Chargement...

L'impôt. Pette histoire Kropotkine

Discussion dans 'Activisme, théories et révolution sociale' créé par Marc poïk, 5 Mai 2017.

  1. Marc poïk
    Offline

    Marc poïkSous l'arbre en feuille la vie est plus jolie Membre actif

    1 469
    206
    529
    Déc 2016
    Belgium
    Petit extrait du livre " La science moderne et l'anarchie" de Kropotkine
    [I][/I]
    A savoir que ce qu'on fait les anglais avec les noirs ils l'on fait avant avec les ouvriers et de manière bien pire car ils s'en prenaient même aux enfants. Donc si il s'agit d'une question de racisme c'est surtout une question de racisme de classe.
    L'objectif principal de la guerre contre les boers*. fut d'abolir la loi boer pour permettre au noir de travailler dans les mines d'or. Les compagnies anglaises ne faisaient pas les bénéfices sur les quel on avait compté. Et bien voilà ce que le contre Grey vint dire au parlement; " Vous devez à jamais abandonner l'idée du travail dans les mines par les blancs. Il faut trouver le moyen d'y amener les noirs. On pourrait le faire , par exemple, d'un impôt sur les huttes de 25£ par hutte e noir comme nous le faisons déjà à Basutland, et aussi un petit impôt de travail de 18£, prélevé sur les noirs qui ne produisent pas un certificat de travail d'avoir travaillé chez les blancs au moins quatre mois l'année"
    " Si sous prétexte de civilisation nous avons exterminé par nos canons 10000 à 20000 derviches, ce ne sera pas violence que de d'obliger les noir à fournir un travail honnête ne travaillant pour les blancs. Quand à payer le travail honnête 60 à 70£ par mois c'est un peu morbide: le quart serait largement suffisant."
    "il ne faut pas que leur revenu du travail servent à les faire vivre mais à juste payer les impôts qui eux serviront à payer les forces de l'ordre qui forceront les noirs à travailler et les surveilleront. Les femmes de noirs produisant la nourriture nul besoins de salaire pour les faire vivre.
    Depuis que les anglais sont devenus maître du travail des noirs, le bénéfice des mines à quadruplé. 200 000 noirs sont forcé maintenant d'y travailler. ceci se passe en 1906 en Afrique du sud.
    * Guerre des Boers: https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_des_Boers
     
  2. Oni21
    Offline

    Oni21Membre du forum Membre actif

    270
    27
    5
    Avr 2017
    Homme
    France
    On remplace noir par chômeur ou inactif, les mines d'or par un magnifique temps partiel payé quelques euros de l'heure et on est dans le troisième millénaire.

    Faut s'accrocher des fois pour rester optimiste.
     
  3. ninaa
    En ligne

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    8 635
    1 521
    412
    Fev 2014
    France
  4. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    Juste pour savoir est-ce que cette phrase est de Kropotkine?
    Car surtout concernant l'Afrique du Sud difficile de ne pas voir que le racisme tout court s'ajoutait au "racisme de classe"...
    Il est important pour éviter toute confusion de bien définir la notion d'esclavage.
    L'esclavage moderne n'est pas différent de celui pratiqué il y a 150 ans
    Au delà de la législation, la caractéristique essentielle de l'esclavage n'est pas la non rémunération (dans ce cas si la rémunération est très faible la différence pourrait sembler uniquement quantitative et non qualitative), mais l'absence totale de choix, l'impossibilité absolue de fuir sa condition.
    On peut dire que les employés sont plus ou moins contraints de subir leur condition et d'obéir aux caprices de leur chef et/ou patron.
    Mais contrairement aux "esclaves modernes" mentionnés dans l'article si ça devient insupportable ils peuvent quand même démissionner (même si le prix à payer est la misère, la perte de leur logement... il leur reste une - petite - part de libre arbitre).
    Dans l'affaire Henriette Siliadin, la comparaison avec une mère de famille est abusive. Une "mère de famille" peut s'interroger sur sa condition, se révolter, tenter de devenir autonome, exiger l'aide de son mec, etc.
    Son passeport confisqué interdisait à la jeune fille de s'en aller et même de désobéir si peu que ce soit à ses patrons.
    De plus on ne peut comparer le temps qu'une mère consacre à ses propres enfants et le temps consacré aux enfants des autres, ni le ménage qu'on fait dans son propre appartement avec celui qu'on fait dans l'appartement des autres!
     
