Chargement...

Défense de la Non-Violence

Discussion dans 'Activisme, théories et révolution sociale' créé par Oi_Polloi, 18 Mars 2006.

  1. Oi_Polloi
    Offline

    Oi_PolloiWebmaster d'Anarkhia.Org Membre actif

    524
    1
    2
    Août 2005
  2. libertaire, anarchiste, anarcho-communiste, internationaliste, auto-gestionnaire, synthèsiste
    Antimilitarisme

    L'antimilitarisme, dans sa conception et sa perception les plus courantes, ne se situe pas sur le même registre que celui sur lequel s'inscrit la non-violence.

    Certes, si l'on s'en tient à définir l'antimilitarisme comme l'opposition au militarisme, c'est-à-dire à la domination de l'idéologie et de l'institution militaires sur la société, alors les militants de la non-violence, comme tous les démocrates, ne peuvent que se déclarer résolument antimilitaristes. Mais l'antimilitarisme a généralement une autre signification: il apparaît comme une sorte de racisme à l'encontre de la personne des militaires. Certes, tous les militaires ne sont pas animés par le seul idéal de défendre la liberté contre toute menace totalitaire. il arrive que certains d'entre eux poursuivent des intérêts qui ne sont pas ceux de la nation, voire se fassent complices de ce qu'il est convenu d'appeler des " crimes de guerre ". Mais les accusations qui doivent être portées contre ceux-là ne peuvent pas être étendues à l'ensemble de ceux qui ont partie liée avec l'armée. Le racisme consiste précisément dans cette généralisation abusive.

    La guerre est toujours meurtrière, et c'est la raison pour laquelle la non-violence refuse de légitimer ses moyens, mais les militaires ne sont pas pour autant des assassins ; la non-violence récuse l'antimilitarisme qui se fonde sur une pareille condamnation.

    Les militants de la non-violence se refusent à instruire un quelconque procès d'intention à l'encontre de ceux qui estiment nécessaire de préparer la guerre pour avoir la paix. Ils proposent, au contraire, d'établir avec les militaires un dialogue contradictoire portant à la fois sur les dangers d'une course aux armements qui se justifierait par elle-même et pour elle-même et sur les possibilités offertes par les stratégies de défense civile non-violente.

    Défense civile non-violente

    Tout système de défense repose sur l'articulation de la menace et de l'emploi des moyens choisis pour faire face aux éventuelles agressions. La menace a pour fonction de dissuader tout agresseur potentiel en le convainquant que les coûts de son agression seraient supérieurs aux profits qu'il pourrait en retirer.

    Aujourd'hui, la révolution technologique a donné aux armes une telle capacité de destruction que leur emploi détruirait probablement la société même que nous voulons défendre. Certes, l'intention dissuasive des systèmes d'armes conçus par les Etats industriels est plus que jamais affichée. Mais le plus probable, si nous entrions dans une crise internationale où notre société se trouverait directement menacée d'une agression militaire, c'est que nous ne puissions employer pour nous défendre ni les armes nucléaires, ni les armes classiques. La menace d'emploi de ces armes a pour fonction de dissuader le décideur adverse de nous 'agresser; mais, dès lors que celui-ci aurait décidé de contourner nos dissuasions, l'emploi de nos armes ne pourrait plus nous défendre puisqu'il provoquerait notre destruction.

    Dès lors que nos instruments militaires se trouveraient paralysés par ceux de notre agresseur, c'est la société civile qui serait confrontée directement à l'agression et qui devrait supporter entièrement le choc de l'affrontement. Il importe donc de concevoir, de préparer et d'organiser la défense civile de la société civile par les civils eux-mêmes.

    Les objectifs les plus probables qu'un adversaire chercherait à atteindre en occupant un territoire seraient :

    * l'influence idéologique,
    * la domination politique,
    * l'exploitation économique.

    Dès lors, l'invasion et l'occupation d'un territoire ne constituent pas les buts de l'agression ; elles ne sont que des moyens pour établir le contrôle et la domination de la société civile. C'est pourquoi une politique de déstabilisation et de domination vise à obtenir par la conjugaison des moyens de persuasion, de pression, de contrainte et de répression, la collaboration de la population civile adverse. Cette complicité objective est donc l'ultime objectif de l'agression.

    L'axe central d'une stratégie civile de défense est donc l'organisation du refus généralisé, mais sélectif et parfaitement ciblé, de cette collaboration. On peut alors définir ainsi la défense civile : une politique de défense contre toute tentative de déstabilisation, de contrôle ou d'occupation de notre société, conjuguant de manière préparée et organisée des actions non-violentes collectives de non-coopération et de confrontation avec l'adversaire, en sorte que celui-ci soit mis dans l'incapacité d'atteindre les objectifs idéologiques, politiques et économiques qui justifient son agression.

    La défense civile doit s'organiser principalement sur deux fronts : le front institutionnel et le front populaire. Face à une agression étrangère, défendre la société c'est aussi défendre l'Etat démocratique, c'est-à-dire défendre les institutions qui permettent le libre exercice des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire qui garantissent le droit. Pour cela, il importe que les pouvoirs publics reconnaissent eux-mêmes la place que la défense civile doit prendre dans l'organisation de notre société afin qu'elle puisse se développer dans les espaces institutionnels.

    Mais, en même temps, la défense civile exige une grande capacité d'initiative des différents acteurs sociaux. La résistance ne pourra s'organiser efficacement que si elle résulte de la conjugaison de deux mouvements, l'un étant impulsé d'en haut par les pouvoirs publics et l'autre d'en bas par les citoyens conscients de leurs propres responsabilités et décidés à les assumer. La préparation de la défense civile devra également se faire dans le cadre des organisations sociales et politiques au sein desquelles s'expriment concrètement la solidarité des citoyens. Les partis politiques, les syndicats, les mouvements associatifs, les entreprises et les églises constituent les relais sociaux à travers lesquels la société civile doit préparer et organiser sa propre défense.

