Chargement...

Transgenre & féminisme queer

Discussion dans 'Féminisme et luttes d'émancipations LGBTQ' créé par Freak, 30 Août 2016.

  1. Anarchie 13
    Offline

    Anarchie 13Adolescent immature Comité auto-gestion Membre actif

    7 426
    489
    141
    Jan 2009
    France
  2. libertaire, anarchiste, chaos/Nihiliste, individualiste
    C'est humble mais je vois pas pourquoi ce serait différent que de se sentir "homme" ou "femme" pour quelque dont c'est l'"identité officielle" comme tu dis.

    Pour répondre à Lucille, je pense qu'il suffit pas d'avoir démonter rationnellement le "genre" dans sa tête pour que les réflexes, les habitudes "sexistes" disparaissent. Perso je me dis antisexiste, je sais que lorsque je pense à froid, que je réfléchis avant d'agir je suis rarement sexiste (mais même là ça m'arrive, et je regrette après mais bon) mais au niveau des goûts (qui sont incorporés et qui sont très difficiles à rationnaliser) par exemple je sais que j'ai encore des réflexes sexistes. Par exemple je fais du sport, je peux avancer les raisons que je veux mais c'est toujours pour des questions "esthétiques", de la même manière je suis pas attiré par les hommes, c'est pas inné, je sais très bien que c'est la société qui me l'a inculqué mais "c'est comme ça" comme tu dis, et les femmes aussi j'en trouve des belles et d'autres moins belles et si je me demande quels sont mes critères ça colle plus ou moins avec les critères "officiels". Je crois pas que y ait des différences dans ce domaine entre trans et non-trans, on vit tous dans la même société, on est tous de la même espèce. Je crois pas non plus que ce soit grave ou qu'il faille lutter contre ces "goûts socialement acquis" à l'échelle individuelle, je pense que c'est comme jeter un caillou dans la mare, ça a pas beaucoup d'effet (par exemple de critiquer un mec qui est hétéro en lui disant "c'est homophobe de ne pas accepter les contacts avec des personnes du même sexe" ce qui est vrai, selon moi, mais pas grave, c'est comme reprocher à quelqu'un de préférer la salade aux épinards ou je sais pas, c'est vrai là aussi que c'est épinarophobe mais bon, je crois pas que les épinards en aient quelque chose à battre).

    Je pense que c'est important de le mettre en débat pour prouver que les "goûts" sont jamais naturels ni innés (c'est pour ça que je suis pas trop d'accord quand t'emploie le terme "découvrir" comme si, au fond, tu l'avais toujours été sans t'en rendre compte alors que pour moi un goût peut pas exister si tu t'en rends pas compte, c'est comme moi, je peux pas dire que j'étais hétéro quand j'avais 4 ans et que j'étais plus attiré par des jouets que par les relations amoureuses à mon avis). Dire qu'ils sont ni innés, ni naturels je pense que c'est casser ce qui constitue l'argument principal de ceux qui font de l'hétérosexualité une norme ou qui affirment que les genres sont biologiques (que la femme serait portée "naturellement" à élever les enfants et à être douce etc... et l'homme à être viril bref on connait le topo).
    En fait comme disait un autre mec sur ce forum "l'important c'est pas ce que tu fais [te sentir femme, te sentir homme, avoir des pratiques hétérosexuelles ou homosexuelles] c'est comment tu le justifies", or ceux qui essayent de prétendre que leurs goûts sont naturels (l'hétérosexualité par exemple ou le fait d'avoir des goûts qui "correspondent" à son sexe selon la société) ils insinuent que ceux qui répondent pas à cette norme sont des déviants selon une logique transcendante (celle de la Nature). Et ça ça pose problème parce que les goûts sont plus produits par la société, donc les rapports qu'on a les uns avec les autres, mais par la Nature (ou la Contre-Nature) et donc y a qu'un pas à faire pour hiérarchiser les goûts (ceux qui prétendent que les goûts sont soit naturels, soit contre-naturels, disent souvent en parallèle que "la nature fait bien les choses" donc que ce qui n'est pas naturel, au mieux, ça doit pas trop se répandre au pire ça doit être éradiquer mais là du coup on est dans la rationalisation déjà, on n'est plus dans les simples goûts ou les habitudes on est dans comment on les justifie / théorise). Je sais pas si je suis clair par contre.

