Chargement...

textes persos

Discussion dans 'Musique et contre-cultures' créé par antoxmif, 25 Juin 2009.

  1. antoxmif
    Offline

    antoxmifagitateur militant Membre actif

    193
    0
    5
    Mai 2008
  2. libertaire, anarchiste
    ba j'me lance, je mettrais qqs textes personnels petit a petit.
    certaines ont ete enregistrés avec merde in france et je me ferais un plaisir de vous les envoyer par msn, ou les mettre a disposition du site mais je suis une quiche en informatique^^
    j'attend vos reactions.


    Antifa

    tu te propage trop vite tel une gangraine
    c'est les esprits faibles que tu entraine
    ton visage empli de violence et de haine
    tu parles d'une liberté entouré de chaines

    mais sache qu'on ne te laissera jamais faire
    et t'inquiete on arrive pret a croiser le fer
    ta disparition on en fait notre affaire
    dans le monde tes cellules vont de defaire

    cette terre comptent trop de genies
    qu'ils viennent de france du perou ou d'algerie
    pour qu'on te laisse detruire toute cette energie
    tu n'a vraiment rien d'une egerie

    tu ne gagnera jamais on te le promet
    il y aura toujours quelqu'un pour t' arreter
    pensez a toi nous donnent envi de vomir
    reste l'espoir d'un jour t' occire

    vision de cauchemard appercu terrible
    de charniers en fours crematoires c'est horrible
    tu es une armée de creatures infames
    et ce qui suit en rien ne te diffame

    voila maintenant quelques politesses
    a faire claquer tes vilaines fesses
    tu es la honte de l'humanité
    mais tu ne beneficira d'aucune immunité

    tu n'aura aucun pardon
    on te lira proudhon
    attachés en pleine rue
    forcé d'ecouter du beru
    de voir la magnificience
    des gens qui ont une conscience
    derniers regards peut etre des remords
    nous on s'en fout maint'nant qu't'es mort


    Sans titre

    a peine le pied mis dans la rue, debute un controle d'identitée
    je ne l'aurais jamais cru, ca a l'air de les exciter
    l'aleniation comme projet, se suivent les publicitées
    je continu donc mon trajet, au travers de la cité
    un groupe de jeunes picole, sans se soucier du danger
    la rue est une bonne ecole, de paris a tanger
    tant que tu te gere, evite les faciles derapages
    n'ecoute pas cette megere, tu tournera la page

    a peine la tele allumé, debute le cauchemard mediatique
    s'entasse des corps brulés, autre holocauste systematique
    sacrifié partout des gosses, pour des interêts monnetaires
    ils roulent dans des carosses, pas destinés aux proletaires
    et c'est donc ce carburant, qui vous rends si monstreux
    je trouverais marrant, qu'on vous en foutent pleins les yeux
    sur ce petit ecran plat, defilent vos sales gueules
    pas envi d'en faire tout un plat, vot' systeme j'le degueule

    regardez la jeunesse que vous faites, perdu par vos mensonges
    a qui vous balancez du mal fait, mais a quoi vous songez?
    uniformisation general, facile a controler des moutons
    mais mnt la masse rale, de quoi choper qqs boutons
    la colere gronde c'est sur, mais seulement l'entendez vous?
    elle crie ses blessures, non ils ne se sont pas tues
    ne l'ecoutez pas vous avez raison, ne changez rien
    bientot la revolution a foison, on a peur de rien



    Busherie

    20h,les infos deblatterent leurs taux d'horreurs,
    en Iraq ou en Afghanistan fusent les bombes.
    Des gosses gisent sans vie,Bush et l'honneur?
    Fin des massacres,son torse se bombe.
    Pauvre connard qui ose se prendre pour dieu,
    tes decisions peseront lourd devant St Pierre.
    Un Israelien et un Palestinien disent adieu
    a la vie,de cet enfer tu es le pere.

    Triste monde,pour un pays,un empire,
    nous sommes dans l'ere conditionne.
    Le present est de pire en pire,
    De sales horreurs sont cautionnees.

    On voudrait un monde sans maitre,
    sans coca,sans blink et sans mc do.
    On voudrait que vous alliez vous faire mettre,
    La jeunesse vous petera le bas du dos.
    On voudrait avoir notre libre arbitre,
    ne ns contentons plus d'accepter.
    On voudrait ecrire notre chapitre,
    il est grand temps de s'revolter.



    la fin du petrole

    Fini les queues aux stations services
    Fini les bêtes echoues au bord des plages
    Fini le pétrodollar et tout ses vices
    Et puis fini les destructions sauvages

    Refrain :
    Demain c'est mort tu voyageras a cheval
    Sur des troncons à l'abandon, déserts péages
    c'est ca de moins que les pompes t'avalent
    terminé plus de taxes qui seront passés d'ages


    C'est la fin du pétrole, ou l'argent joue un rôle
    Dans la mer tu feras du crawl tu verras c'est plus drôle
    Esclavagiste moderne la tu vas prendre une beigne
    Tes derricks bien ternes tes pipelines qui baignent
    Répandant ton or noir qui n'est en fait que d'la merde
    Preparant un monde noir qu'ont ne veut pas on t'emmerde



    tout ce dont on reves

    Une jeunesse divisee,qui se dessere les coudes,
    nouvelle generation,une succession trop lourde.
    Un combat commun,mais perdu d'avance,
    car sans unite,on oppose peu d'defiance.

