Chargement...

Syndicalisme et/ou écologisme?

Discussion dans 'Activisme, théories et révolution sociale' créé par ninaa, 12 Août 2022.

  1. ninaa
    Offline

    ninaaMembre du forum Membre actif

    10 872
    1 840
    493
    Fev 2014
    France
  2. anarchiste, anarcho-féministe, individualiste
    A propos de cet article découvert ce matin grâce à la lettre d'info libertaire):

    Industrie : Mieux vaut saboter avec les concerné·es
    Juillet 20, 2022 – Par Union Communiste Libertaire (UCL)

    Au printemps, plusieurs usines de microélectronique en Isère ont été la cible de sabotages visant à impacter cette production très consommatrice d’eau et d’électricité. L’action, organisée sans les travailleuses et travailleurs d’usines pourtant classées Seveso, a causé des dommages collatéraux et aurait pu engendrer de graves pollutions.

    Début avril, un sabotage important a eu lieu dans le Grésivaudan, une vallée proche de Grenoble qui concentre une grande partie de la production française de semiconducteurs dans les usines de Soitec et de STMicroelectronics, des établissements hautement stratégiques dans un contexte de pénurie de composants.

    Les tags laissés sur les lieux d’un des incendies sont explicites sur la cible et la raison du sabotage. L’objectif était d’impacter une production qui consomme énormément d’eau et d’électricité en incendiant les transformateurs et les câbles haute tension. Si nous n’avons aucun souci moral avec la radicalité de l’action, il faut questionner la tactique employée pour dénoncer l’impact écologique de l’industrie microélectronique.

    Ces incendies ont coupé la production des deux sites industriels comme le souhaitaient les saboteurs mais ils ont également endommagé un pont important pour la circulation des habitants de la vallée, détruit des équipements médicaux privés d’électricité et ils auraient pu, lors de la coupure, avoir des conséquences dramatiques en cas d’accident dans ces usines classées Seveso donc à risque.

    Au-delà de ces risques, la CGT Soitec et STM ont exprimé leur opposition aux incendies et leur rejet de ces actions dangereuses tout en reconnaissant la nécessité vitale de débattre de l’impact de leurs industries.

    L’urgence écologique pousse à des actions radicales contre une société qui court à sa perte, mais l’avant-gardisme et l’aventurisme ne permettront pas de construire les organisations de masse nécessaires pour abattre le capitalisme  : en effet ces actions organisées par des personnes extérieures sont massivement rejetées par les travailleurs et travailleuses concernées qui, voyant leur industrie attaquée et la mise en danger causée par les sabotages risquent alors d’être solidaires avec leur direction.

    Ne jamais mettre en danger le voisinage
    Le sabotage est un outil utile dans la lutte écologiste anticapitaliste mais il doit être manié par les travailleurs et les travailleuses pour être pertinent, efficace et sans danger. Le personnel des IEG (industries électriques et gazières) est le seul à pouvoir opérer des coupures de courant sans risque, les raffineurs doivent être inclus dans la lutte essentielle contre les gaz à effet de serre, les salarié·es de la microélectronique peuvent mener le débat sur leur industrie.

    Pour cela l’organisation syndicale est primordiale, c’est elle qui est en mesure de reprendre la gestion de la production et donc des enjeux écologiques qui l’accompagnent. Les syndicats doivent le prendre en compte et c’est heureusement l’angle adopté par la CGT de STM et de Soitec dans leurs communiqués et leur article dans le journal Options de l’Union générale des ingénieurs cadres et techniciens (Ugict). Ils y rappellent l’engagement de leur syndicat dans «Plus jamais ça» avec des ONG pour mieux prendre en compte les impératifs écologiques, longtemps marginalisés dans les organisations syndicales. Ils revendiquent également un contrôle citoyen sur leur industrie et la sortie de celle-ci des logiques productivistes capitalistes.

    C’est ainsi qu’en tant que militantes et militants révolutionnaires nous pourrons avoir un réel effet sur l’impact écologique des industries, essentielles ou non  : au sein de notre classe pour renforcer cette dynamique.

    Emile (UCL Grenoble)



    Source:Unioncommunistelibertaire.org
     
  3. ninaa
    Offline

    ninaaMembre du forum Membre actif

    10 872
    1 840
    493
    Fev 2014
    France
  4. anarchiste, anarcho-féministe, individualiste
    A propos de la méthode spécifique de sabotage employée (l'incendie): à proscrire de toute façon car trop dangereux et incontrôlable, que ce soit de la part des "travailleurs/ses" ou de militants extérieurs.

