Chargement...

Théorie sur la relation entre drogue et Anarchie

Discussion dans 'Discussion générale' créé par Cadavre, 30 Juin 2011.

  1. kuhing
    Offline

    kuhingMembre du forum Compte fermé Membre actif

    1 328
    180
    2
    Juin 2017
    Ce sont les paroles d’une chanson de Charles D’Avray « le triomphe de l’anarchie »
    Enfin c’est :
    « Tu veux bâtir des cités idéales,
    Détruis d’abord les monstruosités,
    Gouvernements, casernes, cathédrales... »
     
  2. Denis
    Offline

    DenisMembre du forum Membre actif

    200
    72
    10
    Sept 2017
    Homme , 60 ans
    France
  3. libertaire, anarcho-syndicaliste, auto-gestionnaire, révolutionnaire, anti-fasciste, anti-autoritaire
    Tu as raison kuhing rendons à Charles ce qui appartient à Charles et la citation à son
    titre. Enfin, mon propos était surtout d'illustrer le message.
     
  4. kuhing
    Offline

    kuhingMembre du forum Compte fermé Membre actif

    1 328
    180
    2
    Juin 2017
    Oui rendons à Charles.
    On savait faire des chansons à cette époque.

    Sinon, personnellement, je ne pense pas que les disgressions soient mauvaises. Elles ôtent le côté académique et souvent chiant d’une discussion qui veut absolument rester dans le sujet et permettent une pause pour peut-être mieux revenir au thème.
    Mieux encore, c’est parfois en allant ailleurs qu’on trouve des réponses sur le sujet ou d’autres. Pourquoi cloisonner ?

    Il y a dans les cuisinières à gaz qui projettent des dvd dans le néant du cosmos une dimension surréaliste que certain-e-s consommateur-trisses de drogues vont aussi chercher.
    Histoire de rompre avec un quotidien trop maussade ou routinier.
    C’est ce souffle qui m’a d’ailleurs attiré dans le mouvement surréaliste et, pas forcément besoin d'hallucinogènes pour l’apprécier. D’ailleurs le plus grand trip est sans doute d’être « sobre ».
    Certains pensent aussi que l’usage de stupéfiants peut ouvrir « d’autres portes ». Je ne le crois pas. Il ne fait que modifier la perception des choses ou se brûler plus vite. Certaines personnes peuvent trouver ça amusant, d’autres utiliseront les stimulants pour être plus compétitifs et payeront au prix fort.

    La disgression n’était pas si forte finalement.
     
  5. Denis
    Offline

    DenisMembre du forum Membre actif

    200
    72
    10
    Sept 2017
    Homme , 60 ans
    France
  6. libertaire, anarcho-syndicaliste, auto-gestionnaire, révolutionnaire, anti-fasciste, anti-autoritaire
    Bien sur que les sujets portent à dériver et c'est tant mieux.

    et je ne suis pas un cloisonneur expérimenté (lol).

    Ce que je combats simplement ce sont les jugements hâtifs portés envers des personnes qui ont mal,
    mal à leur vie et qui trouvent refuge là où ils peuvent à un moment.
    Je n'encourage guère le recours à telle ou telle substance qu'elle soit hallucinogène ou non. Je ne peux que féliciter l'
    expression de son ressenti à travers la créativité, le dire, l'expression, encore s'agit-il de savoir quel ressenti !

    Je pense simplement que ce recours est beaucoup plus complexe dans son fond que ce que l'on peut en
    voir, en entendre, en déduire. La psychotropie d'un produit a toujours existé : tout dépend effectivement de l'
    objectif visé à son usage. L'adrénaline est par exemple un excellent psychotrope .... naturel !
    Par contre clopes, dope, alcool sont des substances psychotropes soit d'origine naturelle, soit chimique.

    (Au niveau de la créativité, parlons-en à Baudelaire, Rimbaud, Verlaine, Lautréamont, Vian, la consommation de ces produits, ce qui est normal d'ailleurs puisque les effets psychotropes sont là pour ça, ouvrait des portes de ... créativité .... mais lorsqu'on connait par exemple les dégâts de l'absinthe sur l'organisme la compétitivité artistique et créative se paie oui !)

