Chargement...

Transgenre & féminisme queer

Discussion dans 'Féminisme et luttes d'émancipations LGBTQ' créé par Freak, 30 Août 2016.

  1. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 685
    246
    2,132
    Mar 2005
    Homme , 33 ans
    Canada
  2. anarchiste, autonome
  3. ninaa
    Offline

    ninaaMembre du forum Membre actif

    9 312
    1 627
    425
    Fev 2014
    France
  4. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    bravo et merci!

    Les luttes radicales avant et après la Pride de Nuit
     
  5. raaph
    Offline

    raaphMembre du forum Membre actif

    369
    55
    2
    Juil 2016
    Homme
    France
  6. libertaire, anarchiste, anti-fasciste, anti-autoritaire
    Je sais que ca peut avoir l'aire tres simpliste mais honnetement c'est que j'ai toujours dit aux personne que je connais qui sont homosexuelle,trans,queen ou autre chose: t'embete pas avec la categorisation ou le regard des gens sois toi meme exprime le et pour le cote engagement perds pas de temps a te justifier mais a faire en sorte que personne ne se permette de t'emmerder ou d'emmerder qq d'autre.Jusque la aucun ne m'a reproché cette mentalite^^
     
  7. ninaa
    Offline

    ninaaMembre du forum Membre actif

    9 312
    1 627
    425
    Fev 2014
    France
  8. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    C'est sûr on devrait pouvoir être sûrs de sa propre valeur et assumer fièrement qui on est, même dans un contexte globalement méprisant et hostile.
    Même si c'est souvent plus difficile à faire qu'à dire, surtout avec ses propres parents, par exemple. Et surtout sans oublier que ça peut comporter des risques qui n'ont rien d'imaginaire:

    [​IMG]

    [​IMG]

    Extrait du texte ci dessus:

    Malheureusement les gays, trans... ne sont pas victimes que de paroles méprisantes. Face aux injustices, aux discriminations, aux violences, aux meurtres... l'indifférence ne suffit pas.

    Les luttes radicales avant et après la Pride de Nuit

    SOS transphobie:

    Forum - SOS TRANSPHOBIE
     
  9. raaph
    Offline

    raaphMembre du forum Membre actif

    369
    55
    2
    Juil 2016
    Homme
    France
  10. libertaire, anarchiste, anti-fasciste, anti-autoritaire
    Par contre pour les parents on s'en fout genre vraiment si il sont pas capables d'accepter ca ils meritent pas qu'on s'occupe de leur opinions,apres je sais que vus le contexte c'est compliquer mais pour moi ce qui compte c'est vraiment que la personne y arrive justement et comme je l'ai dit il faut pas etre indifférent mais deja faire en sorte que personne vienne emmerder ton entourage proche ou alors un-e inconnu-e dans la rue avec toi a coter si chacun fait ca c'est deja un enorme pas en avant.perso ca me parait naturel mais bon :x
     
  11. ninaa
    Offline

    ninaaMembre du forum Membre actif

    9 312
    1 627
    425
    Fev 2014
    France
  12. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    Dans l'absolu tu as raison, "faudrait s'en foutre de l'opinion des gens" et "que nos parents nous aiment ou non on devrait s'en foutre". Tant mieux pour eux s'il y a des gens qui arrivent à contrôler leurs sentiments, hélas pour la plupart ne pas être acceptés de leurs parents c'est une souffrance très difficile à surmonter.
    Surtout je crois qu'il ne faut pas baisser les bras: dans l'ensemble les mentalités ont évolué depuis un siècle concernant l'homophobie, la transphobie, le sexisme... "s'en foutre" si vraiment on y arrive, c'est peut-être une solution à titre individuel (à condition de ne pas se faire tabasser ou même tuer!), mais dans ce domaine comme dans bien d'autres ce qu'il faudrait viser c'est la disparition des discriminations...
     
