Chargement...
  1. Pour consulter le Webzine : https://www.libertaire.net/articles

Activisme & pratiques De tous les courants, en dépits de nos différences, unissons nous autours de ce qui nous rassemble

Discussion dans 'Webzine - actualité des luttes et partage d'articles de presse' créé par letic, 30 Septembre 2010.

  1. letic
    Offline

    leticPeau Rouge o Idées Noires

    11
    0
    6
    Sept 2010
  2. libertaire, anarchiste, auto-gestionnaire
    Lors d’une conférence sur les luttes en Amérique Huguo Blanco définissait ce qui faisait la spécificité des Indigènes. L’un d’eux est la diversité. En effet la bas il y a plus de cinquante langues différentes et autant de peuple avec pour chacun d’eux des coutumes bien spécifiques.
    Malgré toutes ces différences au niveau des croyances, des traditions, des pensées etc… ils ont réussi à s’unir pour lutter contre l’impérialisme Occidental. Ils se sont regroupez sur un point de lutte commune et ont prouvez que les différences sont des richesses vecteurs de forces. Ainsi, même si l’ensemble de ces tribus ne sont pas en accords sur certains point ils sont passez outres car ils ont consciences que le jeux des querelles intestines (et stériles) ne vaut pas la chandelle d’une lutte émancipatrice et unificatrice. Bien entendu ils leurs restent beaucoup à faire avant de pouvoir crier victoire, mais ce qui est certains c’est qu’ils sont sur la bonne voix. Ils ont d’ailleurs entrepris de lier leur cause à celles des « urbanistes » (entendez par la ceux qui vive en ville » afin de faire un front commun.

    En entendant cela, je me suis dis que c’est ce qu’il manque ici. Une union autour d’un point ou plusieurs point commun par delà nos différences idéologiques en ce qui nous concerne. Car combien d’occasion loupons nous en refusant de faire front commun parce que moi je suis anarchiste et que je refuse de me mêler avec des communistes sous prétexte qu’ils sont pour la dictature du prolétariat ? Ceci n’est qu’un exemple qui me vient à l’esprit et que j’ai vu. Il y en a probablement beaucoup d’autre de ce type, ce qui est totalement absurde et puérile. Pourquoi ? Parce qu’il faut arrêter de ce prendre pour des « grands révolutionnaires qui avons le luxe de choisir avec qui s’associer». Il n’y à qu’a regarder un peu autour de nous pour s’apercevoir que nous sommes minoritaires, tous, anarchistes, communistes et les autres, et que l’histoire nous montre que les grands changement ce sont produits parce qu’ils étaient soulevez par une majorité de la population (qui en passant doit on le préciser était organisé) et qui (s’est pas compliqué à deviner) avait probablement des opinions différents les uns des autres (en revanche j’accorde le fait que le plupart ce mette tous à penser de la même façon une fois qu’un opportuniste parvient à s’imposer). Bref nous n’avons pas le choix et il serait idiot d’attendre que chacun ai les même opinion politique que son voisin pour commencer à s’organiser.
    Des points communs nous en avons : anti impérialisme, mondialisation, capitalisme, fascisme etc… alors qu’attendons nous pour nous unifier sur ces points et faire front commun ?
    Si tellement peu de choses ne bouges de façon positive c’est tous simplement parce que nos ennemis sont organisés autour d’un point de lutte commune qui est : le profit. Car on voit mal l’ensemble des acteurs du système économique libéral avoir les mêmes opinions en tous et sur tous. Ils ont comme les Indigènes simplement mis leurs différents de coté et se sont mis d’accords d’une cause commune pour s’en mettre plein les poches. Et l’ont ne peut gagner et être efficace qu’ainsi.
    Ceci me rappel un épisode qui s’est déroulé lors de la 2nd Guerre Mondiale. Durant l’occupation, le chef d’un groupe de résistant nationaliste alla demandé au chef des résistant communiste de s’unir, au moins durant le temps de la guerre. Le chef refusa rétorquant que ses hommes ne seraient jamais daccords. Le chef des nationalistes réitéra cette démarche de nombreuse fois, essuyant à chaque fois un refus. Cette alliance n’eut donc jamais lieue, mais combien de vie supplémentaire auraient pus être sauvées, combien de sabotages victorieux auraient pus se faire si seulement les rancoeurs passés ainsi que les idéaux différents auraient été mis de coté pour un temps limité afin de se battre contre un ennemis commun ? Aujourd’hui, même si nous partageons des luttes communes avec l’extrême droite (anti mondialisation, anti capitalisme mais nos raisons diffères) il n’est évidement plus nécessaire de s’unir avec eux. Le contexte est différent et nous somme suffisamment nombreux et diversifier pour pouvoir se montrer unifié et fort. Il n’y a que comme cela que l’Etat tremblera.
    A nous voir aujourd’hui, nous querellant pour un différent idéologique ou pour un avis contradictoire sur tel ou tel sujet, nous sommes pathétiques car le concepte de diviser pour mieux régner n’a jamais été aussi bien établis.
    Car nous auront tous le temps de nous chamailler une fois ce système tombé. Le faire avant ne serre à rien, car :
    A quoi bon avoir raison ou tord sur un sujet puisque de toute évidence nous sommes dans l’impossibilité de la mettre en pratique dans notre société.
    Et même une fois tombé, il nous faudra encore nous unir pour pouvoir proposer quelque chose de nouveau, se défendre contre les ennemis et surtout éviter ce qu’il s’est trop souvent passé : c'est-à-dire qu’un opportuniste se serve du climat de désordre transitoire pour imposer à tous sa façons de penser.
     