    Au niveau plus anecdotique entre guillements, disons que le père, la mère perdant de façon brutale un enfant et n'étant pas prêt à ce type de drame (qui l'est ?), disons que la jeune femme qui se fait violer dans un square et prise pour une salope de provocatrice chez les flics, que le brave travailleur dévoué qui se fait licencier du jour au lendemain, que ce lycéen qui se fait tabasser par les "copains" de classe parceque pas cap ou trop pédé, oui disons que ces gens-là (les exemples sont légions et si personnels), alors disons que ces gens là subissant un mal-être profond non entendu non accepté non compris non admis (mais moi si j'étais toi je ferais du sport, j'en parlerai, j'oublierai, je reconstruirai ma vie ......)oui disons que ces gens là trouvent dans le psychotrope une façon de se soulager, de passer à autre chose, même si c'est illusoire ! Le temps de l'illusion est si bon qu'il ferait peut être salutaire d'y retourner quand je me sens mal !
    Simplement la notion de tolérance addictive (besoin d'augmenter les doses pour ressentir les mêmes effets) prend le contrôle. Et à La dépendance physique fait suite la dépendance psychologique. et le cercle vicieux, bien entretenu de par notre société, démarre.

    Si quand je me sens nerveux : me ronger les ongles me soulage, je ne vais pas chercher midi à quatorze heures.
    La nervosité est là : je sais quoi faire !

    Je me permets d'insister : je travaille, interviens auprès de gens addictifs, des professionnels de la santé.
    Entourés de compétences mullti-médicales, le projet est simple : redonner aux personnes souffrantes leur dignité ne serait-ce qu'à travers un sourire, un geste tendre, un mot bien venu .......
    Je ne cherche pas de polémique bien loin de moi.
    Seulement certains discours me semblent déplacés face à ma réalité de terrain : faire appel à la morale, culpabiliser, porter des jugements, défier, faire peur, encourager à poursuivre, ...... ne fonctionne pas pour aider les personnes addictives.
    Une approche différente est nécessaire et en même temps la magie n'existe pas, j'insiste !
    Personne ne détient la vérité dans le cadre addictif mais tous une parcelle de cette vérité.
    L'important n'étant pas la théorie sur laquelle on se base mais la façon dont on l'applique !
     
    allpower apprécie ceci.
  7. ninaa
    Offline

    ninaaMembre du forum Membre actif

    9 312
    1 627
    425
    Fev 2014
    France
  8. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    Je l'ai déjà dit: je n'ai rien contre le fait d'essayer d'aider les gens qui ont une addiction, bien au contraire, à condition que la demande vienne réellement d'eux mêmes.
    Cependant même quand cette demande vient d'eux mêmes, réellement ou en apparence, je pense qu'il ne faut pas trop s'illusionner sur la possibilité de "venir en aide" au delà d'un certain seuil d'addiction.
    Sur le sujet je te conseille ce livre:

    L'auteur est catégorique: JAMAIS aucun psy n'a pu obtenir le moindre résultat "positif" avec ce genre de "clientèle", c'est vraiment 100 % d'échec, 0 % de "réussite"!
    Ce qu'il propose (pas dans le cadre de ce système mais dans une société libertaire...) ce serait de s'adapter aux demandes des gens, en tenant compte de leur ambivalence, de leurs changements d'humeur. Sans volonté de "guérison", dans le respect de la profonde altérité de ces individus qui ne souhaitent pas "s'intégrer". Sans chercher à les formater, à les plier à notre vision de la "normalité" et du "bonheur" (mais "pour leur bien", évidemment!). Des structures d'accueil où rien ne leur serait imposé, où on ne leur ferait pas la morale, où ils pourraient venir et qu'ils pourraient quitter sans avoir aucun compte à rendre.

    [​IMG]
     
  9. Anarchie 13
    Offline

    Anarchie 13Adolescent immature Comité auto-gestion Membre actif

    7 598
    530
    141
    Jan 2009
    France
  10. libertaire, anarchiste, chaos/Nihiliste, individualiste
    non.

    Même des films ne dénonçant pas valent le coup.
     
