Chargement...
  1. Pour consulter le Webzine : https://www.libertaire.net/articles

Capitalisme & mondialisation Texte d’une prisonnière du G20 à Toronto

Discussion dans 'Webzine - actualité des luttes et partage d'articles de presse' créé par jeunevoleur, 30 Août 2012.

  1. jeunevoleur
    Offline

    jeunevoleurMembre du forum Membre actif

    2 447
    3
    110
    Mar 2008
    Texte d’une prisonnière du G20 à Toronto
    Traduit de l'anglais par des camarades canadiens dirait-on... Dont quelques expressions et une tournure de langage qui pour certains seront un peu étrange.

    Tout prisonnier est un prisonnier politique

    Ce jour du 27 juin 2010 était inhabituellement nuageux pour un milieu de l’été à Toronto. Je secouais ma tête de l’humidité alors que je marchais seule sur la rue Queen, dans un paysage urbain grouillant de policiers anti-émeute, et encore saupoudré d’éclats de verre brisé de la veille. Les équipes de construction s’étaient déjà mis au travail pour réparer le parcours de choses cassées, tentant de faire tout retourné à la normale avant que ça soit remarqué.

    Quand je suis arrivée au Jimmie Simpson Park, où les gens se réunissaient pour la marche de la journée en solidarité avec les prisonniers, je n’ai vu qu’une petite foule d’amis debout sous les arbres tombants criquet du miel : les uns faisant une séance d’information ou se consolant les uns les autres, d’autres parlant avec les journalistes qui se pressaient comme des moucherons autour de la collecte. Ce groupe éparpillé d’environ trente était tout ce qui restait après les enlèvements pré-emptifs et d’arrestations massives. Je me souviens pas si je sentais une certaine appréhension-aucune sorte d’appréhension sinistre de n’avoir pas aussi été enlevée.

    Alors que notre groupe rapetissé a quitté le parc vers le centre de détention où nos amis étaient emprisonnés, j’espérais pouvoir avoir des nouvelles de ce qui s’était passé avec mon partenaire, ou n’importe qui d’autre d’ailleurs.

    Le ciel gris avait beau déverser de la pluie sur nous, mais nous étions heureux et souriants. On scandait, chantait, jouait des instruments et partageait le peu de nourriture que nous avions apporté. Les flics nous ont entouré, bousculant la foule à rester éloignée de la clôture grillagée qui entoure la prison. J’avais été là environ une demi-heure où la camionnette banalisée a conduit dans la foule. Un groupe d’hommes a sauté et forcé leur chemin vers moi, criant aux gens de se tasser de leur chemin. L’un d’eux a dit mon nom, et en quelques secondes ils m’avaient traîné dans le fourgon.

    http://juralib.noblogs.org/files/2012/08/0111.jpg

    Je pourrais pas dire d’avoir senti quelque chose quand mon visage a frappé le sol, mais plus tard dans ma cellule, j’ai remarqué des pulsations de douleur dans mes dents et les gencives. Les dents avants étaient lousses. Ma bouche goûtait le sang.

    L’un des flics qui m’avait tiré dans la camionnette m’a demandé si j’étais sur l’aide sociale. Il lorgnait à mes jambes nues et me lâcha que j’avais besoin d’un rasoir. Un autre ligota mes poignets avec des attaches de plastique et se mit à fouiller dans mon sac à main.

    À l’intérieur, le bâtiment était un grand entrepôt rempli de cages grillagées, comme une ferme de poulet industriel. Le bruit des autres prisonniers hurlant des chansons de manifs et des cliquetis des portes de leurs cages résonnaient sur les murs de béton, donnant l’impression qu’il y avait beaucoup plus de gens que dans les 992 cellules de détention. Ils m’ont mis dans une cage et verrouillé la porte. Sur le mur à ma gauche, j’ai vu un garde scribouiller mon nom sur un tableau blanc à côté des mots « ne pas relâcher ». Je me suis assise sur le béton et prévoyais le pire.

    Le lendemain, j’ai été hospitalisée après avoir perdu conscience à cause du faible niveau de sucre dans mon sang. Tout ce qui nous a été donné pour manger était un sandwich au fromage toutes les 12 à 24 heures avec aucune solution de rechange pour ceux qui étaient végétaliens ou allergiques. J’étais incapable de marcher à la remorque médicale ; les gardes m’ont informé que cela constituait un refus des soins médicaux. Un autre prisonnier qui a entendu ça a crié à un gardien qui était en train de s’amuser à faire des des tours dans un fauteuil roulant inutilisé, et ils ont fini par me l’amener à ma cellule peu de temps après.