  3. Verdâtre
    Offline

    VerdâtreSubversif primitif Membre actif

    209
    1
    0
    Jan 2009
  4. anarchiste
    Oui, et le problème est quel est notre point de lutte commun ? Autant des notions comme profit, pouvoir, confort sont facilement compréhensibles par tous, autant les notions que nous défendons ou promouvons sont complexes et échappent à une compréhension facile et rapide.

    On sait tous qu'il ne suffit pas de couper quelques têtes. L'ennemi, qu'on peut aussi appeler système, il se trouve qu'on (la population en général mais je pense également à nous) en fait presque tous partie, qu'on en profite, qu'il nous fait vivre. Donc comment détruire quelque chose dont on pourrait avoir besoin demain ?

    Faut-il détruire la banque ou en prendre le contrôle ? Les prisons doivent-elles être brûlées ou vont-elles servir à y mettre les sales capitalistes et les pédophiles ? Doit-on saboter les raffineries ? Que fait-on avec les usines qui produisent des biens de luxe ? Quid des écoles ?

    Les débats dans les forums montrent qu'il n'y a pas de réponse simples à ces questions, ou plutôt il y a des réponses mais elles sont loin de faire consensus.

    Le résultat est que chacun aura une vision stratégique différente sur ce que pourrait être une révolution et sur les alliances possibles.

    Les indigènes se rassemblent pour lutter et protéger leur mode de vie. Mais nous, quel genre de mode de vie cherchons-nous à protéger ?
     
  5. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 783
    314
    2,054
    Mar 2005
    Homme , 34 ans
    Canada
  6. anarchiste, autonome
    L'histoire nous montre aussi que les alliances entre autoritaires et libertaires se finissent en trahison et en guerre entre les 2 camps, les anarchistes se faisant généralement planter le couteau dans le dos par les communistes autoritaire. Les exemples sont très nombreux.

    Cet appel est totalement absurde, ca sert a quoi de faire la révolution avec des gens qui ont des idées contraire aux notres si c'est pour se faire la guerre une fois notre ennemi commun vaincu ? Ca a servi quoi que la makhnovtchina s'allie aux rouges pour vaincre les blancs si c'état pour se faire la guerre après ? Ca a servi a quoi que les anars espagnols fassent front commun avec les staliniens si c'était pour se tirer dessus dans les rues de barcelone et madrid après ?

    Qui sommes nous pour choisir avec qui s'associer ? DES LIBERTAIRES ANTI-AUTORITAIRES, DES ANARCHISTES.

    Tant qu'à y etre pourquoi pas s'associer aux réformistes collabos de l'état, aux anarcho-nationalistes, aux national-bolchéviques et tout les autres qui ont un peu d'idées communes aux notres ?


    Ah bon et pourquoi c'est si évident pour l'extreme droite et pas évident pour les communistes autoritaires ? Pourtant, l'extreme droite peut nous être utile dans un front commun pro-palestinien et anti-sioniste...

    Justement, autant s'entendre avant de faire la révolution pour éviter que sa tourne en guerre civile post-révolutionnaire bordélique entre libertaires et autoritaires. Ca donne rien de renverser l'État si c'Est pour faire de la merde après..
     
  7. ikitla griffe
    Offline

    ikitla griffeMembre du forum

    20
    0
    0
    Nov 2010
  8. libertaire, féministe, , anarcho-syndicaliste, situationniste
    Vive la propagande Anarchiste

    Bien d'accord avec toi AnarchOi ...

