Chargement...

Ya Basta! (2001, Barricata #7)

Discussion dans 'Archive' créé par Ungovernable, 19 Mai 2007.

  1. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 678
    237
    2,132
    Mar 2005
    Homme , 33 ans
    Canada
  2. anarchiste, autonome
    On commence tout de suite par du très classique. Depuis quand existe le groupe ? Comment vous êtes vous rencontrés ? Line-up successifs, productions (démo, compils…) et nombre approximatif de concerts.

    En 1993, on jouait dans un groupe punk-rock teinté de ska, qui s'appelait Chiapas. De cette formation est né en 1996 Ya Basta ! (même guitariste, même chanteur et même batteur devenu par la suite chanteur). Le son devient de plus en plus ska et la formation s'enrichit par l'arrivée en 1999 des cuivres : sax et trombone.
    Productions : 45T Ya Basta / Action directe Rassembler pour Lutter, compilation R12 connections, compilation Class pride World wide, compilation les voyageurs punkifient l'hexagone…
    Nombre de concerts : 45

    Quelles sont vos influences, vos préférences musicales ? Avec quels groupes avez-vous tourné ? Avec qui aimeriez-vous partager l'affiche ?

    ND, Béru, Neurones en Folie, LSD font partie à la fois de nos préférences et de nos influences musicales. Les goûts musicaux de chaque membre du groupe sont larges : rap, Oi !, hardcore, rock steady, ska et chanson à textes.
    Du coup, les influences sont nombreuses et on a du mal à définir notre style. Pour nous, on fait du rock'n'ska militant.
    On a surtout joué avec Action Directe, plusieurs fois avec la Brigada, Embuskade, Los Tres et Protex.
    On aimerait partager l'affiche avec beaucoup de groupes : Partisans, Kargols, Senza Sicura…

    Ya Basta est un groupe engagé. On vous retrouve dans tous les concerts de soutien. Vous avez joué pour les FTP, pour Reflex, pour la CNT, pour le RASH, vous allez bientôt à Strasbourg pour un festival antifasciste, on vous croise dans tous les squatts de la capitale. Quelles sont vos convictions profondes ? Qu'est ce qui vous pousse à faire tout ça ? Pensez-vous que la Lucha y la fiesta, puisque c'est un de vos titres les plus connus, sont inséparables ?

    On se reconnaît dans les mouvances d'extrême gauche. Certains d'entre nous sont ou étaient militants à la CNT et au Scalp. En fait, on adhère aux valeurs anticapitalistes et antifascistes. Les concerts de soutien sont pour nous une façon de militer musicalement. On aime retrouver sur ces lieux, un public engagé qui ne pense pas seulement à faire la fête.
    Lucha y Fiesta est un titre à l'image de ce qu'était la lutte zapatiste. Cette forme de lutte nous correspond mais malheureusement toutes les luttes ne sont pas festives et doivent être malgré tout soutenues.

    Que pensez-vous de l'explosion de la scène Ska des dernières années ?

    Elle nous semble exclusivement festive et pas suffisamment militante. Le fait que le ska soit connu est plutôt plaisant. Cela nous a permis d'assister à de bons concerts (Skatalites, Laurel Aitken). Pour les autres groupes français, on est assez partagé : phénomène de mode ou réel choix ?

    Et la scène alternative du moment ? Peux-mieux faire ?

    C'est une scène qui se remonte et qui commence à trouver un style différent des années 80. Toutefois, on assiste à des renaissances un peu curieuses comme celle des Parabellum, d'Oberkampf ou encore des Washs.
    Conclusion : Doit faire ses preuves.

    Dans votre démo, on compte 3 titres sur le Chiapas. Pourquoi un tel engouement ? Les zapatistes représentent-ils une autre façon de faire de la politique ? Que pensez-vous de la marche de Marcos sur Mexico et des discussions du FZLN avec Fox et le PAN ?

    Les débuts de Ya Basta sont liés au conflit zapatiste de 94. Ce mouvement était une vraie bouffée d'oxygène gauchiste dans un monde libéral triomphant. La symbolique zapatiste nous a marqués fortement. Néanmoins nous émettons beaucoup de réserves sur le FZLN et sur ses débouchés politiques. Les thèmes abordés dans nos chansons ne sont plus en rapport avec le Mexique. Quant à la marche de Marcos, on a du mal à l'accepter mais encore une fois nous ne vivons pas au Mexique et nous ne subissons pas le sort des indiens. On peut donc comprendre sans soutenir.

    Avec "Rude Boy", " Barcelone " est un de nos morceaux préférés. Pourquoi cet hommage aux combattants libertaires de 1936 ? Que vous inspire la récente béatification par S.S Jean Paul II de plusieurs dizaines de religieux abattus par les troupes républicaines ?

    Nous sommes proches du mouvement libertaire et anarcho-syndicaliste. Barcelone 36 reste donc une référence historique. Elle a été l'espoir pour le peuple, d'une autre société et l'exemple même de ce qu'est l'antifascisme radical.
    Cette période est révélatrice de l'attitude social-démocrate qui a préféré ignorer les vraies luttes au profit du franquisme.
    Dommage qu'il n'y ait pas eu plus de curées brûlés ! ! !

    " Peuple armé, peuple libéré ", " Cocktail Molotov ", les références à une certaine forme d'action directe ne manquent pas dans votre set. Vous croyez à la violence révolutionnaire ?

    Cocktail molotov est un clin d'œil ironique à ce vieil outil anar.
    La violence n'est pas une fin en soi, ce n'est qu'un moyen. Malheureusement les Etats bourgeois ne nous laissent pas d'autre alternative. Leurs violences sont quotidiennes et permanentes. Face à eux, les autres formes de luttes sont vaines.
    Les révolutions ne se gagnent pas uniquement par les armes, elles trouvent aussi une issue dans le changement des mentalités.

