Chargement...
  1. Pour consulter le Webzine : https://www.libertaire.net/articles

Droits & libertés repression contre les antifa en crimée

Discussion dans 'Webzine - actualité des luttes et partage d'articles de presse' créé par kaboc, 29 Octobre 2014.

  1. kaboc
    Offline

    kabocMembre du forum Membre actif

    98
    0
    13
    Juil 2010
  2. libertaire, anarchiste, anarcho-féministe
    La répression contre les militants de Crimée:
    Campagne de soutien pour Alexander Kolchenko, antifasciste de Crimée





    <br>




    [​IMG]




    Alexander Kolchenko et Oleg Sentsov seront en détention provisoire jusqu'au milieu de janvier 2015.
    L'enquête est aux mains des services spéciaux russes.

    Contexte politique
    La péninsule de Crimée en mer Noire faisait partie de la RSFSR (République socialiste fédérative soviétique de Russie), puis de la République socialiste soviétique d'Ukraine depuis 1954. Toutes deux membres de l'URSS.
    Après l'effondrement de l'URSS en 1991, le nouvel État indépendant ukrainien a reçu le territoire de la péninsule de Crimée. En vertu du traité entre l'Ukraine et la Russie, un considérable contingent de la marine russe restait stationné sur le territoire.

    En Mars 2014, profitant de l'instabilité en Ukraine (suite aux protestations de Maidan), la Russie déploya efficacement des unités supplémentaires en Crimée et annexa la région. Une partie considérable de la population de Crimée préoccupée par la possibilité que les nationalistes ukrainiens prennent le pouvoir à Kiev et croyant aux promesses d'amélioration de la situation économique dans la république criméenne, ont supporté l'annexion. La télévision russe étant très présente en Crimée, la population fut très influencée par la propagande russe Anti-maidan.
    Le 11 Mars 2014, le Conseil suprême de la République autonome de Crimée et le conseil municipal de Sébastopol ont signé une déclaration d'indépendance de la République autonome de Crimée et Sébastopol. La réunion du parlement a eu lieu alors que le bâtiment été bloqué par des militants sans étiquette politique. Une telle atmosphère peut avoir influencé les députés et le quorum de cette réunion historique peut soulever des doutes.
    Un référendum sur les questions de l'état de la péninsule a eu lieu le 16 Mars, 96% ont voté pour l'annexion russe. La légitimité de ce référendum peut aussi être mise en doute, car il a eu lieu alors que la propagande russe était intense.
    Dans le même temps, la plupart de la population de Crimée était manifestement du côté russe à ce moment-là.
    L'Ukraine et l'écrasante majorité des membres de l'ONU n'ont pas reconnu la séparation de la Crimée de l'Ukraine, ni son annexion par la Russie.
    Certains autochtones de Crimée (Tatars de Crimée en particulier, mais pas seulement) s'oppose à l'annexion, mais les autorités russes ont tout fait pour persuader ou intimider ceux qui étaient contre. D'ou le fait qu'aucune manifestations de masse n'eut lieu en Crimée. L'accord de Crimée et Sébastopol fut signé le 18 Mars. Selon ce document, ces territoires font partie de la Fédération de Russie.