    Mais je trouve que l'exemple de ninaa sur les troubles hormonaux va dans ce sens, même en se prétendant antisexistes on a des réflexes sexistes et ça ne prouve pas pour autant que ces réflexes sont naturels même si ils viennent d'un trans donc de quelqu'un qui théoriquement aurait dû être socialisé à intégrer les normes d'un genre (et pas d'un sexe!) mais qui a intégré les normes de l'autre genre.
    Le sexisme c'est l'intériorisation de normes, au fond, quelqu'un de totalement non-sexiste mettrait les premières fringues qui lui tombe sous la main, mais la réalité c'est qu'on ne peut pas ne pas être influencé par des normes (même à force de déconstruire, déjà rien que déconstruire les normes ça se fait en obéissant à des normes de son milieu politique). C'est pas grave au fond. Le problème ce sont les théories rationnelles qui essayent d'argumenter ces normes d'après moi et aussi, bien sûr, les structures sociales qui les diffusent mais ça faut faire la révolution pour les renverser sans ça c mort...
     
  3. Freak
    Offline

    FreakMembre du forum

    23
    3
    0
    Juil 2016
    France
    @ninaa@ninaa L'exemple que ton amie a donné me convient pas à vrai dire. Si on assimilait pas les poils aux hommes directement, ce genre de phrase ne devrait pas poser problème. C'est juste que le genre a pris une place considérable dans l'identité et moi ça me va pas du tout. Dans son exemple, elle serait vexée qu'on l'appelle monsieur parce qu'elle aurait des poils. Mais le problème, c'est pas elle. C'est la personne qui l'appelle monsieur et qui genre les poils, donc. Faut pas prendre le problème à l'envers. La lutte LGBT, je suis pas contre du tout, parce qu'il faut une sacré dose de courage pour s'opposer aux normes. C'est juste que j'ai l'impression que la lutte ne se fait pas dans le bon sens en fait.
    @Anarchie 13@Anarchie 13 Pour appuyer tes propos, il m'est arrivé de discuter avec un ami de l’hétéro-normalité. Je lui ai expliqué que ça m'embêtait d'être hétérosexuelle, parce que je me sentais influencée par les normes. Sa réponse, malgré sa simplicité, m'a semblé être la bonne : Je n'allais pas me forcer à aimer une fille pour déconstruire une norme. Je suis donc particulièrement d'accord avec "la réalité c'est qu'on ne peut pas ne pas être influencé par des normes"
    On essaie de rendre nos comportements moins injustes, on essaie de se débrouiller entre son identité et les inégalités que ça peut amener et on fait avec.
     
  4. ninaa
    Offline

    ninaaMembre du forum Membre actif

    9 011
    1 603
    416
    Fev 2014
    France
  5. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    Les inégalités de classe ne pourront être résolues que par une révolution: en revanche on a déjà pu constater des progrès dans les domaines du sexisme, de l'homophobie, de la transphobie, du racisme... dans le cadre de ce système. Donc il faut poursuivre les efforts dans ce sens.
    Dans l'absolu c'est sans doute vrai, mais voilà, comme le dit anarchie13 et comme tu le reconnais toi même,
    Car "vexée" d'être pris pour un homme (pas par "une personne" mais par tout le monde ou presque...) quand on se sent une femme (qu'on soit "officiellement" "née femme" ou non), le mot est trop faible. Rien que d'imaginer une telle situation je me sens blessée, traumatisée, désespérée.
    Et j'aurais beau me répéter "t'as qu'à t'en foutre, le problème vient des autres pas de toi", ça ne me consolerait absolument pas. Je pense que je ferais n'importe quoi pour être à nouveau considérée comme une femme, traitements hormonaux, même cancérigènes, opérations, même douloureuses, etc.
    J'ai lu des témoignages de femmes atteintes d'hisurtisme qui disaient envisager le suicide. Et apparemment beaucoup de trans sont suicidaires (les stats ci dessous concernent le Québec mais ça doit être grosso modo pareil en France):
    Statistiques sur les personnes trans* - ATQ

