Chargement...

Coronavirus et son impact sur la société

Discussion dans 'Discussion générale' créé par Ungovernable, 18 Mars 2020.

  1. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 654
    227
    2,130
    Mar 2005
    Homme , 32 ans
    Canada
  2. anarchiste, autonome
    Abandonnons pour un instant votre obsession de vouloir à tout prix trouver une étude qui fournis une preuve sans l'ombre d'un doute que des surfaces peuvent être contaminés. La science parvient très rarement à prouver quelque chose à 100%. Tout est une question de probabilité.

    Je vais vous poser la question autrement.

    Croyez-vous que, selon ce que les multiples études suggèrent, que même sans avoir une preuve ultime, l'information disponible à ce jour est suffisante pour encourager tout le monde à prendre des précautions en assumant que les surfaces peuvent être contaminées, comme le suggère le CDC ?

    Ou à l'inverse, est-ce que vous rejetez les théories scientifiques, ainsi que le consensus international qui dit de désinfecter préventivement les surfaces et même les rues ?

    Si la réponse à la première question est OUI, alors on pourrait peut-être passer à un autre sujet et concentrer nos efforts à relayer un message suggérant d'assumer que les surfaces peuvent être contaminés et qu'on devrait se protéger au moins de façon préventive ? Parce que le fond du débat, c'était ça, comme j'ai expliqué dans mon post d'hier.

    Quand les morts s'accumuleront, l'Histoire jugera ceux qui ont contribué à la propagation du virus en alimentant le discours banalisant les recommendations sanitaires. Ce seront les idiots utiles de la pandémie, à même titre que les idiots utiles qui ont répétés "c'est juste comme la grippe".
     
  3. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 654
    227
    2,130
    Mar 2005
    Homme , 32 ans
    Canada
  4. anarchiste, autonome
    Étude du CDC & NIH sur la stabilité du virus sur une surface: https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMc2004973

    Traduction: "Nous avons découvert que la stabilité du SARS-CoV-2 est similaire à celle du SARS-CoV-1 sous les circonstances expérimentales testées. Nos résultats indiquent que la transmission des aérosols et des fomites du SRAS-CoV-2 est plausible, car le virus peut rester viable et infectieux dans les aérosols pendant des heures et sur des surfaces jusqu'à plusieurs jours (selon le hangar d'inoculum). Ces résultats font écho à ceux du SRAS-CoV-1, dans lesquels ces formes de transmission étaient associées à la propagation nosocomiale et aux événements de super-propagation 5, et elles fournissent des informations pour les efforts d'atténuation de la pandémie"

    Quand les chercheurs parlent que la stabilité du virus sur les surfaces est "similaire à celle du SARS-CoV-1", c'est une référence aux nombreuses sur le SARS-CoV-1 qui ont prouvé ceci:

    22 études différentes ont conclu que les coronavirus humains peuvent rester infectieux sur des surfaces inanimées jusqu'à 9 jours
    https://www.journalofhospitalinfection.com/article/S0195-6701(20)30046-3/fulltext

    Notons aussi l'utilisation du terme "fomite" qui est une surface pouvant transmettre l'infection à un humain.
     
  5. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 654
    227
    2,130
    Mar 2005
    Homme , 32 ans
    Canada
  6. anarchiste, autonome
    Voici les conclusions de l'étude que j'ai partagé hier sur la famille des Coronavirus, et que Ninaa n'a pas prit la peine de lire tout en continuant à maintenir que les critiques sont justifiées malgré les nombreuses études suggérant toujours des conclusions similaires