    Ainsi existe-t-il un lien organique entre la démocratie et la défense civile non-violente. Tout ce qui renforce l'une concourt à. renforcer l'autre. Le meilleur moyen de préparer la défense de la démocratie pour les temps de crise est de la renforcer et de la rendre plus effective en temps de paix.

    La défense civile non-violente peut être considérée comme une alternative aux défenses militaires. Mais cela présuppose qu'un pays décide de renoncer à toute forme de défense armée pour ne faire reposer sa sécurité et son indépendance que sur la préparation et, le cas échéant, sur la mise en oeuvre de la défense civile. Compte tenu de l'ampleur des changements culturels et politiques que ce choix implique nécessairement, une telle hypothèse ne peut être envisagée à court ni même à moyen terme.

    La valeur d'une alternative se juge aussi à sa capacité à rendre possible un processus cohérent de transition et une dynamique de changement. Dans ce processus de transition que nous appelons "transarmement ", les différentes formes de défense militaire et la défense civile devront coexister, même si cette coexistence peut apparaître conflictuelle. La préparation et l'organisation d'une défense civile non-violente constitueraient alors une valeur ajoutée à la dissuasion globale de notre pays. Tout ce qui renforce l'affirmation de notre volonté de défense et tout ce qui augmente notre capacité de résister contre une éventuelle agression prolonge et amplifie l'effet dissuasif de notre défense.

    Dans l'hypothèse où nos forces de dissuasion seraient contournées et où, par conséquent, nous devrions nous défendre contre une agression, la défense civile non-violente pourrait être considérée, par rapport aux différentes formes de défense militaire, comme un complément, un recours ou une autre option.

    Désarmement

    L'accélération quantitative et qualitative de la course aux armements augmente le risque de voir une guerre se déclencher. La sophistication de plus en plus poussée des armes modernes est de nature à favoriser le dérapage d'une crise politique vers un conflit militaire. Par ailleurs, le risque est réel que ces armes soient employées par erreur, que celle-ci soit technique ou humaine. Aujourd'hui, la course aux armements constitue davantage une menace qu'une garantie pour la sécurité des peuples. Le document final de la session extraordinaire de l'assemblée générale des Nations Unies consacrée au désarmement, qui s'est tenue en 1978, affirmait: "L'homme se trouve placé devant l'alternative suivante : mettre fin à la course aux armements et progresser vers le désarmement, ou périr ".

    Etant donné le surarmement des grandes puissances, celles-ci peuvent, sans porter atteinte à leur sécurité respective, prendre des mesures partielles de désarmement qui atténuent la dangerosité de l'équilibre des terreurs. L'accord intervenu en décembre 1987 entre les Etats-Unis et l'Union Soviétique, portant sur les armes nucléaires de portée intermédiaire, peut constituer un pas important vers une politique internationale de détente.

    Mais, au-delà de telles mesures ponctuelles, une politique de désarmement vient se heurter à de nombreuses difficultés qu'il serait vain de minimiser. Ce sont les conflits, et non les armes, qui sont les causes premières des crises et des guerres qui peuvent s'ensuivre. Dès lors, pour supprimer les guerres, il est vain de proposer de commencer par détruire les armes. Il est également illusoire d'imaginer un monde sans conflits. La seule voie qui puisse nous conduire vers une société internationale pacifiée est donc de chercher à résoudre les conflits par d'autres moyens que les armes de la violence.

    Voyant dans les armements la cause principale des guerres, le pacifisme a proposé le désarmement unilatéral immédiat comme une contribution décisive à la paix. Un tel projet était nécessairement voué à l'échec. La sécurité est un besoin fondamental de toute collectivité humaine. Dans la mesure où les membres d'une société ont le sentiment que leur sécurité exige la possession d'armes capables de s'opposer efficacement à une agression de leur territoire, le désarmement unilatéral ne pourrait engendrer chezeux qu'une profonde insécurité. De ce fait, il est rigoureusement impossible.

    Par ailleurs, les propositions de désarmement général, simultané et contrôlé ne semblent pas davantage opérationnelles. Elles posent également résolus de nombreux problèmes de tous ordres auxquels, par elles-mêmes, elles n'apportent aucune solution. Il convient d'abord de résoudre ces problèmes et de créer ainsi les conditions qui rendent possible un tel désarmement.

    Dans cette perspective, la tâche prioritaire est de concevoir et de préparer des " équivalents fonctionnels " de la guerre qui permettent aux peuples et aux nations d'assurer leur sécurité. Nous appellerons " transarmement " le projet qui vise à mettre en oeuvre progressivement une politique alternative de défense fonà6e sur la stratégie de l'action non-violente.

    Dissuasion civile

    Comme toute politique de défense, l'organisation de la défense civile non-violente doit avoir pour finalité première de dissuader un agresseur potentiel d'engager les hostilités. La crédibilité de la dissuasion civile est effective lorsque l'adversaire a dû se convaincre qu'il exposerait son propre pouvoir à de réels dangers s'il décidait d'intervenir au-delà de ses frontières. Ses agents pourraient certes pénétrer sur le territoire convoité sans qu'ils subissent de pertes et sans que sa population se trouve exposée à des représailles, mais ses soldats, ses fonctionnaires et tous ses chargés de mission se heurteraient à l'hostilité organisée des pouvoirs publics, des institutions et des citoyens qui leur refuseraient toute collaboration. Ils courraient alors le risque de se trouver empêtrés dans les réseaux d'un " maquis politique ", en subissant l'inconvénient majeur de ne pas avoir l'avantage du terrain. Ils auraient alors les plus grandes difficultés à contrôler ce maquis et ne pourraient guère espérer le réduire dans un délai raisonnable. La dissuasion est effective dès lors que les risques encourus apparaissent disproportionnés par rapport à l'enjeu de la crise et les coûts prévisibles plus importants que les profits espérés.