    Comme le dit anarchie13 d'une façon générale on est tous et toutes influencés par le regard des autres, et par les codes en vigueur; selon les études des ethnopsychiatres même les "déviants" (criminels ou marginaux) sont influencés par ce qu'ils appellent "des modèles d'inconduite socialement proposés".
    Le regard des autres est un problème tout à fait réel pour tout le monde, donc pour les trans aussi, encore plus vu les violentes discriminations dont ils et elles sont victimes.
    Je crois qu'au minimum il faut savoir les écouter et ne pas les blesser encore plus (même si on n'en a pas l'intention).
    [​IMG]
     
  6. Freak
    Offline

    FreakMembre du forum

    23
    3
    0
    Juil 2016
    France
    Je considère les trans comme des minorités à protéger mais surtout à accompagner. Parce qu'assumer ce que l'on est dans ce monde c'est déjà dur, alors si en plus ça correspond pas aux normes c'est d'autant plus difficile. J'ai la chance d'avoir quelques amis avec qui m'assumer pleinement, mais tout le monde n'a pas cette chance. C'est pour ça qu'il faut se soutenir et ne pas laisser les fermés d'esprit continuer à répandre leurs normes et leurs oppressions.
    Je connais l'oppression de genre dans l'autre sens, donc je sais que c'est pas facile. Même si je suis loin de vivre ce qu'un trans vit, il m'arrive très fréquemment d'avoir envie de me balafrer le visage pour qu'on me considère pour autre chose que mon physique. Quand je suis énervée, j'ai envie de dire au monde que je l'emmerde et j'ai envie d'être "moche" selon les normes, juste pour voir les visages outrés. Mais je ne le ferais pas, parce que comme n'importe qui je suis soumise aux normes. Alors je continuerai de prendre une voix douce pour parler aux inconnus, je continuerai de baisser les yeux quand on me parle tout en rugissant tel un dinosaure à l'intérieur.

    Je pense que si on accorde moins d'importance à son genre, on arrive plus facilement à s'en détacher, mais il faut aussi avoir confiance en soi, avoir un entourage présent et ouvert d'esprit, bref il faut beaucoup de choses mais ce n'est pas en se conformant aux normes, même d'une autre façon (Aussi déplaisante puisse-t-elle paraître pour nos crétins bien aimés) qu'on changera les choses, selon moi.
     
  7. ninaa
    Offline

    ninaaMembre du forum Membre actif

    9 011
    1 603
    416
    Fev 2014
    France
  8. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    rassure-toi, tu n'auras pas besoin de te balafrer le visage pour être considérée comme "moche", il te suffit d'attendre quelques années... Le problème c'est qu'on ne te considèrera pas pour autant pour autre chose que ton physique!
    Ok à chacune ses problèmes dans la vie mais je ne pense vraiment pas que ceux des filles "trop belles et trop sexy" puissent être comparées à ceux des trans, c'est carrément d'un autre ordre. Dans ton cas la solution est nettement plus facile: pas besoin d'opération ou de traitement, même si tu es miss Monde en personne s'enlaidir c'est beaucoup plus simple que ressembler à une femme (organes génitaux compris) quand on est né homme!

    Je ne pense pas que les trans demandent qu'on les "protège" ou "accompagne" (c'est sans doute encore involontaire de ta part, mais oui, ça paraît un peu condescendant...).
    J'ai lu attentivement divers témoignages (dont celui de l'alternactiviste), discuté avec la copine dont je parlais plus haut, et ce qu'il en ressort c'est qu'ils ou elles demandent seulement à être accepté-e-s avec leur identité de femme ou d'homme à part entière (en dehors des individus qui se disent "non binaires" évidemment).

    Les trans luttent eux et elles mêmes pour leur propres droits, c'est cette lutte qu'il faut soutenir. Ci dessous les revendications de la marche exitrans: nulle part il n'est fait mention de "dépasser les normes" (comme si qui que ce soit les dépassait réellement!):
    Act Up-Paris | EXISTRANS#16 – 20 octobre 2012 – 14h – Place de la Bastille
    Encore une fois personne ne s'en fout réellement du regard des autres, et ce regard passe obligatoirement par des normes, entre autres, des normes de séduction. Si un jour tu devais développer de l'hisurtisme tu souffrirais certainement des moqueries, des "monsieur" à répétition et même de ta propre image dans le miroir.
     