    Une gardienne me gueula de « fermer mes putains de jambes » alors que je j’étais assise vautrée à l’intérieur de la remorque médicale avec une injection intraveineuse de glucose dans mon bras. J’avais été arrêté alors que je portais jupe courte et débardeur, et ils m’avaient refusé, à plusieurs reprises, des pantalons ou une couverture. On gelait à l’intérieur du centre de détention. Il n’y avait pas moyen de se protéger du béton nu. Mes dents claquaient sans cesse, et je n’ai jamais cessé de trembler. Il faisait trop froid pour dormir.

    Après qu’ils m’aient ramené dans ma cellule, je pouvais entendre un homme à proximité criant qu’il avait besoin de ses médicaments. Il a crié pendant des heures avant de s’arrêter brusquement. Je collai mon visage à la porte de la cage et je le voyais en convulsions sur le plancher de sa cellule avec sa langue sortant de sa bouche. « Lève-toi », les gardes ont dit, à plusieurs reprises, avant de finalement constater son inconscience. Ensuite, ils le traînèrent ailleurs.

    D’innombrables personnes ont été traitées et relâchées, beaucoup d’entre eux avec des contusions, des coupures et des écorchures sur leurs bras et visages pour avoir été plaqués dans le béton. Un certain nombre des gardes ont passé leur temps à cracher du harcèlement raciste, homophobe, classiste et sexiste aux prisonniers, ou en les menaçant de les brutaliser encore plus. Certaines femmes ont été menacées de viol.

    Alors que les heures passèrent, il est devenu de plus en plus clair que je serais pas autorisée à appeler mon avocat ou de laisser savoir à ma famille où je me trouvais. En fait, je n’avais pas encore été informée de mes accusations. J’ai passé plus de deux jours dans ma cellule, recroquevillée sur le béton ou surveillant le petit voisinage autour de ma cage, parfois criant à d’autres prisonniers ou les joindre dans des explosions de rires hystériques, de leur privation de sommeil.

    Je n’ai pas été surprise de voir quelques vieux amis du milieu de la rue de Toronto passer le centre de détention. Si ça n’aurait pas été dans cette situation regrettable, ç’aurait été une rencontre de retrouvailles. Quand un de mes amis s’est retrouvé dans la cellule à côté de moi, nous avons commencé à parler des circonstances qui nous avaient amenés là-dedans. Seulement dix-sept ans, il avait passé la majeure partie de sa vie à être transféré d’un foyer d’accueil à un autre. Depuis qu’il a finalement été désigné comme son propre tuteur légal, sa vie est tombée en proie à la pauvreté, le profilage de classe, et les préjugés du système judiciaire. Bien qu’il se considérait pas comme un « militant », il était évidemment plus ancré dans les réalités de la lutte sociale qu’une grande partie des autres détenus. Nous avons parlé de nos expériences mutuelles avec la police, les foyers de groupe, et les sans-abri. Nous avons parlé de la façon dont ces expériences nous ont politisé, et comment une personne n’a pas besoin de « comprendre » la politique de parti pour être politique. Chaque personne pauvre est politique, nous avons convenu, juste par nature de leurs expériences.

    J’ai réalisé à ce moment que j’ai probablement eu plus en commun avec lui qu’avec la plupart des autres manifestants. Malheureux comme il était, la vie avait déjà acclimaté nous d’être traités comme de la merde par les autorités. Rien de tout cela nous a surpris. Nous avons été habitués à être battus, dépouillés de nos droits.

    Après que la plupart du centre de détention se soit vidé, j’ai été transférée à la population prisonnière générale de la prison des femmes à Milton. Pendant que nous attendions à être traitées dans les cellules de détention, moi et les autres femmes rions et plaisantions, le commerce des histoires sur la façon dont nous avions fini là. Un grand nombre d’entre elles ont été arrêtées et présumées coupables sans équivoque pour des conneries ; pour être des sans-abris, des pauvres, non-blancs, se droguant, en travaillant dans le commerce du sexe, ou toute combinaison de ces facteurs. D’autres ont été arrêtés pour des crimes de nécessité : pour voler de la nourriture parce qu’ils avaient faim, ou voler dans un magasin pour nourrir leurs jeunes enfants, ou par besoin d’un moyen de payer le loyer. Quelques-uns avaient été accusé d’agression après avoir lutté contre un conjoint violent. Je leur ai dévoilé mes accusations, et elles m’ont donné en retour beaucoup de câlins et de high-fives, et de félicitations. “Foutrement raison !” les gens ont dit, me tapant sur le dos. “Nique les salauds de riches ! Nique le G20 !”