    Les coronavirus humains peuvent rester infectieux sur des surfaces inanimées à température ambiante jusqu'à 9 jours. À une température de 30 ° C ou plus, la durée de persistance est plus courte. Il a été démontré que les coronavirus vétérinaires persistent encore plus longtemps pendant 28 jours. La contamination des surfaces tactiles fréquentes en milieu de soins est donc une source potentielle de transmission virale. Aucune donnée sur la transmissibilité des coronavirus des surfaces contaminées aux mains n'a été trouvée. Cependant, il a pu être démontré avec le virus de la grippe A qu'un contact de 5 s peut transférer 31,6% de la charge virale aux mains [9]. L'efficacité de transfert était plus faible (1,5%) avec le virus parainfluenza 3 et un contact de 5 s entre la surface et les mains [10]. Dans une étude observationnelle, il a été décrit que les élèves touchaient leur visage de leurs propres mains en moyenne 23 fois par heure, avec un contact principalement avec la peau (56%), suivi de la bouche (36%), du nez (31%) et des yeux (31%) [11]. Bien que la charge virale des coronavirus sur des surfaces inanimées ne soit pas connue lors d'une épidémie, il semble plausible de réduire la charge virale sur les surfaces par désinfection, en particulier des surfaces fréquemment touchées dans l'environnement immédiat du patient où la charge virale la plus élevée peut être attendue. L'OMS recommande «de veiller à ce que les procédures de nettoyage et de désinfection de l'environnement soient suivies de manière cohérente et correcte. Le nettoyage minutieux des surfaces environnementales avec de l'eau et un détergent et l'application de désinfectants de niveau hospitalier couramment utilisés (tels que l'hypochlorite de sodium) sont des procédures efficaces et suffisantes. » [12] L'usage typique de l'eau de Javel est à une dilution de 1: 100 d'hypochlorite de sodium à 5%, ce qui donne une concentration finale de 0,05% [13]. Nos données résumées sur les coronavirus suggèrent qu'une concentration de 0,1% est efficace en 1 min (tableau III). C'est pourquoi il semble approprié de recommander une dilution 1:50 d'eau de Javel standard dans le cadre du coronavirus. Pour la désinfection des petites surfaces, l'éthanol (62–71%; tests de porteurs) a révélé une efficacité similaire contre le coronavirus. Une concentration de 70% d'éthanol est également recommandée par l'OMS pour la désinfection des petites surfaces [13].

    Conclusions
    Les coronavirus humains peuvent rester infectieux sur des surfaces inanimées jusqu'à 9 jours.
    La désinfection des surfaces avec 0,1% d'hypochlorite de sodium ou 62–71% d'éthanol réduit de manière significative l'infectiosité des coronavirus sur les surfaces en 1 minute d'exposition. Nous prévoyons un effet similaire contre le SARS-CoV-2.

    https://www.journalofhospitalinfection.com/article/S0195-6701(20)30046-3/fulltext

    Pendant qu'on fait de la branlette intellectuelle sur 3 pages en faisant la guerre entre-nous, DES MILLIERS DE PERSONNES MEURENT CHAQUE JOUR ET PRÈS DE UN MILLION D'ÊTRE HUMAINS SONT CONTAMINÉS PAR CETTE SALOPERIE DONT PLUSIEURS SERAIENT CONTAMINÉS PAR DES SURFACES INFECTÉS. C'est important de le rappeler vu que vos priorités sont clairement ailleurs pendant que le peuple meurt.
     
  7. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 654
    227
    2,130
    Mar 2005
    Homme , 32 ans
    Canada
  8. anarchiste, autonome
    Une autre étude vient de sortir hier suggérant encore une fois la même chose.


    Mar 29, 2020 OMAHA, Neb. (WOWT) - Une étude de l'UNMC, du Nebraska Medicine et des chercheurs du NSRI a annoncé dimanche ses conclusions avec de nouvelles preuves de contamination environnementale des zones de soins aux patients par le virus à l'origine du COVID-19.

    L'étude a révélé des niveaux élevés de contamination sur les surfaces couramment utilisées et dans l'air des chambres des patients. Les échantillons d'air provenant des couloirs à l'extérieur des chambres des patients étaient également positifs.

    "L'étude suggère que les patients COVID-19, même ceux qui ne sont que légèrement malades, peuvent créer des aérosols de virus et contaminer les surfaces qui peuvent présenter un risque de transmission", ont déclaré des responsables dans un communiqué de presse.

    Les résultats montrent l'importance pour les travailleurs de la santé de prendre des précautions lors du traitement des patients, a déclaré le vice-chancelier pour la formation et l'éducation interprofessionnelles en matière de sécurité sanitaire, John Lowe, Ph.D.

    UNMC study finds new evidence of COVID-19 surface contamination

    Au cours de l'isolement initial de 13 personnes confirmées positives à l'infection au COVID-19, des échantillons d'air et de surface ont été prélevés dans onze salles d'isolement pour examiner la contamination de l'environnement. De nombreux articles couramment utilisés, des toilettes et des échantillons d'air contenaient des preuves du virus, ce qui indique que le SRAS-CoV-2 est largement disséminé dans l'environnement. Ces résultats indiquent que la maladie peut se propager à la fois par contact direct (gouttelettes et de personne à personne) ainsi que par contact indirect (objets contaminés et transmission aérienne) et suggèrent que des précautions d'isolement aéroporté pourraient être appropriées.