  13. raaph
    Offline

    raaphMembre du forum Membre actif

    369
    55
    2
    Juil 2016
    Homme
    France
  14. libertaire, anarchiste, anti-fasciste, anti-autoritaire
    c'est pas une question de controler ses sentiments mais surtout de pas laisser ceux des autres te pourrir la vie, apres a titree collectif certe ca marche pas toujours mais comme je l'ai deja repeter 2fois on peut faire en sorte que personne n'ai d'ennui par rapport a ca dans notre entourage ou si on y assiste et c'est deja bcp
     
  15. ninaa
    Offline

    ninaaMembre du forum Membre actif

    9 312
    1 627
    425
    Fev 2014
    France
  16. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    Un forum où les trans peuvent témoigner des violences et discriminations:

    TRANSPHOBIE:TÉMOIGNAGES - SOS TRANSPHOBIE

    Quelques statistiques sur SOS transphobie:



    [​IMG]
     
  17. raaph
    Offline

    raaphMembre du forum Membre actif

    369
    55
    2
    Juil 2016
    Homme
    France
  18. libertaire, anarchiste, anti-fasciste, anti-autoritaire
    interessant,je connaissait pas le forum je partagerais^^
     
  19. Rebelle h.pe
    Offline

    Rebelle h.peMembre du forum Compte fermé Membre actif

    117
    7
    0
    Jan 2018
    France
    1 victime de + dans le bois ((xvi ème )en souhaitant i tervenir pour éviter des complications,elle s'est fait poignardée par 7/8 individus !?
    Il y aura sûrement des publications la concernant !?
     
  20. ninaa
    Offline

    ninaaMembre du forum Membre actif

    9 312
    1 627
    425
    Fev 2014
    France
  21. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    Dans Libération:

    Ma lumière rouge - Notre collègue Vanessa Campos a été assassinée - Libération.fr
     
  22. raaph
    Offline

    raaphMembre du forum Membre actif

    369
    55
    2
    Juil 2016
    Homme
    France
  23. libertaire, anarchiste, anti-fasciste, anti-autoritaire
    tient ca me fait penser:il y a bcp de grp antipha, ya l'equivalent pour l'homophobie transphobie etc etc.
    j'me doute que oui mais j'ai vus aucun grp du moins aucun actif irl
     
  24. ninaa
    Offline

    ninaaMembre du forum Membre actif

    9 312
    1 627
    425
    Fev 2014
    France
  25. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    Tous les groupes antifascistes sont également mobilisés contre le sexisme, l'homophobie, la transphobie...

    Le tag "homophobie" du site antifasciste "La Horde":

    La Horde – Homophobie

    Extrait du manifeste du comité antifasciste SP Lyon:

    La Horde – Manifeste du Comité antifasciste SP Lyon

    [​IMG]
     
    raaph apprécie ceci.
  26. Rebelle h.pe
    Offline

    Rebelle h.peMembre du forum Compte fermé Membre actif

    117
    7
    0
    Jan 2018
    France
    L'intolérance accompagnée d'incompréhension ?!
    C'est perso ;l:adjectif péjoratif PD me dérange,il est d'usage,implanté culturellement, le diminutif m'amène à penser,il n'y a écart : pédèraste... qui est synonyme de pédophile mais signifie aussi l'homosexualité masculine... d'où l'importance des interprétations et de leurs sens,me voulant un instant pédagogue et non prosélyte de sens rétrogrades.
    Si ces personnes n'étaient que des déviants lubriques et libidinaux qui agresseraient sans vergogne des proies supposées prendre leur défense serait ambivalent, antinomique !
    Il y à des excès,des abus que je ne cautionnerait jamais mais,si il y a amour consenti,idem pour le saphisme, les transgenres où est le problème ?
    Les professionnelles ont un rôle certain souvent négligé par les politiques ,à revoir car, tenues par des instances diverses à ne pas occasionner de ramdam !


    (Après, ma philosophie :Ne suis pas,mais les comprend [chacun.e.s fait ce qu'il veut,tant que ...ça me,nous, nuit pas !]
     
  27. anarkia ou l'un de ses multicomptes
    Offline

    anarkia ou l'un de ses multicomptesMembre du forum Expulsé par vote Membre actif

    830
    115
    0
    Août 2018
    United States
  28. Unisex
    Offline

    UnisexMembre du forum Membre actif

    71
    14
    2
    Oct 2018
    Homme
    Singapore
  29. libertaire, anarchiste, anarcho-communiste, situationniste, extrême-gauche
    Bonjour, le fait de se sentir homme ou femme ne signifie pas admettre la binarité des genres, n'est-ce pas ? Le fait de choisir son sexe et de décider d'en changer relève éventuellement d'un choix - et encore on ne choisi que rarement, voire jamais, ce que l'on est - mais ne signifie pas que l'on défende une approche binaire du genre. Ainsi, je saisis mal tes interrogations.
     