    L'affaire Kolchenko et Sentsov: la base de l'accusation
    Selon le communiqué de presse du FSB (ex-KGB), Oleg Sentsov, Gennadiy Afanasiev, Alexey Chirny et Alexander Kolchenko sont accusés conformément à l'article 205 (terrorisme), l'article 205.4 ("participation à une organisation terroriste"), l'article 222 («acquisition illégale , transfert, vente, stockage ou ports d'armes à feu, ses éléments de base, munitions, explosifs ou d'engins explosifs ") du Code criminel de la Russie. Ils sont accusés d'avoir participé à un« groupe terroriste» qui a planifié les explosions près du mémorial de la seconde Guerre mondiale et le monument Lénine à Simferopol, les 8 et 9 mai. Ils sont également soupçonnés d'avoir commis deux incendies criminels: contre le siège de l'organisation "la communauté russe de la Crimée" le 14 Avril et le bureau du parti Russie unie.
    Le FSB affirme que des explosifs, des armes à feu, des munitions, des cocktails Molotov, des casques de chantiers (comme ceux utilisés lors des manifestations de Maidan), des respirateurs, des masques à gaz, des grenades à peinture, des attributs nationalistes, etc ont été trouvés lors de la perquisition des appartements des participants . L'objectif principal du groupe terroriste était la réalisation d'actes terroristes subversifs à Simferopol, Yalta et Sébastopol, et de sabotage de voies ferrées et de lignes électriques.
    Un autre élément important de l'accusation est la participation présumée des accusés dans «pravy sektor", un mouvement d'extrême-droite ultranationaliste, devenus un syndicat informel de la droite pendant les protestations à Kiev de l'automne à l'hiver 2013 et qui manque d'organisation et d'une structure bien définie.
    L'article 205, part2 du Code pénal de Russie prévoit une peine maximale de 10 à 20 ans de prison.

    Détails de l'affaire et commentaires à charge<br>;

    Tous les accusés ont été arrêtés en Crimée entre le 9 et le 16 mai. Après plusieurs interrogatoires, ils ont été transférés à Moscou et sont enfermés depuis au centre de détention provisoire de Lefortovo. Oleg Sentsov a refusé de témoigner, même si le FSB l'a battu et violé après son arrestation le 11 mai 2014.
    Alexander Kolchenko a admis avoir été présent sur les lieux des incendies criminels, mais il nie les charges terroristes.
    Gennadiy Afanasiev et Alexey Chirny ont admis entièrement leur faute et ont refusé tout soutien d'avocats indépendants.
    Tous les accusés ont été sous pression psychologique – durant les émissions de télé sur l'arrestation de Chirny, il demandait à l'agent du FSB ce qu'il devait répondre aux questions du journalistes-Comme les avocats des accusés font l'objet d'une forte censure, nous n'avons que très peu d'informations.
    Voici l'article 205 du Code pénal de Russie, "acte de terrorisme"<br>:
    Toute participation à la perpétration d'une explosion, d'incendie criminel, ou toute autre action mettant en danger la vie des personnes, causant des dommages matériels important, ou entraînant d'autres conséquences socialement dangereuses, si ces actions ont été commises dans le but de porter atteinte à la sécurité publique, d'effrayer la population, ou d'exercer une influence sur la prise de décision par les organismes gouvernementaux, et également la menace de commettre ladite action, pour les mêmes fins ».
    Alors que s'est il passé à Simferopol, le 14 et 18 Avril 2014<br>?
    L'incendie des deux offices mentionnés ci-dessus ("communauté russe de Crimée", organisation nationaliste qui signifie "droits des Russes en Crimée" et "Russie unie", le parti au pouvoir en Russie) a réellement eut lieu. Il n'y eut pas de dommages matériels important. Dans les deux cas<br>, le feu a été éteint très rapidement. Personne n'a été blessé et personne ne pouvait l'être<br>; la nuit il n'y avait personnes dans ces bâtiments. Par conséquent, aucune population effrayée et pas de vie mise en danger.
    Habituellement en Russie , ce genre d'incident est qualifié de hooliganisme ou de vandalisme.
    "Russie unie" et "communauté russe de Crimée" ne sont pas des organismes gouvernementaux, il n'y eut pas de déclaration politique ni plainte après l'incendie. Par conséquent, ces événements n'ont rien à voir avec "exercer une influence sur la prise de décision par les organismes gouvernementaux» ou «entraînant des conséquences socialement dangereuses».
    Tous les accusés sont affichés comme faisant partie du «pravy sektor". Selon ses activités dans les réseaux sociaux nous pouvons probablement supposer que Alexey Chirniy était un sympathisant des nationalistes et du "pravy sektor», mais nous n'avons aucune information fiable sur sa position politique. Les autres accusés n'ont aucun lien avec le «pravy sektor", ce qui a été confirmé par tous leurs parents et amis. Par ailleurs, Alexander Kolchenko est un antifasciste qui s'oppose constamment aux mouvements nationalistes en Crimée. Selon toutes les apparences, les accusés ne se connaissaient pas ou se connaissaient à peine les uns les autres, sinon il est impossible d'expliquer pourquoi un nationaliste et un antifasciste aient participé à la même action.
    Cela signifie que l'accusation proposée est loin de la réalité et ne peut s'expliquer que par un fond politique.