  9. Freak
    Offline

    FreakMembre du forum

    23
    3
    0
    Juil 2016
    France
    Quand j'exprimais mon sentiment d'oppression, c'était juste pour montrer qu'on les vit tous à un degré différent, et je pensais avoir précisé que l'oppression des trans n'était pas comparable à la mienne.
    En fait quand je parle d'accompagner, c'était dans ma vision trans mais je me doute bien que ce n'est pas de ça dont il est question dans la société d'aujourd'hui (Disons que j'imaginais un peu ça dans "ma p'tite utopie" quoi)
    J'utilisais le mot accompagner comme on peut vouloir accompagner un enfant à s'assumer face au harcèlement scolaire par exemple, je pensais pas que ça faisait condescendant, milles excuses.
     
  10. ninaa
    Offline

    ninaaMembre du forum Membre actif

    9 011
    1 603
    416
    Fev 2014
    France
  11. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    En fait c'est même tellement différent que je ne comprends même pas qu'on puisse même évoquer la comparaison...
    Le pire c'est que je suis à cent pour cent convaincue que tu crois sincèrement qu'il n'y a rien de condescendant ni dans le mot "accompagner" et "protéger" (s'agissant d'individus qui luttent durement pour leurs propres droits), ni dans cette nouvelle comparaison avec un "enfant" qui ferait face au harcèlement scolaire...
    Si tu lis les revendications de la marche exitrans tu verras que l'oppression dont sont victimes les trans n'est pas seulement d'ordre individuel (comme le harcèlement scolaire - j'imagine que tu parles des autres enfants et non de l'oppression des profs et de l'institution scolaire?) mais d'ordre politique et social.
    Si comme j'en ai l'impression au delà des discours sur l'obéissance aux normes tu es sensible à leur oppression tu peux relayer leurs revendications militantes, participer aux manifs contre la transphobie, soutenir les associations de lutte pour leurs droits, etc.
     
  12. Anarchie 13
    Offline

    Anarchie 13Adolescent immature Comité auto-gestion Membre actif

    7 426
    489
    141
    Jan 2009
    France
  13. libertaire, anarchiste, chaos/Nihiliste, individualiste
    J'espère que t'as raison.
    A mon avis le sexisme change de forme plus qu'il ne disparait. Je suis pas spécialiste, mais le patriarcat c'est quand même une idéologie liées aux anciennes structures sociales, du coup je ne sais pas si le sexisme qu'il engendre ne diminue pas plutôt justement par la victoire de la bourgeoisie sur les institutions féodales. Genre les mouvements féministes et des "minorités sexuelles" prônaient les "droits de l'Homme" qui sont une production bourgeoise.
    Mais en contrepartie y a un sexisme marchand spécifiques au capitalisme qui s'impose.
    Je pense que c illustré par le fait qu'avant on demandait aux femmes de cacher leur corps parce qu'elles "appartenaient" à leur mari et aujourd'hui on fétichise au contraire les corps peu habillés parce que ça fait vendre, ça crée le désir.
    Après c'est peut-être un sexisme moins violent mais je pense que faut rester sur ses gardes. Comme tu dis "poursuivre les efforts"
     
  14. pilou-ilou
    Offline

    pilou-ilou  Comité auto-gestion Membre actif

    1 692
    316
    22
    Avr 2016
    Homme
    France
  15. libertaire, anarchiste, féministe, anarcho-syndicaliste, syndicaliste, auto-gestionnaire, synthèsiste, anarcho-fédéraliste, anti-fasciste, anti-autoritaire
    un fait qui m'a ému. Cette transsexuelle Turque qui à été assassinée récemment.Elle avait affrontée courageusement la police anti émeute lors d'une manif, en s'asseyant par terre.
     
