signaler sa volonté non violente. Stéphane Mathieu, Directeur de l'eau au Département (dont la volonté de dialogue et la capacité à échanger avec les opposants pendant toute la matinée, y compris aux moments où la violence s'est déchaînée, doit être soulignée) s'apprête à le rejoindre. Au même moment, un policier en uniforme s'approche de Guillaume Cros par derrière, le ceinture et le précipite dans l'escalier.

    10 h 30. Une quinzaine d'opposants - les même ou d'autres - sont désormais couchés et enchevêtrés au sol au pied de l'escalier, une centaine d'autres mélés à des membres du personnel départemental sont dans le couloir qui mène à l'hémycycle. Les policiers trainent des corps à terre, certains des civils qui font le coup de poing contre les opposants sont sans brassard de police, des policiers en uniforme sortent leur matraque, l'un d'entre eux qui semble avoir perdu tout controle de lui même la brandie pour frapper des jeunes (certaines jeunes femmes sont torse-nu) qui sont au sol. Choqué par la façon dont il a été molesté, Guillaume Cros se tient un peu plus loin. En haut de l'escalier, Rolland Foissac, revenu, assiste à la scène alors que des membres du cabinet du président lui demandent de faire quelque chose. Il est évidemment trop tard, la violence policière débridée et celle de certains opposants (même si la plupart sont en "résistance passive" au sol) étant à l'oeuvre. On l'entend murmurer : "Il aurait suffit d'un mot d'apaisement hier de la part de Thierry Carcenac".

    11 h. Alors que depuis une vingtaine de minutes, rien n'a évolué, les policiers font le vide autour des opposants couchés au sol au pied de l'escalier. Puis certains tentent de défaire l'entremèlement des corps quand d'autres s'emparent de personnes qui sont debout et regardent la scène. L'objectif : précipiter les opposant en contrebas dans l'escalier afin de ramener tout le monde au rez-de-chaussée. Dans ce mouvement, les forces de l'ordre ne font pas de discernement : un jeune journaliste du site d'information écologiste Reporterre est saisi, soulevé comme un fétu de paille par plusieurs policiers, il proteste de son statut de journaliste, parvient à brandir sa carte de presse, nous sommes plusieurs confrères à crier "Il est journaliste", mais les forces de l'ordre continuent à le molester jusqu'à ce qu'il soit repoussé au rez de chaussée.

    11 h 25. Les policiers font une dernières charge au rez de chaussée du bâtiment et dans leur fuite des opposants cassent du mobilier. Tous les opposants sont repoussés à l'extérieur du bâtiment vers 11 h 30, les grilles sont abaissées et certains opposants s'y agrippent pour grimper à leur sommet. Environ 200 personnes se retrouvent devant l'hôtel du département et entreprennent de faire un sit-in. Certaines sont encore présentes vers 19 h.

    Après midi. M6 diffuse dans son journal de 12 h 45 des images des violences dans l'enceinte du Conseil Général et le témoignage de Guillaume Cros. On apprend qu'un opposant a été placé en garde à vue : il lui est reproché d'avoir donné un coup de tête à un commandant de police qui a eu le nez cassé. Thierry Carcenac signe, semble-t-il depuis Paris, un communiqué titré " des actes inqualifiables perpétrés dans les locaux du Département", que les services départementaux diffusent à la presse vers 13 h 30. Il écrit notamment : "Le Conseil général du Tarn a été la scène d’une rare violence ce matin, vers 10h 30. Une quarantaine d’opposants à la retenue de Sivens ont en effet pris d’assaut les lieux, par la force, détruisant tout ce qui était à leur portée, et s’en prenant avec une rare brutalité au personnel du Conseil général présent sur les lieux. Des agressions multiples se sont produites tant sur les biens que sur les personnes sans que les appels au calme et au dialogue n’aient eu un quelconque effet, rendant nécessaire l’intervention des forces de l’ordre pour les obliger à quitter les lieux. Le personnel présent, particulièrement choqué, a assisté à des scènes de vandalisme perpétrées par certains opposants se revendiquant comme anarchistes. Il est inadmissible dans un État de Droit que l’on s’oppose avec une telle violence et de tels actes à des décisions prises dans un cadre légal, respectueuses des règles démocratiques existantes dans notre pays."
     
