Chargement...

Proudhon dans les livres d'histoire

Discussion dans 'Médias et presse' créé par Carlitos, 12 Octobre 2009.

  1. Carlitos
    Offline

    CarlitosMembre du forum Membre actif

    966
    1
    30
    Avr 2009
  2. libertaire, anarchiste, auto-gestionnaire
    L'art de la citation

    J’écris ce texte pour vous montrer ce qui m’a révolté dernièrement, toutes ses émissions de télé qui nous abrutissent, tous ses magazines de consommateur qui nous crétinisent de jours en jours pour ne pas nous faire réfléchir sur les véritables problèmes de ce monde. Tous ses médias sont aliénants mais ça on le savait déjà. Le plus révoltant dans tout cela c’est qu’il n’y a pas que dans les journaux, à la télé et sur internet que l’on trouve de tels mensonges de telles aliénations, dans les livres d’histoire aussi.

    Dans mon livre d’Histoire de la classe de seconde « les fondements du monde contemporain » aux éditions Nathan, aux pages 244-245 « Le libéralisme ou les vertus du marché », un documentaire constitué de 3 extraits de textes libéraux qui nous chantent l’éloge du capitalisme et de la loi du marché. Aux pages 246-247 « la naissance du socialisme », un autre documentaire qui regroupe des extraits de texte de Saint-Simon, Proudhon et Marx. En introduction, on nous parle des premières théories socialistes et on nous dit qu’il faut attendre le manifeste du parti communiste de Marx pour que la pensée socialiste apparaisse comme une alternative de société crédible. Je porte mon attention sur l’extrait de « qu’est-ce-que la propriété » de Pierre Joseph Proudhon, car le texte intégral, j’étais en train de le lire. L’extrait du livre n’était pas vraiment un extrait, c’était tout simplement un ensemble de phrases n’ayant aucun rapport entre elles éparpillés un peut partout dans le livre et que les créateurs du document on raccorder pour nous donner une fausse idée de ce que pense Proudhon, lisez plutôt :
    « Si j’avais à répondre à la question suivante : «Qu’est-ce-que l’esclavage ? » et que d’un seul mot je répondisse « C’est l’assassinat », ma pensée serait d’abord comprise… Pourquoi donc à cette demande : « Qu’est-ce-que la propriété ? », ne puis-je répondre de même : « c’est le vol », sans avoir la certitude de n’être pas entendu, bien que cette seconde proposition ne soit que la première transformée…
    Le propriétaire, aujourd’hui, est un homme qui a des bons du trésor, des rentes sur l’Etat, de l’argent a la caisse d’épargne, chez le banquier ou le notaire, des créances hypothécaires, des maisons qu’il loue, des terres qu’il afferme. Quand la circulation est régulière et pleine, la propriété, comme privilège, va au propriétaire ; si la circulation est suspendue, le privilège perd son effet et le propriétaire est à l’instant aussi pauvre que le prolétaire.
    Chose étrange ! Si le prolétariat, la couronne d’épines de la propriété, s’en allait, la circulation qui ne subsiste que par lui, comme la production elle-même, s’arrêtant pour toujours, ce serait fait des propriétaires ! Les propriétaires périraient par leur propre inertie, comme ils périssent en ce moment par l’inertie du prolétariat ; tant de rapports économiques ont transformé à notre insu depuis 60 ans le principe, l’essence de la propriété! Ainsi, l’expérience est décisive, et la preuve flagrante ; la propriété, dont on voudrait faire la base des institutions nouvelles, la propriété n’est rien par elle-même. Ce n’est plus qu’un privilège sur la circulation, comme un péage établi sur une rivière ; un reste de féodalité, dont l’abolition est le complément obligé de notre grande et glorieuse période révolutionnaire. »

    Avis a ceux qui ont lus le texte intégral, que pensez-vous de cet extrait ? Ne mène-t-il pas les lecteurs sur une idée totalement fausse de ce que pense Proudhon?