    http://juralib.noblogs.org/files/2012/08/026.jpg

    Certaines personnes étaient incertaines quant à la raison du sommet, et nous avons eu une longue conversation à sur le sujet. Nous avons tous ri, chialé, attendu, et se mit à rire un peu plus. Si c’étaient pour être les femmes dont je serais entourée, je me suis dit, peut-être la prison, ça sera pas si mal que ça.

    Mes premiers jours à l’intérieur ont été largement passé l’adaptation à l’environnement carcéral, et que le temps passait, mon nouveau réglage m’a rappelé de plus en plus des années que j’ai passées vivent dans la rue quand j’étais un adolescent.

    Dans la rue comme en prison, vous n’avez jamais une seule bonne nuit de sommeil ou un repas qui ressemble à de la vraie nourriture. Il y a toujours quelques personnes arrogantes qui pensent qu’ils dirigent tout parce qu’ils ont été là plus longtemps, et les gens en uniforme peuvent faire ce qu’ils veulent de vous en toute impunité. Dans les deux cas, votre statut en tant qu’être humain est révoqué. L’humanité est un privilège accordé à ceux qui aident à perpétuer le capitalisme, et une fois que vous cessez de faire ça, vous êtes un fardeau. Vous êtes attendus à exprimer votre gratitude pour le système qui vous met dans des ghettos, vous jette des restes de table et une couverture mince.

    La premier rang où j’ai été envoyé était réputé pour être le moins accueillant. Nous étions enfermées dans nos cellules pour la plupart de la journée. Chacune des cellules avait un lit, alors que le volume élevé de prisonniers signifie que deux personnes généralement partagent une cellule. Les seules fenêtres étaient de minces lamelles de verre dépoli trop opaques pour voir à travers, et nous avons été autorisés à sortir dehors seulement une fois par semaine. “En dehors”, c’était une petite enceinte fortifiée en béton avec comme plafond une grille en métal. À travers une petite fente sous la porte en acier lourd, je pouvais voir l’herbe. Ça m’a déprimé de regardez ça. J’ai essayé de pas regarder.

    C’était le rang où les gens avaient été envoyés à titre de punition, pour s’être battu, avoir eu une prise de bec avec des gardes, s’être fait prendre à faire de la contrebande ou plus généralement pour pas se conformer à la réglementation pénitentiaire. Si vous étiez « bon » vous étiez qualifiés pour le transfert à une unité à sécurité moyenne, où on pouvait aller à une cour d’exercice extérieure réelle, demandez à votre propre cellule, et de voir les visiteurs sans un volet d’épaisseur de plexiglas vous séparent.

    Un grand nombre des femmes en sécurité maximale avaient été dans le même rang durant plus d’un an. J’ai rencontré une femme qui était là depuis presque deux ans, elle s’était jamais mal conduit, mais il y avait une note dans son dossier indiquant qu’elle aurait à purger sa peine entière à sécurité maximum. Elle venait d’une famille mafieuse, m’a-t-elle expliqué. Sa mise en unité à sécurité moyenne aurait été une invitation ouverte à n’importe lequel de ses amis plus élevés dans la hiérarchie à la libérer.

    Après avoir visité le bureau de traitement, j’ai été informée par une note similaire dans mon dossier. “Apparemment, je suis une terroriste”. J’ai haussé les épaules quand les gens ont demandé pourquoi je n’avais pas encore été transférée.

    Je vais pas dire que je m’entendis instantanément bien avec tout le monde dans mon rang, ou que j’étais la prisonnière la plus populaire. Je n’ai pas porté attention aux hiérarchies qui existaient entre les autres prisonniers, et certaines personnes ont eu un problème avec ça. Je voulais pas participer quand les autres ridiculisaient ou se sont ligués contre les femmes les moins populaires. C’était un total ordre hiérarchique, et cela m’a trop rappelé la cour d’école.