    Quels sont vos meilleurs souvenirs de concerts ? Les plus mauvais ? Quel moment évoque le titre " concert foiré " ?

    Démenti international à tous les camarades: Concert raté n'a pas été écrit suite à un concert avec la Brigada. C'est juste un résumé d'histoires persos.
    Le pire concert: Epernay avec un videur facho et un public absent.
    Le meilleur: Rennes, concert de soutien à la CNT. Salutations au camarade Yann et à toute la
    section locale qui assure.

    " Système scolaire " dénonce le mode autoritaire d'enseignement, l'inadaptation des programmes et la reproduction sociale chère à Bourdieu. Pourquoi ce morceau ? Quelles sont vos propres implications dans l'Ecole. Quelle alternative pour une éducation égalitaire et libertaire ?


    Ce morceau a été écrit justement pour rappeler le rôle de l'école dans la république : Former de bon citoyens capables de mourir sur les champs de bataille. Comme tu le dis si justement l'école actuelle est toujours le moteur de la reproduction sociale. A notre connaissance aucune catégorie sociale n'a pu s'élever socialement grâce à l'école. Certains d'entre nous participent aux mouvements d 'éducation populaire et militent pour le développement de pédagogies non autoritaires et non violentes. Un membre a même poussé le vice encore plus loin en devenant instit…. Erreur de jeunesse ! Les alternatives sont nombreuses et doivent fuir les dogmes actuels. L'enfant ne doit plus être considéré comme un agent de son éducation mais comme un acteur à part entière. Les méthodes sont nombreuses et il serait préférable d'en discuter avec les sections éducation de la CNT.

    Votre avis sur le mouvement redskin…

    Pour nous, il s'agit plus d'un mouvement red et black skin. On apprécie les mouvements non dogmatiques et non autoritaires. Tu parlais précédemment du morceau Barcelone, les paroles sont assez claires quant au rejet des ordres staliniens. De même notre titre Un vent glacial condamne les dérives autoritaires et les dictatures de n'importe quel bord. Si le mouvement red est clairement opposé à ces dérives, tant mieux. Pour les reds stals, on leur conseille de s'abonner à l'huma et au PC…

    " Kamilla " dénonce les expulsions des étrangers par la police socialiste. Plus de 60% des français se disent " plutôt racistes ", ça vous fait gerber ?

    Nous ne nous faisons aucune illusion sur les comportements des français. C'est sous une assemblée de " gauche " appelée Front populaire que Pétain a été élu. La guerre d'Algérie a été décidée sous un régime centriste…. La France se la joue toujours avec les heures glorieuses de la résistance mais elle oublie sa longue tradition réactionnaire. On espère simplement que de nombreuses kamilia viendront enrichir cette culture gauloise désuète.

    Avec Kochise et Brigada Flores Magon, vous êtes l'un des trois groupes les plus actifs dans le soutien aux FTP. Vous avez même joué à Marseille ! Avez-vous un message à transmettre à Yves qui va croupir encore pas mal de temps dans les geôles de l'Etat dit républicain ? Quelle est votre position sur la prison et les prisonniers ?

    On admire le courage d'Yves d'avoir su faire face ainsi à l'extrême droite. L'antifascisme ne peut être que radical sinon il sombre dans les négociations douteuses avec des partis non légitimes. Les actions des FTP ont démontré qu'une résistance était toujours présente. Les fascistes ne doivent jamais se sentir en terrain conquis. Arracher leurs affiches, les empêcher de differ, contre-manifester... Le procès d'Yves et de William est évidemment politique. L'Etat républicain ne supporte pas ces individus incontrôlables et préfère les collusions avec le FN et le MNR.
    Curieusement on retrouve toujours les mêmes catégories sociales en prison. Devinez lesquelles ? La plupart des délits sont d'ordre économique et sont donc le fruit des inégalités sociales. La prison ne fait qu'accroître ces disparités. Un type qui en a pris pour 15 ans n'aura aucune possibilité de se réinsérer, surtout s'il s'appelle Mohamed ou Ali…
    Pour les délits sexuels ou atteintes aux mœurs, le fait de pourrir en prison ne règle rien au vue des taux de récidive.

    On attend depuis un moment votre album. Vous êtes en discussion avec Lean On Me (un beau nom, Greg, un beau nom…). Alors, c'est pour l'automne ? Vous avez refusé les propositions de Skarface et Mad Butcher (label prétendument redskin), les deux épiciers du ska, on peut en savoir un peu plus là-dessus ?

    Si tout se passe bien, l'album sera enregistré en juin. Nous aimerions le voir sortir pour la rentrée. On est en discussion avec Lean on me, à suivre.
    Pour NoCo, il était hors de question de se voir distribuer aux côtés de groupes RAC…. Mad Butcher : on avait pas envie de traîner dans ses business fumeux.

    Quels skeuds, quels zines et bouquins conseilleriez-vous à votre public ?

    Les skeuds des Adjusters. Pour les zines, s'ils lisent l'interview, ils l'ont entre les mains. Bouquins : Le classique d'Orwell " La Ferme des animaux. "

    La tournée du RASH, c'est pour l'automne prochain… 8 ou 9 dates un peu partout en France. Cela vous dirait d'en être sur deux ou trois concerts ?

    A fond !

    La parole est à vous… Et changez pas de main !

    On tient à remercier tous les camarades qui se bougent pour faire vivre un pôle indépendant. Les concerts fonctionnent grâce à ces gens qui ne se tapent pas forcément le bon côté du boulot. Merci à tous les militants qui nous donnent envie de nous battre et de continuer la lutte.