  6. Anarchie 13
    Offline

    Anarchie 13Adolescent immature Comité auto-gestion Membre actif

    7 612
    533
    141
    Jan 2009
    France
  7. libertaire, anarchiste, chaos/Nihiliste, individualiste
    http://www.lemonde.fr/planete/artic...l-n-apaise-pas-les-tensions_4484484_3244.html
     
  8. Makhx
    Offline

    MakhxMenace permanente Membre actif

    170
    8
    36
    Juin 2013
    France
  9. libertaire, anarchiste, auto-gestionnaire, anti-fasciste
    ToulousainEs et GaronnaisES du coin, c'est le moment de venir !!



    Vendredi 12 septembre 2014 à 15h30
    Lieu : Toulouse 31000 | Place du Capitole

    Partagez, et rendez-vous demain!
     
  10. Incontrolados
    Offline

    IncontroladosMembre du forum

    30
    0
    0
    Sept 2014
    Chiens et staliniens bienvenus chez les "zadistes", libertaires un peu moins....

    Salut, juste un petit témoignage de ce que j'ai vu, entendu et subi sur place parce que y'a un certain décalage entre l'unité de façade entre "copains" et ce que tu peut vivre sur place si t'a pas le bon profil attendu par certains.

    D'abord j'ai envie de vous parler des chiens parce que, aussi loin que je me souvienne, c'est un animal que j'ai toujours détesté et là c'est l'occasion de déverser toute ma haine sur cet animal, le plus anti-libertaire qu'on puisse imaginer. Il sert d'alarme "naturelle" dans toutes les campagnes pour prévenir de l'arriver d'un étranger, il obéit à toute personne qui lui file à bouffer, il est le meilleur ami des chasseurs et des fachos de toute sorte. Les clebs sont sales, bruyants et aggressifs sans raison. Ils sont envahissants et foutent leurs merdes partout, les chiens sont une calamité :ecouteurs:

    Sur ce, il faut savoir que sur la zad du Testet, les chiens se promènent en liberté mais pas les gens. Y'a une police politique de "braves gens" qui vérifient que tu t'intègre bien au groupe et que tu fais bien comme tout le monde. Ils ont pas l'accent du sud. En fait c'est juste des petits français venus de nddl, obsédés par la normalité comme tous les petits français. Tous ils ont moins de 25 ans et je peux vous dire que d'ici une dizaine d'années la plupart vont rentrer dans le moule qui les attend et vont ***** *** ***** jusqu'à la fin de leur jours, et fonder leur petite famille pour perpétuer le cycle infernal. Oui je déteste aussi les français.

    Si c'était que ça, mais t'as aussi le connard qui lance une fausse rumeur sur toi juste parce qu'il a pas réussi à te cerner du premier coup (on en revient au même en fait), l'hystérique qui vient chercher la merde juste à espérer que tu t'intéresse un peu à elle, le petit chef-parano qui te montre du doigt si tu fais pas partie de sa petite troupe d'élite, tous ces hystéro-parano-braves gens qui dans leur grande lâcheté vont pouvoir se défouler et tous ensemble en même temps te tomber dessus.

    C'est désagréable? rien à foutre, c'est la vérité. C'est encore moins agréable à vivre.

    Je suis donc gentiment expulsé de la "bouille" (oué passqu'on est des jeunes, on dit la bouill' pour dire la bouillonante). Comme j'ai une dignité je récupère mes petites affaires restées sur place (partagées) et je me casse de cet enfer, pendant que les gens sous le chapiteau font leur tour de parole. Ce qui attire le regard des GM postés un peu plus loin et que j'avais déjà bien insulté le matin qd ils avaient fouillé mes affaires et embarquer ma boite à outils. Et bien sûr je les vois débarquer un peu plus tard et embarquer toutes mes affaires (tente, duvet, clés, livres que j'avais moi-même reliés, etc) pendant que je les traite de sales voleurs!
    Rassurez-vous, c'était juste la 2ème fois que ces enculés me piquaient mes affaires, ils avaient déjà pris mes sacs quelques jours plus tôt.
    Bon et puis comme tout le monde bien sûr je me suis fait gazé et tiré dessus. Même une fois j'ai pris un tir de flashball dans la nuque. Attendez je vais vous raconter ça.