    «Notre équipe prenait déjà des précautions aéroportées avec les premiers patients dont nous avons pris soin», a déclaré James Lawler, MD, expert en maladies infectieuses et directeur du Centre mondial pour la sécurité sanitaire de l'UNMC. «Ce rapport renforce nos soupçons. C'est pourquoi nous avons maintenu les patients COVID dans des chambres équipées d'un flux d'air négatif et continuerons à faire des efforts pour le faire - même avec une augmentation du nombre de patients. Nos agents de santé dispensant des soins seront équipés du niveau approprié d'équipement de protection individuelle. De toute évidence, davantage de recherches sont nécessaires pour pouvoir caractériser le risque environnemental. "

    Study documents how environment is contaminated by COVID-19 patients
     
  9. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 654
    227
    2,130
    Mar 2005
    Homme , 32 ans
    Canada
  10. anarchiste, autonome
    Study reveals how long COVID-19 remains infectious on cardboard, metal and plastic: People may acquire coronavirus through air and by touching contaminated surfaces

    Université de Californie - Los Angeles

    "Résumé:
    Une nouvelle étude scientifique a révélé que le virus qui cause le COVID-19 reste plusieurs heures à plusieurs jours sur les surfaces et dans les aérosols. L'étude suggère que les gens peuvent contracter le coronavirus par voie aérienne et après avoir touché des objets contaminés.

    Une nouvelle étude publiée dans le New England Journal of Medicine a révélé que le virus qui cause COVID-19 reste plusieurs heures à plusieurs jours sur les surfaces et dans les aérosols.

    L'étude suggère que les gens peuvent contracter le coronavirus par voie aérienne et après avoir touché des objets contaminés. Les scientifiques ont découvert que le virus est détectable jusqu'à trois heures dans les aérosols, jusqu'à quatre heures sur le cuivre, jusqu'à 24 heures sur le carton et jusqu'à deux à trois jours sur le plastique et l'acier inoxydable.

    "Ce virus est assez transmissible par contact relativement occasionnel, ce qui rend ce pathogène très difficile à contenir", a déclaré James Lloyd-Smith, co-auteur de l'étude et professeur d'écologie et de biologie évolutive à l'UCLA. "Si vous touchez des objets que quelqu'un d'autre a récemment manipulés, sachez qu'ils pourraient être contaminés et lavez-vous les mains."

    L'étude a tenté d'imiter le virus déposé sur les surfaces quotidiennes dans un environnement domestique ou hospitalier par une personne infectée par la toux ou le toucher d'objets, par exemple. Les scientifiques ont ensuite étudié la durée pendant laquelle le virus est resté infectieux sur ces surfaces.

    Les auteurs de l'étude proviennent de l'UCLA, de l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses des National Institutes of Health, des Centers for Disease Control and Prevention et de l'Université de Princeton. Ils incluent Amandine Gamble, un chercheur postdoctoral UCLA dans le laboratoire de Lloyd-Smith."
     
  11. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 654
    227
    2,130
    Mar 2005
    Homme , 32 ans
    Canada
  12. anarchiste, autonome
    Many objects in your room may contain Coronavirus; Here's how Singapore scientists find 'clean' solution

    "De nombreux objets dans votre chambre peuvent être contaminés par le coronavirus; Voici comment les scientifiques de Singapour trouvent une solution «propre»

    Il convient de mentionner que, selon les scientifiques, COVID-19 pourrait survivre sur certaines surfaces et objets durs. Les poignées de porte, les mains courantes d'escalator, les caisses en libre-service pourraient devenir la clé pour contenir la propagation du nouveau coronavirus qui pourrait survivre sur ces surfaces dures pendant plus de 24 heures. Encore plus tôt cette semaine, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a également mentionné que les billets de banque pourraient être les hôtes pour propager le virus en raison de la vitesse à laquelle ils changent de mains et de sa capacité à transporter des bactéries ainsi que des virus.

    Objets qui aident à propager le coronavirus
    • Poignées de porte
    • Mains courantes d'escalator
    • Caisse en libre-service
    • Billets
    • Toilettes - lavabos, cuvettes de toilettes, ventilateurs d'extraction, distributeurs de lave-mains, poignées de porte
    • Planchers
    • Télécommandes
    • Surfaces en métal dur et en plastique

    De nouvelles recherches menées par des scientifiques de Singapour et publiées le mercredi 4 mars dans le Journal de l'American Medical Association (JAMA), il a été révélé que les nouveaux patients atteints de coronavirus contaminent considérablement leurs chambres et leurs salles de bains. Les chercheurs à l'origine de cette nouvelle étude ont déclaré que nettoyer les surfaces, les lavabos et les cuvettes de toilette sont le travail le plus important qu'une personne puisse faire pour lutter contre le nouveau coronavirus.

