Chargement...

Expulsion de squat = émeute - Berne (Suisse)

Discussion dans 'Activisme, théories et révolution sociale' créé par ninaa, 25 Mai 2019.

  1. ninaa
    En ligne

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    8 077
    1 406
    396
    Fev 2014
    France
  2. anarchiste, anarcho-féministe, communiste libertaire, individualiste
    Berne (Suisse): expulsion de squat = émeute
    mai 22nd, 2019
    [​IMG]Après l’expulsion de la maison occupée «Fabrikool» mardi 14 mai à Berne, des dizaines d’individus ont rendu les coups à l’État et ses structures dans la nuit du samedi 18 au dimanche 19 mai.

    Entre minuit et quatre heures du matin, des barricades en feu ont été érigées autour du centre social de la Reitschule, des véhicules incendiés (trois voitures et deux vélos), la mairie recouverte de peinture et les flics dépêchés sur place ont été attaqués à coups de pierre et de pétards et visés au laser.

    Dix larbins de l’État ont été blessés. En ce qui concerne les dégâts matériels, trois véhicules ont été entièrement cramés sur un parking proche de la compagnie ferroviaire suisse des CFF. Que ce soit dans la presse ou dans les textes de solidarité avec les émeutier.e.s, il n’est toutefois pas précisé si ces deux voitures et cette camionnette appartenaient à la société ferroviaire suisse. Les vitres de plusieurs voitures et d’un train ont été brisées. Les dommages matériels sont estimés à plusieurs dizaines de milliers de francs. Onze personnes ont été interpellées par les flics et placées en garde à vue (neuf Suisses, un Sénégalais un Sri-lankais) selon la Berner Zeitung.

    [​IMG]

    La Reitschule, main dans la main avec les flics pour rétablir l’ordre

    Les émeutes se sont donc déroulées un samedi soir, à deux pas de la Reitschule, lieu alternatif légalisé où se tenaient comme d’habitude des concerts et des beuveries. Elle s’est immédiatement dissociée de la révolte qui a embrasé le quartier. En bons pompiers de service et collabos des flics, les responsables du lieu lançaient des appels sur les réseaux sociaux en exhortant les gens venus festoyer par milliers (entre 1 000 et 2 000 personnes) à se mettre en sécurité dans la grande salle alors même que les émeutes faisaient rage dehors et à se comporter de façon à désamorcer le conflit. Ils se sont félicités dans un tweet d’avoir participé à calmer les esprits, tout en qualifiant des individus qui ne comptaient pas quitter la rue de «badauds curieux près des barricades». Dimanche après-midi, elle s’est fendu d’un communiqué où elle se vante même d’avoir été en contact avec la police cantonale peu avant 2h du matin, qui l’a informée de l’évolution de la situation. «La discussion s’est terminé avec la constatation des flics que nous faisions tout ce qui était en notre pouvoir [pour rétablir l’ordre], tout comme la police». Dans cette lettre du groupe de presse de la Reitschule, il est stipulé que «la Reitschule désapprouve catégoriquement tout acte de violence commis cette nuit-là» (source: Berner Zeitung, 19 mai 2019).

    Dans un texte publié sur le portail de contre-infos Barrikade.info, il est écrit :

    «Notre attaque est pour tou.te.s celles et ceux qui en ont assez du harcèlement quotidien exercé par les autorités. Des contrôles sur les parvis qui ont lieu chaque jour, de l’arbitraire systématique, du racisme institutionnalisé des autorités, des attaques contre nos libertés. De plus, l’État et les flics tentent d’étouffer dans l’œuf tout ce qui remet en question l’ordre dominant et qui oppose de nouvelles idées à la dépression omniprésente.
    Et notre attaque se dirige contre tou.te.s celles et ceux qui se mettent en travers notre chemin. […]
    Nous sommes toujours en rage !
    Rien n’est fini !»

    [​IMG]

    [Publié le 22 mai 2019 sur Sans Attendre Demain.]
     
    pilou-ilou apprécie ceci.
  3. ninaa
    En ligne

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    8 077
    1 406
    396
    Fev 2014
    France
  4. anarchiste, anarcho-féministe, communiste libertaire, individualiste
    Berne (Suisse): Quelques mots sur les événements du 18 mai
    mai 22nd, 2019
    [​IMG]Communiqué expliquant les motifs de la nuit d’affrontements avec la police, samedi dernier à Berne.

    Nous sommes des personnes solidaires contre l’expulsion de Fabrikool. Nous aimerions rappeller que le maintien de l’occupation du batiment de Fabrikool avait pu être obtenu en mars 2016 après plusieurs nuits d’émeutes consécutives à l’évacuation d’un autre squat : Effy29. Face à la crainte d’un nouveau conflit les autorités avaient alors renoncé à l’évacuation de Fabrikool. Les actions d’aujourd’hui doivent rappeler l’époque autour de l’évacuation d’Effy29. Chaque évacuation a son prix!

    Nous situons l’expulsion de Fabrikool dans le contexte du renforcement répressif en cours depuis plusieurs mois. Ainsi, plusieurs rafles ont eu lieu autour de la Reitschule, des personnes furent menacées et persécutées par la police, tout comme des graffeurs/euses politiques et d’autres participant·e·s de la Reitschule qui sont sans cesse harcelé.e.s par des flics en civil.

    L’État tente également de frapper sur le plan juridique, nottament avec les amendes envoyées à des dizaines de participant·e·s de la manifestation pour Afrin l’année passée. Et maintenant avec la nouvelle loi sur la police justice et de la police qui vient de passer, l’arsenal répressif de la police et de la justice est encore renforcé.

    Quand l’État tente désespérément de nous réprimer et de nous détruire, nous manifestons notre résistance à la répression de différentes manières. Samedi, ce fut à coups de pierres et de barricades en feu, depuis des mois ce sont des fleurs sur la Waisenhausplatz en la mémoire de l’assassinat de K. et bientôt, ce pourrait être de nouvelles occupations.

    La force, l’énergie que nous avons ressenti en ce samedi nous les porterons dans nos luttes futures. De telles altercations sont cependant aussi l’occasion de donner lieu à une réflexion et critique. Nous ne pouvons pas nous battre pour un monde libéré de la domination tant que, lors de telles soirées, quelques-uns font preuve de paroles et d’attitudes sexistes, et que la volonté d’auto-promotion est considérée comme le motif central pour de telles actions.

    Nous saluons les personnes arrêtées en Indonésie
    Nous saluons toutes les personnes qui sont actuellement concernées par la répression de la manifestation pour Afrin.
    Nous saluons toutes les personnes avec lesquelles nous nous montrons bien trop peu souvent solidaires.

    « Groupe affinitaire Rhabarber »

    Des squats à Berne: Groupes: bern, Suisse, Presently squatted | radar.squat.net
    Des groupes (centres sociaux, collectifs, squats) à Berne: Groupes: bern, Suisse | radar.squat.net
    Des événements à Berne: Événements: Bern, Suisse | radar.squat.net

    Des squats en Suisse: Groupes: Suisse, Presently squatted | radar.squat.net
    Des groupes (centres sociaux, collectifs, squats) en Suisse: Groupes: Suisse | radar.squat.net
    Des événements en Suisse: Événements: Suisse | radar.squat.net
     
    mc² apprécie ceci.
Chargement...

Les membres qui ont lu cette discussion dans le dernier mois (Total: 4)

  1. ninaa
  2. pilou-ilou
  3. mc²
  4. KickTick