Chargement...
  1. Pour consulter le Webzine : https://www.libertaire.net/articles

Actualité militante Le procès des 6 compagnons annoncés pour le 17 février (Serbie)

Discussion dans 'Webzine - actualité des luttes et partage d'articles de presse' créé par Ungovernable, 7 Février 2010.

  1. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 684
    244
    2,132
    Mar 2005
    Homme , 33 ans
    Canada
  2. anarchiste, autonome
    Campagne internationale pour la libération des 6 anarchistes de Belgrade - Message #7
    Rappel des faits :
    en septembre dernier, 6 compagnons anarchistes de Belgrade - en Serbie - ont été
    arrêtés et sont tenus depuis lors enfermés, au motif de terrorisme international.

    Serbie : Le procès des 6 compagnons annoncés pour le 17 février


    Campagne internationale pour la libération des 6 anarchistes de Belgrade - Message #7
    Rappel des faits :
    en septembre dernier, 6 compagnons anarchistes de Belgrade - en Serbie - ont été
    arrêtés et sont tenus depuis lors enfermés, au motif de terrorisme international.
    L'Etat serbe les accuse d'être à l'origine d'une vitre cassée et graffiti sur
    l'ambassade de Grèce à Belgrade, en solidarité avec les insurgés grecs emprisonnés.
    Que les compagnons clament leur innocence n'y change rien : la Serbie qui a
    officiellement déclenché son processus pour entrer dans l'Union Européenne doit
    démontrer aux autres pays sa capacité policière, et se doit donc de mettre des
    lampistes sous les écrous, pour ne pas apparaître laxiste.

    Et il est plus facile de s'en prendre aux compagnons anarchistes qu'aux groupes
    nationalistes paramilitaires armés, qui peuvent incendier l'ambassade des Etats Unis
    (un mort) ou assassiner un jeune français en pleine rue (parce qu'il ne parlait pas
    serbe) en quasi-impunité. D'autant plus que cela donne un signal aux travailleurs
    qui commencent à protester contre les mesures d'austérité économique.

    -----------------------------------------------

    La situation des compagnons en cellule a connu une évolution qui aurait pu être
    dramatique en décembre : Notre compagnon Tadej en effet s'est fait tabassé par son
    co-détenu, et menacé de récidive si sa famille ne versait pas une rançon à des
    mafieux. Nos compagnons serbes, qui voient derrière ces intimidations la main de la
    police, ont réussi avec les familles, amis et les avocats à faire pression pour que
    Tadej soit transféré de prison, loin des ses agresseurs. Parmi les autres petites
    vexations minables des autorités serbes, le droit de visite des familles (15 minutes
    quinzomadaires) a été suspendu en décembre au motif de la grippe A.

    Par ailleurs, un Comité de solidarité a été formé à Belgrade, qui regroupe de
    nombreuses personnes issus de la société civile, défenseurs de droits de l'homme et
    milieux intellectuels et universitaires, qui s'inquiètent de l'évolution autoritaire
    et nationaliste de la Serbie.

    La campagne internationale de solidarité continue pour exiger la libération sans
    condition de nos compagnons, et l'arrêt de ces poursuites absurdes. De nouvelles
    manifestations ont été organisées à Ankara (Turquie), St Petersbourg ou encore en
    Allemagne.

    En France différents événements ont eu lieu. A chaque fois il s'agit de toutes les
    manifestations impliquant la Serbie pour faire connaître l'injustice que subissent
    nos 6 compagnons et, aussi, la vérité sur la lutte révolutionnaire pour laquelle ils
    subissent la répression et la violence de l'Etat Serbe. A Toulouse par exemple, les
    compagnons ont organisé des meetings, émissions de radio et des diffusion de tract à
    l'occasion de la venue de l'équipe du Partizan de Belgrade pour disputer un match
    contre l'équipe de foot local. A noter que la venue de supporter serbes a été
    annulée à la dernière minute, certainement du fait des craintes policières de
    tensions entre supporters suite à l'assassinat d'un jeune supporter toulousain
    victime d'un lynchage odieux des nationalistes serbes. Mais il y a fort à parier que
    l'agitation anarchosyndicaliste a aussi joué son rôle.

    D'ailleurs quelques semaines plus tard, à l'occasion de la venue du célèbre artiste
    Emir Kusturica et son No smoking Orchestra à Paris, un épisode similaire a eu lieu.
    Une réception était donnée au Centre culturel de Serbie avec monsieur l'ambassadeur.
    Quelques militants de la CNT-AIT de Paris se sont également invités, pour y
    distribuer un tract d'information sur la situation politique et sociale en Serbie et
    demandant la relaxe de nos compagnons. Cette simple distribution a suscité
    l'affolement du service de sécurité de l'ambassade, qui immédiatement appela la
    police en renfort. Les compagnons ont continué à distribuer leurs tracts en
    haranguant les participants, pendant que les officiels s'étranglaient de rage.
    Inquiets que nous nous adressions en direct à Monsieur l'Ambassadeur, dont la
    présence était prévue, ils finirent par nous annoncer que suite à un contre temps il
    ne viendrait pas ... Ben tien. Nous avons finit de distribuer nos tracts dans un
    froid polaire, et sommes partis en promettant de revenir.

    D'après les informations qui nous sont parvenus de leur famille, les compagnons sont
    d'un assez bon moral. Ils peuvent correspondre entre eux, et restent unis dans
    l'adversité.

    Le procès est annoncé pour le 17 février. L'acte d'accusation est d'une rare
    indigence : on apprend d'une part que les fameuses bouteilles incendiaires - la
    pièce centrale de l'acte d'accusation de terrorisme - en fait ont été répandues sur
    le sol devant l'ambassade. Ne reste finalement plus comme dégâts qu'un A cerclé
    graffite et une fissure de fenêtre estimée à 18 euros ! Et d'autre part, bien que
    l'Etat serbe se soit donné tous les moyens inquisitoriaux pour que les compagnons
    "avouent", rien dans leur déposition ne permette d'affirmer que les compagnons aient
    pu perpétrer ces actes.

    Un collectif de 5 avocats assure leur défense, dont des ténors du barreau local.
    Cependant cela va demander un effort financier important. Si au niveau français la
    campagne international a reçu quelques soutiens matériels, et qu'ils en soient
    remerciés, cela reste encore très modeste eu égard á l'enjeu politique que
    représente le procès de nos compagnons serbes. Pour eux bien sur, mais de façon
    plus générale pour tout le mouvement anarchosyndicaliste et tous ceux qui sont
    attachés à l'AIT. Car si les compagnons venaient à être condamnés, par le jeu des
    réciprocités de règles de justice internationale c'est tout l'AIT et ses sections
    - dont la CNT AIT française - qui pourrait alors être considéré comme une
    organisation terroriste, avec toutes les conséquences que cela implique
    (interdiction, etc ...) La solidarité doit donc s'intensifier dans les semaines
    qui viennent.

    A suivre ....

    Pour faire un don : chèques à l'ordre de CNT AIT (solidarité Serbie au dos), à
    adresser à CNT AIT 108 rue Damrémont 75018 PARIS
    [ expéditeur/expéditrice : "CNT AIT Paris" ]
     
Chargement...