Chargement...

Paul Robin: Pédagogue anarchiste français (1837-1912)

Discussion dans 'Bibliothèque anarchiste' créé par Marc poïk, 9 Octobre 2017.

  1. Marc poïk
    Offline

    Marc poïkMembre du forum Membre actif

    1 320
    163
    469
    Déc 2016
    United Kingdom
    Paul Robin

    Pédagogue anarchiste français
    (1837-1912)


    Paul Robin est né le 3 avril 1837 à Toulon dans une famille bourgeoise, catholique et patriote. Élève brillant, attiré par les disciplines scientifiques et intéressé par les questions d’enseignement, il fait ses premiers pas comme répétiteur à Rennes, puis à Brest. Il est révolté par le système scolaire qu’il juge inégalitaire et autoritaire. Il développe déjà, dans des cahiers personnels, des idées avancées pour l’époque sur le féminisme, la question sexuelle et l’éducation.

    Son passage à l’École normale supérieure l’aide à perdre ce qui lui restait de mysticisme religieux. Il devient professeur, mais, mal à l’aise dans le carcan étroit de l’administration, il demande un congé illimité.

    Il fréquente alors les milieux socialistes, en particulier l’Association internationale des travailleurs (A.I.T.) au cours de ses séjours à Bruxelles, à Genève, à Paris et à Londres, où il se trouve en 1870. Il rencontre en particulier Karl Marx et Michel Bakounine, et c’est le parti de ce dernier qu’il choisira quand les querelles au sein de l’Internationale conduiront à des exclusions.

    Ses préoccupations sont toujours restées principalement pédagogiques (de nombreux rapports sur l’éducation ont été présentés à son initiative). C’est pourquoi Ferdinand Buisson l’invite d’abord à collaborer à son Dictionnaire pédagogique avant de lui proposer un poste d’inspecteur de l’enseignement primaire à Blois. Pendant un an, il surprend les instituteurs placés sous sa responsabilité en leur recommandant la pratique du dessin, de la musique, des visites, des recherches scientifiques. Il organise des conférences et les incite à multiplier les initiatives. Il organise une grande fête rassemblant 6000 personnes et fonde le premier cercle pédagogique du Loir-et-Cher. Tout cela ne le fait guère apprécier de ses supérieurs hiérarchiques et il se voit contraint de demander sa mutation.

    Il souhaite obtenir "la direction d’une grande école d’enseignement intégral;". Ferdinand Buisson fera appel à lui pour réaliser son projet à l’orphelinat Prévost.

    Après son expérience d’éducation intégrale, il se tournera vers le néo-malthusianisme. Fidèle à ses conceptions ("bonne naissance, bonne éducation, bonne organisation sociale"), il sera parmi les premiers à prôner le choix d’une maternité consciente et à revendiquer pour l’amélioration de la condition féminine, ce qui contribuera à l’éloigner de ses amis communistes libertaires. Il publie un grand nombre de brochures, dont certaines lui valent quelques problèmes avec la justice, donne des conférences pour faire connaître les méthodes contraceptives, défend le droit à l’avortement, crée une "Ligue anti-esclavagiste pour l’affranchissement des filles", envisage un syndicat de prostituées, une agence pour unions libres...

    Il passe dix-huit mois en Nouvelle-Zélande, visite les communautés anarchistes de l’époque, des phalanstères, mais c’est seul, aigri, qu’il passe les dernières années de sa vie.

    Ses convictions le conduiront également à mettre fin à ses jours le 31 août 1912.



    L’orphelinat de Cempuis

    Pendant 14 ans, Paul Robin a fait de cette institution située dans la région parisienne un établissement expérimental qui fut la première réalisation concrète en matière d’éducation libertaire.

    Robin organisa le fonctionnement pédagogique de l’orphelinat autour des principes de l’éducation intégrale (enseignement universel, donc mixte, rationnel, dégagé du tout mysticisme, physique, intellectuel et moral). Ces principes s’articulent autour des idées d’égalité et de justice (faire disparaître le déséquilibre qui règne entre ceux qui fabriquent et ceux qui consomment) et celle de progrès de l’humanité (le savoir et la culture de chaque individu contribue à l’amélioration de la société). Robin considérait ainsi, contrairement à la majorité des collectivistes antiautoritaires de l’époque, l’éducation comme un moyen de hâter la révolution.

    Il mit en place des ateliers qui permettaient aux enfants de s’initier à de nombreux métiers tout en réalisant des travaux utiles pour la collectivité (brochures, piscine, meubles, vêtements, production agricole...). Ces réalisations s’inscrivaient dans la tradition proudhonnienne de l’école-atelier et dans le projet d’une revalorisation du travail et d’une élévation de la condition de l’ouvrier.