  11. pschrsrgnc
    Online

    pschrsrgncGuest

    De m' être nourri de tout çà, je ne vais pas tarder à parler 'salades' avec un.e nutritionniste !:emoji_cloud_tornado:.
    Des frites,de la bière, TV & cosmos+ la drogue et un psy ;un cocktail d'aujourd'hui ! (Il y a un mode d'emploi?)
    S'étant immiscé, sa consommation ayant explosé la,les drogues actuelles dont leurs addictions restent à déterminer. La notion de plaisir ayant été survolée et où se situent ' les limites' et qui les déterminent.
    Les comportements sont modelés par un système qui se veut productif.Les états second mal perçu !
    Cette ligne imposée tolère difficilement les fioritures,toujours existantes.
    L'anarchie y est conciliée car contemporaine,vivante.
    Le sujet qui l'accompagne,les diverses addictions peuvent devenir comprommettantes pour soi -même déjà.
    Où se situe les limites?avant l'autodestruction volontaire certainement ?
    Ces paradis ne sont pas toujours gratuits, leur accessibilité demande une implication, de l'équilibre entre positif & négatif,pour les funambules modernes.
    Il y a une drogue que nous avons rapidement évoquée, qui rend addict et qui permet'trais' des mirages mirifiques:L'argent,le fric,le flouz,les thunes,la maille... présent d'un bout à l'autre, son flot perturbateur, machiavélique qui nous propose cet étal de " défonces " parmi lesquelles on se doit d'évoluer.
    L'asepsie moralisatrice souhaitée est hygiéniste. Portez vous bien,pas d'écarts on vous exploitera mieux !
     
  12. Denis
    Offline

    DenisMembre du forum Membre actif

    200
    72
    10
    Sept 2017
    Homme , 60 ans
    France
  13. libertaire, anarcho-syndicaliste, auto-gestionnaire, révolutionnaire, anti-fasciste, anti-autoritaire
    La seule structure d'accueil (dans mon humble expérience) prenant en compte l'individu en temps que tel , et cependant avec toutes les limites qu'elle impose est le centre Alpha de Royan. J'y ai passé 31 jours de stage à suivre ces gens en difficulté, à vivre leur quotidien, à apprendre à les entendre, à les voir avoir mal de leur maux, ..... 48 places d'accueil !
    J'ai suivi il y a quelques années le jeune Michel, âgé de 13 ans, maintenant décédé. Il était tabagique (plus de 2 paquets par jours trouvés dans les caniveaux, aux terrasses des cafés ils les collectaient et patiemment se les rouler pour les consommer.
    J'ai passé des semaines à téléphoner partout en en france, suisse, belgique, gb, etc à trouver une structure de prise en charge pour ce gamin bouffé aux poumons : rien n'existe pour les mineurs ! Le seul remède : trouver un médecin de bonne constance qui vous aide en prescrivant des anti-tabagiques ....(patch et autres substituts ....).
    La réussite thérapeutique : je ne la connais pas ! a partir de quand pourrais-je décemment me targuer d'avoir réussi à sauver telle personne.
    Mais tout comme l'accompagnement palliatif fait partie intégrante de l'Humanité, l'empathie, la présence, l'écoute, le partage vrai et sincère le sont aussi. oh non,je ne parle pas de ces pseudo valeurs judéo-chrétiennes : le pardon, la rémission, le mea culpa, et tutti quanti).
    Je terminerai mes interventions sur ce forum de discussion, fort riche au demeurant :
    proposition de lecture :
    "alcoolisme : abstinence, boire contrôlé, boire réfléchi" Dollar Cormier, 1999
    "les vilains petits canards" Boris Cyrulnik, 2001.
    "Alcohol addictions and chronic alcoholism" de Jellinek
    les articles de jean Rainaut, de Michel Facon ....

    Je reste vigilant sur les ravages de la société quels qu'ils soient !
    Bien libertairement.
     
  14. pschrsrgnc
    Online

    pschrsrgncGuest

    Nina.a l'a évoqué :
    Il est nécessaire que la personne prenne conscience de ' ces' maux,qui transcendent certain.e.ss.Le vouloir ,pouvoir le vouloir,y pourvoir,sont l'essence la base de ;l'autrement.
    Subir peut être défini comme un repère. Où se situe le curseur ?
     
  15. Marc poïk
    Offline

    Marc poïkSous l'arbre en feuille la vie est plus jolie Membre actif

    1 469
    208
    529
    Déc 2016
    Belgium
    Je pensais que après la période punk des années 70 la question des drogues était résolue. Visiblement non. Pour l'avoir vécue la question chez moi est résolue. La drogue c'est de la merde même si j'avoue qu’en prendre à parfois fait le départ de l'émancipation de certain.
     