    Je suis devenu amie proche avec une dénommée Rachel [Tous les noms ont été changés pour protéger les identités de celles qui sont mentionnées.] que j’ai rencontré dans la zone commune pendant le petit déjeuner, par une rare journée où on passait pas 24 heures en cellule. Elle était gravement malade de son arrêt de médication, parce que l’infirmière n’avait pas rempli sa prescription de méthadone. Apparemment, sa compagne de cellule était une vraie connasse, alors nous l’avons glissé dans ma cellule aussitôt que le signal d’ouverture des portes retentit. La première garde à venir faire sa tournée nous a hurlé après, mais nous lui avons assuré que le personnel avait transféré Rachel mais oublié de faire la paperasse. Je pense pas que le gardien nous croyait, mais elle sembla pas s’en soucier assez pour faire quelque chose.

    Lorsque Rachel n’était pas trop malade pour jaser, nous avons passé de longues heures de notre isolation à jouer aux cartes, en chantant des versions discordantes de succès de R & B, laver nos uniformes sales dans l’évier et parler de la vie en général. Elle a vécu près de Niagara avec son partenaire, leur fils de quatre ans, et leur fille nouvelle-née. Elle a lutté contre la toxicomanie, mais toujours réussi à garder sa vie en un morceau et d’être là pour ses enfants. Son père avait passé la plupart de sa vie en va-et-vient avec la prison, et sa mère était tout le temps saoule. Elle avait passé ses premières années d’adolescence à travailler comme prostituée, et durant son enquête sur le cautionnement le procureur de la Couronne a utilisé ça comme argument pour prétendre qu’elle n’était pas apte à réintégrer la société. Il semble que lorsque des filles de 13 ans font la rue, c’est parce qu’elles posséderaient un défaut moral, et non parce que la vie leur a donné aucun autre choix.

    Nos cellules donnaient sur l’espace commun, une salle en béton de forme ovale. Il contenait cinq tables boulonnées au plancher, quatre douches à une extrémité, une étagère avec quelques mauvais romans de poche, et trois téléphones, dont deux seulement fonctionnaient. Quand on me donnait accès à l’espace commun, j’allais directement faire la queue pour les téléphones. Certaines femmes n’avaient pas à appeler tout le monde ou bien avaient des parents hors du pays ; les téléphones transmettaient les appels à frais virés qu’en Amérique du Nord. D’autres femmes s’emparaient des récepteurs téléphoniques avec des mains blanches, essayant d’expliquer à leurs jeunes enfants pourquoi maman revenait pas à la maison. Rachel a dit qu’elle avait dit à son partenaire de pas amener les enfants en venant lui rendre visite. « Ils sont tout simplement trop jeunes. Ils se sentiraient déroutés par les vitres de plexiglas dans les cubicules de visiteurs. D’être capable de voir leur mère, mais de pas pouvoir tendre la main et la toucher. »

    J’ai pensé à un article que j’avais lu une fois sur les labos d’expérimentation animale. Une méthode des techniciens de laboratoire utilisés pour créer des symptômes de stress et de dépression chez les mammifères nouveau-nés consiste à les retirer de leur mère, puis de placer la mère en isolement. Je levai les yeux sur les tubes fluorescents à travers leurs cages grillagées incassables. Bientôt, l’infirmière vînt et les gens firent la queue pour recevoir leurs doses quotidiennes de sédatifs et anti-psychotiques, une mesure de précaution, prescrite pour pratiquement tout le monde, comme de couper les becs de poulets dans l’usine d’élevage pour les empêcher de se picorer à mort à cause du stress de la captivité et de l’isolement.

    Mon point de vue affermi sur le système pénitentiaire : les prisons sont par grand chose de plus que des entrepôts servant à concentrer les pauvres. Plutôt que d’être peuplé par les personnes pouvant causer le plus de dommages à la société, ils sont entassés avec celles qui sont les plus endommagées par la société. Plutôt que d’être des centres « correctionnels », ils sont une méthode pour débarrasser les rues de ceux qui sont le rappel vivant de la crise de la pauvreté, alors que le fossé des revenus élargit, un avenir qui réserve beaucoup plus de dureté pour les années à venir si rien de change. Les prisons sont un moyen de balayer des gens sous le tapis. C’est un moyen de faire semblant que tout va bien.

    Très peu de femmes dans mon rang ont été emprisonnées pour un crime violent, et la plupart de celles qui ont eu des charges de violence ça a été pour se défendre contre des partenaires violents ou agresseurs. La plupart des agresseurs de ces femmes avaient s’éloigna sans frais, sans errer dans les rues à leur guise.

