Chargement...

Un an ferme pour une tentative d’ouverture de squat!

Discussion dans 'Activisme, théories et révolution sociale' créé par ninaa, 28 Novembre 2017.

  1. ninaa
    Offline

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    3 926
    539
    261
    Fev 2014
    France
  2. anarchiste, anarcho-féministe, communiste libertaire, individualiste
    Un an ferme pour une tentative d’ouverture de squat!
    Publié le 24 novembre 2017 | Maj le 27 novembre
    Fresnes | sans logis - mal logés | migrants
    Le mardi 24 octobre, plusieurs camarades ont tenté de rentrer dans une maison vide afin d’y élire leur domicile. La surveillance bourgeoise de la propriété privée ne cesse de se perfectionner et la maison était équipée d’un système d’alarme. Tous les camarades ont réussi à prendre la fuite sauf l’un d’eux qui, resté en arrière, s’est fait arrêter, et emprisonner...

    Les policiers ont entamé une enquête pour tentative de cambriolage, bien que la maison soit inoccupée et que les propriétaires eux-mêmes aient reconnu plus tard que, des quelques affaires laissées sur place, rien n’avait disparu.
    Le camarade arrêté n’a pas de papiers et ne peut pas prouver son identité. Déféré pour une comparution immédiate au TGI de Créteil, il a été jugé immédiatement. Il a alors écopé d’une peine d’un an ferme pour un cambriolage sans objet volé...et se trouve actuellement incarcéré à la maison d’arrêt de Fresnes en attendant le procès en appel.


    L’emprisonnement d’Alfidel est l’aboutissement provisoire d’une existence très mouvementée, au cours de laquelle il n’a cessé de se faire malmener par les pouvoirs en place et de se débattre.
    Né au Tchad dans les années 80, il a participé encore mineur à une rébellion contre le dictateur Idriss Déby. Blessé grièvement et sommairement soigné (il en garde de graves séquelles), il est emprisonné jusqu’à ce qu’une autre rébellion, s’emparant momentanément de la capitale N’Djamena et ouvrant les portes de la prison, lui permette de s’enfuir. Il s’installe ensuite en Lybie, mais la guerre civile et la chute de Khadafi le poussent de nouveau à la fuite, d’autant plus que les populations noires sont persécutées pour leur soi disant complicité avec le dictateur (en fait, Déby avait envoyé des troupes auxiliaires pour soutenir son confrère).

    Arrivé en Europe par l’Italie, il se rend ensuite en France. Il demande l’asile mais est débouté. C’est le sort de la majorité des demandeurs d’asile en France : 71% des demandes sont rejetées en première instance, 62% des demandes après appel en 2016 [1]. Toutes les personnes refusées deviennent de fait sans-papiers.

    Le Tchad est un pays où être opposant politique vous place immédiatement en danger de mort, mais parce que Deby est un fidèle allié de la France, il n’est pas classé pays «dangereux». La France se sert du Tchad comme base logistique pour conforter sa présence dans la région et envoyer différentes missions de «maintien de la paix» dans les pays proches. En échange de quoi elle fournit armes, formations et appui militaire quand le régime de Déby vacille, comme elle l’a fait avec les gouvernements précédents. Dans le cadre de discussions sur l’installation de «hotspots» (centre d’enfermement et de tri des exilé-e-s) au Niger et au Tchad, Macron a récemment réaffirmé que le Tchad est un pays sûr [2]. Les attaques de Boko Haram n’ont fait que renforcer la légitimité de la présence française vis à vis de l’ONU.

    Un grand nombre de réfugiés dûment certifiés ne bénéficient jamais des hébergements prévus par la loi, les demandeurs d’asile en attente encore plus rarement. Un demandeur débouté se retrouve sans la moindre solution. C’est ainsi qu’Alfidel s’est retrouvé à squatter en compagnie d’autres tchadiens aux statuts divers, et d’étudiants, de chômeurs et de précaires qui constituaient les successifs collectifs des «Francs-Tireurs» à La Courneuve puis de la «Maison Rouge» à Saint-Denis.