  30. anarkia ou l'un de ses multicomptes
    Offline

    anarkia ou l'un de ses multicomptesMembre du forum Expulsé par vote Membre actif

    830
    115
    0
    Août 2018
    United States
    si le sentiment, le ressenti sont culturellement construits alors il est impossible de dire qu'ils ne sont pas genrés, qu'il sont choisis, pas binaires, non ?

    si le binaire est la norme pourquoi s'y référer lorsqu'on se définit comme "non binaire" ? le binaire serait un fait de nature chez les humains ? si il l'est en quoi l'appel à la nature ne servirait pas encore à l'oppression des personnes définies comme non binaire ?

    moi ce que je trouve un peu zarb c'est de se référer au attributs sexuels pour se définir alors que le concept de genre a été utilisé sur le modèle de la critique race pour refuser ses prétendues naturalité et existence. comme l'impression que se définir comme h ou f ou nb c'est opérer un retour en deça du féminisme de deuxième vague.
     
  31. ninaa
    Offline

    ninaaMembre du forum Membre actif

    9 312
    1 627
    425
    Fev 2014
    France
  32. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    Pour info, deux membres trans du forum se sont exprimées sur le sujet:

     
  33. anarkia ou l'un de ses multicomptes
    Offline

    anarkia ou l'un de ses multicomptesMembre du forum Expulsé par vote Membre actif

    830
    115
    0
    Août 2018
    United States
    je suis plutot d'accord mais je comprends pas encore pourquoi on arrive à se définir avec des catégories imposées par un système oppressif (patriarcat) qui scinde l'espèce humaine en deux ou en trois dans certaines cultures.

    avant je me définissais comme "genderfuck" puis après réflexion j'ai arrêté parce que je considérais encore le "gender" comme un étalon, un repère fiable et ça me correspondait pas dans mon "intimité" (je me sentais opprimée par ces repères imposés), ni pour mon combat contre le pouvoir sous tous ses aspects.

    je ne détiens pas LA Vérité mais comme je disais la "déconstruction" questionne plus sur ce que le sens commun nomme le réel, l'objectivité scientifique, etc. qu'elle n'affirme. après on peut en faire "un peu ce qu'on veut".
     
  34. Marzhin
    Offline

    MarzhinLibertiste critique Expulsé par vote

    66
    3
    0
    Mai 2019
    Homme
    France
    Je vais un peu relancer le débat une seconde. De base, il me semble que les questions sont légitimes : par définition, dans féminisme, il y a féminin, or si on part sur le queer et le transgenre ou l'agenre, soudain ça fait tout drôle. En fait c'est très simple : la notion de féminisme devait fatalement susciter des réactions dites masculinistes ou virilistes, parce que ça va ensemble. Le sexe biologique (y en a-t-il un autre ?) de l'espèce humaine, souffre certes certaines influencent chromosomiques et hormonales, mais globalement il se manifeste en tant qu'incubateur ou fécondateur : féminin ou masculin. De ça on ne se débarrasserait que le jour où nous ne nous reproduirions plus qu'en mode transhumaniste, via utérus artificiels par exemple, à moins que sur des générations nous ré-évoluions vers la parthénogenèse, ce qui semble peu probable vue notre complexité, enfin reste l'option du clonage. Seulement nous voyons bien que ça pose des problèmes éthiques en biotechnologies, et que ce n'est pas aussi simple, d'autant plus qu'en attendant ce qui compte pour nous, là, présentement, dans nos vies belles et bien vécues, c'est justement notre tripe d'existence organique/biologique, pour le meilleur et pour le pire, et elle implique un sexe incubateur et un sexe fécondateur manifestes et largement partagés.

