Chargement...
  1. Pour consulter le Webzine : https://www.libertaire.net/articles

Fascisme & extrême-droite Inquiétante poussée de fièvre nationaliste en Bulgarie

Discussion dans 'Webzine - actualité des luttes et partage d'articles de presse' créé par Ungovernable, 4 Octobre 2011.

  1. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 758
    294
    2,134
    Mar 2005
    Homme , 33 ans
    Canada
  2. anarchiste, autonome
    Près de 2000 militants nationalistes ont manifesté samedi à Sofia, réclamant des mesures d’urgence contre « la criminalité tzigane » sur fond de regain de tensions ethniques après les graves incidents du 24 septembre dans le village de Katounitsa (sud, un mort).

    Les manifestants, pour la plupart des jeunes, dont des adolescents, ont défilé dans le centre de Sofia, portant le drapeau national et scandant « Bulgarie, réveille-toi« , ainsi que des slogans anti-Roms. La police a interpellé 15 manifestants portant des gants de boxe.

    Devant le siège de la présidence de la République, plusieurs centaines de militants du parti nationaliste Ataka (16 députés) portaient des chemisettes avec l’inscription « Je ne veux pas vivre dans un Etat tzigane » et une banderole « La criminalité tzigane dangereuse pour le pays« .

    Ce parti, dont le dirigeant, Volen Siderov, est candidat à l’élection présidentielle le 23 octobre, a appelé au « rétablissement de la peine de mort« , supprimée en 1990 après la chute de la dictature communiste. Il a par ailleurs réclamé « un démantèlement des ghettos » Roms.

    Alors que des parades Gay Pride de Roms ont été annulées par les organisateurs dans plusieurs villes, dont Sofia, pour éviter des incidents, de jeunes Roms et Bulgares, à contre-courant des nationalistes, ont offert des fleurs à des passants pour exprimer leur volonté de cohabitation.

    Cette vague nationaliste, qui coïncide avec la campagne aux élections présidentielle et municipales, a été déclenchée le 24 septembre par la mort d’un jeune Bulgare écrasé par des Roms à Katounitsa, localité à forte minorité Rom. Des habitants du village en ont rendu responsable un potentat local Rom, Kiril Rachkov, surnommé le « Tsar Kiro« , arrêté depuis par la police pour avoir proféré des menaces de mort contre un habitant.
     
Chargement...