Chargement...

supermarché où l'on ne paye

Discussion dans 'Activisme, théories et révolution sociale' créé par raaph, 3 Avril 2018.

  1. raaph
    Offline

    raaphMembre du forum Membre actif

    352
    49
    2
    Juil 2016
    Homme
    France
  2. libertaire, anarchiste, anti-fasciste, anti-autoritaire
  3. Barbe_Noire ou l'un de ses multi-comptes
    Offline

    Barbe_Noire ou l'un de ses multi-comptesPirate & corsaire Expulsé par vote

    1 016
    108
    0
    Août 2016
    Que je ne donne - malheureusement - pas cher à cette initiative.

    Déjà vu de ces stands où des anarchistes déclarées proposaient de troquer des vêtements, le bide.
    La nature humaine est telle que beaucoup (tous ?) se servaient sans rien déposer en échange où alors dans un rapport qualitatif plus que douteux.
     
  4. raaph
    Offline

    raaphMembre du forum Membre actif

    352
    49
    2
    Juil 2016
    Homme
    France
  5. libertaire, anarchiste, anti-fasciste, anti-autoritaire

    ouais mais la c'est a une echelle plus grande plus officielle et plus encadree donc y a moyen que ca marche bien :3
     
  6. Anarchie 13
    En ligne

    Anarchie 13Adolescent immature Comité auto-gestion Membre actif

    6 627
    314
    138
    Jan 2009
    France
  7. libertaire, anarchiste, chaos/Nihiliste, individualiste
    c'est quoi la "nature humaine" ?
     
  8. Barbe_Noire ou l'un de ses multi-comptes
    Offline

    Barbe_Noire ou l'un de ses multi-comptesPirate & corsaire Expulsé par vote

    1 016
    108
    0
    Août 2016
    Une tare génétique ? Un chromosome mal foutu ? Cette tendance de la majorité des hommes à n'agir qu'en égoïstes ?

    Ça c'est pour une réponse rapide ("simpliste" si tu veux) mais je n'ai pas le goût de pondre de pleines pages d'analyse ou de références (que je n'ai pas).

    Une autre réponse, tout aussi rapide, sur ce qu'est à mes yeux la nature humaine ? Un sujet de désespérance ou pour le moins une bonne raison de développer ma misanthropie.
     
  9. ninaa
    Offline

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    6 273
    954
    346
    Fev 2014
    France
  10. anarchiste, anarcho-féministe, communiste libertaire, individualiste
    Au centre social autogéré d'Ivry comme dans la plupart des squats il y a un magasin gratuit. J'y ai trouvé deux jolies paires de bottines neuves, plein d'habits très jolis, un sac, une couverture, un gros coussin... et j'y ai amené des habits devenus trop petits pour mes enfants.
    C'est une copine qui a eu l'idée de la "zone de gratuité" ci dessous. A l'époque c'était original mais apparemment l'idée s'est répandue. Tout ça est très sympa mais ça n'a rien de révolutionnaire évidemment...

    [B][/B]

    « Zone de gratuité », ou comment les objets deviennent « sans propriétaire fixe »
    par Agnès Rousseaux 2 octobre 2012

    upload_2018-4-3_21-44-40.jpeg


    Et si on changeait notre rapport à la propriété et à la consommation ? Un peu partout en France émergent des « zones de gratuité », des espaces où les rapports marchands sont abolis, de manière temporaire ou permanente. Ici les objets circulent et les gens se parlent, en réapprenant que l’échange ne passe pas forcément par l’argent. Petit reportage à Montreuil (Seine-Saint-Denis).

    « Tout est vraiment gratuit ? », questionne un enfant, incrédule. Dans cette rue de Montreuil (Seine-Saint-Denis), une centaine de personnes discutent, se promènent ou explorent des piles d’objets entassés sur une dizaine de tables. La rue de Villiers est déclarée « zone de gratuité » pour tout l’après-midi. Sur les tables : vêtements et chaussures, livres et DVD, vaisselle, ordinateurs ou chauffe-biberon... Ici, chacun amène ce qu’il veut et prend ce qu’il souhaite. Tout est en accès libre. Ce n’est pas une brocante ou un vide-grenier, mais un espace non-marchand temporaire.