    Vous voyez la photo avec le tracteur et les GM tout autour sur le premier post. Bon et ben j'étais sur place quand ça s'est passé. C'est un paysan du coin qui s'est attaché à son tracteur en avançant vers le champ protégé par les GM. Vraiment courageux de sa part. Malheureusement il s'est fait tt de suite arrêté, il est parti en GAV mais heureusement il est ressorti le jour même. Bon et ben quelques minutes plus tard, au même endroit, les bleus nous ont balancé des lacrymos. La plupart des gens sur place était des pacifistes, certains étaient assis devant la ligne de GM d'autres discutaient carrément avec eux. J'étais presque le seul sur place qui avait le visage caché. Et ça les bleus ils aiment pas du tout. Du coup quand ils ont commencé à nous balancé leur tirs tendus (pas sur les pacifistes qui eux sont des gentils), le connard au flashball a décidé de me prendre pour cible, en attendant que j'ai le dos tourné bien sûr, c'est leur spécialité. Je marchais juste en me couvrant la tête avec mes mains, alors je pense qu'il a décidé de viser plus bas. Il m'a touché à la nuque mais je crois que la balle a été amortie par le noeud que j'ai fait avec le pull qui me cachait le visage. Sinon je pense que ça m'auré mis KO direct. Je me suis couché par terre et des camarades sont venus me relever tt de suite. Oui je vous ai parlé du côté obscur de la zad mais la plupart des gens sont solidaires et humains de ce côté, et contrairement à ce que disaient certains connards à la bouille, je me suis aussi fait des potes là-bas. 5 minutes plus tard je suis retourné insulter copieusement le mec qui m'a tiré dessus. Les pacifistes qui était en face de lui continuaient à discuter tranquillement avec eux comme si rien ne s'était passé. Après ça j'ai demandé à l'équipe médic de regarder ce que j'avais. Ils m'ont mis un peu de produit magique et je suis parti.
    Mais vous savez quoi? toujours chez les mêmes, y'en a qui doutaient que j'avais reçu un coup de flashball juste parce qu'on voyait plus la marque les jours d'après!

    Voilà, voilà. A part ça j'ai qd même l'intention d'y retourner un de ces jours et j'encourage tt le monde à y aller malgré tout. De toute façon un anarchiste dans une lutte vaut bien 2 connards et ça finit toujours par se voir!

    :ecouteurs:
     
  11. Anarchie 13
    Offline

    Anarchie 13Adolescent immature Comité auto-gestion Membre actif

    7 612
    533
    141
    Jan 2009
    France
  12. libertaire, anarchiste, chaos/Nihiliste, individualiste
    Merci pour le témoignage
     
  13. Major
    Offline

    MajorNouveau membre

    7
    0
    1
    Juin 2013
    Je ne détaillerais pas autant, mais en effet, les "copains" -parce que camarades c'est comme lutte des classes, c'est pour les vieux et les fous- du testet sont particulièrement énervants, moralistes, et pour un sacré paquet, pacifistes à en crever (faut pas faire de mal aux bucherons, parce que ça pourrait être des "copains":ecouteurs: )-voir passifs- .

    Il faut bien nuancer, le moral est en baisse ce qui peu probablement expliquer les tensions et les aberrations et n’étant pas d'un naturel sociable, je n'ai discuter avec quelques potes que j'avais déjà croisé de ci de la, et après deux journées catastrophiques d'inactions, de débats stériles sur la façon de se comporter pour faire bonne figures dans les médias et pas griller l'outil "zad", AG interminables et branlette sur des actions jamais réalisés fautes de motivations, j'ai foutu le camp.


    Si vous comptez y aller, je vous recommande de venir avec un groupe que vous connaissez bien histoire de pouvoir bouger de façon autonome parce qu'entre la perte de motivation due à la branlée qu'on se mange et la paranoïa ambiante, faut pas trop compter sur les "locaux" -qui aiment bien envoyer les "touristes" au front pour se couvrir -sous prétexte qu'eux sont des gros méchants et donc seraient susceptibles d'avoir de gros problèmes-.
     