    Pour renforcer la crédibilité de la dissuasion civile, il faut à la fois augmenter les coûts et réduire les profits. Il importe donc que le décideur adverse perçoive l'importance des coûts qu'il devrait payer : il s'agit de coûts idéologiques, politiques, sociaux, économiques et diplomatiques dont l'addition risquerait de déstabiliser son propre pouvoir et son propre régime. Par ailleurs, dans la mesure où il ne peut espérer aucune complicité significative au sein de la population adverse, il risquerait d'être frustré des profits qu'il voudrait retirer de son agression. Le rapport entre ces coûts et ces profits est de nature à l'amener à renoncer à toute intervention sur le territoire d'une société ayant mis en place les moyens d'une défense civile.

    Esprit de défense

    L'un des effets les plus pervers de la priorité absolue donnée à la dissuasion nucléaire dans la doctrine de défense de la France a été de déresponsabiliser et de démobiliser les Français par rapport au rôle essentiel qui devrait être le leur dans la sauvegarde de la démocratie dans le cadre de la " défense globale " de notre pays. En s'efforçant de convaincre les citoyen(ne)s que la dissuasion nucléaire rendait pratiquement impossible une agression étrangère, les gouvernements successifs de la France les ont surtout persuadés qu'en tout état de cause ils n'avaient aucun rôle actif à jouer dans la défense de notre société.

    Certes, la rhétorique officielle ne manque jamais d'affirmer que la défense doit être " l'affaire de tous ", et que la dissuasion nucléaire elle-même n'a de crédibilité que dans la mesure où elle bénéficie de l'assentiment populaire. Mais " l'esprit de défense "qui est ainsi requis de la part des citoyen(ne)s s'apparente à l'acceptation passive des choix opérés par les états-majors politiques et militaires, non à l'exercice d'une responsabilité directe dans l'organisation de la défense de notre société. Si le chef de l'Etat peut dire à la télévision : " La dissuasion, c'est moi ", les citoyens téléspectateurs doivent bien en conclure : " La dissuasion, c'est pas nous"...

    En réalité, la plus grande part des propos tenus officiellement sur l'esprit de défense des citoyen(ne)s ont pour visée essentielle de venir renforcer les liens entre l'Armée et la Nation. La sensibilisation des civils aux impératifs de la défense se situe dans le cadre étroit et inapproprié de l'organisation militaire. Cette restriction à la fois théorique et pratique est de nature à entraver gravement le développement de l'esprit de défense. Pour pouvoir réellement responsabiliser les citoyen(ne)s à leurs devoirs de défense, il serait certainement plus opérationnel de concevoir et d'organiser leur mobilisation dans le cadre des institutions civiles qui assurent le fonctionnement démocratique de la société. Pour stimuler l'esprit de défense des citoyen(ne)s, il faut civiliser la défense et non pas militariser les civils. Il ne convient pas d'organiser la défense civile à travers une décentralisation de l'organisation militaire, mais à travers une " décentration " par rapport à elle et un " recentrage " par rapport aux institutions civiles.

    Il convient de corriger le langage d'idéalisme moral qui tend à réduire le devoir de défense des citoyens à un " esprit ", c'est-à-dire un " attachement aux valeurs " qui fondent la civilisation et la " volonté " de les défendre le jour hypothétique où elles seraient menacées. Concrètement, il s'agit de défendre les institutions politiques qui incarnent et historicisent ces valeurs, c'est-à-dire les institutions de la démocratie qui garantissent les libertés individuelles et collectives. En outre, il est vain d'attendre des citoyens qu'ils affirment leur volonté de défense si la société ne leur offre pas concrètement les moyens de se défendre civilement. La population doit pouvoir se préparer dès maintenant à mettre en oeuvre une stratégie civile de défense face à un éventuel agresseur en sorte que celui-ci se trouve dissuadé de mettre son projet à exécution.

    L'esprit de défense pourra d'autant mieux mobiliser les volontés que les tâches proposées aux civils le seront dans le cadre des structures administratives, sociales, économiques et politiques dans lesquelles ils travaillent quotidiennement. La préparation de la défense civile s'inscrit ainsi en totale continuité et en parfaite homogénéité avec la vie des citoyen(ne)s dans les institutions où ils exercent leurs responsabilités civiques. L'esprit de défense qui est requis d'eux s'enracine directement dans l'esprit civique qui anime leurs activités quotidiennes.

    Guerre

    " La guerre, affirme Clausewitz, n'est que la continuation de la politique par d'autres moyens ". En affirmant cela, le général prussien ne voulait pas signifier, comme on le laisse entendre parfois, que la politique était déjà la guerre, mais que la guerre devait être encore une action politique. " Si l'on songe, écrit-il, que la guerre résulte d'un dessein politique, il est naturel que ce motif central dont elle est issue demeure la considération première qui dictera sa conduite ". " L'intention politique, précise-t-il encore, est la fin tandis que la guerre est le moyen, et l'on ne peut concevoir le moyen indépendamment de la fin ".

    Naguère, dans le cadre des stratégies classiques, la guerre était cruelle mais, généralement, elle n'était pas mortelle pour les peuples qui s'y livraient. Les nations pouvaient alors espérer que la guerre apporterait au conflit qui les opposait une solution politique sauvegardant leurs intérêts vitaux. Tant bien que mal, c'est ainsi que, jusqu'à présent, les peuples ont vécu et survécu.