    Des chercheurs du Centre national de Singapour pour les maladies infectieuses et des laboratoires nationaux DSO qui ont mené cette nouvelle étude ont affirmé que le virus pouvait être tué par un nettoyage deux fois par jour des surfaces et un nettoyage quotidien des sols avec un désinfectant couramment utilisé. Cette constatation particulière suggère que les mesures de décontamination actuelles sont suffisantes si les gens s'y tiennent.

    Cette étude a été publiée après que les chercheurs ont étudié trois cas de patients détenus dans des chambres d'isolement entre fin janvier et début février de cette année en Chine et que l'agent pathogène s'est largement propagé dans les hôpitaux, infectant des dizaines de travailleurs de la santé ainsi que d'autres patients.

    Cette recherche a révélé qu'il est important de suivre les protocoles de base de propreté pour empêcher la transmission du coronavirus. Les chercheurs ont déclaré que la contamination de l'environnement était un facteur important dans la transmission de la maladie, son ampleur n'était pas claire."

    L'étude, publiée dans le Journal de l'American Medical Association, a été menée dans un centre dédié aux épidémies COVID-19 à Singapour du 24 janvier au 4 février. Ils ont prélevé des échantillons dans trois chambres de patients. Ils ont également prélevé des échantillons de l'équipement de protection individuelle des médecins quittant ces chambres. Ils ont recueilli des échantillons d'air pendant deux jours à l'intérieur et à l'extérieur des chambres.

    Les chercheurs ont recueilli des échantillons environnementaux dans la chambre d'un patient avant le nettoyage de routine et ont constaté que 13 des 15 surfaces sur lesquelles ils avaient prélevé des échantillons avaient été testées positives pour COVID-19. Trois des cinq sites dans les salles de bain que les chercheurs ont échantillonnés ont également été testés positifs.

    Coronavirus doesn't linger in air, but causes environmental contamination, study suggests: While hospital environments and surfaces could be transmission routes for the new coronavirus, a recent study shows the virus may not linger in the air.

    Une contamination environnementale importante par les patients atteints du SRAS-CoV-2 par des gouttelettes respiratoires et des excréments fécaux suggère que l'environnement est un moyen de transmission potentiel et soutient le besoin d'une stricte adhésion à l'hygiène de l'environnement et des mains.

    SARS-CoV-2 Contamination of Air, Environmental Surfaces, and Personal Protective Equipment
     
  13. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 654
    227
    2,130
    Mar 2005
    Homme , 32 ans
    Canada
  14. anarchiste, autonome
    How Long Does The Coronavirus Live On Surfaces? The Experts Weigh In

    "Bien que le coronavirus se propage principalement d'une personne à l'autre, les experts disent que COVID-19 peut se propager lorsque vous touchez une surface contaminée. Mais combien de temps vit-il sur une surface?

    Les experts disent que les virus restent normalement actifs plus longtemps lorsqu'ils tombent sur de l'acier inoxydable, du plastique ou d'autres surfaces similaires, selon International Business Times, par rapport au moment où ils tomberaient sur des surfaces molles comme les tissus.

    Le professeur Chris Whitty, médecin hygiéniste en chef de l'Angleterre, explique que les gouttelettes qui conduisent à l'infection au COVID-19 peuvent rester sur une surface «dure» comme les mains courantes d'autobus et de train, pendant 72 heures.

    Une étude publiée le mois dernier dans le Journal of Hospital Infection a étudié la durée de vie d'autres coronavirus comme le SRAS et le MERS trouvés chez l'homme sur diverses surfaces.

    Cet examen a révélé qu'en moyenne, les coronavirus peuvent vivre sur des surfaces telles que le verre, le plastique ou le métal pendant quatre à cinq jours, mais certains pourraient survivre jusqu'à neuf jours à l'extérieur du corps à température ambiante.

    Les experts disent d'essayer d'éviter de toucher les surfaces publiques à mains nues, mais si vous devez, assurez-vous de les laver avant de toucher votre visage."
     