    Ce projet est né il y a quelques années. « Lors d’un repas de quartier, nous avons lancé l’idée avec des copains, les voisins de la rue, explique Vito, l’un des organisateurs. Au début, certains n’y croyaient pas. Mais voilà, nous en sommes à la 4e édition. » « C’est une idée super simple à mettre en œuvre, décrit Samantha. Il suffit juste de demander à la Mairie que la rue soit fermée. » La différence avec un vide-grenier ? « Chacun peut déposer des objets à offrir ou proposer des services. Chacun peut prélever ce qui lui fait envie. L’idée, c’est de partager. L’idée, c’est de se rencontrer », proclament les affiches, placardées dans toute la rue.

    Un pied-de-nez à la société de consommation

    Andres est venu d’une rue voisine, avec sa famille. Ses filles n’ont rien trouvé d’intéressant. Lui a vidé une valise entière. Il souhaiterait que l’initiative ait lieu plus souvent. « On a amené beaucoup de choses. Ça part mieux qu’à un vide-grenier ! », sourit une autre participante. Plus facile de se débarrasser des objets qui n’ont plus d’utilité, pour leur offrir une deuxième vie. « Et comme c’est gratuit, on hésite moins à emporter des objets. » Sa fille semble toute contente du serre-tête rose qu’elle vient de dénicher.

    upload_2018-4-3_21-44-40.jpeg

    Tout l’après-midi, les tables se vident et se regarnissent. Les objets restants en fin de journée seront amenés dans les locaux voisins du Secours populaire. Des groupes de musique se succèdent sous des barnums prêtés par le comité des fêtes de la Maison de quartier. Un bar gratuit offre boissons, radis bio, pain et confiture – selon les arrivages. Les enfants se pressent à un atelier peinture, autour d’une construction en plastique ou de vélos recyclés.

    Donner et récupérer à la place d’acheter et jeter

    Ni troc, ni obligation de réciprocité, ni charité, la zone de gratuité est un moyen utile de réduire le volume de déchets et de recycler les objets. Une façon aussi de se réapproprier l’espace public, la rue, de créer un moment convivial, entre voisins et ouvert à tous. Un pied de nez à la société de consommation. Un espace soustrait aux rapports marchands, qui vient interroger chacun sur le don, l’argent, la propriété. « Les valeurs Acheter - Jeter sont remplacées par les joies du Donner - Récupérer », expliquaient les organisateurs lors de la première édition.

    Ces zones de gratuité essaiment un peu partout en France et dans le monde. Zones temporaires ou permanentes, sur un bout de trottoir, dans des locaux d’une association, dans une cage d’escalier ou par un caddie gratuit laissé au bord d’une route. Certaines fonctionnent sur le don définitif, d’autres invitent à faire circuler les objets, devenus SPF (Sans propriétaire fixe). Dans d’autres lieux, on imagine des « zones d’objets mutualisés et empruntables » (ZOME), où les objets peuvent être empruntés, ou achetés collectivement pour être ensuite utilisés par tous. Des lieux qui invitent à renverser notre rapport à la propriété et à la consommation. Tout en répondant à un besoin urgent et concret, par ces temps de crise. A Montreuil, ils sont aussi nombreux à venir profiter de ces produits qu’ils ne peuvent se permettre d’acheter. Au bout de la rue de Villiers, deux femmes arrivent en vélo. « C’est bien ici la zone de libre-échange ? » demande l’une d’elles. Une zone, en tout cas, qui bouscule nos imaginaires.