    Un squatteur expulsé cherche à retrouver un autre lieu à occuper, s’il n’a pas d’autre solution. Avoir un toit sur sa tête est dans ce cas plus important que de voler quelques babioles traînant dans une maison. Alfidel est rentré dans cette maison pour l’occuper mais il a été chargé d’une accusation bien plus grave pénalement, cambriolage. Si la condamnation pour squat n’existe pas officiellement, la police et la justice utilisent d’autres infractions pour faire condamner les squatteurs. La qualification de tentative de cambriolage témoigne de l’inflation pénale actuelle, dont sont victimes d’autres camarades [3]. D’autre part, notre camarade, étranger, sans papier, avec quasiment aucune ressource, se trouve dans une situation extrêmement fragile. Il est particulièrement exposé à une justice de classe raciste qui a l’insensible habitude de condamner les pauvres, les sans toits, les Noirs et toutes les minorités.

    Alfidel a eu affaire à un éminent représentant de cette justice, Hoc Pheng Chhay, du TGI de Créteil [4], qui après avoir fait la leçon aux salauds de pauvres à ses pieds, les envoie en prison sans prendre la peine d’écouter leurs avocats. Ce juge particulièrement répressif a coutume de distribuer des peines de prison pour des délits mineurs, ce dont même les directeurs de prison se plaignent [5].

    Pendant sa garde à vue, Alfidel a reçu une OQTF (Obligation de Quitter le Terriroire Français) et une interdiction de revenir pour une durée d’un an. En général, les OQTF peuvent être contestées dans un délai de 15 à 30 jours, mais là le délai de recours n’était que de 48h. Ce délai minime rend impossible toute contestation sur le fond et le recours mené par son avocate a été rejeté. Pour notre camarade c’est une double peine : en pratique, cette OQTF limite l’espoir d’une remise en liberté avant l’audience d’Appel.

    La répression a frappé notre camarade Alfidel, mais elle frappe très largement tous ceux qui répondent à la misère matérielle par une organisation et une solidarité collectives.

    Un soutien matériel, juridique, financier et moral est nécessaire à notre camarade. Un collectif s’est réuni et va proposer diverses initiatives (page facebook, lien) et des discussions avec ceux qui subissent la même violence répressive, de la police, de la justice, et de la prison.

    Une cantine aura lieu le samedi 9 décembre à partir de 12 h à la cantine des Pyrénées (77 rue de la Mare dans le 20e arrondissement de Paris) pour récolter de l’argent pour les mandats et payer les avocats. À 14 h, le collectif se réunira pour décider des suites et en particulier des initiatives envisagées autour du procès en appel à venir.

    Les mandats sont envoyés chaque mois en prison à Alfidel par Kalimero, la caisse de solidarité avec les prisonnier.e.s de la guerre sociale.

    Pour lui écrire :
    Alfidel ABAKAR
    n° écrou 995197
    cellule 436
    division 3 nord
    Centre pénitentiaire de Fresnes
    Allée des thuyas
    94 261 FRESNES CEDEX

    Libérons Alfidel et tout.e.s les autres!
    Pas de papiers du tout et des palaces pour toutes et tous!


    Fermons les prisons!
    Ouvrons des squats!


    Le collectif de soutien à Alfidel

    Notes
    [1] source : Premiers chiffres de l'asile en France en 2016 | OFPRA

    [2] http://www.france24.com/fr/20170909...euros-promesses-investissements-crise-petrole

    [3] Nous pensons aux trois compagnonnes accusées aussi de «tentative de vol par effraction en réunion»

    [4] Comment comprendre que cet homme, président du Comité des Victimes des Khmers Rouges, soit si à l’aise avec la logique carcérale? Peut-être se dit-il qu’en comparaison des camps khmers, les prisons françaises sont d’aimables camps de vacances… et Hoc Phéng CHHAY et L’Association – Ecole Khmère de Paris