  15. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 654
    227
    2,130
    Mar 2005
    Homme , 32 ans
    Canada
  16. anarchiste, autonome
    https://www.salon.com/2020/03/15/he...d-about-prevention-and-detection-of-covid-19/

    "Voici ce que les médecins chinois ont appris sur la prévention et la détection du COVID-19
    Les médecins de première ligne ont rassemblé un guide complet de ce qu'ils ont observé à propos de COVID-19 à Wuhan

    (...) Le virus peut être transmis par des contacts indirects avec une personne infectée. Les gouttelettes contenant le virus se déposent sur la surface de l'objet, qui peut être touchée par la main. Le virus de la main contaminée peut se transmettre à la muqueuse (ou aux muqueuses) de la cavité buccale, du nez et des yeux de la personne et entraîner une infection.

    Quelle est la résilience des coronavirus dans différents environnements?

    Les virus peuvent généralement survivre plusieurs heures sur des surfaces lisses. Si la température et l'humidité le permettent, ils peuvent survivre plusieurs jours. Le nouveau coronavirus est sensible aux rayons ultraviolets et à la chaleur. Une chaleur soutenue à 132,8 ° F pendant 30 minutes, de l'alcool à 75%, des désinfectants contenant du chlore, de l'acide peracétique, du chloroforme et d'autres solvants lipidiques peuvent efficacement inactiver le virus. La chlorhexidine (également connue sous le nom de gluconate de chlorhexidine) inactive également efficacement le virus."
     
  17. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 654
    227
    2,130
    Mar 2005
    Homme , 32 ans
    Canada
  18. anarchiste, autonome
    https://www.washingtonpost.com/travel/tips/what-you-should-shouldnt-do-stay-healthy-hotel/

    "Si vous prévoyez de rester dans un hôtel, vous devez prendre certaines précautions.

    Selon certains experts, les voyageurs devraient désinfecter les surfaces des chambres ou des installations partout où l'on ne sait pas qui les a utilisés en dernier.

    «Vous ne savez pas d'où viennent [les anciens clients de l'hôtel]», explique Adrian Hyzler, médecin-chef de Healix International, une entreprise spécialisée dans les services de sécurité, médicaux internationaux et d'assistance voyage. "Ils auraient pu venir de Milan et [être] là-bas, toussant."

    Selon des recherches menées par le gouvernement américain, le nouveau coronavirus peut vivre jusqu'à trois jours sur certaines surfaces, a rapporté mercredi l'AP, faisant de l'essuyage des points de contact une bonne mesure préventive.

    Une chambre peut sembler propre lors de l'enregistrement. Mais vous ne pouvez pas être sûr que l'ancien locataire de la chambre était exempt de virus.

    "Si vous supposez que quelqu'un est en train de tousser, cela peut aider à concentrer votre esprit à penser:" D'accord, nettoyons tout ce que je vais toucher "et essuyez-le avec des lingettes à l'alcool", explique Hyzler.

    Les voyageurs doivent jeter un œil dans la pièce et considérer toutes les surfaces qu'ils toucheront.

    En plus des points évidents comme les télécommandes, les réveils et le téléphone fixe, il y a ceux qui sont facilement négligés, comme les poignées d'armoires et de tiroirs, les poignées de porte et les serrures de porte, les interrupteurs d'éclairage, les surfaces de bureau et les brochures ou brochures d'information."
     
  19. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 654
    227
    2,130
    Mar 2005
    Homme , 32 ans
    Canada
  20. anarchiste, autonome
    Coronavirus: What you need to know to prepare for a covid-19 pandemic

    "Les surfaces peuvent être contaminées
    par des gouttelettes qui tombent ou par des personnes qui toussent dans leur main avant d'appuyer sur un bouton, par exemple. Si vous touchez une surface contaminée, puis touchez vos yeux, votre nez ou votre visage, vous pouvez être infecté. Les excréments de personnes infectées peuvent également être infectieux.

    Comment éviter de l'attraper?
    Vous pouvez minimiser votre risque d'attraper le coronavirus grâce à la «distanciation sociale» et à une bonne hygiène. Éloignez-vous d'au moins un mètre de toute personne qui semble malade si vous le pouvez. Ne vous serrez pas la main, ne serrez pas dans les bras ou n'embrasserez pas les gens comme salutation. Lavez-vous souvent les mains à l'eau et au savon ou utilisez un désinfectant à l'alcool, surtout après avoir touché des surfaces qui pourraient être contaminées."
     