  16. pschrsrgnc
    Online

    pschrsrgncGuest

    S'émanciper, rompre des contraintes morales et sociales ne nécessite pas obligatoirement d'artifices mais,ils y sont joint parfois.
    La représentativité des ' drogues' étant large ,leurs émancipation aussi,se faire 'impacter' est plus aisé .Les 'stups' et affiliés imprègnent les sociétés, les classes en leurs temps,l'usage de produits dans les cercles littéraires, artistiques etc... même politique est avéré.
    L'usage de drogues peut 'impacter' l'autre et je pense qu'il y a diverses pratiques et divers degrés à ses usages. Un anxiolytique est une drogue aussi!La drogue élimine les moins nantis,ghettorise,en défavorisent certain.e.s,paraît en aider d'autres. Elles doivent être abordées thérapeutiquement pour leurs effets, sans trop en dépendre.
     
  17. pschrsrgnc
    Online

    pschrsrgncGuest

    La drogue c'est de la merde !
    Touche pas à mon pote !

    Marc,tu as initié un come-back d'au moins 3 décennies évoquant les slogans d'une époque !(un trip gratis;)!)
     
  18. pschrsrgnc
    Online

    pschrsrgncGuest

    Prolixe,je suis addict ?>:O.
    Il faut dissocier attitudes rebelles, transgression des interdits de l'anarchie?Leurs usages, restreignant la capacité des individu.e.s, exprimeraient un mal -être d'envergure. Ne pas l'accepter se conçoit,le comprendre par contre est nécessaire, ce n'est pas occultable car tellement présent dans la dérive des systèmes capitalistes qu'on ne peut ni, les ignorer ni, les bannir.C'est de la 'zouille' mais,elle est présente.
     
  19. ninaa
    Offline

    ninaaMembre du forum Membre actif

    9 312
    1 627
    425
    Fev 2014
    France
  20. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    C'est vrai que c'est quand même géant qu'un système aussi mortifère prétende se préoccuper de la santé des gens...

    Il y a quelques années je participais à Canicule, un fanzine plutôt basé sur l'humour mais avec quelques dossiers sérieux:

    17 novembre 2011: Prohibition du cannabis et censures de presse - Observatoire de la censure

    Précision: techniquement "interdire aux mineurs" revient à interdire tout court.
    En effet parmi les rédacteurs il y avait quelques héroïnomanes: l'un s'en est sorti (pas grâce à la morale des censeurs ou autres, vous vous en doutez!) l'autre non:

    Décès de Pierre Ouin, héraut de la BD punk | BoDoï, explorateur de bandes dessinées - Infos BD, comics, mangas

    [​IMG]

    [​IMG]

    Notre intention avec ce numéro n'était pas de promouvoir les drogues dures. Ceux qui étaient accro étaient bien conscients que la répression, le mépris, les insultes n'ont aucun impact. Evidemment tout le monde sait que la drogue, l'alcoolisme ou le tabac tuent. Mais on n'a une chance de sortir de ce besoin physique et moral que quand on se sent réellement prêt.
    Donc tout en disant que bien entendu l'idéal serait de ne fumer que des bédots et/ou boire un coup de temps en temps (et même ces petits plaisirs c'est pas obligé... mais pas interdit non plus!) ils donnaient des conseils pour limiter les dégats.

    C'était d'autant plus important à mon avis que les toxicos en ont marre de tous ces assistants sociaux dégoulinant de bons sentiments qui ne comprennent rien à ce qu'ils vivent et ressentent. Avec ce petit côté validiste qui se la pète: regarde comment moi je suis trop bien dans ma peau, prends donc modèle sur moi, minable!
    En revanche, des conseils d'autres toxicos, sans aucune connotation morale, avaient toutes les chances d'être entendus.

    Plus gai, à propos de l'autoproduction du cannabis, quelques conseils de pro:

    Légendes urbaines et mauvais conseils pour la culture du cannabis - Blog du Growshop Alchimia

    [​IMG]
     
    Marc poïk apprécie ceci.
  21. Fanya
    Offline

    FanyaMembre du forum Compte fermé Membre actif

    974
    145
    9
    Août 2015
    Austria
  22. social-démocrate
    Le bdsm et le suicide n'existeront plus en Anarchie. Amen.
     