    [5] Les bruits de couloir disent même que ce juge va être muté dans une autre cour car les directeurs de prison se plaignent du flot incessant de personnes qu’il envoie en prison
     
  3. ninaa
    Offline

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    3 926
    539
    261
    Fev 2014
    France
  4. anarchiste, anarcho-féministe, communiste libertaire, individualiste
    Publié le 5 décembre 2017 sur Squat!net:
    Montreuil-Bobigny (93): procès pour « tentative de vol », le jeudi 7 décembre à 13h

    > Montreuil-Bobigny (93): procès pour « tentative de vol »,
    > le jeudi 7 décembre à 13h

    La prison pour personne !

    Y a beaucoup de maisons vides à Montreuil. Beaucoup de spéculateurs,
    d’héritages en indivision, de maisons justes abandonnées ou attendant le
    nouveau métro. Beaucoup de grues aussi, d’algecos vendant le bonheur à
    deux pas du periph’, en mode éco-responsable, bio-coopératif,
    citoyen-vigilant.

    Y a des riches à Montreuil, un peu comme partout.

    Y a des bourgeois de gôche, qui hésitent entre Brard, Bessac et Voynet,
    économie solidaire et monnaies alternatives, eux sont nombreux, ou bruyants.

    Puis y a les flics, braves défenseurs de l’ordre et de la propriété,
    bras armé de la justice et de l’Etat, qui contrôlent qui est trop basané
    à leur goût, qui sont appelés par quelque citoyen content de rapporter
    une invasion de squatteuses, un fraudeur à la CAF, ou une énervée
    boutant le feu à un bétonneur, constructeur de palais de justice, de
    taules ou de HLM.

    Et y a les juges, qui du haut de leur prétoire détruisent des vies,
    punissent pour asseoir l’autorité, prêchent la loi de la république et
    disposent de la liberté de chaque individu attrapé dans les mailles de
    leur filet, leur proposant rédemption contre pardon, si la fiche de paye
    suit.

    Et y a les journalistes, qui se jouent de nos vécus et avec notre
    liberté pour avoir le bon scoop, la bonne photo. Qui construisent un
    ennemi, préparent la répression et nourrissent les accusations par leurs
    formules : ultra-gauche, jeunes-de-banlieues, casseurs.

    Et y a cette société qui fonce droit dans le mur, de plus en plus vite.
    Qui tue aux frontières, enferme une part croissante de la population,
    produit aveuglément, enterre des déchets radioactifs pour les
    millénaires à venir, nous dépossède de nos relations par la technologie,
    tente de surveiller les faits et gestes de chaque individu, bombarde et
    enrôle pour le dieu pétrole, la démocratie, ou pour un au-delà moins
    pire qu’ici.

    Et y a des pauvres, des révoltées. Des gens qui, par choix et par
    nécessité, ne payent pas de loyer, occupent les maisons vides, volent
    dans les magasins, cambriolent les riches, arnaquent les assurances,
    attaquent les agences immobilières, braquent des banques, brûlent ou
    détruisent les outils des exploiteurs.

    Et du coup, c’est l’histoire de gens qui s’organisent pour ouvrir des
    maisons où vivre sans avoir à s’échiner pour un patron, pour avoir un
    espace où se loger, où recevoir des potes d’ici et d’ailleurs. De celles
    et ceux qui s’organisent sans médiation, sans quémander, mais en
    prenant, en créant, en s’opposant, en détruisant. En faisant fi des
    règles qui régissent ce monde, des rapports de pouvoir, de genre ou
    d’argent.

    Bref, une patrouille les contrôle, après avoir été dénoncées par un
    voisin pour avoir rodé dans un quartier du 93, et autour d’une maison
    vide alors que l’alarme venait de sonner quelque part dans le 94.
    Seulement le squat n’est pas un délit, et la violation de domicile, il
    faut la prouver et ça ne paye pas assez : pourquoi ne pas les accuser de
    tentative de vol ? Ils les connaissent ces squatteur-euses, et vu leur
    profil, ils peuvent essayer de les envoyer au trou pendant quelques
    temps. La justice, en bonne caisse enregistreuse des constructions
    policères, n’y verra aucun souci.