  14. KickTick
    Offline

    KickTickMembre du forum

    1 344
    43
    144
    Mai 2012
    Germany
  15. extrême-gauche, révolutionnaire
    J'ai l'impression que y'a pas mal de citoyens FdG-EELV dans le tas, quand on compares avec NDdL ou y'avais plein de conspis/paumés mais au moins les gens se défendaient un peu, et là y'a rien du coup tout est en train de se faire raser...

    De toute façon vu la vitesse d'avancée des travaux ça à l'air d'être la merde chez les opposants.
     
  16. Makhx
    Offline

    MakhxMenace permanente Membre actif

    170
    8
    36
    Juin 2013
    France
  17. libertaire, anarchiste, auto-gestionnaire, anti-fasciste
    T'es pas le seul à en avoir eu ras le cul des chiens là-bas. Mais encore plus chiants que les chiens, c'est surtout leurs parents. Car au final, c'est surtout eux qui s'en battent complètement les couilles d'eux et ne s'en occupent pas.
    J'ai du gueuler une bonne trentaine de fois en une matinée sur les parents qui détachaient les chiens qui étaient en sureté à la Bouille car "ça leur faisait mal au cœur". En attendant les chiens sont au front, et les flics n'auront pas de pitié quand ils voudront leur filer des coups de pieds ou tirer du flash ball.
    Donc encore plus teubé que les chiens qui savent pas se tenir, qui sont au front, qui te marchent dessus en pleine nuit, te pissent sur la tente, mangent dans les assiettes, ce sont bien les parents qui sont incapables de les tenir en sécurité et en cohabitation avec 150 autres personnes.
    Avant le début des travaux, le 1er septembre, il y avait eu une zone sans danger où mettre les chiens. Sauf qu'on s'est aperçu que ceux qui restaient s'en charger étaient incapables de ça, et qu'en plus de ça plusieurs chiens ont même disparu pendant plusieurs jours.


    Les 2 premiers jours, c'est difficile de s'intégrer si tu restes dans ton coin, si tu bouges pas un peu ton cul et fais pas la bouffe le soir, le café le matin, ou que tu parles à personne et ne fais que inspecter la forêt et écouter les AG.
    Il y a de la branlette sur le terrain, des mecs qui restent posés à fumer leur truc et à pas bouger pendant 2,3,4h parfois. Mais sur les 100/150 que l'on est, ils doivent être 15.
    La paranoia, elle est présente, certes. Mais en 2j, tu dis avoir aussi vu de la désinformation. Alors imagine pour les gens qui y sont depuis plus longtemps.
    Des mecs que tu as jamais vu ou jamais entendu, et qui essaient ouvertement de te balancer une fausse info sur un autre mec avec qui ils t'ont vu discuter. Des mecs qui arrivent un soir pile au moment de l'AG et que tu revoient pas dès le lendemain matin. Ou même deux qui cherchent à en savoir un peu trop, ou qui te prennent gentillement ton matos (outillage, matériel photo/vidéo,....) pour la bonne cause mais que tu revoient jamais.
    Y en a pleins, et sur le terrain, on est au courant qu'il y a des RG. On les connaît. On sait qui c'est. On est pas totalement cons et grillés par le soleil.
    Tu peux avoir très mal vécu ton séjour là-bas, mais faut pas non plus profiter des occasions que tu peux trouver pour raconter que sur la zone ya une majorité de connards bobo qui branlent rien. Tu as fais quoi en 2j seulement? C'est éprouvant et compliqué de savoir s'organiser sur 15km de forêt.

    Hein? Attends tu as passé 2j sur le terrain et tu prétends tout savoir ou tu répètes débilement un truc qui te semble un tantinet crédible sans même le vérifier?
    Plusieurs locaux étaient tous les jours sur le front devant, avec et derrière nous. Nous, c'est les cagoulés, les non-cagoulés, ceux qui jettent ce qu'ils trouvent, ceux qui lancent rien mais qui se mobilisent devant les barricades quand même, ceux en médic, les grévistes, les pacifistes.
    Les locaux sont pas tous les teubés pacifistes qui désinformaient ou attendaient en faisant mine. Plusieurs d'entre eux ont senti l'odeur de la lacrymo bon nombre de fois. Plusieurs se sont fait taper. Plusieurs se sont fait renvoyer chier par les flics quand ils essayaient de leur parler. Et un bon nombre d'entre eux ont ruiné leur jolies chaussures dans la boue et l'eau du Tescou.
    Faut arrêter de balancer de la désinfo quand on sait pas de quoi on parle.
     