  21. Ours Noir et Rouge
    Offline

    Ours Noir et RougeNouveau membre

    6
    0
    0
    Mar 2020
    Homme
    France
  22. libertaire, anarchiste, anarcho-communiste, anarcho-féministe, extrême-gauche, révolutionnaire, anti-fasciste, anti-autoritaire
    La période est inédite, on est confronté à un virus d'apparition récente sur lequel on a encore peu de certitudes, donc à mon sens il faut le plus de précautions possibles pour protéger les plus fragiles, d'autant que le virus peut aussi se révéler mortel ou prendre des formes graves pour des personnes en bonne santé.
    Au delà des questions d'études scientifiques, je suis hyper inquiet sur toutes les conséquences de cette pandémie, comme tu le soulevais Ungovernable. L'effet domino sur l'économie, le racisme et le complotisme que les genstes choisissent d'épouser pour donner du sens à la catastrophe en désignant des boucs émissaires (asiatiques, juif•ve•s, musulman•e•s, classes populaires issues de l'immigration), la désinformation à tous les étages que la panique engendre, les Etats qui s'autoritarisent à mort.
    Autant je suis convaincu qu'il faille sortir le moins possible, autant cela me m'enrage et me fait flipper le fait que du jour au lendemain l'Etat s'octroie le droit de rendre toute sortie "non essentielle" interdite et de mettre en place un contrôle policier de cette envergure, qui comme toujours réprime surtout les populations racisé•e•s et/ou les plus pauvres. Je crois en la méthode scientifique et en la science comme institution capable de produire de la connaissance et du progrès, mais je considère également que c'est une institution sur laquelle le pouvoir s'appuie pour se légitimer (production de savoir = production de pouvoir), et c'est exactement ce qu'il se passe actuellement : des décisions ultra autoritaires, antisociales et capitalistes au nom de la lutte contre la pandémie.
    Et cela me débecte également toute la rhétorique de l'ennemi intérieur qui est recyclée par l'Etat et dans d'autres discours pour décrire la lutte contre le virus. Comme quoi le pouvoir ne peut pas se passer de cette narration pour légitimer son action et souder la "nation" sans la liguer contre un ennemi intérieur : quand ce ne sont pas les musulman•e•s, c'est le COVID-19 et celleux qui n'auraient pas un comportement "responsable" face à la catastrophe.
    A mon sens les réactions et comportements "non-responsables" sont humaines, on est face à une catastrophe qui rend d'autant plus concrète notre peur de la mort, je peux comprendre que certain•e•s choisissent le déni et préfèrent se croire invincibles.
    Bref, on est dans un maelstrom hallucinant, et je me demande ce que l'on peut faire concrètement pour lutter contre la réaction autoritariste et capitaliste de l'Etat sans pour autant tomber dans le déni de la gravité de la pandémie.
     
  23. ninaa
    Offline

    ninaaMembre du forum Membre actif

    9 266
    1 622
    424
    Fev 2014
    France
  24. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    Les derniers conseils de l'OMS à propos des précautions à prendre:

    Nouveau coronavirus (2019-nCoV): conseils au grand public

    Pour l'instant le risque de contamination par contact avec des matières inertes, comme le potentiel contaminant de ces surfaces restent donc au conditionnel (il semble, pourrait, suggère).
    Ce qui ressort de ces études ce ne sont pas des conclusions mais des hypothèses. Une différence qui n'a rien d'un détail d'un point de vue de rigueur scientifique et qui mérite d'être soulignée.
    Des études ultérieures pourraient aussi démontrer de façon plus certaine que les chaussures, par exemple, sont un facteur supplémentaire de risque. L'OMS n'en fait pas mention pour l'instant, contrairement aux surfaces qu'on est amenés à toucher directement: en effet, il peut arriver qu'on porte une main gantée à son visage, aussitôt après avoir touché un bouton d'interphone, une poignée de porte, des objets au supermarché, donc même si le risque n'est pas aussi avéré que la transmission directe (par contact avec la peau et la respiration), il est beaucoup plus rare qu'on y porte ses semelles de chaussures!
    Bien sûr "à tout hasard" "au cas où" on peut multiplier les précautions en tous genres.
    Cela dit il faut aussi souligner que cette attitude peut engendrer un autre risque: l'augmentation inutile de l'angoisse. Je ne sais pas vous mais dans mon entourage je connais plusieurs personnes fragiles psychologiquement qui commencent à tomber dans la psychose. Alors prendre des précautions, oui, mais pas la peine d'en rajouter en présenter comme des dangers prouvés ce qui n'est encore qu'à l'état de supputations.
     