    allpower apprécie ceci.
  16. ninaa
    Offline

    ninaaMembre du forum Membre actif

    9 011
    1 603
    416
    Fev 2014
    France
  17. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    C'est certain le sexisme, l'homophobie et la transphobie n'ont pas disparu ici et maintenant, mais il peuvent prendre une forme moins insupportable.
    Evidemment il ne faut pas se résigner, on doit viser la disparition complète, donc continuer à lutter même dans le cadre de ce système.
    Sans remonter à l'époque où le père avait droit de vie et de mort sur sa femme et sa fille les luttes féministes ont fait progresser les choses depuis quelques décennies:

    L'homophobie n'a pas disparu mais c'était objectivement bien pire il y a quelques décennies:
    Et pour en revenir à la transphobie, les trans ont remporté quelques droits mais il reste du chemin à faire:
    Un autre article de Libération sur le sujet:
    Pour les trans, le changement d'identité à la merci du tribunal

    Je ne sais pas à quelle époque exactement tu fais allusion, mais dans l'Histoire on a toujours connu ce syndrome de l'épouse vs la putain. Les hommes voulaient pouvoir sauter des femmes sexy tout en préservant leur propre femme du désir des autres. Ok ça fait vendre, mais parce que ça joue sur des comportements masculins qui remontent à des siècles. Tout comme cette injonction de plaire, unique but de toute femme digne de ce nom (plus l'injonction de procréer, d'ailleurs directement liée).
    Sur ce plan aussi il y a eu des progrès. A une époque le refus d'avoir des enfants pour une femme était juste inimaginable.

    [​IMG]
    Et puis je suis la première à vouloir lutter contre les diktats de la pub mais tout ne se vaut pas, risquer d'être vitriolée parce qu'on ne porte pas de hijab et subir l'influence de la pub ça ne peut pas se comparer. Plein de femmes résistent à l'injonction de s'habiller sexy sans encourir aucun risque.
     
  18. ninaa
    Offline

    ninaaMembre du forum Membre actif

    9 011
    1 603
    416
    Fev 2014
    France
  19. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
     
  20. ninaa
    Offline

    ninaaMembre du forum Membre actif

    9 011
    1 603
    416
    Fev 2014
    France
  21. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    Le groupe anarchiste Regard noir relaie un débat autour de la "manif pour touz" qui a lieu aujourd'hui à
    Groupe anarchiste Regard Noir | Facebook

    Je suis allée voir la polémique, et je donne un premier point de vue:
    Les critiques portent surtout sur le visuel de l'affiche qui représente quasi uniquement des rapports sexuels hétéros (des hommes qui prennent des femmes par derrière, se font sucer etc.).
    Un autre questionnement concerne le côté "ouvert à tous" (l'appel rassure: il ne s'agit pas d'une "gay pride", ce n'est pas une manif d'homosexuel-le-s...). Or la gay pride n'est pas absolument pas fermée aux hétéros, qui peuvent participer en tant que soutiens.
    Or la manif pour tous (que cette manif pour touz est censée contrer) est clairement homophobe (il n'a jamais été question de lutter contre des pratiques sexuelles hétéros comme la pipe ou la levrette!): n'aurait-il pas été logique que la manif pour touz soit centrée sur la lutte contre l'homophobie, mais ouverte aux soutiens?
     
  22. Anarchie 13
    Offline

    Anarchie 13Adolescent immature Comité auto-gestion Membre actif

    7 426
    489
    141
    Jan 2009
    France
  23. libertaire, anarchiste, chaos/Nihiliste, individualiste
    Ouais c'est chelou dit comme ça...
     
  24. ninaa
    Offline

    ninaaMembre du forum Membre actif

    9 011
    1 603
    416
    Fev 2014
    France
  25. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    Une analyse anarchiste de la Théorie du Privilège
     
  26. Léa B
    Offline

    Léa BMembre du forum

    33
    15
    1
    Mar 2016
    Femme
    France
    Bonjour.
    Je suis une fille trans et je ne me "sens" pas fille, je le suis.
    Ah et on ne dit pas "transsexuel-le" ça se rapporte au "transsexualisme" c'est violent :/
    (sauf si la personne s'appelle elle même transsexuel-le évidemment, je parle en général)
    "personne trans" c'est bien.