    Ainsi, la personne du 94 a pris un an ferme en comparution immédiate au
    tribunal de Créteil fin octobre
    [https://fr.squat.net/2017/11/26/par...t-consideree-comme-tentative-de-cambriolage/],
    et trois personnes ont fait une semaine de détention provisoire à la
    prison pour femmes de Fleury-Mérogis
    [https://fr.squat.net/2017/11/24/mon...-trois-copines-incarcerees-ont-ete-liberees/],
    dans l’attente de leur procès le 7 décembre 2017 au tribunal de Bobigny.
    Tou-te-s sont accusé-e-s de tentative de vol par effraction.

    Mais en fait, dans ces deux histoires, que leurs noms soient faux ou
    connus des « services », que ce soit pour un cambriolage, une visite de
    maison vide, ou une balade entre copines, que leur papiers soient en
    règle ou pas, qu’il ou elles soient « coupables » ou « innocent-es »,
    que ce soit à Montreuil ou à l’autre bout du monde…

    La liberté ne se trouve pas dans la sécurité apportée par un titre de
    propriété, le bon papier d’identité, une position de pouvoir, des
    flics-citoyens à tous les coins de rue ou un regard fuyant face aux
    différentes dominations se déroulant devant nous.

    Au contraire, nous essayons de découvrir ce qu’est la liberté en
    opposant la solidarité et l’entraide à la délation, à la résignation et
    à la passivité ; en attaquant les infrastuctures du pouvoir pour
    détruire les murs dressés entre nous.

    Soyons nombreux-nombreuses au procès des trois de Montreuil le 7
    décembre, à 13h, à la 17e chambre du Tribunal de Bobigny (métro Bobigny
    Pablo Picasso).

    Et à la cantine de soutien à Alfidel, le samedi 9 décembre, à 12h, à la
    Cantine des Pyrénées, 77 ue de la mare, Paris XXe (métro Pyrénées):
    Repas tchadien de soutien à notre camarade Alfidel qui s'est mangé un an de prison ferme pour avoir tenté d'ouvrir un squat !

    Liberté pour toutes et tous !
     
    the black daemon et Denis aiment ça.
  5. Denis
    Offline

    DenisMembre du forum

    38
    14
    4
    Sept 2017
    Homme , 57 ans
    France
  6. libertaire, anarcho-syndicaliste, auto-gestionnaire, révolutionnaire, anti-fasciste, anti-autoritaire
    Merci de ce mot ninaa
    solidarité avec tous ces gens qui se battent juste au quotidien pour
    le droit de vivre.
    Aujourd'hui, sur le Cambraisis, Raymond est mort "de froid".
    62 ans, son accordéon à droite, (il ne jouait jamais), son litron poche de gauche,
    ses insultes aux cognes (comme il disait), enfin, Raymond n'est plus là !!!

    y en a marre !!!!!
     
    ninaa apprécie ceci.
  7. ninaa
    Offline

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    3 926
    539
    261
    Fev 2014
    France
  8. anarchiste, anarcho-féministe, communiste libertaire, individualiste
    J'ai fait une recherche pour en savoir plus sur Raymond, mais j'ai rien trouvé du tout... Y a des morts qui n'auront jamais de funérailles nationales!
    Est-ce que tu l'as un peu connu? Tu pourrais nous en dire plus sur lui?
    Un site pour en savoir plus sur les "morts de la rue":
    Collectif Morts de la Rue

    HOMMAGE AUX MORTS DE LA RUE / Samedi 18 juin 2016
    Faire-part et affiches à télécharger, ci-dessous

    _ Vidéo : cliquer sur l’image

    [​IMG]

    [​IMG] [​IMG] [​IMG]
     