    Aujourd'hui, la révolution technologique a donné aux armes une telle capacité de destruction que leur emploi détruirait probablement la société que nous voulons défendre. La guerre moderne, qu'elle soit classique, chimique ou nucléaire, serait une guerre totale. Autrefois, en combattant pour la liberté, les hommes prenaient le risque de " mourir pour la patrie " ; aujourd'hui, en faisant la guerre, ils prendraient le risque de tuer la patrie.

    Ainsi la guerre moderne ne peut plus être la continuation de la politique par d'autres moyens. Elle ne peut plus résulter d'aucun " dessein politique " ; elle signifierait la fin de toute politique. La guerre est entrée en crise. Littéralement, nous ne pouvons plus penser la guerre ; elle est devenue impensable. Les sociétés industrielles sont entrées définitivement dans le temps de l'après-guerre.

    Intervention civile

    Lorsque les sanctions économiques s'avèrent insuffisantes pour faire céder l'adversaire, il convient d'étudier la possibilité d'une intervention directe sur les lieux du conflit. Avant même d'envisager une quelconque intervention militaire, il importe de savoir si des forces d'intervention civiles, non armées, ne seraient pas susceptibles d'apporter une contribution à la résolution pacifique du conflit en cours. En d'autres termes, est-il possible d'envisager une "projection de forces non militaires" qui puisse peser sur le rapport des forces en présence ? Existe-t-il des interventions civiles qui soient des équivalents fonctionnels des interventions militaires ? Nous pouvons proposer la définition suivante d'une intervention civile : une intervention non armée, sur le terrain d'un conflit local, d'une mission extérieure, mandatée par une organisation intergouvernementale, gouvernementale ou non gouvernementale, venant accomplir des actions d'observation, d'information, d'interposition, de médiation et/ou de coopération en vue de prévenir ou faire cesser la violence et de créer les conditions d'une solution politique du conflit qui reconnaisse et garantisse les droits fondamentaux de chacune des parties en présence, et leur permette de définir les règles d'une coexistence pacifique.

    Une intervention civile est un moyen tactique : il ne peut être optionnel que s'il est mis en oeuvre dans le cadre clairement défini d'une stratégie globale qui vise à faire aboutir un projet politique créant conditions d'un retour à la paix. Ce projet et cette stratégie doivent être définis dans le cadre d'un processus de négociations diplomatiques auxquelles participent les différentes parties engagées dans le conflit, le plus souvent à travers la médiation d'une autorité extérieure. Les différentes modalités d'une intervention civile ont pour fonction de concrétiser sur le terrain, au contact des populations civiles et des dirigeants locaux, les décisions politiques prises dans le cadre de ces négociations. Cependant, certaines formes d'intervention civile peuvent être mises en oeuvre avant même que ce processus de négociation ait pu commencer. Elles ont alors pour finalité de créer des conditions qui favorisent un tel processus.

    Les missions d'une intervention civile ne sauraient prétendre faire preuve de "neutralité", du moins si l'on donne à ce mot, selon son étymologie, le sens de "ni l'un ni l'autre, aucun des deux". Les membres d'une mission de paix qui vise, sinon à la réconciliation, du moins à la conciliation des deux parties engagées dans un conflit, n'ont pas pour mandat de ne prendre parti pour "aucun des deux" adversaires, mais de prendre parti pour "tous les deux". Il s'engagent aux côtés de l'un et de l'autre : ils s'engagent deux fois, ils prennent deux fois parti. Mais ce double parti pris n'est jamais inconditionnel : il est à chaque fois un parti pris de discernement et d'équité. Il fait toujours référence à la nécessité de respecter les droits de l'Homme et les conditions de la démocratie.

    Objection de conscience

    Dans le sens le plus usuel, mais restrictif, l'objection de conscience consiste à refuser d'accomplir le service militaire. Par elle-même, l'expression suggère que ce refus se fonde essentiellement sur des convictions personnelles qui mettent en avant l'exigence morale et/ou religieuse qui prescrit le respect inconditionnel de la vie humaine et interdit de verser le sang. Pendant longtemps, l'attitude des objecteurs de conscience a été sévèrement condamnée comme un délit d'incivisme, contraire au devoir de la solidarité nationale qui s'impose à tout citoyen. Les réfractaires étaient alors accusés de faire preuve de lâcheté en refusant d'assumer leurs responsabilités civiques.

    Ce n'est que tout récemment que l'objection de conscience a été reconnue par les sociétés démocratiques comme un droit de l'homme que l'Etat devait respecter en faisant bénéficier d'un statut légal ceux qui s'en réclamaient. Pour autant, les objecteurs sont encore souvent suspectés de n'être pas des citoyens à part entière et se heurtent toujours à un certain ostracisme social.

    Aujourd'hui, même si nombre d'objecteurs se réfèrent à des convictions éthiques et philosophiques, ils entendent généralement donner à leur engagement une signification ouvertement politique. D'abord, leur contestation de la militarisation des systèmes de défense mis en oeuvre par les Etats ne s'appuie pas seulement sur des arguments d'ordre moral, mais aussi sur une analyse et une critique rationnelles de la course aux armements de destruction massive. Ils considèrent que celle-ci constitue davantage une menace qu'une garantie pour la sécurité des peuples et des nations. Ensuite, ils ne veulent pas s'en tenir à cette contestation : beaucoup mettent en avant la proposition d'une défense civile non-violente et acceptent de faire un service civil, dont la durée devrait être égale à celle du service militaire. Ils y font un travail d'utilité sociale et certains d'entre eux étudient théoriquement les principes et les méthodes de la stratégie de l'action non-violente et se préparent à les mettre en oeuvre pratiquement.

