Chargement...
  1. Pour consulter le Webzine : https://www.libertaire.net/articles

Actualité militante Soutiens sans papiers -Calais.

Discussion dans 'Webzine - actualité des luttes et partage d'articles de presse' créé par ramoca, 23 Mai 2009.

  1. ramoca
    Offline

    ramoca"je suis ton père" :) Membre actif

    564
    0
    43
    Août 2007
    Des moyens disproportionnés, dont un hélicoptère, ont été mobilisés hier à Calais pour contenir une manifestation de l'association SOS soutien ô sans-papiers.


    Ses membres ont promis de revenir plus nombreux en juin.
    Les nombreux touristes anglais présents hier après-midi à Calais ont découvert une ville en état de siège. Peu avant 13 h, un premier escadron de gendarme mobile prend place autour de l'hôtel de ville où est prévu deux heures plus tard un rassemblement de l'association SOS soutien ô sans-papiers, celle-là même qui avait organisé la manifestation de migrants route de Gravelines le 23 avril dernier lors de la visite d'Éric Besson, ministre de l'Immigration, à Calais.
    Au même moment, un hélicoptère sillonne le ciel calaisien, pour repérer tout déplacement suspect. La surveillance aérienne se poursuivra jusqu'en début de soirée.


    À 14 h, le lieutenant Champé, le n°2 de la gendarmerie calaisienne, et le commissaire Jean-Philippe Madec, commissaire de la police, fourbissent leurs armes sur la place du Soldat Inconnu. Un gendarme explique : « On attend une cinquantaine de personnes en provenance de Lille, des jeunes essentiellement issues d'un groupuscule anarchiste qui ne viennent pas pour manifester mais pour casser. » Une heure plus tard, la montagne semble accoucher d'une souris. Vers 15 h en effet, une dizaine d'activistes, arrivant du quai de la Moselle, se présentent au niveau de la voie ferrée le long de la rue Paul-Bert. Mobile, le dispositif de sécurité empêche les manifestants de traverser les voies et de rejoindre l'Hôtel de ville. Une militante l'avoue, leur véritable cible était le centre de rétention de Coquelles mais leur opération a été éventée et ils ont dû renoncer.

    Direction « la jungle »
    À 16 h, tout ce petit monde se retrouve devant la mairie de Calais. Une assemblée générale est improvisée pour décider de la suite à donner au mouvement.
    Une majorité décide de rejoindre « la jungle » en manifestant. Un cordon de CRS se met en place au niveau du pont. Objectif : les en empêcher.
    La trentaine d'activistes décident alors de jouer au chat et à la souris avec les forces de l'ordre, toujours dans l'espoir de passer de l'autre côté du canal. Mais les CRS veillent et bloquent le moindre sentier d'accès. Dans un dernier baroud d'honneur, les manifestants accélèrent le pas pour tenter de devancer les policiers au niveau du rond-point de l'avenue Cousteau, à proximité du port. En vain. Les CRS sont les plus prompts. Les défenseurs des droits des sans-papiers n'ont alors plus qu'à rebrousser chemin, sans chercher l'affrontement avec les forces de l'ordre.
    De retour sur le parking de l'hôtel de ville sur les coups de 18 h, ils décident d'en rester là pour aujourd'hui mais promettent de revenir bien plus nombreux du 23 au 29 juin à l'occasion de l'installation du camp No Border. Tout ça pour ça.
    THIERRY SAINT-MAXIN

    http://www.nordeclair.fr/Actualite/2009/05/22/des-soutiens-aux-sans-papiers-jouent-au.shtml#
     
Chargement...
Discussions similaires
  1. Réponses:
    0
  2. Réponses:
    0
  3. Réponses:
    1
  4. Réponses:
    0
  5. Réponses:
    0
  6. Réponses:
    6
  7. Réponses:
    4
  8. Réponses:
    3