    Sinon je ne pense pas que les "travailleurs/ses" soient plus "concernés" par la question écologiste que le reste du monde. Sauf exceptions (dont je n'ai jamais entendu parler mais ça existe peut-être?) écologisme et syndicalisme seraient plutôt antagonistes, pour des raisons évidentes. Bien sûr on peut comprendre que des gens aient pour priorité de préserver leur gagne-pain. Mais justement, il faut être de l'extérieur pour avoir un point de vue radical à propos de la production/consommation/pollution.

    L'article en question:

    Écologie : futur syndical imposé - Options

    Les "six propositions" de la CGT:

    Communiqué | CGT SOITEC

    Là encore on ne voit pas en quoi la lutte contre la pollution générée par ces usines devraient être le pré carré des seuls "travailleurs/ses": il n'y a aucune grève ni autre action syndicale impliquée, ce ne sont que des voeux pieux (d'ailleurs le tract précise que la solution devrait passer par des "citoyens":

    Sur les autres sites de la CGT STmicroelectronics et STEricsson Grenoble on ne trouve pas trace de ces préoccupations écologistes: les seules grèves concernent des revendications salariales ou de conditions de travail. Un tract évoque bien les problèmes de pollution, en mode "on est bien conscients que ça pollue mais bon nos emplois avant tout". Le motif de lutte est le refus de délocalisation:

    https://cgt-st.org/IMG/pdf/tt-gre-grand-public-janvier13version3.pdf

    Pas vraiment trace non plus de préoccupation écologiste sur le site officiel de la CGT SOITEC:

    Actualités | CGT SOITEC

    La dernière lutte (20 juin 2022) avait pour motif les conditions de travail et les salaires. Pas un mot sur la pollution.
    Et sur le seul plan "lutte des classes", que penser de ce passage:

    Sur cet autre article récent la CGT revendique l'accès des salariés à l'actionnariat de l'entreprise:


    La mascarade autour des actions continue... | CGT SOITEC

    [​IMG]
    [​IMG]
     
  5. Anarchie 13
    En ligne

    Anarchie 13  Comité auto-gestion Membre actif

    8 098
    612
    143
    Jan 2009
    France
  6. libertaire, anarchiste, marxiste, individualiste, révolutionnaire, anti-fasciste
    Je suis d'accord.

    Juste je pense qu'en effet les travailleurs (en tant que classe, si on considère que d'un côté les travailleurs et de l'autre les bourgeois) sont plus concernés par l'écologie, du point de vue des valeurs déjà parce que les bourgeois prônent l'individualisme et la course au profit alors qu'on attend des travailleurs un esprit davantage collectiviste (ce qui ne veut pas dire qu'ils l'ont automatiquement comme tu le remarques).
    Et d'un point de vue purement "matériel" les bourgeois ont des clim, des piscines, peuvent déménager et notamment des zones à risque (d'inondation, de cyclones, que sais-je), ils peuvent s'acheter des produits de qualité moins affectés par la pollution, sans pesticides, etc... Mais pour le moment je conviens que ça reste assez abstrait pour une bonne partie des travailleurs.
     
  7. ninaa
    Offline

    ninaaMembre du forum Membre actif

    10 872
    1 840
    493
    Fev 2014
    France
  8. anarchiste, anarcho-féministe, individualiste
    Tu as raison sur ce point, les pauvres ont une meilleure "empreinte écologique"! Cela dit même s'il existe des travailleurs SDF les précaires polluent encore moins.

    Sinon je ne crois pas que les exploités sont forcément plus solidaires que les bourgeois, je pense que c'est avant tout une question de mentalité personnelle (les travailleurs étant aussi des individus, ni plus ni moins que les bourgeois).

    A la décharge des exploités, c'est normal qu'on soit prêts à abandonner toute morale quand sa survie financière est en jeu. Par exemple dans le cas Metaleurop les ouvriers ont observé une omerta totale pendant des décennies, alors que leurs enfants et eux mêmes étaient gravement malades. Parce que s'ils dénonçaient la pollution ils perdaient leur emploi (quasi le seul dans la région) mais aussi leur maison devenue invendable.
     
  9. Anarchie 13
    En ligne

    Anarchie 13  Comité auto-gestion Membre actif

    8 098
    612
    143
    Jan 2009
    France
  10. libertaire, anarchiste, marxiste, individualiste, révolutionnaire, anti-fasciste
    Je suis d'accord qu'il n'y a rien de mécanique. Ceci dit d'où vient la mentalité personnelle ? Elle est façonnée par le vécu lui même largement déterminé par la classe sociale de laquelle on fait partie. Donc ça n'est pas automatique, ok, mais ça n'est pas indépendant non plus.