    L’enseignement proprement dit distinguait une période "spontanée", qui respectait la curiosité sans ordre préconçu des petits et faisait largement appel au jeu, et une période "dogmatique" au cours de laquelle étaient introduits l’enseignement des sciences et l’enseignement professionnel. Le souci de rendre cet enseignement attrayant conduisit à développer les promenades, les élevages, les musées, les collections, plutôt que l’utilisation de manuels et l’enfermement dans des salles tristes pour des exercices ennuyeux.

    Peu de manuels scolaires donc, mais la vie, l’observation, et la réflexion pour que l’enfant se construise un esprit rationnel. Le même souci de logique conduisit Paul Robin à réfléchir à une réforme de l’orthographe. La musique et le chant, qui tenaient une grande place dans la vie de l’orphelinat, étaient enseignés selon la méthode Galin-Paris-Chevé qui permet elle aussi une notation et une lecture simples et faciles à apprendre.

    L’apprentissage de la lecture était favorisé par la pratique de jeux de lecture, d’une méthode phonétique inventée par Paul Robin, ainsi que l’usage de lettres mobiles découpées dans du carton. Une machine à écrire fut introduite très tôt et l’atelier d’imprimerie avec ses caractères en plomb était également utilisé dans ce but et permit l’édition, dans le Bulletin de l’orphelinat, de bon nombre de poésies écrites par les enfants. Dès le plus jeune âge, on apprenait la sténo, et Robin aurait souhaité qu’on s’initie également aux langues étrangères.

    L’éducation physique (et non le sport de compétition !) représentait également une grande part dans la vie de l’orphelinat : gymnastique naturelle grâce aux échasses, ballons, cerceaux, cerf-volant, quilles, patins à roulettes et à glace présents dans l’établissement. Des vélocipèdes furent même introduits dès 1882. Le bain devint une habitude après qu’on eut creusé une piscine et Paul Robin était un spécialiste de l’enseignement de la natation. Excursions, randonnées et voyages furent aussi très pratiqués.

    Il va de soi que la relation entre les éducateurs et les éduqués était profondément antiautoritaire et l’enfant était considéré comme un individu à part entière. L’enseignement mutuel était largement pratiqué. Ces principes rendaient impossible la présence de déviants "dangereux pour les autres" dont on pensait alors qu’il fallait les traiter dans des hôpitaux, en pariant sur l’avènement de la société libertaire qui entraînerait leur disparition. C’est la raison pour laquelle les enfants étaient soigneusement sélectionnés à l’entrée et n’étaient définitivement admis qu’après une période d’essai de trois à six mois.

    L’enseignement était conçu dans la plus grande liberté : les parents ou les éducateurs étaient libres de "convoquer des réunions dans les conditions qu’ils auront choisies", mais les enfants étaient libres de ne pas y aller ou de s’en retirer s’ils s’ennuyaient.

    L’expérience reposait également sur le principe de la "coéducation des sexes" (on dirait maintenant la mixité, et c’était à l’époque une chose difficilement imaginable), et c’est ce qui permit aux réactionnaires haineux, que la réussite de Cempuis dérangeait, d’obtenir la révocation de Paul Robin à la suite d’une campagne de calomnies qui créa un scandale largement répercuté par la presse de l’époque.



    Bibliographie :

    Nathalie Brémand, Cempuis, une expérience d’éducation libertaire à l’époque de Jules Ferry, Paris, Éditons du Monde libertaire, 1992.

    B. Lechevalier, "Paul Robin", in Quinze pédagogues, Paris, Armand Colin, 1997.

    Jean-Marc Raynaud, T'are ta gueule à la révo, Editions du Monde libertaire, 1987.
     
  2. nekhlioudov.
    Offline

    nekhlioudov.Membre du forum

    15
    0
    1
    Mar 2016
    France
    Bonjour,

    merci pour cet article.
    Je suis à la recherche du livre de Nathalie Brémand, dont le tirage est épuisé, auriez vous une/des pistes?

    merci d'avance
     
  3. Marc poïk
    Offline

    Marc poïkMembre du forum Membre actif

    1 320
    163
    469
    Déc 2016
    United Kingdom
    J'ai cherché mais je n'ai rien trouvé pour Nathalie Brémand.
     
  4. nekhlioudov.
    Offline

    nekhlioudov.Membre du forum

    15
    0
    1
    Mar 2016
    France
Chargement...

Les membres qui ont lu cette discussion dans le dernier mois (Total: 4)

  1. nekhlioudov.
  2. Marc poïk
  3. IOH
  4. kuhing