  25. ninaa
    Offline

    ninaaMembre du forum Membre actif

    9 266
    1 622
    424
    Fev 2014
    France
  26. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    Les librairies Publico

    Nouveau coronavirus (2019-nCoV): conseils au grand public

    et Quilombo

    https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/advice-for-public

    ainsi que la boutique de Tshirts Ni dieu ni maître,

    https://www.ni-dieu-ni-maitre.com/

    continuent à fonctionner par correspondance. Evidemment toutes observent toutes précautions pour assurer la sécurité de ceux qui assurent les commandes.
    En cette période de confinement le moral compte aussi beaucoup: pouvoir mettre cette période angoissante à profit pour lire, ça peut aider à supporter le stress et la solitude.
     
  27. ninaa
    Offline

    ninaaMembre du forum Membre actif

    9 266
    1 622
    424
    Fev 2014
    France
  28. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    A propos de précautions, prudence, etc. qu'en est-il des postiers qui assurent le transport des colis, et qui, au delà de savoir si le coronavirus reste actif et contaminant sur les surfaces inertes comme le carton et le papier, ne disposent même pas de la protection minimale?

    Ah oui ? Pas de bilan ? La Poste ment sur le dos des postier·e·s - Sud PTT
     
  29. Anarchie 13
    Offline

    Anarchie 13Adolescent immature Comité auto-gestion Membre actif

    7 557
    515
    141
    Jan 2009
    France
  30. libertaire, anarchiste, chaos/Nihiliste, individualiste
     
    ninaa apprécie ceci.
  31. ninaa
    Offline

    ninaaMembre du forum Membre actif

    9 266
    1 622
    424
    Fev 2014
    France
  32. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    Bien vu! Il a raison Usul de souligner que les ennemis de nos ennemis ne sont pas toujours nos alliés... même si dans ce cas c'est aussi celui qui le dit qui y est!

    Jeux vidéo et politique
     
    Anarchie 13 apprécie ceci.
  33. mc²
    Offline

    mc²Membre du forum Membre actif

    1 079
    479
    207
    Août 2014
    Conseils de l'OMS : « Limitez le visionnage, la lecture ou l'écoute d'informations à propos du COVID-19 qui suscitent de l'anxiété ou de l'angoisse ; consultez uniquement des sources d'informations fiables et principalement afin de pouvoir prendre des mesures pratiques pour vous préparer et vous protéger. Un flux brusque et ininterrompu d'informations sur une épidémie peut faire naître de l'anxiété ou de l'angoisse. Recherchez les faits, pas des rumeurs et des fausses informations. La connaissance des faits peut aider à réduire les peurs. »

    Il n'y que toi qui considère que toutes les surfaces de tous les endroits sont contaminés de la même manière.
    Ce sont les études que tu cites qui le disent, la persistence des coronavirus dépend :
    - des matériaux : ils peuvent rester infectieux de 2 heures à 9 jours
    - de la température : la durée de persistence est réduite à une température supérieure à 30°C ou 40°C mais augmentée jusqu'à plus de 28 jours à 4°C
    - de la quantité de virus : quelques données comparatives indiquent qu'une quantité plus importante allonge la persistence
    - de l'humidité : à température ambiante plus grande persistance à 50% d'humidité relative qu'à 30%
    Et aussi : "il semble plausible de réduire la charge virale sur les surfaces par désinfection, en particulier des surfaces fréquemment touchées dans l'environnement immédiat du patient où la charge virale la plus élevée peut être attendue"
    https://www.journalofhospitalinfection.com/article/S0195-6701(20)30046-3/fulltext

    Il n'y a que toi qui parle d'une étude menée par le CDC sur un échantillon de 3000 personnes prouvant que les personnes porteuses du virus contaminent pendant 17 jours tous les endroits où elles passent. Ni le CDC ni aucun media n'a parlé d'une telle étude.
    C'est le rapport du CDC qui le dit : « De l'ARN du SRAS-CoV-2 a été identifié sur diverses surfaces dans les cabines de passagers infectés, tant symptomatiques qu'asymptomatiques, jusqu'à 17 jours après que les cabines aient été évacuées sur le Diamond Princess, mais avant que les procédures de désinfection aient été effectuées (Takuya Yamagishi, Institut national des maladies infectieuses, communication personnelle, 2020). Bien que ces données ne puissent pas être utilisées pour déterminer si la transmission s'est produite à partir de surfaces contaminées, une étude plus approfondie de la transmission fomitive du SRAS-CoV-2 à bord des navires de croisière est justifiée. »

    C'est l'étude que tu cites qui le dit : « même si les virus ont pu contaminer des cellules en laboratoire, la quantité de virus susceptible de contaminer des personnes reste à étudier. »

    Si tu penses que l'information disponible est suffisante, pourquoi en inventer à tout prix et traiter de trolls ceux qui citent cette information ?

