Chargement...
  1. Pour consulter le Webzine : https://www.libertaire.net/articles

Actualité militante Occupons Montréal: le spectre du communisme?

Discussion dans 'Webzine - actualité des luttes et partage d'articles de presse' créé par Ungovernable, 5 Novembre 2011.

  1. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 641
    211
    2,130
    Mar 2005
    Homme , 32 ans
    Canada
  2. anarchiste, autonome
    Occupons Montréal: le spectre du communisme?

    Marc-André Cyr

    Plus de 20 ans après la chute de l’URSS, force est d’admettre que la peur du « communisme » est toujours bien vivante. Pour preuve, plusieurs personnalités bien en vue du Tea Party américain affirment, par exemple, que le président Obama ou le multimillionnaire Warren Buffet sont des communistes! Il en est de même au Québec, où le Mouvement des indignés, quoique modéré, légaliste et démocratique, est lui aussi amalgamé au « totalitarisme rouge ». Non sans paternalisme, plusieurs commentateurs de droite ont ainsi affirmé publiquement vouloir « faire comprendre » aux indignés ce qu’est le communisme afin de les protéger de leur dangereuse « ignorance ». Comme le veut la maxime : il n’y a pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. Car le Mouvement des indignés, qui jouit d’une popularité mondiale, est précisément l’antithèse de l’autoritarisme.

    Gauche libertaire

    Pour ce mouvement de gauche, ce ne sont ni les partis, ni les syndicats qui peuvent porter le changement nécessaire et indispensable au bien-être commun. En fait, comme ils le disent, ce serait du « peuple » – lui-même! – que le changement devrait venir, et de nulle part ailleurs. C’est pour cette raison que ce mouvement se dit « a-partisan » et « a-syndical ». Historiquement, ce rejet des formes traditionnelles d’expressivité n’est pas nouveau. Il s’inscrit dans le prolongement des préceptes théoriques de la mouvance altermondialiste, qui refuse de s’aligner aux partis, et qui carbure, elle aussi, aux grands rassemblements internationaux.

    Sans chef ni hiérarchie, les indignés sont en fait beaucoup plus près du socialisme libertaire (ou anarchiste) que du communisme autoritaire. À la fois contre la puissance de l’État et celle de la bourgeoisie, le socialisme libertaire se propose de refonder la société sur la base de l’autonomie individuelle et collective. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il a subi, dès 1920, pour être plus
    précis, la répression brutale et terroriste de l’État soviétique et de sa police. Et il en fut de même dans tout ces pays soi-disant « communistes » qui sont pour la plupart disparus de la carte – même si la droite semble parfois s’en ennuyer un peu.

    Démocratie directe

    Les indignés fonctionnent sur le mode de la démocratie directe. Dans tous les campements, les décisions, règlements et actions sont prises en assemblées, où chacun a droit de parole.

    Une différence essentielle existe pourtant entre la tendance historique anarchiste et les indignés : la modération. Tous les observateurs honnêtes en conviendront : ce mouvement s’inspire beaucoup plus des principes de désobéissance civile à la Martin Luther King que des tactiques révolutionnaires socialistes. Partout dans le monde, les indignés se sont résolument disciplinés à des actions symboliques et non-violentes. La déclinaison montréalaise du mouvement est même allée jusqu’à condamner la violence verbale!

    Pour le moment, les adversaires idéologiques des indignés ne semblent pas en position de répliquer aux charges qu’on assène au modèle économique qu’ils mettent de l’avant depuis des décennies. C’est pour cette raison que, comme à son habitude, elle se confond en mensonges, sophismes et stupidité. À ce sujet, le pathétique et triste mercenaire du vide qu’est Éric Duhaime semble atteindre des sommets de bassesse. Toujours à la courageuse défense des riches et des puissants, le petit notable de Québec affirme dans papier du 31 octobre, avec toute la finesse etla profondeur d’analyse qu’on lui connaît, que les « indignés » sont des « communistes » aux « idées totalitaires » et des « clochards ».

    Le mouvement des indignés critique des politiques qui, effectivement, sont responsables des problèmes économiques, politiques et écologiques auxquels sont confrontés le Québec et le monde. Partant de ce constat, une certaine droite préfère éviter le débat en mettant le feu à des hommes de pailles qu’elle a elle-même inventés. Rapport de force oblige, cette technique de propagande, celle de l’amalgame, n’est cependant pas à la portée de toutes les familles idéologiques. On imagine bien quelle serait la réaction de cette droite si on l’amalgamait publiquement au nazisme, à l’Espagne de Franco ou au Chili de Pinochet…
     
  3. christhi
    Offline

    christhiExpert en sinistre Membre actif

    359
    2
    21
    Avr 2007
  4. anarchiste, situationniste, chaos/Nihiliste, individualiste
    Tristement vrai. Pour vu que ça tombe pas dans une sorte de totalitarisme de la non-violence.
     
  5. Vialou
    Offline

    VialouSyndicaliste énervé. Membre actif

    433
    0
    8
    Mai 2009
  6. anarcho-communiste, internationaliste, auto-gestionnaire
    D'ailleurs le capitale en tremble. =/ Vous pensez vraiment que ça nous mènera quelque-part ? A ce que je sache, il n'y a encore eu aucun aboutissement à ce mouvement, si ce n'est l'Etat qui envoie les flics pour les déloger. Ils se retrouvent coincés par leur non-violence.
     
Chargement...
Discussions similaires
  1. Réponses:
    14
  2. Réponses:
    0
  3. Réponses:
    0
  4. Réponses:
    1
  5. Réponses:
    0
  6. Réponses:
    0
  7. Réponses:
    0
  8. Réponses:
    0