Chargement...

Foetus party (1994-2005, France)

Discussion dans 'Archive' créé par Ungovernable, 18 Mai 2007.

  1. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 677
    236
    2,132
    Mar 2005
    Homme , 33 ans
    Canada
  2. anarchiste, autonome
    Trio cacophonique formé en 1994, FOETUS PARTY survit à son avortement et débute bravement sa carrière vagissante dans l’arrière-cuisine d’une vieille bicquoque perdue dans les bas-fonds tourangeaux, près du frigo où y’a d’la bière. Gang de véritables handicapés musicaux, FŒTUS PARTY décrète la réappropriation de tous les styles musicaux conjointement avec la simplification des partitions pour en accélerer la collectivisation. A la fois subversives et festives, voire vindicatives et primesautières, les paroles conspirées en commun inscrivent FŒTUS PARTY dans le grand mouvement planétaire de l’Alternative Muzikal. Maquillages et accessoires hétéroclites à l’appui, leur présence scénique débridée et volontairement maximaliste est un véritable régal pour leur public… par ailleurs quasi-inexistant. . Toujours à l’avant-garde de la technologie au service du progrès social, le FŒTUS PARTY robotise la moitié de sa Section Rythmique en mélangeant à outrance de vieilles Bwatarytm’(s) et des Samplers PlusHypeQueMoiTuMeurs qui multiplient dangeureusement les risques d’incidents techniques en meeting.Après quelques prestations à l'arrière-goût de migraine, FŒTUS PARTY décide en Février 96 de graver sur bande magnétique et pour la postérité une "Demo Tape", enfantée dans une crypte à 15m sous terre (véridique !) au studio orléanais NO MORE Prods… qui depuis n’existe plus. Par la suite et sous la pression à la base des FœtusPartisans, seront adjoints de nouveaux tracts sonores pour former la démo "Un seul parti, une seule classe ouvrière… FŒTUS PARTY" ( The Second Release ) ». Disposant à la base d’une implantation populaire groupusculaire, le FŒTUS PARTY est régulièrement rejeté de toutes les selections des divers "Tremplin-Rock" ou "Scéne Decouverte" locaux. Cependant, et bien que souvent organisateur et public de ses propres concerts, le FŒTUS PARTY est quand même parvenu à jouer avec personne, KOCHISE (Paris), un groupe de Raï, ATTENTAT SONORE (Limoges), KONSENSUS (Paris), RENE BINAME (Belgique), ZIGOMATIK ZONE (Bourges), THUMP’N’GUTS (Tours)…

    A 1999...

    Après 5 années d'acharnement, l'infernale troïka se sépare et enregistre son premier album posthume "On ne fait pas d'omelette sans casser de bourgeois" entièrement auto-produit et distribué confidentiellemnt à quelques désaxéEs ou collectionneurNEUSEs psycho-maniaques. EloignéEs géographiquement, les trois membres de FOETUS PARTY tentent de se consoler en s'auto-persuadant qu'ils ont au moins écrit une page majeure de l'histoire de l'Anarcho-Punk Tourangeaux de la dernière moitié des années 1990.

    DE 2001 à 2003

    Deux années plus tard les ex-membres de FOETUS PARTY, constatant que personne n’a consacré de hors-série à leur carrière mythique et à leur disparition tragique, décident unilatéralement d’entamer une tournée d’adieux posthumes reconductible. La mouture du groupe enfin arrivé à maturité ressemble étrangement à l’ancienne en plus chiante et minimaliste, ses membres ayant abandonné toutes fioritures visuelles ou ambitions théâtrales. La chanteuse affine son style « secrétaire de la Tchéka » pour éviter toute starification, pendant que guitare 1 et guitare 2 prennent des airs très concentrés sans trop savoir pourquoi. GriséEs par leur inexistence ils sont alors incapables de fournir la date de fin de tournée.La légende raconte qu’un certain Potage (un proche d’un groupe appelé Géronimo) aurait ressuscité le FŒTUS PARTY en lui donnant l’occasion de jouer à Paris en soutien à la Dial House. Tout cela n’est qu’une affabulation paternaliste supplémentaire de Tapage.En attendant, le groupe parasite régulièrement la célébrité des Pekatralatak en squattant leurs concerts, leurs chansons et leurs cagoules et même un disque Live. Les voilà repartiEs sur les routes dans leur petite voiture rouge, ponctuellement accueillis par des lieux plus envoûtants les uns que les autres en compagnie de groupes - tels que Kochise (mandoline-core), les P4 (cagoule-core), Bolchoï (rude-core), Collectif Bobonne (féministocore-core), A.K. (bruit-core),la Brigada (Fleury-Michon-core) les Grognasses (pétasses-core), les Nez Rouges (festif-core), Zeu Discomobile (variéto-core), La Société elle à mauvaise haleine (dentifrice-core), Miss Hélium (psylo-core), Ya Basta (squa-core), les Fées Minées (a-core-déon), Zérocratie (core),On The White Lane ( hein hein-core) et d’autres (en-core) - où ils horrifient le public avec leur morale à deux centimes d’euros.De temps en temps des maniaco-dépressiVEfs rédac’ chefs de publications indépendantes à tirages limités maquettées par des mains tremblantes leur envoient une liste de questions indiscrètes auxquelles le groupe met au minimum 6 mois à répondre.

    DE 2004 à 2005

    Toujours prêts à une crapulerie de plus, FŒTUS PARTY sort avec Maloka un deuxième album (en vynil) prétexte à refourguer une flopée de vieux morceaux moisis ainsi que deux nouvelles compos franchement indigestes. En toute logique, sa sortie en 2004 devrait coïncider avec un deuxième split à sensation et une nouvelle tournée posthume histoire de dérouter un public déjà complètement largué.Au vu des statistiques de production (2 à 3 morceaux par an), le bureau de la propagande du FŒTUS PARTY travaille sur un plan quinquennal pour un ultime troisième album. On en frémit d’avance…

    DÉCEMBRE 2005
    Sur le site des Foetus Party: