Chargement...

Forum Libertaire.net ★ communauté militante et ressources anarchistes

Forums de discussion et réseau social libertaire

Webzine Libertaire.net Actualité militante et partage d'articles de presse par les membres de la communauté
Déc
05
Messieurs les censeurs je vous emmerde !
C'est le grand retour de l'INQUISITION sur RL devenue radio libre de se taire.

N'allez plus à la 18ème minute pour entendre un membre de la bande de la Pente du Carmel exprimer son abjection des relifions et des censeurs de RL devenue Notre Dame sur 89,4 puisque la censure n'a pas tardé... On s'en branle (expression chérie de la Pente)......
La voilà la conclusion qui dérange les despotes cheffaillons qui règnent sur cette feu radio anar.Chronique-hebdo émission sur radio libertaire les jeudi de 10h à 12h: Messieurs les censeurs je vous emmerde !

La liste des émissions évincées par ces renégats.
Ni Maitre ni Dieu
Les Partageux
Le Vivre ensemble (la condition animale)
La Grenouille noire (écologie politique)
Sans toits ni lois (injustices sociales)
Chronique Hebdo (actualités politique...)
Artracaille (art, culture )
Chroniques Syndicales
la Pente du Carmel

sans oublier les émissions qui ont préféré quitter cette galère.

Voir sur le même sujet le blog de Floréal....

Et pour ne pas rester sur cette bande de crétins notoires, retour a l'actualité.
Un entretien avec Samuel Hayat que nous avions reçu dans l'émission.
"S'il y a une leçon a tirer de ces soulèvements c'est qu'on ne veut plus de chef...."

Publié par l'équipe Chronique hebdo à 18:56
10 commentaires:

Vieux Matou a dit…

Bonjour,
Ça commence à faire dur à R-L! Au fait, depuis ce matin plus moyen d'avoir le direct ou le podcast de R-L, ça vient de chez eux ou de chez moi ?
Votre lien ne fonctionne pas.
Je vous mets un lien vers mon blog vous y trouverez l'enregistrement du petit mot d'Alfred Bien Raide en allant sur YT. Il est public vous pouvez le diffuser.
Anarchiquement votre du Québec.
14 novembre 2019 à 20:17
Vieux Matou a dit…

Lien: le...
Nov
07
Évacuation en cours des campements des migrants du nord de Paris
Publié le 7 novembre 2019
Depuis ce matin, le jeudi 7 novembre 2019, 1 600 migrants sont embarqués par près de 600 policiers pour les mettre à «l’abri». Les chiffres viennent de la pref’.
L’évacuation se serait terminée vers 9h.

Il est très difficile de savoir vers quelles destinations ils sont emmenés. Si l’on en croit la préfecture, des gymnases ont été réquisitionnés pour l’occasion. Pourquoi ne pas les avoir mis à disposition plus tôt et sur la base du volontariat?
Plusieurs milliers de personnes de tout âge survivent dans ces campements qui se reforment régulièrement. Depuis quelques années, ces campements ont été démantelés plusieurs dizaines de fois sans que des solutions pérennes de premier accueil soient mises en place.
On laisse les gens s’entasser dans des conditions indignes et quand ces personnes deviennent trop visibles ou que l’actualité se porte sur les questions d’immigration on démantèle un camp sans apporter de réelles solutions ni aux migrants présents sur place ni à ceux et celles qui arriveront à Paris dans les jours et les semaines à venir.
Il va de soi que ces grandes opérations s’accompagnent de rafles des migrants qui ne possèdent pas les bons papiers et que les tentes et effets personnels sont systématiquement détruits pour retarder la réinstallation d’autres personnes qui ont fui la guerre ou la faim et pour empêcher la plus basique des solidarités.

Si vous disposez de plus d’informations sur les lieux d’accueil ou si vous voulez témoigner de cette évacuation n’hésitez pas à écrire un mail à paris-luttes-infos<<@>>riseup.net ou à venir proposer un article.
Oct
25
Ci-joint le lien d'un site anarchiste écologiste tendance anticiv.
Relié à Deep Green Resistance France et Derrick Jensen.
Le Partage – Critique socio-écologique radicale
Sept
09
Repris de manif-est.info

Agression sexiste et hiérarchie des luttes à Bure[/SIZE]
Bure |Publié le 7 septembre 2019 |Mise à jour le 6 septembre |

Déroulement d’une soirée triste dans une maison occupée à Bure [1].

Je ne sais pas comment écrire ce texte sans me laisser submerger par la tristesse. Mais je vais faire de mon mieux.

Le 31 août 2019, deux groupes dans lesquels je joue ont été invités à se produire à la Maison de Résistance à Bure. Depuis Liège, nous avions quatre heures de route aller et quatre heures retour.

J’étais vraiment excitée car je n’étais encore jamais allée dans ce lieu et nous allions jouerpour la sortie du fanzine Freakszine.

Je m’attendais à une belle fête et, à mon arrivée, j’ai commencé à jouer avec des gens qui improvisaient des chansons stupides pour rire. Je me suis sentie chez moi.

Quand le premier groupe dont je fais partie a commencé à jouer, je chantais du côté gauche. Les gens faisaient un pogo et laissaient à l’autre chanteur et à moi une certaine distance afin que nous puissions nous déplacer également. Une des personnes dansait trop près et m’a donné des coups de coude à plusieurs reprises en se rapprochant trop de moi. Je suis donc allée un peu plus loin et il est revenu deux fois en marchant sur mon câble (mon matériel perso) au point que j’ai dû remettre le micro en place. À un moment, son coude s’est trop approché de mes yeux et donc, à la fin de la chanson, je lui ai demandé de faire attention et de ne pas venir si près de moi.

Après ce concert, tout le groupe était content. J’étais près de la distro et le gars est venu me demander : « Pourquoi tu ne voulais pas que je fasse le pogo ? » Pendant que je lui répondais : « Je n’ai pas dit de ne pas faire ça, mais... », il est parti...
Août
02
Juil
27
willem-van-spronsen-rest-in-power-42a2d.jpg?1564158735
[Etats-unis] Un anarchiste abattu par la police.
Publié le 26 juillet 2019 |
Etats-Unis meurtres policiers
Samedi 13 Juillet, aux alentours de 4 heures du matin, l’anarchiste et antifasciste étasunien Willem Van Spronsen a été abattu par la police de Tacoma, tandis qu’il essayait de mettre le feu au parking de bus du Northwest Detention Center de l’Immigration and Custom Enforcement (ICE), l’équivalent des CRA.

Aussi connu sous le nom d’Emma Durruti, Willem était un anarchiste et antifasciste de l’état de Washington au Nord-Ouest des états-unis. Il s’est rendu samedi dernier à l’aube au centre de détention du Nord-ouest, à Tacoma, dans le but de détruire la flotte d’autobus assurant le transport des détenu.e.s vers l’aéroport local pour leur déportations. En 2018, il avait déjà été arrêté en dehors de ce même bâtiment, accusé d’avoir frappé un flic pour empêcher l’arrestation d’un.e camarade.

Le centre de détention est géré par le groupe GEO, une entreprise privée, et la capacité de détenir 1575 personnes. Cet « incident » a lieu au moment d’une vague de contestation des raffles contre les sans-papiers à travers l’ensemble du pays, ainsi que contre les conditions de traitement meurtrières de ces centres. 24 personnes dont 7 enfants sont mort.e.s lors de leur détention dans ces centres depuis 2016.

Une semaine avant sa mort, Willem sortait un album de folk contre ICE.

P.-S.
« there’s wrong and there’s right :
it’s time to take actions against the forces of evil »
Willem Van Spronsen...
Juil
24
Juin
29
x-appel.jpg
Besoin de soutien à la Casa Cantoniera Occupata di Oulx
26 juin 2019 Non Par passamontagna

Dans un moment historique où la répression est toujours plus forte et notre capacité d’action de plus en plus limitée, nous sentons la nécessité de nous organiser toujours mieux, en essayant de réfléchir ensemble pour réagir. Des luttes contre les CRA, à celles contre les rafles, contre les deportations et le système de discrimination et selections des gents, contre le sistème de repressions et control étatique et policier qui ce sers autour de nous, la frontière est partout. Croiser des expériences de luttes de différentes villes et moyens d’action est fondamental.

A la frontière la situation évolue en permanence, mais au fond reste la meme. Les gens continuent à chercher à traverser ces montagnes pour arriver en France et ailleurs en Europe. La répression policière est toujours présente et violente. La journée, les flics aiment bien s’habiller comme des randonneurs pour arreter les migrants de passage, la nuit ils se cachent dans les bosquets, souvent avec des lunettes thermiques et de fortes lampes, pour surprendre les gens qui traversent. Ils sortent des pistolets en menaçant de tirer sur les gens s’ils ne s’arretent pas.
C’est clair que la frontière est un terrain d’entrainement pour les forces de police e militaire françaises et pour tester leurs technologies.
Par contre, l’alliance et la coopéeration entre les polices italiennes et françaises se renforçent, ainsi que la pression sur celleux qui veulent agir contre la folie des frontières.
Face à ça, plein de formes de solidarité et de résistance et lutte ont été mises en place depuis plusieurs années. Des lieux d’accueil et des lieux de lutte ont été ouverts dans le briançonnais et dans la vallée de Susa. Des gens cherchent à casser le système de controle et de sélection qu’est la frontière (présences en montagne, manifs, blocages,...
Juin
15
couv42-2.png
REFRACTIONS N° 42
Rencontres inattendues, alliances improbables, printemps 2019


Editorial:
L’idée d’un numéro centré sur les alliances improbables auxquelles l’activisme des libertaires pouvait donner lieu (ou dans lesquelles il pouvait s’inscrire) avait germé bien avant que le mouvement des gilets jaunes ne fasse irruption dans l’espace public. Il s’agissait primitivement d’interroger ce que produisait la rencontre dans un laps de temps plus ou moins long entre des personnes venues d’horizons parfois très différents à l’occasion d’une commune opposition au racisme, à la condition faite aux sans-papiers ou aux sans-logis, dans des luttes contre de grands projets inutiles, plus récemment encore à l’occasion des mobilisations sur le climat, etc. À défaut d’être objectivement improbables, de telles rencontres, en tant qu’elles transgressent les frontières sociologiques (entre paysannerie, prolétariat ou sous-prolétariat et petite-bourgeoisie intellectuelle), idéologiques (entre catholiques et anarchistes dans le cas de mobilisations pour les sans-logis ou les migrants), ou tout simplement les frontières du militantisme, sont en tout cas inattendues. Elles ont pour premier effet de remettre en cause le confort plus ou moins résigné de l’entre-soi sociologique ou militant. Tout aussi inattendue était la bruyante confirmation de l’actualité de cette réflexion par le phénomène proprement extraordinaire que représente le mouvement des gilets jaunes. Par-delà l’unité du code vestimentaire, ce mouvement a en effet été d’une diversité exceptionnelle : dans ses revendications, dans ses modes d’organisation ou de refus de l’organisation, dans sa composition sociale, du point de vue de l’expérience militante des personnes qui s’y sont engagées, dans son rapport à la question de la représentation etc. Cette...
Juin
10
CSO_Kike_Mur_Zaragoza-300x200.jpg
Saragosse (Espagne): Communiqué de l’assemblée du CSO Kike Mur
juin 9th, 2019
[URL='https://fr.squat.net/wp-content/uploads/fr/2019/06/CSO_Kike_Mur_Zaragoza.jpg'][/URL]La première chose que nous voulons faire est de remercier tous les collectifs et individu-e-s qui nous ont manifesté leur soutien et leur engagement dans la défense du projet politique et social qui se déroule dans les murs de l’ancienne prison de Torrero. Nous n’avons pas les mots pour vous remercier de la vague de solidarité qui a été générée.

Que les soi-disant « gouvernements du changement » entreprennent une offensive contre les espaces libérés n’est pas quelque chose de nouveau, à Barcelone il y a d’innombrables espaces squattés qui ont été expulsés avec l’approbation du gouvernement d’Ada Colau, à Madrid il y a aussi des espaces libérés en attente d’expulsion et le fléau des évictions continue à se répandre comme un feu sauvage, tous sous le gouvernement de Manuela Carmena. A La Corogne, le « gouvernement de changement » de Marea Atlántica a ordonné il y a exactement un an l’expulsion du CSO A Insumisa, dans laquelle il y a eu une répression sans précédent avec un grand nombre de blessés et de détenus, dont un a été incarcéré pendant plusieurs jours.

Nous en avons assez de leur répression édulcorée, qui est la même que d’habitude, nous en avons assez de leur hypocrisie, nous sommes clairs que le vrai changement provient de l’auto-organisation autonome par le bas et de manière horizontale. Gouverner « pour » le peuple est une antithèse, car tout gouvernement implique l’imposition de certaines lois par la violence. Face à cette violence, nous choisissons de tisser des réseaux de soutien mutuel entre nos égaux.

L’État ne...
== Désactiver le rafraichissement automatique ? ==
>> Activer le rafraichissement automatique <<