  5. Marc poïk
    Offline

    Marc poïkSous l'arbre en feuille la vie est plus jolie Membre actif

    1 469
    206
    529
    Déc 2016
    Belgium
    Pas exactement mais juste avant et après ce passage il explique et dit cela. Non pas pour démontrer que ce n'était pas du racisme mais que les anglais s'en foutaient que les gens soient noirs ils les méprisaient et utilisaient autant qu'en Angleterre avec la classe ouvrière.
    Je me demande même si les anglais ne détestaient pas les noirs simplement du fait qu'ils vivaient heureux sans le capitalisme.
    Malheureusement je n'ai pas trouver le chapitre complet de cet extrait du livre. Il y en a d'autres comme sur le passage du sujet de la guerre que j'ai trouvé et que peut être je mettrais a un moment opportun pour aider à comprendre pourquoi un pays fait des guerres à notre époque.
    Le passage cité est dans le chapitre l'impôt et il sert à démonter à ce qu'est l’impôt et à quoi il sert.
    Un autre point que soulève ce texte est l’exploitation des femmes . Là on voit très bien qu'elles ne sont pas rémunérée pour le travail qu'elles font et que cela rapporte beaucoup au capitalisme. Aujourd’hui encore la femme est exploitée de la sorte mais pas sur le même exemple. Vous êtes vous déjà amusé à compter ce que devrait être payée une femme au foyer qui a des enfants? Combien elle rapporte au capital par le fait que ce dernier ne dépense pas de l'argent pour un service que ces femmes lui apportent.
    Il faut se dire que c e livre comporte aussi toute la critique de l'état, des impôts , l’explication du capitalisme,le libéralisme moderne même le libre échange ect. . Pour comprendre le coté raciste ou pas il faut comprendre le reste. Mais de mon point de vue Kropotkine n'aborde pas le racisme il aborde l’exploitation des gens. On le voit dans c e livre ou dans d'autres , il n'a tellement pas intégrer le racisme qu'ils ne voit aucune différences entre une personne d'un autre pays et ce quelque soit sa couleur de peau. Il ne voit qu'un individu que on exploite ou non.Mais il y a un long passage sur l'esclavage ou tu vois qu'il est révolté. Mais encore une fois non pas parce qu'ils sont noirs mais parce que ce sont des humains.Je ne sais si le mot racisme existait à cette époque. Je ne lis que les uns qui les traites de barbares et les autres qui les considèrent comme des humains donc qui ne font aucune différence avec les blancs.

    Par contre il explique comment les riches ont développer ce que on appel aujourd’hui le racisme. Là c’était la haine et la peur du noir. Mais c’était fait pour justifier l'utilisation des impôts afin de fabriquer des armes, payer des soldats et faire une guerre en Afrique. Ils ne disaient pas aux anglais nous allons faire une guerre aux noirs car on va devenir riche. Pire ils fournissaient des armes aux noirs pour nourrir la violence et justifier ces guerres.

    Il faut se dire que le racisme est une fabrication du capitalisme. Le plus bel exemple sont les USA. Je ne sais plus ou j'ai lu ça, je m'y perds parfois avec tous les livres que je lis ;) , mais dans les années 1800 le capitalisme a eu très peur que la classe ouvrière s'unisse et donc que les ouvriers noirs et blancs s'unissent. Ils ont donc fabriquer et entretenu le racisme anti noir afin de diviser la classe ouvrière. Les médias sont très utile pour ce faire. Imagine la France sans racisme . Ça deviendrait dangereux pour le capital car là il y aurait une force colossal contre le patronat. Divisez la classe ouvrière , entretenir la haine, la peur , leur permet de diminuer la force de cette classe ouvrière. Ça Kropotkine l'avait comprit.
     
    Dernière édition: 6 Mai 2017
Chargement...