Chargement...

Rien n'va plus

Discussion dans 'Archive' créé par Vince_Snake, 20 Mai 2008.

  1. Vince_Snake
    Offline

    Vince_SnakeNain Géant Membre actif

    59
    0
    1
    Mai 2008
  2. anarchiste, internationaliste, auto-gestionnaire
    Rien n'va plus, les jeux sont faits
    Rien n'va plus, les dés sont jetés
    Comme tout est truqué, étriqué
    Tout l'monde est à la rue

    Rien n'va plus, c'est l'même refrain
    On se tient tous une couche d'ozone,
    Rien n'va plus, un lieu commun,
    C'est partout la même zone.

    C'est dollar ou du cochon
    C'est de l’art et du pognon
    Celui qui n'est pas vendu
    II est a louer, tout au plus ...

    A donde vamonos? Y por eso que hacemos?
    Tu le sabes y te cal las o tu grietas pero no mas
    Où on va, qu'est-ce qu'on fait?
    Tu l'sais bien, mais qu'est-ce t'en fait?
    On y va, qu'est-ce que t'en dis,
    Ça s'passe, maintenant et ici...

    Et sur des rythmes insanes
    J'entends crier: "¡ No pasaran !"
    Les lois sont déjà passées
    La liberté s'est code-barrée

    Alors pas étonnant qu'tes frères
    Fassent la nique à ta mère
    Nécessité à ces cités
    Crois-tu vraiment qu'ils manquent pas d'air ?

    Et si certains redoutent encore
    De voir leurs gènes se métisser
    Ont-ils besoin d'concentration
    Pour choisir leur camp pour de bon ?

    A donde vamonos? Y por eso que hacemos?
    Tu le sabes y te cal las o tu grietas pero no mas
    Où on va, qu'est-ce qu'on fait?
    Tu l'sais bien, mais qu'est-ce t'en fait?
    On y va, qu'est-ce que t'en dis,
    Ça s'passe, maintenant et ici...

    Camarade, même si j'vois rouge
    Le temps de Lénine est passé
    Entre les lignes, si rien ne bouge
    Au ciel on pourra s'en r'parler

    Sans abri, sans à bouffer
    Pourrais-tu croire aux droits de l'homme?
    Démocratie de mots crasseux
    D'un pieux mensonge tu nous assommes

    Ton opium, c'est d'voir les gens,
    Crever à l'écran devant toi
    En prenant calmement ton r'pas,
    Et tu n't'en repends pas
    T'es navré sous le sang, désolé un instant
    Mais t'en r'prends deux fois, cela va d'soi...