    Ceux qui ont déjà accompli leur service militaire sont également en droit de revendiquer le bénéfice du statut légal de l'objection de conscience. Si la loi le leur refuse (c'est actuellement le cas en France pendant le temps dit de " disponibilité ", c'est-à-dire pendant les quatre années qui suivent le service militaire), ils n'ont plus d'autre recours que de s'engager dans une action de désobéissance civile en renvoyant leur livret militaire au ministre de la Défense. Ils sont alors passibles d'une condamnation devant les tribunaux.

    L'objection de conscience peut également être le moyen de s'opposer, non à toute guerre, mais à telle guerre en particulier dont on estime qu'elle est injuste. Elle peut encore être le moyen de refuser toute coopération avec l'armée lorsque celle-ci est utilisée comme moyen de répression contre une minorité nationale ou contre une classe sociale en lutte pour la revendication de ses droits.

    D'une manière plus générale, on parle d'objection de conscience pour tout refus d'obéissance à une loi ou à un ordre dont l'exécution serait contraire à ce que l'on estime injuste ou immoral. Dans un certain nombre de domaines, la loi prévoit ainsi des " clauses de conscience ".

    Pacifisme

    Les mots " pacifisme " et " pacifiste " ont dans notre langue, dans notre culture et dans notre histoire une connotation essentiellement péjorative. Le pacifiste est réputé vouloir la paix " à tout prix ", fut-ce au prix de la justice. C'est pourquoi il est accusé de préférer n'importe quelle paix à n'importe quelle guerre et, donc, d'être prêt à se soumettre à l'oppression plutôt qu'à se battre pour la liberté. La collectivité nationale, au nom de l'idéologie dominante, va donc jeter l'anathème sur les pacifistes en les accusant d'être traîtres et parjures.

    Il est vrai que la paix peut être honteuse et que le refus de la guerre peut être lâche. Ce n'est pas la paix qui est le plus important mais la justice qui permet la dignité et la liberté. Si le choix n'était qu'entre la paix dans l'injustice et la guerre pour la justice, alors, en effet, mieux vaudrait choisir la guerre. " Je préférerais mille fois, affirmait Gandhi, prendre le risque de recourir à la violence plutôt que de voir émasculer toute une race ".

    La thèse centrale du pacifisme, tel qu'il s'est exprimé à différents moments de notre histoire, peut se résumer ainsi: la guerre est le mal absolu parce que les maux qu'elle engendre sont nécessairement plus grands que ceux auxquels elle prétend remédier. Certes, les moyens de la guerre, c'est-à-dire ceux de la violence destructrice et meurtrière, sont par eux-mêmes en contradiction avec la fin qu'elle prétend poursuivre : la coexistence pacifique des hommes et des peuples. La vérité de l'intuition pacifiste est de proclamer l'inhumanité de la guerre et de récuser toutes les idéologies qui justifient, honorent et sacralisent la guerre. Mais l'er reur du pacifisme est de dénoncer " les horreurs de la guerre "sans proposer des moyens réalistes pour mettre un terme aux " horreurs de la paix ". La guerre, en effet, ne mérite pas seulement une condamnation, elle exige une alternative. La guerre est une méthode d'action et sa finalité est juste lorsqu'elle vise effectivement à défendre ou à rétablir les droits de l'homme. La méthode de la guerre est sûrement détestable mais l'action n'en demeure pas moins nécessaire. Si la condamnation de la méthode entraîne l'inaction, c'est qu'il y a quelque part un vice dans la démarche. Le pacifisme relève en réalité d'une morale de conviction et il se trouve incapable de fonder une morale de responsabilité face aux défis de l'histoire. Lorsqu'il a tenté de proposer d'autres moyens que la guerre pour faire la paix, ils étaient largement illusoires. Il fait alors appel à des vertus en un temps où seule la force conditionne les rapports entre les hommes et les peuples. Le pacifisme procède d'une vision idéaliste et moraliste de l'histoire.

    Le discours pacifiste se discrédite quand il laisse croire que les armées et les armements sont les causes des guerres et qu'il présente leur suppression comme la condition nécessaire et suffisante de la paix. Pour promouvoir une politique de désarmement, il importe de concevoir des " équivalents fonctionnels de la guerre " qui offrent aux nations les moyens de se défendre contre une éventuelle agression.

    Précisément parce qu'il est perçu de manière négative par l'opinion publique, le mot " pacifisme " est souvent utilisé par les discours dominants pour désigner les mouvements de paix qui s'opposent à tel ou tel aspect de la politique militaire des Etats (ceux, par exemple, qui dénoncent l'engrenage de la course aux armements). L'un des plus sûrs moyens, en effet, de discréditer un mouvement est de le disqualifier en le nommant. Le plus souvent, cette appellation, qui veut être une accusation, concerne des mouvements qui développent des analyses et choisissent des objectifs qui diffèrent fondamentalement de ceux du " pacifisme ".

    Reconversion

    Une politique de reconversion a pour objectif global de réorienter l'économie d'un pays en transférant les investissements militaires vers des investissements civils. Une telle politique est l'un des éléments essentiels du processus de transarmement qui vise à civiliser la défense et à démilitariser la société.

    Les complexes militaro-industriels qui se sont créés au sein des sociétés modernes, en détournant de très importantes ressources à leur seul profit - il ne semble pas exagéré de parler d'un véritable gaspillage -, ont de nombreux effets pervers sur l'économie des pays industrialisés. C'est un fait dûment établi que la recherche à des fins militaires occupe une place prépondérante dans les budgets de recherche scientifique des Etats modernes. La priorité accordée aux crédits de la recherche militaire oblige souvent la société à faire la quête sur la place publique pour financer la recherche nécessaire dans le domaine de la santé. De telles pratiques impliquent un véritable " choix de société "... Les scientifiques tentent parfois de justifier leur collaboration à des projets militaires en affirmant qu'il en résulte de nombreuses " retombées civiles ". En réalité, il s'avère qu'elles sont beaucoup plus limitées qu'ils veulent bien le prétendre. Au demeurant, il serait certainement plus opérationnel d'investir directement dans la recherche civile.