    La petite portion de femmes faisant face à des accusations de violence qui n’était pas de l’auto-défense ont souvent été les victimes de traumatismes du passé, une histoire rarement pris en considération par les tribunaux qui les a condamnés. Tout comme dans la communauté des sans-abris, une grande partie des femmes avec qui j’ai parlé étaient des survivantes de l’attaque continuelle de l’abus perpétrés contre les femmes pauvres et marginalisées de notre société, en particulier les femmes de couleur. Beaucoup avaient été arrêtées pour pas détenir leur pleine citoyenneté, tandis que d’autres avaient des processus de demande de statut de réfugié. Un nombre anormalement élevé ont également vécu avec des (in)capacités comme le syndrome d’alcoolisation fœtale, le syndrome fœtal stupéfiants, la schizophrénie, et le TDA/H.

    Ce sont les femmes qui ont continuellement rebondi entre des foyers d’accueil abusifs et les installations de détention pour jeunes, se libérant à 16 ans de la tutelle de la Société d’aide à l’enfance pour devenir des pupilles de l’État, qui sont criminalisées pour avoir fait ce qu’il fallait pour survivre le champ de mines de la pauvreté.

    Comme les jours se transformèrent en semaines, j’ai commencé à effacer de mon esprit l’espoir d’être libérée. Les problèmes de santé que j’ai vécu au cours des dernières années sont devenus de plus en plus sévères, et je commençais à trouver ça difficile de me tenir debout ou de marcher un peu sans perdre connaissance. Mes côtes ont coincé. Mon estomac devint concave. J’ai fait une dépression.

    Était-ce le stress, la malbouffe, ou un manque général d’air frais et d’exercice qui m’a mis en mauvaise santé ? Probablement une combinaison de toutes ces choses. Sans même m’avoir examiné, le médecin m’a mis sur une diète liquide, ce qui en prison se compose essentiellement de cristaux de jus, d’eau et de la soupe en poudre bourrée d’agents de produits chimiques. Quand j’ai finalement été envoyée à la salle d’examen, on m’a dit que rien avait l’air d’aller mal avec moi, indépendamment du fait que j’avais perdu près de 20 livres, me sentait fatiguée en permanence, et étais dans la douleur et l’inconfort grave.

    J’en ai parlé à mon partenaire sur le téléphone, mais sa voix sonnait lointaine et craquante à travers le récepteur. Il est venu me rendre visite, et nous avons pressé nos mains pour les plexiglas pouce d’épaisseur entre nous. C’était presque plus dur que de juste pas le voir. Ma mère me semblait stressée à chaque fois que je l’ai appelée, et je pouvais entendre mon chien hurlant dans l’arrière-plan, au son de ma voix à travers le récepteur.

    J’avais besoin de parler à quelqu’un, mais la perspective d’être nourrie de force avec de la Thorazine me dissuada d’aller voir le psychiatre. Je suis donc allée à l’aumônier de la prison, par pure nouveauté. C’était un homme à la mâchoire carrée dans un costume gris, avec les airs de télévangéliste. Il m’a dit que j’étais en prison parce que j’avais péché, et que je devais me repentir pour ces péchés. J’étais dans cette situation parce que le Diable m’avait égaré.

    “Mais Jésus était un prisonnier politique !” Je lui ai dit. “Le diable m’a pas dit de faire quelque quoi que ce soit ; Je suis une prisonnière politique comme Jésus !” Il pensait que j’étais fou.

    J’ai été libérée après environ un mois sur les conditions d’assignation à résidence stricte et non-association avec certains de mes amis les plus proches. Tout ce que je sentais était de l’engourdissement. Je suis entrée dans le parking avec ma famille et mon partenaire, plissant les yeux sous le soleil. Nous sommes rentrés à la maison où je vivais comme une enfant et j’ai dormi pendant des jours. Au début, je me sentais bien. Je pouvais quitter la maison si j’étais avec mes parents, pour aller promener dans les derniers moments de la saison chaude de l’été. Je buvais du café, lisait beaucoup. Des gens que je n’avais jamais rencontré m’ont envoyé des autocollants, des zines et de belles lettres dans le courrier.

    Deux mois plus tard j’ai commencé à avoir des crises de panique, fait de l’insomnie et des dépressions nerveuses sur une base presque quotidienne. Quand j’arrivais à avoir le sommeil, je faisais des cauchemars terribles. Il semblait que tous les cas passés de traumatisme et de violence que j’avais vu ou vécu avait été regroupés dans un lourd tas de matière toxique, qui rendait lentement mes entrailles noires et pourries. Je me sentais comme le monde était tout simplement trop laid pour vivre dedans. je suffoquais sous le poids des coupes à blanc de forêts et des oiseaux de rivage pataugeant noyés dans le pétrole. Quand je fermais les yeux, tout ce que je pouvais voir, c’était la torture et la guerre, les sécheresses et déversements de produits chimiques, le napalm.