    Sinon, plus que de l'empreinte écologique, je parlais de l'exposition aux effets néfastes. Des bourgeois peuvent s'accommoder d'un réchauffement climatique parce qu'ils ont leur clim et piscine, ils peuvent prôner une "lutte" par la consommation parce qu'ils ont les moyens d'acheter autre chose que les produits gras, salés, plein de pesticides, pas éthique etc...

    Après, et ça fait le lien avec le paragraphe d'au-dessus, en France même une bonne partie des prolétaires ont des conditions de vie relativement confortables et se sont fait bouffer le cerveau par la propagande bourgeoise (aussi parce que le mouvement ouvrier s'est effondré et que ce qu'il en reste investi très peu le terrain "culturel", des valeurs et préfère faire du parasyndical focalisé sur le revenu et les dépenses). Bref, tous les prolos n'ont pas une piscine (mais ça ne parait pas inacessible et reste un rêve pour beaucoup le pavillon / piscine) mais la plupart des foyers ont une voiture individuelle (avec clim) et je pense que beaucoup y sont attachés.
     
  11. Anarchie 13
    En ligne

    Anarchie 13  Comité auto-gestion Membre actif

    8 098
    612
    143
    Jan 2009
    France
  12. libertaire, anarchiste, marxiste, individualiste, révolutionnaire, anti-fasciste
    Je suis d'accord qu'il n'y a rien de mécanique. Ceci dit d'où vient la mentalité personnelle ? Elle est façonnée par le vécu lui même largement déterminé par la classe sociale de laquelle on fait partie. Donc ça n'est pas automatique, ok, mais ça n'est pas indépendant non plus.

    Sinon, plus que de l'empreinte écologique, je parlais de l'exposition aux effets néfastes. Des bourgeois peuvent s'accommoder d'un réchauffement climatique parce qu'ils ont leur clim et piscine, ils peuvent prôner une "lutte" par la consommation parce qu'ils ont les moyens d'acheter autre chose que les produits gras, salés, plein de pesticides, pas éthique etc...

    Après, et ça fait le lien avec le paragraphe d'au-dessus, en France même une bonne partie des prolétaires ont des conditions de vie relativement confortables et se sont fait bouffer le cerveau par la propagande bourgeoise (aussi parce que le mouvement ouvrier s'est effondré et que ce qu'il en reste investi très peu le terrain "culturel", des valeurs et préfère faire du parasyndical focalisé sur le revenu et les dépenses). Bref, tous les prolos n'ont pas une piscine (mais ça ne parait pas inacessible et reste un rêve pour beaucoup le pavillon / piscine) mais la plupart des foyers ont une voiture individuelle (avec clim) et je pense que beaucoup y sont attachés.
     
  13. Yosef
    Offline

    YosefNouveau membre

    3
    0
    0
    Juil 2022
    Homme
    "Après, et ça fait le lien avec le paragraphe d'au-dessus, en France même une bonne partie des prolétaires ont des conditions de vie relativement confortables et se sont fait bouffer le cerveau par la propagande bourgeoise (aussi parce que le mouvement ouvrier s'est effondré et que ce qu'il en reste investi très peu le terrain "culturel", des valeurs et préfère faire du parasyndical focalisé sur le revenu et les dépenses). Bref, tous les prolos n'ont pas une piscine (mais ça ne parait pas inacessible et reste un rêve pour beaucoup le pavillon / piscine) mais la plupart des foyers ont une voiture individuelle (avec clim) et je pense que beaucoup y sont attachés."

    Je confirme, quand je vois mes camarades de classe qui pour certains pourraient être considéré comme prolétaire, ils suivent totalement la mentalité des fils de bourgeois de mon lycée, au point que ce ci sont devenu un model. Le mouvement ouvrier a totalement perdus la lutte culturel, que ce soit sur le fait qu'il y a une lutte des classe et de ce qu'il faut faire à ce niveau ou encore de l'écologie. Enfin après je vis en Alsace, où c'est super bourgeois, donc peut être que mon exemple est pas bon, je sais pas. Mais en tout ca la propagande bourgeoise est en effet super implanté chez pas mal de jeunes.