  9. Denis
    Offline

    DenisMembre du forum

    38
    14
    4
    Sept 2017
    Homme , 57 ans
    France
  10. libertaire, anarcho-syndicaliste, auto-gestionnaire, révolutionnaire, anti-fasciste, anti-autoritaire
    bonsoir,
    je réponds tard au message car je cherche Raymond.
    Quand je l'ai rencontré il me disait s'appeler Joseph, puis, serge,
    finalement on a convenu Raymond. Lui, m'appelait milord ou mon ami ca dépendait.
    Pour des soucis de compréhension je retranscrirais ici qqs conversations, non en chtimi
    mais en français.
    Je sais de lui qu'il était ouvrier textile licencié à ses 40 ans et vivant dans la rue depuis.
    Il adorait edith piaf, détestait les flics et se faisait une banque par jour : tous les
    jours, il changeait de pas de porte de banque : credit mutuel, sg, cic, .... ; juste pour
    les emmerder me disait-il.
    J'ai discuté une dizaine de fois avec lui, assis à ses côtés faisant les banques aussi, et
    partageant les clopes ; merci milord.
    Il me disait vivre dans son trou de temps en temps près des arbres et de l'église.
    J'en ai jamais su plus.
    Toute la semaine dernière pas de Raymond aux banques.
    interrogeant un de ses compagnons d'infortune, celui-ci me dit :
    -Raymond, ca fait un mois qu'on l'a pas vu, il avait froid et il disait qu'il allait
    mourir dans son trou en paix.
    -Un mois ? non pas possible
    - oui enfin y a longtemps.
    hier, sur Cambrai, nouvel "interview" , autre compagnon d'infortune : - raymond est
    mort dans son trou, tranquille.
    - Où ?
    - dans la forêt, près de l'église.
    - Y a pas de forêt à Cambrai ?
    - Si là bas derrière.
    Ce matin, j'ai téléphoné au commissariat (direct v d'ascq 60 kms d'ici) qui me renvoie sur
    une visite au commissariat de Cambrai . Euh non merci ... pas que je sois parano,
    mais je tenais à ressortir rapidement et rester libre de mes mouvements. Ils sont tellement
    cons ... enfin cela tout le monde le sait.
    Visite aux services mortuaires, pas de Raymond. Le Cateau, pas de Raymond.
    J'ai donc fait le tour en voiture des églises de Cambrai (et il y en un paquet (j'avoue que
    ce n'est pas mon lieu de ballade préféré) vérifier si un bois, un jardin les jouxtaient. Rien !
    Mais toujours pas de Raymond, à la banque, ni ailleurs et nouvelle confirmation comme
    quoi "le Raymond il est crevé de froid dans son trou".
    Je cherche dans ma tête mais ne trouve pas le lieu dont il peut s'agir.
    Le long de l'Escaut à Cambrai et tout le canal de Saint-Quentin sont bordés de bois, de futaies, ...
    je rechercherais mardi mais je crois, oui, que Raymond est "mort de froid" dans son trou.

    et comme il le disait, en dernier hommage, : - " tu chai min ami, les cognes y sont tertous des
    pourris !!!"

    Merci Raymond et aurevoir.
     
    ninaa apprécie ceci.
  11. ninaa
    Offline

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    3 926
    539
    261
    Fev 2014
    France
  12. anarchiste, anarcho-féministe, communiste libertaire, individualiste
    Merci Denis pour cet émouvant hommage. ':(:S:@
    Je t'en avais déjà parlé mais une fois de plus je ne saurais trop conseiller la lecture de ce livre (quant à moi et je ne suis pas la seule loin de là je n'en suis pas sortie indemne!):
    Théorie sur la relation entre drogue et Anarchie

    [​IMG]

     
Chargement...

Les membres qui ont lu cette discussion dans le dernier mois (Total: 11)

  1. ninaa
  2. Anarchie 13
  3. allpower
  4. IOH
  5. Ungovernable
  6. the black daemon
  7. pipat07
  8. Gattinista
  9. Denis
  10. pschrsrgnc
  11. inobedientes