  23. Marc poïk
    Offline

    Marc poïkSous l'arbre en feuille la vie est plus jolie Membre actif

    1 469
    208
    529
    Déc 2016
    Belgium
    Tout à fait en matière de drogue dure cela doit venir de la personne. Chaque parcours est différent. Elles conduisent souvent à la case prison pour terminer au cimetière.
    En matière de cannabis je considère ce dernier moins dangereux que l’alcool et bien des médicaments. Quand je vis les toxicos aux anti dépresseur, somnifère, etc. je me dis souvent que un joins leur ferait du bien et leur éviterait de devenir accro au médoc.
    Les drogues un grand nombre en prend, je reste persuadé que le président en prend il à par moment tous les symptômes d'un cocaïnomane. BHL l'est et on voit ce que cela donne. La cocaïne rend psychopathe.
    Nos anciens auteurs anarchistes abordent le sujet en partie. La grande majorité jugeait qu'il ne fallait rien prendre qui nuit à la santé. Ceci du au fait que si on veut construire une société anarchiste on se doit aussi de ne pas nuire aux autres. Le simple fait de se détruire nuit économiquement à l’ensemble. En matière de drogue dur cela nuit aux proches. Mais il ne nous appartient pas de juger un comportement ou un autre. On vit dans une société démente et donc forcément des problèmes de mal émergent.
    Comme tu l'as dit ninaa un toxico sait très bien que la drogue c'est de la merde comme le fumeur sait que la cigarette est aussi de la merde.
    En 77 on savait très bien que on allait crever avec la défonce. On s'en foutait car il n'y avait pas de futur pour nous donc autant vivre à fond même si c'était court que de vivre longtemps et merdiquement. Nombre y son resté quelques uns en sont sortit. Reste à voir le bilan de tout cela. Je garderais le mien pour moi ;) Na!
     
  24. Anarchie 13
    Offline

    Anarchie 13Adolescent immature Comité auto-gestion Membre actif

    7 598
    530
    141
    Jan 2009
    France
  25. libertaire, anarchiste, chaos/Nihiliste, individualiste


     
  26. pschrsrgnc
    Online

    pschrsrgncGuest

  27. ninaa
    Offline

    ninaaMembre du forum Membre actif

    9 312
    1 627
    425
    Fev 2014
    France
  28. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    Pour bien comprendre la différence entre dépénalisation, légalisation, décriminalisation, régularisation du cannabis...

    Dépénalisation, décriminalisation, légalisation : quelles différences ? - Newsweed

    Où en est aujourd'hui la répression pour usage de cannabis?

    Dépénalisation, décriminalisation, légalisation : quelles différences ? - Newsweed

    Dans tous les cas il n'est donc pas question de mettre le cannabis en vente libre ("légaliser"):

    ... Réponse: n'hésitez pas à la dénoncer, c'est pour son bien:

    [​IMG]

    Les accidents du travail? Bien sûr c'est la faute du cannabis! Heureusement que les patrons sont là pour prendre soin de la petite santé de leurs exploités!

    [​IMG]
     
  29. Anarchie 13
    Offline

    Anarchie 13Adolescent immature Comité auto-gestion Membre actif

    7 598
    530
    141
    Jan 2009
    France
  30. libertaire, anarchiste, chaos/Nihiliste, individualiste
    par contre ya du cannabis en vente légale en france (selon la législation européenne). Si elle a moins de 1% de THC je crois la weed peut être vendu. J'ai une pote qui a acheté du shit de cbd il y a pas longtemps (le CBD est une autre molécule du cannabis différente du THC et qui fait pas "planer" mais soi-disant "apaise"). C'est bon au goût mais ça fait rien (et c'est 10 balles le gramme mdr).
    Interview d'un spécialiste à propos de ces horribles manipulation génétiques et "petites chimies" sur la ganja :

     

Les membres qui ont lu cette discussion dans le dernier mois (Total: 12)

  1. Anarchie 13
  2. ninaa
  3. HNORD
  4. Ziggy-star
  5. allpower
  6. Samuel
  7. Bearl
  8. AAKUAN
  9. K0dama
  10. gorekhaa
  11. Godfried
  12. Wiston 2.0