    Tout ce que je voulais, c’était d’aller au-delà des expériences négatives que j’avais eu et œuvrer pour reconstruire ma vie. Mais j’ai réalisé que la douleur que je ressentais essayait de me dire quelque chose : que je serais pas capable d’oublier et de passer à autre chose, comme si rien s’était passé. D’une certaine façon, je pense que le dégoût et la douleur que nous ressentons lorsque nous voyons ou vivons quelque chose de terrible peut être le plus grand catalyseur pour créer un changement positif. Lorsque nous faisons l’expérience à prime abord de quelque chose, nous sommes mieux équipés pour la comprendre — et c’est de cette compréhension qu’on peut éduquer les autres et apporter un soutien réel à ceux qui en font également l’expérience. Nous pouvons en voir les défauts et ses points faibles, et nous pouvons utiliser ces connaissances pour le critiquer, discréditer, et éventuellement le détruire.

    Bien que je l’ai jamais entendu dire moi-même, d’autres gens m’ont dit qu’ils avaient entendu pas mal de jeunes dire qu’ils n’allaient jamais retourner à une autre manif après leurs expériences au centre de détention. Je me sentais non seulement déçue que tout ce monde n’ait pas pu voir les façons de récupérer ces expériences et les utiliser comme une motivation supplémentaire, mais profondément perturbée par cette perspective. Ce que nous avons traversé durant les arrestations massives du G20 n’était qu’une petite fenêtre sur les expériences quotidiennes de minorités innombrables dans ce pays qui souffrent de la brutalité et du profilage de la police et des préjugés au sein du système juridique sur une base horriblement régulière. J’ai beau essayer, mais je n’arrive pas à comprendre la notion que des gens puisse suggérer être des alliés d’un groupe marginalisé quelconque, puis abandonnent et se détournent aussitôt qu’ils sont confrontés à un microcosme infime de ce à quoi ce groupe fait face à chaque jour.

    Mon expérience en prison et les femmes avec qui je l’ai partagé m’ont rappelé les raisons pourquoi je suis devenu politiquement active en premier lieu. Ils m’ont rappelé le chagrin, le désespoir, le chagrin, le traumatisme, les réalités invivables de la pauvreté qui m’ont à l’origine incité à reconstruire ma vie et me consacrer à aider les autres plutôt que d’accepter les conditions dans lesquelles je vivais. Être en prison m’a remis au cœur de mon politique. Au fond des choses, nous étions toutes à l’intérieur de cette prison pour exactement la même raison. Nous étions dangereuses seulement dans le sens que notre existence discréditait le statut du Canada comme un lieu de liberté et d’égalité. Nous étions un rappel flagrant que ce pays n’offre pas l’égalité de statut et d’opportunité pour tout le monde.

    Certains prisonniers politiques ont été arrêtés pour avoir organisé des manifestations publiques qui dénoncent la pauvreté, alors que certains sont arrêtés pour vivre dans la pauvreté. Certains protestent activement contre les inégalités sociales, tandis que d’autres se tournent vers la drogue ou l’alcool parce qu’ils peuvent plus supporter le poids de cette inégalité. Certains choisissent d’attirer l’attention du public sur l’injustice par leurs paroles et leurs actions, alors que d’autres sont balayés des rues parce que leur présence-même est une expression publique de cette injustice. Il est maintenant temps que tout le monde dans notre milieu réfléchisse à ce que ça signifie vraiment, que chaque prisonnier est un prisonnier politique. La prochaine fois que nous sommes choqués et indignés par une expérience d’être ciblés, harcelés, ou autrement maltraités par le flicage ou par la société plus large, nous devrions s’arrêter un peu pour reconnaître à quel point nous devons du respect envers les gens, tout autour de nous, qui font face à beaucoup plus, à chaque jour de leur vie. Chaque prisonnier est un prisonnier politique.

    Kelly Pflug-Back

    Traduit de l’anglais (Every Prisoner is a Political Prisoner ) et reçu le 28 août 2012

    Pour écrire à Kelly :

    Kelly Pflug-Back
    Vanier Centre for Women
    P.O. Box 1040
    655 Martin Street
    Milton, Ontario
    L9T 5E6 Canada
     
Chargement...