    Et y a beau tenter de leur parler, de leur faire prendre conscience de ce qui va pas, les solutions qu'il y a, le maximum que t'arrive à avoir ces des gens qui se disent que ca sert plus à rien d'agir car il est trop tard...
    'fin bref, si vous savez comment réussir à faire changer d'avis des jeunes climatosceptiques dites le moi :'(
     
  14. HarryKill
    Offline

    HarryKillMembre du forum Membre actif

    376
    9
    5
    Oct 2012
    France
    Bien sûr, on ne peut je pense, que partager cet avis ! La classe dominante bourgeoise est devenue le modèle à atteindre comme synonyme de réussite, en même temps comment pourrait il en être autrement ? Les gens sont agglutinés à suivre tout un tas d'émissions débiles qui vantent ce modèle bourgeois, l'info elle même n'est établie que du seul point de vue de cette classe à 90% (selon un baromètre rendu par l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (Arcom)).
    [​IMG]
    [​IMG]
    Le peu de fois où l'on interviewe des prolos ou des gens issus de la classe populaire, on s'arrange à les tourner en dérision de par leur façon de s'exprimer ou de répondre à des sujets complexes.
    Je pense également que cela a contribué au désintérêt de la place qu'occupe chacun dans la société du point de vue des classes. Le capitalisme est porté à son paroxysme par l'exercice des politiques néo-libérales et à côté de ça j'ai le sentiment que les gens n'ont jamais autant fait preuve de feignantise intellectuelle, tant sur l'actualité que sur l'histoire du mouvement ouvrier.
    Il est également clair que l'esprit de la majorité des travailleurs n'est plus celui qui était partagé au siècle dernier, les syndicats sont devenus des appareils de contrôle en vue du réformisme par les partis et d'une prévention des débordements de la classe qu'elle est censée représenter .

    Sur le plan écologique je laisse cette interview de Mickaël Correia que j'ai trouvé intéressante:

    “Il y a des crimes climatiques, donc il y a des criminels”- Entretien avec Mickaël Correia
     
  15. Yosef
    Offline

    YosefNouveau membre

    3
    0
    0
    Juil 2022
    Homme
    l'interview est super intéressante, elle ouvre une nouvelle perspective où y reste bien plus d'espoir que le discours actuel
    plutôt défaitiste et culpabilisant pour les classes les plus pauvres. :thumbsup2::anarchy: Et je suis totalement d'accord avec le fait que toutes les luttes sociales et écologique se rejoignent et doivent être mener conjointement car chacune d'elle contribuent à faire avancer les autres.

    Par contre sur les document d'archives prouvant que total à réussis a contrer une mesure européenne sur la taxe carbone, je veux bien savoir si l'un de vous à une idée de ou trouver ces document, ca à l'air intéressant.
     
  16. ninaa
    Offline

    ninaaMembre du forum Membre actif

    10 872
    1 840
    493
    Fev 2014
    France
  17. anarchiste, anarcho-féministe, individualiste
    En principe tu as raison, ce serait l'idéal, sauf que dans les faits, comme je l'ai dit plus haut c'est compliqué pour des raisons purement pratiques. En général, les employés d'une entreprise polluantes tiennent avant tout à conserver leur emploi, ce qui est humainement tout à fait compréhensible.

    Je viens d'en voir un autre exemple sur Info libertaire. L'article est très intéressant et pertinent du point de vue des luttes sociales. En revanche la question de ce que produisent les ouvriers est totalement absente.

    Actualité de l'Anarchosyndicalisme МЕТОДЫ БОРЬБЫ (АНАРХОСИНДИКАЛИСТСКАЯ ТАКТИКА)

    Pourtant cette image en particulier m'a interpellée, j'ai donc fait une petite recherche à propos de cette entreprise.

    [​IMG]

    Extrait de l'article de la CNT AIT:

    Avec l'entreprise Mécachrome on est loin de contribuer à un monde "sans violence et sans armes":

    Défense

    Dans le récit de cette lutte il n'est jamais non plus fait mention de ce genre d'activité:

    [​IMG]

    CEA - Laser Mégajoule - Accueil

    Question pollution, des anarchistes un minimum concernés par l'écologie pourraient s'interroger sur la pertinence de produire des voitures de course, par exemple, ou des "pièces critiques pour le nucléaire":

    [​IMG]

    Ok les anarchistes prônent l'autogestion et l'autonomie des luttes, mais devrait-on "autogérer" toutes les saloperies générées par le capitalisme?
     
Chargement...
Discussions similaires
  1. Réponses:
    8
  2. Réponses:
    0
  3. Réponses:
    0
  4. Réponses:
    0
  5. Réponses:
    0
  6. Réponses:
    69
  7. Réponses:
    1
  8. Réponses:
    2

Les membres qui ont lu cette discussion dans le dernier mois (Total: 8)

  1. ninaa
  2. Anarchie 13
  3. Yosef
  4. Mafalda
  5. Hortense
  6. HarryKill
  7. Diego_CA
  8. depassage