    L'expérience des nombreuses reconversions qui furent nécessaires à la fin de la Seconde Guerre mondiale, aussi bien en Europe qu'aux Etats-Unis, montre qu'elles sont techniquement possibles et qu'elles peuvent s'effectuer dans des conditions satisfaisantes à la fois pour les hommes et pour l'économie.

    La difficulté majeure généralement mise en avant est que la reconversion des industries d'armement aurait pour effet assuré d'accroître le nombre des chômeurs. " De telles conceptions, affirment pourtant les experts des Nations-Unies, sont totalement fausses ". " S'il est évident, précisent-ils, que les dépenses militaires créent des emplois dans les industries où s'approvisionnent les forces armées, la part croissante des dépenses militaires qui est consacrée aux techniques de pointe réduit leur capacité directe et générale de création d'emplois. Actuellement, on a de plus en plus de preuves que les budgets militaires élevés contribuent pour une large part à aggraver le chômage global au lieu de le réduire ". (Les conséquences économiques et sociales de la course aux armements et des dépenses militaires, Nations-Unies, New York, 1978). La raison principale pour laquelle les dépenses militaires sont peu créatrices d'emploi est que la production des armements modernes exige une technologie extrêmement sophistiquée qui demande de très importants investissements en capital fixe. Dès lors, à investissement égal, la proportion d'emplois créés est moindre que dans la plupart des industries civiles. Dans d'autres secteurs que ceux de l'industrie, des investissements civils créent également plus d'emplois que des investissements militaires comparables. Ainsi, les enquêtes réalisées jusqu'ici ont-elles montré que les dépenses consacrées à l'éducation créent deux fois plus d'emplois que les mêmes dépenses militaires.

    Une politique de reconversion des industries d'armement exige une planification rigoureuse qui définisse les différents objectifs à atteindre dans le court, le moyen et le long terme. La réussit-- d'un tel programme nécessite une large concertation entre tous les partenaires sociaux directement concernés, tout particulièrement entre les pouvoirs publics, les organisations professionnelles et les syndicats de travailleurs de l'armement. Dans le cadre de cette planification démocratique, il s'agira de définir à la fois les finalités et les modalités du redéploiement des ressources libérées par la réduction des dépenses d'armements afin de les réorienter vers la production de biens socialement utiles.

    Dans un premier temps, il faudra conduire une étude de marché pour déterminer quelles productions alternatives doivent être retenues en fonction des besoins sociaux non satisfaits. Les enquêtes déjà réalisées font généralement apparaître que la reconversion pourrait être orientée vers un meilleur équipement de plusieurs domaines sociaux déficitaires : les transports (notamment les transports en commun), les machines-outils, les équipements médicaux, la protection de l'environnement, l'expérimentation d'énergies nouvelles...

    Pour chaque entreprise industrielle concernée, un plan de reconversion devra être établi en fonction de ses capacités technologiques spécifiques et des qualifications des travailleurs. Compte tenu de la flexibilité relative de l'équipement de nombreuses usines, la plus grande partie de la force de travail pourrait être réemployée dans des activités exigeant des qualifications comparables, voire identiques. Cependant, pour certains catégories de travailleurs, un recyclage professionnel de plus ou moins longue durée sera nécessaire.

    Ainsi, la faisabilité économique et technique d'une politique de reconversion des industries d'armement semble établie. Reste à en étudier et expérimenter les modalités concrètes en fonction de la situation spécifique de chaque pays. Cela dépend en premier et en dernier ressort de la volonté des décideurs politiques. Jusqu'à présent, c'est précisément cette volonté politique qui a manqué le plus.

    Sécurité commune

    Les dissuasions militaires classiques, chimiques et nucléaires sur lesquelles nos sociétés prétendent fonder leur défense peuvent être perçues comme une menace permanente par les armées et les populations civiles de l'adversaire potentiel. Elles se présentent donc comme des dissuasions agressives. Certes, l'intention déclarée qui les justifie, les fonde et les anime est défensive, mais les moyens mis en oeuvre pour les préparer, les organiser et les rendre crédibles ont pour fonction de donner au décideur politique la capacité d'infliger à l'adversaire des dommages suffisamment importants pour qu'ils lui apparaissent inacceptables. Ainsi, le décideur se place-t-il délibérément dans une "posture agressive", afin de bien faire comprendre au décideur adverse qu'il a non seulement les moyens mais également la volonté de lui faire subir des destructions irréparables dès lors que ses intérêts vitaux seraient menacés. Et l'adversaire entend procéder de même.

    C'est ainsi que la paix, ou du moins ce qu'il est convenu d'appeler la paix, repose depuis bientôt trente ans sur la menace d'une "destruction mutuelle". Mais cet équilibre des terreurs militaires est fragile ; il pourrait être déstabilisé soit par un simple incident technologique, soit par une crise politique majeure. Car, alors, chacun des deux adversaires pourrait craindre une action préventive de l'autre. Cette crainte réciproque est de nature à précipiter un affrontement armé entre les Etats rivaux.

    Face à ce risque déraisonnable et démesuré, les peuples et les nations sont mis au défi de construire la paix non par la menace d'une "destruction mutuelle" mais par la recherche d'une "sécurité commune". Celle-ci n'est pas fondée sur la confiance réciproque ; elle ne consiste pas à prétendre déjà faire de l'ennemi un ami. Elle prend appui sur le fait que notre adversaire a autant besoin d'être en sécurité que nous-mêmes et que, par-delà nos défiances réciproques, nous avons le même intérêt vital à assurer notre défense par des moyens qui n'impliquent pas le risque de nous détruire ensemble.