    Vous savez, le "être trans c'est renforcer les genres" on l'entend 468798 fois partout.
    Ça part d'une confusion entre ce qu'on aimerait (je sais pas si moi je veux mais je comprends qu'on veuille l'absence de genre) et le monde réel. Le monde réel est genré, point.
    Et même si vous n'avez "pas l'impression" d'être une femme ou un homme, si je vous montre une photo vous allez y associer un genre, avec tout ce qui y est associé socialement (et oui je trouve ça nul). En fait c'est simple, quand une personne cis dit qu'elle est femme ou homme c'est normal mais quand une personne trans le dit alors là c'est forcément qu'elle a des gros clichés sur ce qu'est être une femme ou être un homme etc.
    Non. On vit simplement dans le même monde que vous. Le monde genré, et dans ce monde on fait partie de certains groupes sociaux, qui sont soit "femme" soit "homme" soit un autre. C'est simplement vivre dans le même monde, pas renforcer.
    Partout on genre les gens, on ne trouve pas ça choquant de dire "J'ai rencontré une fille que je connais à cette fête" alors que ça n'a rien à voir avec la conversation, c'est comme dire "j'ai rencontré une personne blonde que je connais à cette fête", j'ai envie de dire "euh ouais pourquoi tu me dis qu'elle est blonde ? qu'est-ce que ça fait là ?", voilà, c'est ça le genre, c'est une image mentale tellement présente partout qu'elle a un sens propre. Et elle est beaucoup plus fabriquée par les personnes cis que par les personnes trans.
    Quand je parle en langage inclusif, donc en disant "un-e historien-ne" ou "iels sont allé-e-s au parc", ce sont les cis qui disent qu'on se fiche du langage que c'est pas important qu'il y a des combats plus importants, alors que c'est un instrument extrêmement puissant du genre.
    Ce sont les cis qui renforcent les normes de genre en ne les voyant pas.
    Les communautés où on détruit le plus les normes de genre sont les communautés trans, et après les cis viennent dire "ouais tu renforces"...

    Une petite image :
    12246811_1651638001791920_4546298356597847305_n.jpg
     
    ninaa apprécie ceci.
  27. Anarchie 13
    Offline

    Anarchie 13Adolescent immature Comité auto-gestion Membre actif

    7 426
    489
    141
    Jan 2009
    France
  28. libertaire, anarchiste, chaos/Nihiliste, individualiste
    Je me souviens que mondialisme.org avait dit qu'en Chine et dans d'autres régions du monde la langue ne fait pas la distinction entre le masculin et le féminin et pourtant la société est patriarcale. Mais bon ça veut pas dire que le langage n'est pas important, par contre je pense que c'est les rapports sociaux de genre qui déterminent le langage plus que l'inverse. Une expression ou un mot si elle ne correspond à aucune réalité sociale ça se perd au bout d'un moment. Si le langage genré perdure c'est parce qu'il permet de décrire une société (parce qu'elle est genrée).

    Ben on va sans doute y associé un sexe mais tout ce qui y est associé socialement on pourrait ne pas l'associer pour peu que la société qui nous a rentré les catégories de genre dans la tête et nous les a fait paraitre importantes soit différente, c'est une mauvaise habitude à perdre.

    Là par contre je suis pas d'accord, y a pas de genre dans cette phrase. Peut-être que tu "réduis" une personne à une catégorie (en l'occurrence à son sexe) pour l'identifier mais bon je suis pas certain que ça sous-entende que tu la juges par rapport à ça, peut-être simplement c'est le plus simple pour la distinguer. Et effectivement il peut arriver de parler de sa couleur de cheveux plutôt que de son sexe ou quoi si ça permet de l'identifier plus aisément (genre si y a que des filles) et ça me choquerait pas et je me demanderais pas pourquoi il met l'accent sur sa couleur de cheveux. C'est pas pareil qu'un mec qui me dirait "la dernière fois je suis allé à la boxe et y avait une meuf" là c'est plus ambigu déjà mais c'est la phrase en elle-même qui peut avoir un sous-entendu (genre "c'est surprenant que y ait une meuf à la boxe parce que c'est pas un sport de mec") et là y a du genre du coup. Enfin pour moi le simple fait de désigner quelqu'un par son sexe c'est pas du genre.