    contexte politique
    Pour les autorités russes l'annexion de la Crimée est un élément important de la campagne de propagande visant à augmenter le patriotisme de la population et à redorer le blason de l'état. En Russie, une partie importante de la population pense que la Crimée est un territoire habité principalement par le peuple russe et qu'il a été injustement remis a l'Ukraine. Dans le même temps, 22 années se sont écoulées depuis l'effondrement de l'URSS et personne n'a jamais sérieusement demandé de rendre la Crimée à la Russie.
    Mais lorsque les autorités russes ont sauté sur l'occasion et annexé la Crimée sans effusion de sang, cela a été salué par de nombreuses personnes en Russie comme un succès sans précédent contre la «<br>fasciste<br>» et hostile Ukraine. Les autorités russes ont insisté pour que la population de Crimée soutienne l'annexion, justifiée par la nécessité de "réunir la nation russe". Ils ont soutenu les militants pro-russes d'extrême-droite des régions locales qui se sont réunis sur la péninsule ainsi que les milices armées soi-disant d'"auto-défense de Crimée», également composées de groupes d'extrême-droite. C'est pourquoi toutes les manifestations politiques dans la république de Crimée sont prises comme une menace par les autorités russes, surtout étant donné la réticence de la communauté internationale à reconnaître l'annexion comme légitime.
    Les milices de Crimée acceptent régulièrement des policiers antiémeutes ukrainiens comme membres. En hiver, ces troupes antiémeutes de la police (dit "Berkut") avaient été déployées à Kiev pour éviter des troubles civils; ils ont tiré sur des manifestants non armés.
    Les intérêts et l'existence même des Tatar, Karaim et d'autres groupes ethniques "non-russes" en Crimée sont ignorés, leurs institutions autonomes sont détruites et réprimées. Après l'annexion, la liberté de la presse et la liberté de rassemblement en Crimée ont été grièvement diminuées.
    «<br>L'<br>exposition<br>»<br> d'un groupe terroriste est une occasion de capturer certains des militants dans le but d'intimider les autres, et faire en sorte que toute personne qui ne respecte pas les nouvelles autorités soit réprimée. Le fait que le FSB mène une campagne de propagande active autour des accusés, prétendant qu'ils font partie du «pravy sektor", révèle la nature politique de l'affaire Kolchenko-Sentsov. La télévision russe exagère considérablement l'étendue de l'influence sur le peuple ukrainien de "pravy sektor" et crée une atmosphère de peur des «organisations fascistes Ukrainiennes<br>», qui ont déjà la main mise sur la Crimée russe<br>.
    Les accusés sont déjà incriminés dans les médias, bien que leur culpabilité ne soit pas prouvée et pas encore établie.
    La citoyenneté de l'accusé est devenu un classique Catch-22*. Kolchenko et Sentsov continuent à se considérer comme des citoyens ukrainiens dans la mesure où ils n'ont pas abandonné leur citoyenneté et n'ont pas demandé la citoyenneté russe. Le consulat ukrainien a demandé à plusieurs reprises aux autorités russes le droit de rendre visite aux accusés dans le centre de détention provisoire. Pourtant, les autorités russes ont répondu que les habitants de Crimée ont eu la possibilité de renoncer à la nationalité russe en un mois. Comme les accusés ne l'ont pas fait, ils sont «automatiquement» devenus des citoyens russes. Selon les autorités russes, aucun règlement pour les citoyens étrangers ne peut être appliqué à Kolchenko et Sentsov.

    Qui est Alexandre Kolchenko<br>?