    Dans cette perspective, la sécurité commune nous amène à faire reposer notre défense non plus par des dissuasions "agressives" mais "défensives". Il ne s'agit plus de dissuader en menaçant l'adversaire de destructions inacceptables mais en le persuadant que nos moyens de défense feraient échouer toute tentative d'agression de sa part et que son entreprise aurait toute chance d'être largement déficitaire. Ainsi, une telle dissuasion permet-elle au décideur de se tenir dans une "posture défensive" qui ne peut susciter aucune crainte chez l'adversaire tant qu'il restera chez lui. Dès lors, si une crise survient, les Etats rivaux se trouvent dans une position stratégique qui facilite grandement le maintien du conflit sur le terrain politique où il doit trouver sa solution. Il est possible d'imaginer certaines formes de défense populaire armée qui permettraient d'organiser une force de dissuasion défensive. Mais c'est certainement la défense civile nonviolente qui est le mieux appropriée à l'objectif d'une sécurité commune.

    Transarmement

    Face à la course aux armements, il ne s'agit pas tant de réclamer le désarmement que de créer les conditions qui le rendent possible. Dans cette perspective, il semble préférable de se fixer un objectif qui tienne compte de la réalité et de la nécessité de créer une dynamique capable de la changer. Le concept de transarmement semble le mieux approprié pour désigner cet objectif. Il exprime la nécessité d'une transition au cours de laquelle doivent être préparés les moyens d'une défense civile non-violente qui apportent des garanties analogues aux moyens militaires sans comporter les mêmes risques. Alors que le mot " désarmement "n'exprime qu'un rejet, celui de " transarmement " veut traduire un véritable projet. Alors que " désarmement " évoque une perspective négative, " transarmement " suggère une démarche essentiellement constructive. Cependant, l'objectif du transarmement ne s'oppose pas à celui du désarmement. Car l'une des finalités du processus de transarmement est de rendre possibles des mesures de désarmement effectives. Le désarmement n'est que l'aspect négatif du transarmement. Son aspect positif est constitué par un programme constructif qui permette à la société de gérer et de maîtriser ses conflits internes et externes selon les principes et les méthodes de la stratégie de l'action non-violente.

    Le transarmement vise à créer une véritable alternative à la défense militaire, c'est-à-dire à organiser une défense civile non-violente qui puisse se substituer à la défense armée. Mais il ne peut s'agir là que d'un objectif à long terme, puisque les conditions concrètes qui permettraient de l'atteindre échappent aujourd'hui à notre appréhension. Avant que la défense civile non-violente puisse être considérée par la majorité de la population et par les pouvoirs publics comme une alternative fonctionnelle à la défense armée, la première tâche est d'établir sa faisabilité et de lui faire acquérir une réelle crédibilité. Dans un premier temps, dont la durée ne saurait être fixée à l'avance, il s'agira de préparer et d'organiser la défense civile alors que, dans le même temps, la défense armée sera maintenue.

    Pendant cette période, si l'on envisage des scénarios concrets de défense contre une agression effective, après échec ou contournement de la dissuasion globale de notre pays, trois hypothèses sont théoriquement possibles : la défense civile non-violente peut être considérée, par rapport aux différentes formes de défense militaire, comme un complément, un recours ou une autre option.

    1) Le complément. Dans cette hypothèse, la défense civile serait mise en oeuvre en même temps que la défense militaire. Mais cette complémentarité ne peut pas être envisagée de manière symétrique. Dans une résistance globalement non-violente, des actions armées ponctue es seraient peu opportunes et m me contre-productives. Elles viendraient contrarier l'efficacité de la résistance non-violente. Celle-ci a sa dynamique propre qui ne peut être pleinement efficiente que si elle est seule à s'exercer. En revanche, si la résistance est essentiellement militaire, l'adjonction de formes de résistance non-violente ne pourrait que renforcer l'efficacité globale de la résistance.

    2) Le recours. La défense civile serait alors mise en oeuvre après l'échec ou du moins l'arrêt de la défense militaire. Cette hypothèse est évidemment très défavorable. Cependant, en toute hypothèse, la résistance non-violente serait alors la seule possibilité de faire émerger au sein de la population une nouvelle volonté de lutte avec l'espoir que " tout n'est pas perdu ".

    3) L'option. La mise en oeuvre de la défense non-violente serait alors choisie à la place de la défense militaire. Après l'échec de la dissuasion globale, il apparaîtrait alors aux décideurs politiques que tout emploi des armes serait vain, voire suicidaire. Dès lors que la stratégie de l'action militaire s'avérerait impossible ou non souhaitable, la sagesse politique commanderait d'y renoncer afin de donner les plus grandes chances de succès à la défense non-violente. Compte tenu de la puissance destructrice des armements modernes, cette option serait probablement la plus raisonnable pour nous permettre de nous défendre sans nous détruire.

    Ventes d'armes

    L'une des conséquences les plus lourdes de la militarisation de la défense nationale est la militarisation de la recherche, de l'industrie et de l'économie des sociétés modernes. La production d'armes entraîne le commerce des armes, par un processus qui acquiert une logique mécanique dès lors qu'il est laissé à luimême.

    Il importe d'abord de désensabler le débat sur les ventes d'armes de l'impasse où il se trouve inévitablement conduit tant qu'on se complaît à faire s'entrechoquer les contraintes du réalisme politique avec les exigences de l'idéalisme moral. Cet affrontement vain et stérile repose sur une conception erronée du politique et de l'éthique. Aucune réflexion n'est possible dès lors que l'on s'en tient à l'un ou à l'autre de ces deux postulats idéologiques : d'une part, la nécessité politique du commerce des armes et, d'autre part, son immoralité intrinsèque. Pour comprendre la réalité et tenter d'avoir prise sur elle, il faut la regarder autrement qu'à travers le prisme déformant de ces deux principes absolus et abstraits. Alors, peut-être sera-t-il possible d'élaborer une politique réaliste qui rejoigne les exigences de l'éthique.