    C'est très clair : cette phrase ne veut pas dire que la transmissibilité des surfaces contaminées a été prouvée, et toutes les études que tu cites disent la même chose.
    Est-ce que l'absence de preuves implique l'absence de précautions ? Il n'y a que toi qui le penses. Toutes les études que tu cites disent le contraire : « Bien que la charge virale des coronavirus sur des surfaces inanimées ne soit pas connue lors d'une épidémie, il semble raisonnable de réduire la charge virale sur les surfaces par désinfection ».
     
  34. Anarchie 13
    Offline

    Anarchie 13Adolescent immature Comité auto-gestion Membre actif

    7 557
    515
    141
    Jan 2009
    France
  35. libertaire, anarchiste, chaos/Nihiliste, individualiste
    Merci, je vais écouter ça. Même s'ils vont prêcher un convaincu.
     
  36. mc²
    Offline

    mc²Membre du forum Membre actif

    1 079
    479
    207
    Août 2014
    A propos de Raoult et de la chloroquine.

    Au départ, il y a une étude préliminaire de l'IHU de Marseille sur une vingtaine de patients. Une amélioration clinique est observée chez ceux qui prennent de l'hydroxychloroquine, mais encore plus sur ceux qui prennent en plus de l'azithromycine.

    Au vu des résultats, et bien que ce traitement n'est pas autorisé, l'IHU décide de le prescrire. Il a prépublié les résultats il y a quelques jours : sur 80 patients, 2 n'ont pas vu leur état clinique s'améliorer et 2 restaient contagieux après 5 jours de traitement.
    https://www.mediterranee-infection.com/wp-content/uploads/2020/03/COVID-IHU-2-1.pdf

    Aujourd'hui dans sa dernière vidéo, Raoult annonce "des résultats très satisfaisants" après avoir testé 50,000 personnes et traiter environ un millier (sur 2400 testés positifs) avec de l'hydroxychloroquine + azithromycine.
    https://www.mediterranee-infection.com/coronavirus-point-dactualite-presentation-de-letat-major/

    À propos du risque de ces médicaments, Raoult a répondu qu'ils étaient tous les deux "extrêmement bien connus" et prescrits depuis des décennies à des milliards de personnes, que certains risques évoqués (apparaissant parfois après des années de traitement) ne sont pas appropriés (il est question de quelques jours de traitement), et que concernant le risque cardiaque il est facilement évité en réalisant des électrocardiogrammes et des analyses de la dose de potassium dans le sang.

    Il déconseille formellement l'autoprescription et ce n'est pas lui qui a parlé de "remède miracle" mais ses détracteurs.

    Selon lui, concernant l'étude européenne en cours, qui vise à évaluer la sécurité et l'efficacité de l'hydroxychloroquine :
    - sa sécurité est connue depuis longtemps
    - l'étude n'évalue que l'hydroxychloroquine alors qu'elle est beaucoup moins efficace seule qu'en association avec l'azithromycine
    - l'étude évalue ses effets sur des patients atteints de forme sévère et en réanimation, alors que c'est trop tard, les lésions à ce stade étant irréversibles. Le traitement est efficace pour les patients modérément malades, diagnostiqués tôt, chez qui il évite une évolution défavorable et une contagiosité pouvant durer plusieurs semaines
     
  37. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 654
    227
    2,130
    Mar 2005
    Homme , 32 ans
    Canada
  38. anarchiste, autonome
    Je vois que tout le monde a ignoré les dizaines d'études que j'ai posté, incluant celles qui disaient que ce sont des inepties.

    Alors je vais me répéter plutôt que continuer le débat inutile sur les "peut-être" et les "pourrait"

     

Les membres qui ont lu cette discussion dans le dernier mois (Total: 14)

  1. depassage
  2. Anarchie 13
  3. Ziggy-star
  4. allpower
  5. Ours Noir et Rouge
  6. Ribombu
  7. Tikia
  8. Stéphane Bazoches
  9. vimaire
  10. Ungovernable
  11. IOH
  12. HNORD
  13. K0dama
  14. Sourcelame