    Alexander Kolchenko, 24ans, anarchiste et antifasciste, a participé au mouvement étudiant et à des actions environnementales en Crimée. Il est diplômé de l'université et a acquis un «master touristique<br>», a travaillé dans un bureau de poste et chez un imprimeur. Il a fait partie des campagnes contre les frais de scolarité en tant que membre actif de «<br>l'action de l'élève union<br>» et des manifestations pour les droits des travailleurs. Il était constamment la cible d'attaques nazies pour sa position anti-fasciste.

    Qui est Oleg Sentsov<br>?

    Oleg Sentsov, 36ans, réalisateur et auteur du film à petit budget "Gamer" a participé à plusieurs festivals d'art et de cinéma. Père de deux enfants. Militant pro-Ukraine, il a participé à des actions pour l'"Ukraine unie" et le mouvement non-violent "Auto-Maidan". Le mouvement "Auto-Maidan" est apparu à l'automne 2013 afin d'aider les conducteurs militants [qui bloquaient des rues et protégeaient les «<br>protest camp<br>» grâce à leurs véhicules lors des manifestations à Maidan]. En Mars et Avril 2014, après l'annexion de la Crimée, Oleg a aidé l'armée ukrainienne dans les affaires humanitaires, y compris l'évacuation de leurs familles. "Auto-Maidan" n'a rien en commun avec le «pravy sektor<br>».

    L'autre accusé Gennadiy Afanasiev, 23ans, diplomé de la faculté de droit, et Alexey Chirny, 33ans, militaire chargé de cours d'histoire, ont refusé notre soutien.

    Comment aider

    1- Vous pouvez soutenir Alexander Kolchenko, lui écrire une lettre (uniquement les lettres en russe sont acceptées, vous pouvez envoyer des cartes postales ou utiliser Google Translate au cas où vous ne parlez pas russe):
    Kolchenko Aleksandr Aleksandrovitch, (né 1989),
    Lefortovski val, 5, p / b 201
    111020 Moscou
    RUSSIE

    2- Vous pouvez faire des dons pour les frais de justice et des colis pour Alexander Kolchenko sur le compte bancaire de l'anarchistes Black Cross de Moscou ci-dessous ou sur le compte bancaire de "Privat Bank" 4149 4377 2802 1666 (hryvnia, pour les résidents Ukraine), ou via paypal - abc -msk@riseup.net. Si vous voulez transférer de l'argent pour Kolchenko, écrivez le message sur l'abc-msk@riseup.net.
    Les comptes bancaires
    En euro
    Banque du bénéficiaire: Alfa-Bank à Moscou, Russie
    Code SWIFT: ALFARUMM
    Bénéficiaire numéro de compte:
    № 40817978004230006660 (euro)
    Bénéficiaire nom complet:
    MIRYASOVA OLGA Alexandrovna
    en dollars
    Banque du bénéficiaire: Alfa-Bank à Moscou, Russie
    Code SWIFT: ALFARUMM
    Bénéficiaire numéro de compte:
    № 40817840204230006802 ($)
    Bénéficiaire nom complet:
    MIRYASOVA OLGA Alexandrovna

    *terme utilisé en référence au roman de Joseph Heller, pour désigner une situation où un individu ne peut éviter un problème en raison de la contradiction des règles ou des contraintes.

    sources: AVTONOM.org
    traduction française kaboc
     
  3. ninaa
    Offline

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    8 686
    1 530
    412
    Fev 2014
    France
  4. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    Apparemment plus de nouvelles depuis la condamnation de Koltchenko...
    Liberté pour Alexandr Koltchenko, antifasciste de Crimée, kidnappé et emprisonné par l’Etat russe !

    Et ça ne s'arrange pas en Ukraine pour les militants anarchistes:
    Solidarité avec nos camarades ukrainiens !
     
  5. ninaa
    Offline

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    8 686
    1 530
    412
    Fev 2014
    France
  6. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste


    Du 14 au 18 aout 2017 a eu lieu différents collages dans Lyon (France) et ses environs en soutien et pour la libération d'Aleksandr Kolchenko, activiste Anarchiste et Antifascite, de Crimée, kidnappé et emprisonné par l’Etat russe !
     
Chargement...