    Rallions nous tous,sous la meme banniere,
    tout les jeunes ensembles,sous la meme banniere.
    Reprendre nos droits,et not'liberte,
    c'est ce dont on reve,des la puberte.

    Refrain:

    Maintenant nous sommes la,pas question d'foire,
    plus jamais d'bla-bla,d'vant ces enfoire.(x4)

    Retirons nos chaines,faites les medias,
    on te garanties,l'effet immediat.
    Retirons nos chaines,posees par l'etat,
    avant de finir,dans un sale etat.

    Cessons donc de vivre,pour des religions,
    qui elles se delectent,de not'division.
    Cessons donc de vivre,par procuration,
    c'est ce dont on reve,c'est notre mission.

    Tout ce dont on reve,c'est de liberte.
    Tout ce dont on reve,c'est d'egalite.
    Tout ce dont on reve,c'est d'une unite.
    Tout ce dont on reve,c'est de liberte.


    et merde...

    Tu marchais de travers dans les ruelles sombres,
    tu chantonais,tout d'un coup une ombre
    Tu vivais des visions de mort que refoulaient
    Les anciens qui evitaient meme de les appeler

    Les violeurs te poursuivaient dans la ville
    Personne pour te proteger pas tres viril
    Et merde tu perds ta robe et tes clopes
    je les entends encore te traiter de salope

    Un viol de plus ça me degoutte
    Par interet on les arretes a la goutte


    Tu marchais de travers dans les ruelles longues
    de kaboul tout en chantonnant Sober song
    Tu voyais ce gosse mort face a terre
    Le visage sanglant c'est sa mere qui l'enterre

    Visage infantile de la guerre
    grace aux politiques assassins et vulgaires
    Et merde tu perds ta femme et ton fils
    je les entends encore traiter leurs benefices

    Un mort de plus ça me degoutte
    Par interet on les arrete a la goutte



    squatt toujours

    Il m'arrive encore de penser,
    quand il pleut,qu'on est sans abri,
    à ce vieux garage squatté.
    Là se voyait les insoumis,
    autour d'un barbec de merguez,
    l'alcool coulait a flot,c'etait a l'aise.

    Refrain:
    On a tous eu un squatt,
    qu'a ferme quand ça se gate.(bis)

    Tournaient les idees,les petards.
    On revaient d'une revolution,
    où les chiens jouaient à la bagarre.
    On ne sera jamais les pions
    d'une societe capitaliste,
    seulement des putains d'anarchistes.

    Si les murs etaient tous tagges,
    que la flotte coulait par le toit,
    on regrette cette caserne squattee.
    Alors tant qu'a faire faites pas ça,
    car on s'en branle s'il y a des blattes.
    Ca ne coute rien d'ouvrir des squatts.



    jeunesse rebelle

    Jeunesse perdue par l'acharnement du pouvoir,
    pollution,sida,chomage,voici notre seul héritage.
    Jeunesse aveuglée qui ne pourra jamais voir,
    la situation s'ameliorer à mesure des ages.
    Jeunesse attachée au grand jeu d'l'exploitation,
    et sacrifiée sur l'autel de l'abomination.
    Défend toi et renforce tes convictions,
    et empeche les ripoux profiter d'la corruption.

    Refrain:

    Continuons notre combat,Mai 68 et autres sabbats.
    Continuons notre bataille,et renversons toute cette canaille.

    Jeunesse etranglée par la hausse des impôts,
    guerre,église,popoche,voici les raisons.
    Jeunesse allongée finissant en troupeau,
    flic te cassera si tu critiques la prison.
    Jeunesse assassinée par les hommes de Dutroux,
    et demain reviendront les enfants bénies.
    Fantasmes pervers des hommes dans un trou,
    et empeche les pedos profiter de leurs penis.

    Jeunesse emeritée de sagesse et patience,
    face aux conneries des parties politiques.
    Jeunesse rebelle d'ideologies et sciences,
    montre sens d'evolution et critique.
    Jeunesse retrouvée entre decombres et gravats,
    tu ne pourras perdre,la force est en toi.
    Prisons et psychiatrie s'ront tes ennemies mais va,
    tu en a le droit,nous sommes avec toi.



    proposition indecente

    Tu m'avais donné rendez-vous dans un bar d'amsterdam,
    tu m'a regardé marchander la came avec ces dames.
    Mais tu n'avais pas remarqué mes cheveux tout bleu,
    qui se mouillait tout les jours ouais les jours où il pleut.
    Tes yeux rougit par la conso-consomation des drogues,
    me faisaient imaginer ouais ta future morgue.
    Tu croyais que les chiens que les chiens te suivaient,
    c'etait juste tes putains d'idees de depravés.

    Refrain:

    Mefie toi de ta descente,
    proposition indecente.