    Anthropologiquement, toutes les sociétés ont dû faire quelque chose de la sexuation, et ce qu'elles en firent fut justement une plus ou moins grande accentuation binaire, sachant que certaines établirent des statuts ou des moments un peu spéciaux, plus ou moins honorés, quant aux amoures non-potentiellement sexuelles au sens incubateur-fécondateur du terme. Par exemple, l'homosexualité initiatique chez les Anciens Grecs : Socrate avait la réputation d'être un sacré coureur de damoiseaux. Est-ce que Socrate se demandait s'il était efféminé ? ... Non seulement nous savons que l'effémination ne fait pas l'homosexuel, mais en plus nous nous doutons bien que le genre auquel appartenait Socrate, dans une société pourtant viriliste et misogyne, intégrait à la notion de virilité ces manifestations homosexuelles. A condition d'ailleurs, que l'aîné soit le preneur, et le jeune le pris, au risque de se sentir efféminé ! mais voilà que 2000 ans plus tard c'est l'homosexualité en elle-même, qui passa pour efféminée, et Socrate avec, ruinant son bel idéal viriliste, genre.

    Socrate s'y sentait bien, parce qu'il avait confiance en soi (encore que marginalisé par la communauté athénienne, comme corrupteur intellectuel de la jeunesse, en tant que philosophe original et réputé). Socrate avait confiance en soi, et il bénéficia d'une reconnaissance "dans le milieu" de la pensée d'alors (à sa mort, Platon en fit une apologie, ce qui le popularisa jusqu'à nos jours). Tout rôde autour de la question de l'estime de soi, qui dépend évidemment de notre proximité avec un certain idéal du moi, mais aussi avec le besoin d'appartenance à différents degrés, que nous éprouvons. Quelqu'un qui ressent fort le besoin d'appartenance, alors qu'il est "particulier" va commencer par s'auto-condamner, s'auto-exclure, de façon quasi-paranoïde, mais par simple manque de confiance en soi. C'est qu'il est galvanisé par son sentiment de particularité, et il s'imagine que c'est marqué sur son front alors que généralement ça passe à des kilomètres à la ronde pour le commun des mortels. Mais, quand certains comportements peuvent éventuellement surprendre, rapport à des habitus culturel - de genre, en l'occurrence, mais cela vaut pour tout - toute la question est alors de savoir dans quelle mesure la personne est attachée, par besoin d'appartenance, aux autres, c'est-à-dire aussi la prégnance de leur influence sur son estime de soi, voire intimement sur sa confiance en soi (ce qui est particulièrement vrai avec les plus jeunes).

    A partir de là, tout dépend des personnes bien entendu, mais se communautariser est positivement une façon de se ré-encourager, donc de reprendre confiance en soi, comme dans un groupe de soutien thérapeutique, jusqu'au point où notre estime de soi dépend moins de la reconnaissance des autres en général (du besoin d'appartenance global). D'un autre côté, la communautarisation entretient, dans la reconnaissance des autres en général, justement, l'idée d'une particularité non-normale. Je dis bien non-normale parce que, même quand il est admis qu'elle n'est pas anormale, elle peut continuer de sembler non-normale : les gens font semblant de ne pas la voir, ce qui est justement le moment où c'est le plus gênant pour tout le monde. A partir de là, il me semble qu'un peu d'autodérision de la part de la personne concernée ne fait pas de mal, et a d'ailleurs tendance à rendre autrui admiratif, ce qui n'est pas dégueulasse comme résultat au final.

    Et, de fil en aiguille, d'autant plus qu'on mûrit/vieillit, on devient capable de faire fi de toutes ces histoires joyeusement. Néanmoins, ça ne supprime pas la question des éventuels violent-es qui nous agresseraient, seulement je pense qu'il faut aussi savoir raison garder, et effectivement savoir ne pas vivre dans la peur. C'est-à-dire qu'il ne faut pas monter tous les faits divers de cet acabit en épingle, parce que sinon c'est le même mécanisme pour tout le reste : ça finit en chiens de faïence, ce qui n'est pas ce que l'on peut appeler une vie commune heureuse. Et, aussi, n'ayons pas d'idéal du moi trop élevé, et surtout d'idéal du toi trop élevé : ça aide beaucoup. C'est-à-dire que l'être humain est un animal craintif qui n'admet pas aisément qu'il est faillible, inquiet et ignare en bien des choses, à commencer par l'autre là, en face de soi.
     
Chargement...
Discussions similaires
  1. Réponses:
    0
  2. Réponses:
    2
  3. Réponses:
    1
  4. Réponses:
    1
  5. Réponses:
    0
  6. Réponses:
    2
  7. Réponses:
    0
  8. Réponses:
    1