Chargement...
  1. Pour consulter le Webzine : https://www.libertaire.net/articles

Actualité militante révoltes au kazakhstan

Discussion dans 'Webzine - actualité des luttes et partage d'articles de presse' créé par zarkax, 17 Décembre 2011.

  1. zarkax
    Offline

    zarkaxGANGNAM STYLE Membre actif

    1 516
    2
    139
    Oct 2009
    France
    [Révolution mondiale] Le Kazakhstan entre dans la danse

    Posted on 16 décembre 2011 by juralib


    Heurts entre police et manifestants au Kazakhstan, dix morts

    Astana — Dix personnes ont été tuées au Kazakhstan vendredi lors d’affrontements entre des employés du secteur pétrolier qui avaient été licenciés et des policiers, a fait savoir le procureur général du pays.

    « D’après les premières informations, dix personnes ont été tuées dans ces graves troubles. Il y a eu également des blessés, dont des policiers », a expliqué Askhat Daoulbaëv au cours d’une conférence de presse.

    Les manifestants ont selon lui incendié le bâtiment de l’administration municipale de la ville de Janaozen, dans l’ouest du pays, ainsi que le siège de la compagnie pétrolière Uzenmunaigas, filiale du groupe KazMunaiGas.

    L’usine Uzenmunaigas a été touchée par une grève de trois mois cette année. Au total, 989 ouvriers ont été licenciés.

    « Les délinquants ont attaqué des policiers, renversé l’arbre du nouvel an, détruit des yourtes et une scène installée pour les fêtes, et incendié un car de police », a déclaré Daoulbaëv.

    « Les bâtiments de l’administration municipale, un hôtel et le siège d’Uzenmunaigas ont été incendiés. Des biens appartenant à des personnes et à des entreprises ont été détruits. Des voitures ont été brûlées et des distributeurs de billets pillés. »

    Les affrontements ont entaché les célébrations du 20e anniversaire de l’indépendance du Kazakhstan. Des commémorations éteint organisées dans l’ensemble du pays, et la télévision d’État, qui retransmettait les festivités dans la capitale Astana, n’a pas fait mention des violences.

    Les manifestants ont détruit les yourtes qui avaient été dressées autour d’une scène de concert. « Ils étaient scandalisés que la ville prépare une fête pour les habitants et ont jeté des pierres sur les passants », a déclaré Janna Oïchibaïeva, assistante du gouverneur de la province de Mangistau.

    Janozen est une ville de 90.000 habitants à environ 150 km de la mer Caspienne. Les manifestations violentes sont rares au Kazakhstan, première économie d’Asie centrale. Le président Noursoultan Nazarbaïev, âgé de 71 ans, dirige le pays depuis son indépendance et y a supervisé d’importants investissements étrangers, notamment dans le pétrole et le gaz naturel.

    Dans un communiqué, le groupe KazMunaiGas a souligné que ses installations pétrolières fonctionnaient normalement et que la sécurité avait été renforcée.

    Leur presse (Reuters, 16 décembre 2011)




    Bouleversements à Kazakhstan : 7 blessés

    Almaty — Au moins 3000 manifestants se sont réunis dans la ville de Janozen de Kazakhstan.



    Les manifestants s’expriment leur solidarité avec les pétroliers en grève, rapporte le Bureau d’Asie centrale de l’APA.

    Un policier a conduit la voiture directement sur les manifestants pour déclencher les bouleversements. Les manifestants ont renversé et immolé la voiture. Un abri à la place dressé dans le cadre de la préparation à la Journée de l’indépendance a été également mis en feu. 7 manifestants sont blessés en résultats des tirs des policiers, a appris l’APA, au Mouvement social et l’Organisation des ouvriers.

    Les manifestants se déroulent en pleine ampleur à Janozen.

    Selon la Mairie, les manifestants ont lancé des cocktails de Molotov contre les forces de l’ordre et 5 policiers ont été blessés. Le Parquet général a ouvert une enquête.

    Leur presse (Ramiz Machadihassanli, APA, 16 décembre 2011)




    Kazakhstan : au moins 10 morts dans des heurts entre grévistes et police

    Les célébrations du 20e anniversaire de l’indépendance du Kazakhstan endeuillées. Au moins dix personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées lors d’affrontements entre plusieurs milliers de grévistes du secteur pétrolier et les forces de l’ordre.