    Tu me faisait peine ouais car je t'aimais,
    mais je ne pouvais accepter ta tete de camée.
    Tu peut arriver a jouir sur tes joues,
    lorsque ta tete tombe ouais tombe dans la boue.
    Tu me confies tes seringues,souillees de cette merde,
    je voulais qu'tes sales manies a jamais tu les perdes.
    Mais le jour de ton O.D. ça ouais j'ai pleurer,
    je savais comment tout ça,tout ça finirais.

    Depuis je jongle avec ma vie,avec ton souvenir,
    j'essayais chaque jour d'effacer ton sourir.
    Tu as pu echapper à la melancolie,
    tu m'a laisser seul,face a ton deces.
    Je n'ai jamais regrette de n't'avoir suivi,
    dans tes envies de came,ouais j'suis toujours en vie.
    Depuis j'ai que la tristesse de n'avoir jamais vu,
    l'espoir de t'voir te remettre de ta putain d'bevue.



    SOS camisole

    Courte est la vie,autour de moi du vide
    Chimio-therapie j'me hais je suis avide
    de pouvoir de richesse c'est drole
    j'suis vert l'eau est rouge elle est folle

    j'suis defait j'suis eclate ça pue
    tout c'que j'peux observer dans la rue
    on est perdu on est foutu on est fetard
    il nous reste plus qu'a sauter c'est trop tard

    raz l'cul d'cette societe pourrie et sale
    il nous reste plus qu'a nous tirer une balle
    j'sais meme plus c'que j'ai ecrit c'est nul
    dans ma tete un bruit on dirait une pendule

    Le compte a rebours a commence c'est pret
    c'te putain d'bordel d'societe va peter



    danse avec les fous

    Iroquoi,leve le doigt
    Apache,vis a l'arrache
    Peau rouge,sus aux bourges
    Modoc,rangers a coque
    Nez percés,liberté
    Cheyenne,brise tes chaines

    AH AH AH AH! Danse avec les fous(x4)

    Mohican,au 1er rang
    Redskin,fais un signe
    Indien des plaines,entend ma peine
    Cheerokee,c'est pas du show-bizz
    Otawa,et tout se casse
    Et les sioux,vive les fous

    Tete jaune,va foutre la zone
    Cochise,et 5-5-6
    Geronimo,danse le pogo
    Couteau calme,ne prend pas de came
    Mon totem,je t'aime
    Et les keupons,tous a Matignon



    historiette

    C'est ma p'tite soeurette,qui joue a la dinette,
    pendant que moi je pete ces poupees a la baïonette.
    Elle est blondinette,vivant d'amourette,
    en fumant des cigarettes,en buvant des canettes.
    J'lui montrais ma pauv'crete,elle n'etais pas prete.
    J'lui mettais une chansonette dans l'auto-cassette.

    Elle etais fluette,et plutot mignonette,
    elle jouait de la clarinette et de la mitraillette.
    On file a la buvette boire un bebe eprouvette.
    Elle prefere les sucettes parfume a la chaussette.
    Elle me file un coup d'rocket,elle est tres doucette.
    En ce moment je pete,ca fait tres poete.

    Elle me propose des rillettes,avec des devinettes,
    et une omelette,faut qu'j'me soumette,
    et toujours en cachette,me balance des flechettes.
    Fais moi une soufflette,et passe moi le pet'.
    J'suis allume d'la tete, qui est dans la cuvette,
    qui est rempli d'anisette et on base cotelettes.



    tristesse

    Petite âme perdue, tu recherches ta route,
    Mais montagne d’embûche, qui te font tant frémir,
    Et le temps passant, en toi s’installe le doute
    En gardant l’espoir, tu arrives même à en rire.

    Cœur à la dérive, tu voudrais t’en aller,
    Laissant tes souvenirs au milieu des galets,
    Tristesse, désespoir, émotions refoulées,
    Et les yeux mouillés, ton cœur veut couler.

    Refrain*:
    Ta vie n’est faite que de tristesse
    Que de tristesse, que de tristesse

    Tu laisses des traces, flaques rouges sang
    Et ou à la place, gisaient murmures lassants.
    Et là tu comprends, qu’il te reste que le vide
    De ces sentiments, jugés bien trop rapide.

    Tu dresses la tête, et tout devient clair.
    L’amour dont tu rêves, lui peut-être t’éclaires
    Comme un coup de foudre, qui éclate ton cœur,
    Ou un feu aux poudres, là t’entends des chœurs.

    Tu vois d’étranges symboles, le long de ton chemin,
    Obscures déformés, et glissant dans tes mains
    Ton courage se rétracte, ta beauté s’amplifie.
    Des questions te hante, et que tu modifie.

    Que demandes tu*? Ah un peu d’amour.
    Cette funeste époque, elle te l’interdit
    Et tel un fetu, sûrement sans humour,
    C’est tes rêves qu’on tue, seulement le sais tu dit*?

    Tes pensées sont sombres, mais ca ne fait rien,
    Le bonheur arrive, tu le sais que trop bien,
    Comme dans tes songes, tout démarre si mal,
    Et puis à la fin, tu trouveras ton mâle.
     
    Dernière édition par un modérateur: 26 Juin 2009
Chargement...