    Agnès Rousseaux

    @AgnesRousseaux sur twitter

    Quelques zones de gratuité en France :
    [​IMG] Un répertoire des zones de gratuité
    [​IMG] A Courçon (Poitou-Charentes)
    [​IMG] Dans le Royans (Rhône-Alpes)
    [​IMG] Dans le Morbihan
    [​IMG] A Brest
    [​IMG] A Rennes
    [​IMG] A Grenoble

    Voir le reportage vidéo réalisé sur la Zone de gratuité de Montreuil en 2009, par Les instants volés :



    Photos : Agnès Rousseaux

    upload_2018-4-3_21-44-40.jpeg
     
  11. IOH
    Offline

    IOHMembre du forum

    675
    109
    11
    Avr 2017
    Martinique
    cf GRATIFERIA .

    certain se plaignent de voir leurs affaires qu'ils ont donné ensuite revendu.
    c'est vrai que c'est un peu dommage mais critiquer cette manière de faire et crier au scandale ne peut que desservir le principe. donner c'est donner. si ceux qui prennent revendent ensuite c'est qu'ils ont besoin d'argent.
     
    Anarchie 13 apprécie ceci.
  12. ninaa
    Offline

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    6 273
    954
    346
    Fev 2014
    France
  13. anarchiste, anarcho-féministe, communiste libertaire, individualiste
    D'accord avec toi. Mais dans l'ensemble les zones de gratuité... ne reposent pas sur ce genre de rapports: dans les magasins gratuits des squats par exemple les gens déposent des trucs et ignorent ce qu'ils deviennent.
    Si ces rapports basés sur la gratuité démontrent que les gens peuvent être généreux sans contrepartie, il ne faut quand même pas oublier qu'on ne peut pas faire des bulles anticapitalistes dans un système capitaliste. La récup de légumes, le don d'objets, ne peuvent suffire à la survie ou même la vie correcte de tous les pauvres.

    A propos de bouffe gratuite, les Food not bombs:

    (France) Food not bomb

    Le principe est sympa et c'était aussi l'occasion pour les militants vegans de discuter végétalisme avec les "clients". Mais il semble que le réseau soit au point mort ces derniers temps, les liens fournis dans le topic ci dessus ne sont plus actifs depuis des années...

    Historique du mouvement food not bombs:
    De la Bouffe, pas des Bombes - Introduction
     
    Dernière édition: 4 Avril 2018
  14. raaph
    Offline

    raaphMembre du forum Membre actif

    352
    49
    2
    Juil 2016
    Homme
    France
  15. libertaire, anarchiste, anti-fasciste, anti-autoritaire
    Après c'est vrai que j'ai pas d'experience la dessus moi je crois pas qu'il y en ai a tours en tt cas si quelqu'un le sait ou connait un site ou je pourrais le savoir je veux bien^^
    Apres je dois bien avouer qu'au debut du moins moins mon reflexe serai de prendre un peu plus qu'apporter meme si j'apporterais mais bon ;p
     
  16. ninaa
    Offline

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    6 273
    954
    346
    Fev 2014
    France
  17. anarchiste, anarcho-féministe, communiste libertaire, individualiste
    Les magasins gratuits et les zones de gratuité qui existent déjà sont toujours plutôt bien fournis, preuve qu'au bout du compte il y a au moins autant d'offres que de demandes!
    C'est normal qu'un ado n'ait pas grand chose à proposer.
    Les adultes ont toujours des trucs qui les encombrent. Le plus fréquent ce sont les habits et objets de bébés, enfants. Quand mon premier est né je ne connaissais quasiment que des child free, résultat j'ai du payer tout plein pot et on avait pas trop d'argent, si seulement il y avait eu ce genre d'initiatives ça aurait débarrassé d'un côté et bien aidé de l'autre!

    En effet j'ai pas vu de zone de gratuité à Tours.
    Le site officiel de toutes les zones de gratuité en France:

    Donnez Prenez Zone de Gratuité

    Il existe divers sites Internet de dons (pas de troc mais bien de gratuité):
    Exemple:

    RECUPE - Donner au lieu de jeter - Site de Dons
     
    Dernière édition: 5 Avril 2018
  18. ninaa
    Offline

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    6 273
    954
    346
    Fev 2014
    France
  19. anarchiste, anarcho-féministe, communiste libertaire, individualiste

    Indymedia Nantes | Events | Show | [Nantes] Food Not Bombs de rentrée !


    [​IMG]
     
Chargement...