    Les faits se sont déroulés à Janaozen, dans l’ouest du pays. Le bureau du procureur général parle d’un groupe de « vandales » qui s’en est pris à des civils et a incendié plusieurs bâtiments, dont la mairie.

    Un syndicat indépendant affirme dans un communiqué que les manifestants sont des employés d’Ozemunaigaz qui réclament des hausses de salaires.

    En fin de journée les communications téléphoniques étaient coupées et des soldats du ministère de l’Intérieur déployés dans la ville, par ailleurs encerclée.

    Leur presse (Euronews, 16 décembre 2011)




    Kazakhstan: dix morts dans des heurts entre grévistes et policiers

    De violents heurts, apparemment entre grévistes et policiers, ont fait dix morts et des blessés vendredi dans la ville de Janaozen, dans l’ouest du Kazakhstan, a indiqué le parquet de cette république ex-soviétique d’Asie centrale, qui met en cause des vandales.

    Selon un bilan préliminaire, à la suite de heurts massifs à Janaozen, dix personnes sont mortes et plusieurs autres ont été blessées, dont des policiers, a déclaré le procureur général, Askhat Daoulbaïev, dans un communiqué.

    Il a précisé que la mairie de la ville, un hôtel et les bureaux de la compagnie pétrolière Ozemunaigaz avaient été incendiés au cours de ces incidents qui ont débuté en fin de matinée.

    Toutes les communications téléphoniques avec cette ville sur la rive orientale de la mer Caspienne sont coupées, selon un photographe de l’AFP au Kazakhstan.

    La chaîne de télévision indépendante en ligne K+ a indiqué que des témoins avaient vu des hélicoptères survoler la capitale régionale Aktau en direction de Janaozen, ville qui est désormais encerclée et où des soldats du ministère de l’Intérieur ont été déployés.

    Le syndicat indépendant ODAK a indiqué dans un communiqué que plus de 3.000 personnes — des grévistes réclamant des hausses de salaires et des habitants les soutenant — s’étaient rassemblées vendredi sur la place centrale de la ville où se déroulaient les festivités marquant le 20e anniversaire de l’indépendance du Kazakhstan.

    Selon plusieurs médias d’opposition, des manifestants employés chez Ozemunaigaz s’en sont pris à la tribune montée à l’occasion des festivités, après quoi les forces de l’ordre les ont chargés et ouvert le feu.

    Des informations diffusées par des ONG russes de défense des droits de l’homme et l’opposition kazakhe, qui ne donnent pas de sources, font pour leur part état de dizaines de morts.

    Le procureur général a, lui, dit qu’un groupe de vandales avait attaqué des civils et des policiers.

    Une vidéo diffusée par la chaîne K+ montre un extrait de ces incidents et des tirs d’armes automatiques y sont audibles.

    Quelques heures plus tôt, alors que les communications fonctionnaient encore, cette chaîne a pu joindre l’un des grévistes qui a raconté ce qu’il avait vu lors des violences.

    C’est vraiment des combats ici, y a 15 ou 20 personnes qui ont été touchées par balles, des balles réelles, il y a au moins deux ou trois morts, raconte, selon la traduction en russe de ses propos en kazakh, le gréviste Omirbek Issabaïev. La police et les forces anti-émeutes sont ici, ils tirent à l’arme automatique.

    Kazmunaigas, le géant kazakh des hydrocarbures dont Ozemunaigas est une filiale, a indiqué dans un communiqué que malgré l’incendie ayant frappé ses bureaux les structures de production fonctionnent normalement.

    Plusieurs grèves ont eu lieu ces derniers mois dans cette région qui regorge de pétrole, située sur la rive orientale de la mer Caspienne.

    Ces arrêts de travail ont provoqué des interruptions de la production de pétrole, ressource stratégique pour le Kazakhstan. Des ONG ont dénoncé la répression dont les grévistes auraient été victimes.

    Ce pays, dirigé depuis la période soviétique par le président Noursoultan Nazarbaïev, est considéré comme le plus stable de la région.

    Leur presse (Agence Faut Payer, 16 décembre 2011)




    Deaths in clashes in Kazakhstan

    10 people killed after striking oil workers and police clashed at a ceremony marking the country’s independence.