    Proudhon était très célèbre pour sa phrases « La propriété c’est le vol », lorsque quelqu’un entend ça pour la première fois il est un peu surpris que quelqu’un puisse dire une chose pareil, particulièrement un élève de seconde, si les professeurs qui ont composés cet extrait pensaient qu’ils arriveraient à nous éclairer sur le sujet, ils se trompent ou alors c’est pour nous mener sur une fausse piste? Je me pencherais plutôt sur la 2eme hypothèse.
    Plusieurs page plus loin dans le livre on a la deuxième parti de l’extrait, Proudhon nous parle de la situation du propriétaire a son époque, on la connaît déjà sa situation puisque le cours nous parle que de ça, c’est juste pour faire du texte en plus c’est une illusion, puis on nous parle de la circulation, c’est très bien mais est-ce que sa nous donne des informations sur le titre même de l’extrait « La propriété c’est le vol » ? Je répondrais que non. Alors le titre n’est pas approprié au contenu du texte qui n’a pas grand intérêt, ce texte ne nous dit pas la vérité. Bien sur ils se sont arrangés pour nous mettre un extrait où il dit « notre grande et glorieuse période révolutionnaire », imaginez encore ce que va penser un élève de seconde en lisant cette conclusion bien chauvine, je vais vous citer un autre extrait du livre:
    « Aussi trouve-t-on dans les institutions soi-disant nouvelles que la république se donna les principes même contre lesquels on avait combattu, et l’influence de tous les préjugés qu’on avait eu dessein de proscrire. On s’entretient, avec un enthousiasme peut réfléchi, de la glorieuse révolution française de la génération de 1789, des grandes réformes qui furent opérées, du changement des institutions : exagération de tout cela. »
    Voilà ce que pense Proudhon en réalité. Pour lui et pour bien d’autres socialistes de son époque, la révolution française n’à été qu’un changement de main du pouvoir, un mal qui en a remplacé un autre. Les institutions créées après la révolution étaient basés sur les principes même contre lesquelles les révolutionnaires avaient combattu.
    Bien sur vous allez me demandez : « Qu’est ce que tu propose toi comme extrait du livre de Proudhon ? » Je vais vous faire une proposition :

    « La déclaration des droits a placé la propriété parmi les droits naturels et imprescriptibles de l’homme, qui se trouve au nombre de quatre : la liberté, l’égalité, la propriété, la sûreté. Quelle méthode ont suivie les législateurs de 93 pour faire cette énumération? Aucune : ils ont posés des principes comme ils dissertaient de la souveraineté et des lois, d’une vue général et selon leur opinion. Tout c’est fait par eux à tâtons ou d’emblée… Cependant, si l’on compare entre eux ces trois ou ces quatre droits, on trouve que la propriété ne ressemble point du tout aux autres ; que pour la majeur parti des citoyens, elle n’existe qu’en puissance, et comme la faculté dormante et sans exercice ; que pour les autres qui en jouissent, elle susceptible de certaines transactions et modifications qui répugnent a l’idée d’un droit naturel ; que, dans pratique, les gouvernements, les tribunaux et les lois ne la respectent pas ; enfin que tout le monde spontanément et d’une voix unanime, la regarde comme chimérique. »
    Extrait de "Qu'est-ce que la propriété?" p166-167 éditions livre de poche.

    On peut faire plein d’extraits comme celui-ci, je vous en ai proposé un qui a un sens, car toutes les phrases ont un lien et ne sont pas éparpillées dans le texte.

    Merci chers professeurs de m’avoir fait découvrir l’art de la citation.

    L'Ananar

    C'est la première fois que je traite un sujet comme celui-ci. Donnez votre opinion sur ce texte et vos conseil pour rendre ce texte crédible pour un professeur ou un élève de mon lycée.
     
    Dernière édition par un modérateur: 13 Octobre 2009
  3. Sullivan
    Offline

    SullivanGlandeur rêveur Membre actif

    1 427
    2
    1
    Sept 2008
    France
  4. libertaire
    Moi dans mon bouquin tout ce qu'on a sur Proudhon et l'Anarchisme, c'est une attaque sur l'autoritarisme de Marx, et deux trois références à la possibilité que ce garde les anars de recourir à (je cite) "la violence et les attentat"...:ecouteurs:
     
  5. Libert@ire!
    Offline

    Libert@ire!Animal Liberation Front ! Membre actif

    321
    0
    2
    Fev 2008
  6. , anarcho-syndicaliste, plateformiste
    Tu pourrais me scan la page sur la naissance du capitalisme?
    Je crois que j'avais ce livre l'année dernière mais notre prof avançant très lentement on est pas allé jusqu'à l'industrialisation. Sinon je trouve que le texte qu'ils ont mit n'est pas si fourbe que ça et montre bien l'idée de Proudhon sur la propriété mais bien sûr pas sur l'anarchisme en général.