    Le fait que ce forum existe montre bien que nous sommes en quelques sorte "unis" et dans le fond nous sommes d'accord, cependant comme le dit verdatre c'est la façon de les mettres en oeuvre qui pose problème, du coup j'ai envi de dire quittes à ce que nos différences soient notre force autant l'utiliser, donc créer des sous-groupes ayant chaqun des objectifs différents dans la forme mais la même idéologie dans le fond (on continuera à se critiquer les uns les autres mais c'est ce qui évitera les abus et je le répète c'est ce qui fait notre force).

    ensuite je pense que le cœur du problème qui fait que l'on n'arrive à rien de vraiment significatif est le fait que l'anarchisme est littéralement diabolisé par toutes les formes de gouvernement car ils en ont peur, et comme ils contrôlent les médias ils transmettent cette peur au peuple (soit dit en passant nous). Du coup je pense que l'étape nécessaire au bon développement du mouvement anarchiste est avant tout autre chose la propagation de ses idées et l'abolition des préjugés qui la diabolise.
    Vive la propagande anarchiste en gros quoi car sans elle on arrivera jamais à rien (et poutant je n'aime pas le mot propagande ^^)
     
  9. FightWithYourMind
    Offline

    FightWithYourMindNouveau membre

    3
    0
    0
    Nov 2010
  10. libertaire, anarchiste, féministe, internationaliste, auto-gestionnaire
    ...

    Le problème aussi, c'est qu'aujourd'hui beaucoup de gens ne savent pas réellement ce qu'est l'anarchisme, ils voient plutôt ça comme une mode de pseudo-rebelles que comme une vraie mouvance politique, avec un passé historique, même si il n'y a jamais eu de pays anarchiste... non seulement il est diabolisé, mais les gens sont maintenus dans l'ignorance. Et comme les foules sont faciles à manipuler, il suffit que les médias montrent les aspects négatifs d'un mouvement, par exemple aux manifs dans les lycées contre les retraites. Dès qu'il a commencé à y avoir de la casse, c'était mis sur le dos des "bandes anarchistes" ou des "jeunes de banlieue".

    C'est toute une façon de penser à revoir et surtout, il faut réussir à palier le manque d'information, parce que c'est ça que veut l'Etat et le Système en général : maintenir le peuple dans l'ignornce et la médiocrité pour mieux avoir la main mise sur lui.
     
  11. Skh
    Offline

    SkhColonne Vertébrale Membre actif

    289
    1
    6
    Nov 2010
  12. libertaire, internationaliste, auto-gestionnaire
    Il y a pas mal d'exemples historiques et actuels de groupes autogérés et autonomes, donc qui appliquent au moins en partie ces idées (je parle pas des militants, c'est l'évidence même, mais plus des communes, ou ce genre d'expériences). Enfin ça c'est du détail, je chipote.

    Sur le fond, y'a de bons arguments des deux côtés, c'est peut-être juste une question de formulation. On va pas s'associer avec des réformistes quand on réclame l'abolition de l'Etat. On va pas non plus s'associer avec des communistes autoritaires quand on réclame un anarchisme plus ou moins proche d'un communisme libertaire.

    C'est pas pour autant qu'on doit refuser d'aller en manif quand on a des choses à y revendiquer, sous pretexte qu'il y a des drapeaux CFDT. On esquive ces drapeaux sans les emmerder, et c'est tout.
    C'est pas pour autant non plus qu'on doit fermer sa gueule quand il est question de chômage, même si en y réfléchissant bien réclamer du travail dans cette société c'est réclamer le droit de se faire exploiter.

    (Même si certains ne se retrouveront pas dans ces idées, c'est juste pour imager)

    C'pour ça que c'est pas simple, on veut pas changer cette société, on en veut une autre. Est-ce qu'on doit pour autant se taire quand les idées qu'on défend sont en danger dans le cadre de la société actuelle, ou qu'on se retrouve avec des gens qui n'ont pas les mêmes idées ?
    De là à s'associer, faut pas non plus pousser Mémé dans les orties (il y a surement plus d'aversion de leur côté que du notre, l'anarchiste de base étant vu comme quelqu'un qui prône le bordel et qui place des bombes à tous les coins de rue)

    Le fait de faire connaître nos idées communes (anti-capitalisme, anti-fascisme, vision d'une autre société) c'est déjà des points de gagnés je pense, dans l'immédiat
     
    Dernière édition par un modérateur: 28 Novembre 2010
Chargement...
Discussions similaires
  1. Réponses:
    7
  2. Réponses:
    12
  3. Réponses:
    5
  4. Réponses:
    4
  5. Réponses:
    20
  6. Réponses:
    0
  7. Réponses:
    0
  8. Réponses:
    0