    Ten people have been killed in clashes between striking oil workers and police at a ceremony marking Kazakhstan’s independence day in the western city of Zhanaozen, prosecutors have said.



    The buildings of the local admistration, hotels and energy firm Uzenmunaigas facility were set on fire, Askhat Daulbayev, the prosecutor general was quoted as saying by the Interfax-Kazakhstan news agency on Friday.

    “According to preliminary information, 10 people were killed as a result of the mass riots in Zhanaozen. There are also wounded, including police,” he said from the capital Astana.

    “The city hall, hotels, Uzenmunaigas offices were set on fire. Private and corporate property was also damaged, cars set on fire and ATMs robbed,” he added.

    Workers in Zhanaozen and other cities in the Mangistau region on the Caspian Sea have been striking for months for higher wages, in a highly unusual dispute for the Central Asian state which prides itself on its stability.

    Robin Forestier-Walker, a freelance journalist based in Almaty, told Al Jazeera that the number of deaths “was shocking” and “surprising”.

    “Western Kazakstan is the oil hub of the country, it has enormous oil reserves with a lot of town built around these oil installations and Zhanaozen is one of them. Since the early summer, these strikers have been protesting over pay conditions and they got fired.”

    “They took over the square in this city and they have been holding it ever since … they were determined to stay there to see this through.It seems that today was the day the authorities chose to come and force them off,” he said.

    Frostier Walker said that local television stations are not reporting the situation which appears to be rather tense.

    “There have been a number of incidents over the past few months, but this appears to have been the tipping point and it is difficult to tell what will happen next,” he said.

    Zhanaozen is a town of 90,000 people about 150 km inland from the Caspian Sea.

    Social networking websites said that some local people had heard shooting in Zhanaozen. Staff at the local central hospital declined to comment when contacted by Reuters.

    Leur presse (Al Jazeera, 16 décembre 2011)



    https://juralib.noblogs.org/2011/12/16/revolution-mondiale-le-kazakhstan-entre-dans-la-danse/
     
  2. zarkax
    Offline

    zarkaxGANGNAM STYLE Membre actif

    1 516
    2
    139
    Oct 2009
    France
    ETAT D'URGENCE

    Ce samedi 17 décembre, le président kazakh, Noursoultan Nazarbaïev, a décrété l’état d’urgence et instauré le couvre-feu à Janaozen, une ville de l’ouest de l’immense ex-République soviétique. La veille, des ouvriers du pétrole ont empêché la tenue des festivités pour les 20 ans de l’indépendance du pays, en détruisant la tribune prévue à cet effet. Les heurts avec la police ont conduit à la mort de 11 personnes, selon un dernier bilan officiel. Pour l’essentiel, des jeunes et des ouvriers.




    Avec notre correspondant à Tbilissi, Régis Genté

    Ce samedi, le président du Kazakhstan, Noursoultan Nazarbaïev, a décrété l’état d’urgence et le couvre-feu jusqu’au 5 janvier prochain. Le calme serait revenu dans une Janaozen quadrillée par la police, bien que l’information soit difficilement vérifiable, les communications ayant été coupées avec cette cité de 90 000 habitants.

    Selon l’autoritaire chef de l’Etat, au pouvoir depuis 1989, ce sont des voyous qui sont à l’origine des émeutes de Janaozen, ville de l’ouest kazakh vivant de l’exploitation d’un gisement de pétrole appartenant à Kazmounaigaz, la société pétrolière nationale. Le président Nazarbaïev n’a pas fait référence à la grève qui a commencé en mai et qui s’est soldée par le renvoi d’environ 1 000 ouvriers de la société d’Etat Ouzenmunaigaz. Ceux-ci, comme d’autres dans la région, demandaient une amélioration de leur salaire, dont la méthode de calcul avait été revue par les autorités du pays en 2010. Ce qui se serait traduit, selon les ouvriers, par une baisse de leurs revenus.

    Les circonstances de l’irruption de violence de ce vendredi ne sont pas encore connues. Depuis six mois, les manifestations des ouvriers étaient demeurées pacifiques, malgré l’exaspération d’hommes et de femmes ayant le sentiment de ne jamais avoir été écoutés, tandis que les pétrodollars coulent à flots au Kazakhstan.
     
Chargement...