    Après si je te dis que je ne me sens pas "homme" c'est parce que c'est la vérité, si je me pose la question d'une façon existentielle "pourrais-je être une femme ?" ben ouais, fondamentalement si j'étais né fille aujourd'hui je correspondrais sans doute au genre féminin le fait que je corresponde au genre masculin je sais très bien que c'est socialement déterminé et que c'est pas intrinsèque à moi. Je mettrais pas des robes du jour au lendemain, mais je sais très bien que c'est pas parce que je pense que ça m'irait pas ou que "c'est un truc de meuf" mais que c'est par rapport au regard des autres.
    Je me sens pas "homme", j'ai été construit selon les normes masculines et y en a un certain nombre dont j'ai pas envie de me défaire, je pense pas que ça m'apporterait grand chose d'"oser" porter des robes ou de peindre ma chambre en rose, je me sentirait pas en tort si je le faisais mais entre j'en vois pas vraiment l'intérêt.

    Bon je digresse un peu c'est que je réfléchis en écrivant.
    En fait dans le "je me sens fille" y a un côté naturalisant comme si c'était inexplicable socialement que c'était "dans la peau" alors que d'après moi non, on se sent fille ou garçon parce qu'on est plus à l'aise avec les normes féminines ou masculines pas parce qu'on aurait "dû" naître homme mais qu'on a eu un corps de femme. Du coup je te rejoins là-dessus, on peut naître avec un corps d'homme et puis finalement on se sent plus à l'aise avec les normes féminines et c'est pas plus différent de moi qui me sens plus à l'aise avec le genre masculin alors que je suis né avec un corps d'homme parce que ouais, on vit dans une société genrée et qu'on peut pas décréter du jour au lendemain d'oublier que les genres existent et toute sa façon de voir le monde en fonction de ça. D'ailleurs un mec qui me dis "je me sens mec" je lui dirais pareil que c'est débile comme remarque.
     
  29. ninaa
    Offline

    ninaaMembre du forum Membre actif

    9 011
    1 603
    416
    Fev 2014
    France
  30. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    Je trouve que la plupart du temps ça se ressent plutôt en négatif: ado j'avais un petit ami que tout le monde prenait pour une fille (les traits fins, imberbe). A tel point qu'on ne pouvait pas se tenir par la main dans la rue (plein de gens criaient: "les gouines, les gouines!", certains étaient agressifs, un jour un mec a essayé de nous frapper, on s'en est sortis parce qu'il a dit: "Je suis un homme", mais là le mec l'a insulté parce qu'il était "efféminé"). Il le vivait hyper mal et dès que possible il s'est laissé pousser la barbe...
    J'ai parlé de l'exemple de l'hisurtisme: je pense que la plupart des femmes vivraient très mal d'être "confondues avec un mec".
    Etre ressentie par les autres en accord avec l'image mentale qu'on a de soi (femme ou homme, quel que soit son sexe de naissance) c'est hyper important pour tout le monde. Mais on ne s'en rend compte qu'en cas de décalage.
     
    Léa B apprécie ceci.
  31. Anarchie 13
    Offline

    Anarchie 13Adolescent immature Comité auto-gestion Membre actif

    7 426
    489
    141
    Jan 2009
    France
  32. libertaire, anarchiste, chaos/Nihiliste, individualiste
    Ouais c'est ce que je voulais dire, mais j'appellerais pas ça "se sentir homme". Parce que ce serait nier qu'on se comporte comme un homme sous la contrainte (et vice versa pour les femmes).
     
  33. ninaa
    Offline

    ninaaMembre du forum Membre actif

    9 011
    1 603
    416
    Fev 2014
    France
  34. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    Queer radical!? C'est quoi ça?
     
  35. ninaa
    Offline

    ninaaMembre du forum Membre actif

    9 011
    1 603
    416
    Fev 2014
    France
  36. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    Se requiere un control de seguridad
     
    lalternactiviste apprécie ceci.
Chargement...