  18. Makhx
    Offline

    MakhxMenace permanente Membre actif

    170
    8
    36
    Juin 2013
    France
  19. libertaire, anarchiste, auto-gestionnaire, anti-fasciste
    A part quelques opposants qui viennent des orga écolo telles que GreenPeace, il n'y a aucune banderole politique, que je sache.
    De dire que "là ya rien du tout", je trouve ça un peu fort. La grosse différence avec NDDL c'est qu'il y a LARGEMENT moins de monde présent ici, mais avec le même nombre ou presque de flics, CRS, soldats et j'en passe. C'est vraiment fou le nombre de soldats de l'empire qu'ils mobilisent pour si peu de présents, et c'est aussi ce qui fait que ces derniers se font très violemment taper dessus. Difficile de s'étendre sur les 15km le long du Tescou (la rivière) pour encercler les bucherons quand flics, crs, soldats sont le double de nous, tous réunis. C'est surtout ça qui fait notre faiblesse. Sinon la motivation elle est toujours là, et elle restera là. Que ce soit les "jeunes connards de moins de 25ans" ou "les vieux pacifistes", de la hargne c'est pas ce qui manque !

    D'ailleurs, au passage, j'y repense mais... La preuve même que la désinformation, c'est mal : combien de "vieux cinquantenaires pacifistes" vous donneraient des coups de pieds au cul si violents que vous ne pourriez même plus vous asseoir pendant 4j, s'ils lisaient que vous les appelez "pacifistes"...
    Désolée les amis, c'est pas contre vous, ils vous connaissent pas!
     
  20. Makhx
    Offline

    MakhxMenace permanente Membre actif

    170
    8
    36
    Juin 2013
    France
  21. libertaire, anarchiste, auto-gestionnaire, anti-fasciste
     
  22. allpower
    Offline

    allpower  Comité auto-gestion Membre actif

    9 078
    1 538
    4,718
    Nov 2012
    + 1 pour cette discussion très intéressante car très représentative des Luttes !

    N'empêche que c'est clair que même si les remises en cause sont vitales,
    faut pas non plus cracher sur la soupe et démotiver les gens !!!

    Se faire l'avocat du diable
    en pointant les carences et/ou les erreurs d'une Lutte est primordiale,
    mais peut-être pas ici, devant tout le monde !

    Aux gens de le vivre, s'ils/elles sont motivéEs !


    Ni glorification, ni dénigrement !

    M'enfin, c'est ce n'est que mon humble avis !​
     
  23. Makhx
    Offline

    MakhxMenace permanente Membre actif

    170
    8
    36
    Juin 2013
    France
  24. libertaire, anarchiste, auto-gestionnaire, anti-fasciste
    Soutien ZAD du TESTET depuis Toulouse : AG du collectif
    mardi 16 septembre 2014 à 19h
    Lieu : Toulouse 31400
    CASC
    10bis rue du Colonel Driant

    Réunion hebdomadaire d'information et d'organisation en soutien à la ZAD



    ****************************​

    Des nouvelles du jour, dans les temps :

    [Mardi 16 septembre] Urgence en cours
    6h40 : Expulsion en cours des occupant-e-s du Conseil Général d’Albi ! Une trentaine de BACs, gendarmes, etc… toute la panoplie. La situation est calme. On range tout calmement. Plus on est de fous…alors venez ! Contact sur place : 06 19 03 13 70.

    RV désormais à 10h devant le Tribunal pour une conférence de presse. Pas de trêve sans moratoire !

    8h25 SUR LA ZAD: les GM ont repoussé les gens près de GAZAD et se déploient dans le champ de la métairie. Il reste 7 personnes encerclées à GAZAD. La situation est stable pour l’instant.
     