    Du strict point de vue de l'analyse des faits, une constatation s'impose : les ventes d'armes constituent un élément d'un système fermé sur lui-même et dont la logique dominante est soumise aux impératifs de la technologie beaucoup plus qu'aux besoins de la défense du pays exportateur. Leur nécessité est le plus souvent dictée aux pouvoirs publics par le complexe militaro-industriel qui a acquis dans les sociétés modernes une large autonomie. La course aux armements - dont les ventes d'armes sont un élément constitutif - s'auto-alimente en fonction de ses propres besoins. Elle se développe par elle-même et pour elle-même. La technologie commande ainsi la fabrication d'armes que l'on voudra rentabiliser par des exportations à l'étranger. C'est ainsi que la logique commerciale finit par supplanter les considérations d'ordre politique, diplomatique ou stratégique.

    L'un des arguments majeurs invoqués pour justifier les ventes d'armes est de prétendre qu'elles permettent d'acquérir un outil industriel indispensable à la défense autonome du pays exportateur. Celui-ci pourrait équiper au moindre coût ses propres armées par l'allongement des séries industrielles qui permet l'amortissement des investissements. Ainsi, le commerce des armes auquel se livrent les Etats modernes serait-il une exigence de leur propre défense. Dès lors, mettre en cause la nécessité de celui-là reviendrait à contester la légitimité de celle-ci.

    En réalité, la rentabilité économique du commerce des armes n'est pas aussi sûre qu'on le prétend généralement. Ainsi, de nombreuses ventes d'armes à des pays du tiers monde sont financées par des prêts qui leur sont consentis par le gouvernement du pays exportateur. Il arrive même que ce pays doive emprunter pour prêter à des clients insolvables. Par ailleurs, de nombreux pays du tiers monde qui sont déjà gravement endettés exigent la pratique du troc: armements contre matières premières. Le plus souvent, un tel arrangement est défavorable au pays exportateur d'armes car les prix des matières premières sont largement surévalués. Les contrats qui reposent sur de tels trocs ne peuvent déboucher que sur des opérations blanches qui n'ont aucune incidence bénéfique sur la balance commerciale. En outre, lorsque cela leur est possible, les Etats-clients imposent souvent des compensations industrielles : ils achètent des armes au pays qui veut bien acheter des équipements de leur propre fabrication. De telles conditions réduisent considérablement l'avantage financier qui résulte des ventes d'armes.

    Un autre argument avancé est que les exportations d'armements permettent aux Etats-clients d'assurer leur propre sécurité. Ainsi les ventes d'armes seraient-elles un élément de la politique étrangère des pays exportateurs. En réalité, ce procédé de légitimation du commerce des armes repose sur le postulat selon lequel les conflits politiques qui surgissent entre les peuples, les nations et les Etats ne peuvent être maîtrisés et résolus que par le recours aux armes de la violence. L'efficacité la plus réelle des ventes d'armes est de provoquer l'accélération des courses régionales aux armements et, par ce fait même, d'encourager, de privilégier et de favoriser la recherche des solutions violentes des conflits. Analysant les " conséquences internationales de la course aux armements ", les experts de l'ONU soulignent ses effets pervers dans le développement des conflits: "D'abord et au premier rang par ordre d'importance, précisent-ils, il faut considérer l'aspect strictement militaire : une série sans fin de guerres, dont certaines sont extrêmement destructrices, rarement provoquées au sens strict par la course aux armements mais très souvent enflammées par elle " (Les conséquences économiques et sociales de la course aux armements, Nations Unies, New York, 1978).

    Le plus souvent, plutôt que de vendre des armes, il serait plus utile pour la paix que les Etats-exportateurs se concertent pour mener une action diplomatique d'envergure visant à ouvrir la voie d'une véritable négociation entre les belligérants. Le réalisme politique le plus attentif aux événements ne devrait-il pas conduire à mettre de plus en plus en doute les capacités des armes de la violence destructrice et meurtrière à apporter une solution politique aux inévitables conflits qui opposent ici et là les hommes et les peuples ? Vendre des armes, c'est exporter de la violence ; c'est injecter un peu plus de violence dans les interstices de la société internationale qui en regorge déjà de partout. Point n'est besoin d'agiter le spectre de l'holocauste nucléaire pour reconnaître que les armes de la violence offrent davantage aux hommes la possibilité de se détruire que celle de se défendre. Ce doit être un impératif catégorique de la diplomatie de tout Etat soucieux de promouvoir un ordre international fondé sur la justice et sur la paix de tout faire pour éviter que les conflits dégénèrent en violence.

    Ainsi, la question centrale posée par les ventes d'armes, et elle est éminemment politique, est-elle de savoir s'il existe des méthodes alternatives aux armes de la violence pour résoudre les conflits. Cette question concerne à la fois la politique de défense du pays qui vend des armes et celle du pays qui en achète. Face aux impasses auxquelles la course aux armements risque de conduire tous les peuples, il est raisonnable de penser que la réponse à cette question doit être recherchée dans l'expérimentation des stratégies de l'action non-violente. L'urgence est donc d'investir dans cette recherche.[/b]
     
Chargement...
Discussions similaires
  1. Réponses:
    0
  2. Réponses:
    1
  3. Réponses:
    1
  4. Réponses:
    0
  5. Réponses:
    0
  6. Réponses:
    3
  7. Réponses:
    0
  8. Réponses:
    0