    Moi cette année ils ont été un peu plus fourbe (je suis en première L) j'ai le droit à 3 textes différents un de Marx pour illustrer la naissance du marxisme, un de Jaurès pour illustrer la naissance de la social démocratie et pour l'anarchisme un texte de Pelloutier (drôle de choix !) qui explique juste que pour faire la révolution les détenteurs du capitale réel càd les prolétaires doivent faire une grève générale tout ça s'en montré réellement les idées des anarchistes... Donc on passe très vite là dessus sans vraiment en parler (tout comme la Commune d'ailleurs) après sur le marxisme on a le droit à quelques commentaires de la prof comme "On a vu ce que ça a donné en URSS le communisme".
    Mais bon le livre en lui même n'est pas spécialement gentil avec le capitalisme notamment quand ils montrent les inégalités entre ouvrier et bourgeois, quand ils exposent les idées de Adam Smith et quand il nous montre l'exemple de Schneider au Creusot.
     
  7. Carlitos
    Offline

    CarlitosMembre du forum Membre actif

    966
    1
    30
    Avr 2009
  8. libertaire, anarchiste, auto-gestionnaire
    J'ai pas de scanner chez moi mais je me débrouillerai. :p
    Sinon c'est sur que quelqu'un comme toi, moi et tout les gens du forum ce texte n'est pas si "fourbe" mais a la base il ne s'adresse pas à des anars mais à des élèves basique de seconde qui ne se préocuppe par forcement du problème de la propriété et puis ce n'est pas quelque chose qui va les poussé à réfléchir.
     
  9. Apatride
    Offline

    ApatrideMembre du forum Membre actif

    797
    7
    24
    Juin 2007
    France
    Et oui, l'éducation ne vise pas à montrer que le capitalisme est génial mais qu'il est incontournable, inévitable et que nous devons vivre avec.
     
  10. herope
    Offline

    heropeMembre du forum Membre actif

    229
    0
    58
    Août 2009
  11. anarchiste
    Proudhon enigme

    Pour certains il est considérer comme le "père" de l'anarchisme pour d'autre com un réac : il c'est- fait élire député ! Mysogyne! après la révolution de 1848 à Paris qu'il quitta très rapidement : rejetant la violence ....? etc...
    Proudhon certainement plus "beau" qu'il était : car omis sa guéguerre avec Marx bof!
     
  12. Zunkal
    Offline

    ZunkalMembre du forum

    15
    0
    0
    Nov 2009
    Oui, c'est tout à fait juste. Le bien-pensant va prendre pour habitude de critiquer légèrement le capitalisme et ses injustices les plus flagrantes ("c'est déguelasse que des enfants meurent de faim", ...).
    Mais parallèlement, il va expliquer que tous les autres systèmes sont biens pires (on ne peut tout à fait lui donner tord).



    Je trouve injuste les calomnies que l'on a l'habitude de lancer sur Proudhon.
    C'est un fondateur de l'anarchisme, personne d'honnête ne peut le démentir. Mais il ne préfigure pas encore ce que l'anarchisme deviendra au cours des décennies qui suivront.
    N'oublions pas non plus qu'il vivait à une autre époque, et venait d'une famille de paysan. Comment lui reprocher d'être antisémite, misogyne et raciste (il parle souvent de "perfectionnement de la race") ? Ce genre d'idées étaient plus que courantes à l'époque. Marx n'y a pas échappé. Ne tombons pas dans l'anachronisme.

    Proudhon à la fin de sa vie c'est prélassé dans le confort que sa position lui donnait. Il était plutôt riche, et par conséquent est rapidement devenu réactionnaire. Dans son livre "Théorie de la propriété", il contredit quasiment ses écrits de jeunesse.

    etc.

    Le mot "anarchisme" est employé par Proudhon comme une expression négative (synonyme d'égoïsme, d'absence de justice, ...).

    Rien à voir donc avec le jeune Proudhon qui pourfendais les autoritarismes (bêtement peut être) face aux assaults autoritaires socialistes, libéraux et monarchistes.
     
Chargement...