  25. Makhx
    Offline

    MakhxMenace permanente Membre actif

    170
    8
    36
    Juin 2013
    France
  26. libertaire, anarchiste, auto-gestionnaire, anti-fasciste
    Décisions des tribunaux

    Les 2 décisions rendues aujourd'hui nous sont défavorables.
    En cohérence avec la politique gouvernementale pour le projet
    d'aéroport de Notre-Dame des Landes, nous demandons
    d'attendre que les 3 recours au fond soient épuisés
    avant de poursuivre le chantier du barrage de Sivens.


    Le tribunal d'Albi s'est considéré comme incompétent pour traiter l'illégalité du défrichement considérant que certes les travaux de défrichement sont réalisés par une entreprise privée mais pour un ouvrage public. Mais ce qui est le plus incompréhensible et qui nous concourt à la perte de confiance dans les insitutions, c'est la condamnation de France Nature Environnement (FNE) Midi-Pyrénées à verser 4000 € à la CACG. Notre recours était de bonne foi puisque la CACG ne bénéficiait pas de l'autorisation de défrichement comme elle l'a reconnue elle-même lors de l'audience. La sanction est claire, il s'agit de décourager les associations de faire des recours contre les grandes entreprises et contre l'Etat. Le Collectif, FNE Midi-Pyrénées et Nature Midi-Pyrénées envisagent de faire appel de cette décision inique.

    De son côté, le tribunal administratif de Toulouse a rejeté le recours suspensif contre l'arrêté donnant dérogation à la CACG de détruite des espèces protégées et leurs habitats (la zone humide du Testet). Aucune justification juridique ne vient appuyé la décision du jeuge qui se contente de déclarer que les associations n'ont pas démontrer le doute sérieux sur la légalité. Il n'a pas contre pas de condamnation aux frais.

    Ce soir, ne restent donc que les trois recours au fond qui seront examinés d’ici 2 à 3 ans par le Tribunal administratif de Toulouse :

    Un recours en annulation contre de l'arrêté du 3 octobre 2013 dit "loi sur l'eau" relatif au barrage ;
    Un recours en annulation contre de l'arrêté du 3 octobre 2013 déclarant d'utilité publique le projet ;
    Un recours en annulation contre de l'arrêté du 16 octobre 2013 autorisant la destruction des espèces protégées.

    C'est seulement ces recours au fond qui détermineront si la justice considère que le projet de barrage de Sivens est bien d'intérêt général et d'utilité publique.

    Pour rappel, plusieurs barrages réalisés par la CACG ont été condamnés de nullité par la justice alors qu'ils étaient déjà construits, la justice agissant moins vite que les pelleteuses...


    Dans le Tarn, le barrage de Fourogue construit en 1997 malgré la saisine de la justice par les associations locales a été jugé illégal par la Cour administrative d’appel de Bordeaux en 1999.

    Sur le barrage de Fourogue, les juges avaient estimé que l’avis du commissaire-enquêteur devait être considéré comme défavorable car l’Etat n’avait pas levé les réserves. Pour les recours au fond, nous avons déposé des conclusions dans ce sens au tribunal administratif de Toulouse car les réserves du commissaire enquêteur ne sont pas non plus levées sur le barrage de Sivens.

    A Fourogue, l’Etat est passé en force mais nous refusons que les représentants de l’Etat s’estiment au dessus des lois. La cour d’appel a jugé en 1999 que le préfet avait déclaré à tort d’intérêt général et d’utilité publique et urgents les travaux de réalisation de la retenue de Fourogue.

    La politique du gouvernement vis-à-vis du projet d'aéroport de Notre-Dame des Landes est d'attendre que les recours au fond soit épuisés avant de décider, selon les décisions de justice, de relancer ou pas le chantier. Nous demandons que la même politique soit appliquée pour le barrage de Sivens qui fait lui aussi l'objet de nombreux avis officiels défavorables et d'une forte opposition.


    - Communiqué du Collectif Testet - http://www.collectif-testet.org/actualite-229-decisions-des-tribunaux.html?version=computer
     
  27. Major
    Offline

    MajorNouveau membre

    7
    0
    1
    Juin 2013
    Ce que je dis c'est simplement que certains locaux (quand je parle des locaux, je parle des zadistes) disaient qu'il fallait laisser les touristes passer les premiers, parce que d'après eux ces derniers sont moins grillés.

    Pour le reste j'admet y être allé un peu fort, puisque nous sommes sur un forum public, et que c'est un ressenti personnel un peu lapidaire.
     
  28. Makhx
    Offline

    MakhxMenace permanente Membre actif

    170
    8
    36
    Juin 2013
    France
  29. libertaire, anarchiste, auto-gestionnaire, anti-fasciste
    Ben écoute les arrêtés de la veille qui sont passés proches des tribunaux ne seront pas forcément les premiers au front, le lendemain matin, à balancer quelque chose... Et alors? Tu peux leur en vouloir de ça?
    T'es restéE 2j et tu n'as pas tout vu, je te le rappelle hein...
     
  30. Makhx
    Offline

    MakhxMenace permanente Membre actif

    170
    8
    36
    Juin 2013
    France
  31. libertaire, anarchiste, auto-gestionnaire, anti-fasciste
    ACTU DES DERNIÈRES HEURES !

    [8h] Hacked by AnonBloc !
    Le site http://www.forum-zones-humides.org/ (du Syndicat mixte du Forum des Marais Atlantiques) a été légèrement modifié par les copains de #AnonBloc qui ont mis à la une la destruction de la zone humide du Testet. Merci à eux !

    [​IMG]


    [9h] Au sujet de Mirador : hier le ravitaillement a réussi : les copain-es étaient suffisamment nombreuses, 4 camions de GM ont finalement déguerpi, non sans avoir balancé beaucoup de grenades en tous genres. Ce matin, Mirador fait donc face aux forces du désordre ravitaillé. Les GMs sont à Gazad et on s’attend à ce qu’ils viennent à la Métairie. Besoin de soutien, d’auto-médias !


    [10h, St Gaudens] Rassemblement ce Jeudi 18 septembre à partir de 10h

    sur la place Pegot à St Gaudens
    (rond point à l’entrée de St Gaudens, devant la chambre de l’agriculture et le conseil Général, cette place est aussi nommée place de la Liberté)

    Pour soutenir la résistance qui se bat dans la forêt de Sivens contre les déboiseuses infernales de SEBSO.
    La CACG (porteur de ce projet de barrage délirant) est basée à Tarbes
    La SEBSO (exécuteur de la déforestation) est basée à St Gaudens
    Notre parole doit se faire entendre dans le comminges.
    Venez nombreux avec des pancartes et de quoi faire du bruit.
    Pour lutter contre le barrage de Sivens et le projet de société qu’il nous impose


    ********************

    Également, quelques liens supplémentaires :

    - Non au barrage de Sivens ! (deux vidéos)
    http://tvbruits.org/spip.php?article2073

    - Gazette Barrage de Sivens - Tarn
    http://www.networkvisio.com/barrage-de-sivens-tarn/journal.html

    - Testet : affiches, bandeaux, images de profil, flyers dispo....
    https://www.thechangebook.org/forum/thread/3196/testet-affiches-bandeaux-images-de-profil-flyers/view_43084/
     
  32. Incontrolados
    Offline

    IncontroladosMembre du forum

    30
    0
    0
    Sept 2014
    Salut, juste pour réagir aux derniers messages.

    Pour dire d'abord que je comprend pas du tout cette idée qu'il faudrait s'intégrer absolument au groupe principal juste parce que c'est là que se trouvent le plus de monde, ou parce qu'il faut faire bonne impression ou je sais pas quoi. D'ailleurs le mot "intégration" c'est celui qu'utilisent les politicards en permanence quand ils parlent du système de merde dans lequel ils veulent nous faire vivre. Je vois pas l'intérêt de reprendre les mêmes schémas sur place, à quoi bon se battre sinon?
    Du coup je suis d'accord Major, on devrait essayer de créer un groupe anarchiste autonome, peut-être sur place si on est assez nombreux?
    Après tu es peut-être resté que 2 jours sur place mais ça laisse déjà du temps pour se faire une idée. Et quand tu vois ce qui m'est arrivé, ben finalement on peut pas te donner tort.
     
Chargement...
Discussions similaires
  1. Réponses:
    3
  2. Réponses:
    38
  3. Réponses:
    13
  4. Réponses:
    9
  5. Réponses:
    5
  6. Réponses:
    26
  7. Réponses:
    1
  8. Réponses:
    38