Chargement...
  1. Pour consulter le Webzine : https://www.libertaire.net/articles

Médias Racisme: Suppression de deux émissions sur Radio libertaire

Discussion dans 'Webzine - actualité des luttes et partage d'articles de presse' créé par ninaa, 14 Octobre 2018.

  1. ninaa
    En ligne

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    7 963
    1 369
    394
    Fev 2014
    France
  2. anarchiste, anarcho-féministe, communiste libertaire, individualiste
  3. anarkia ou l'un de ses multicomptes
    Offline

    anarkia ou l'un de ses multicomptesMembre du forum Expulsé par vote Membre actif

    839
    113
    0
    Août 2018
    United States
    Radio libertaire ou "Radio Français d’abord" ?

    jeudi 3 décembre 2009, par Yves

    PRECISION UTILE : Cet article a été repris - sans mon autorisation - sur plusieurs sites en en FALSIFIANT LE TITRE et en ajoutant entre parenthèses un jugement - "Ca pue le facho à la FA" - sur la Fédération anarchiste, jugement qui n’est pas le mien. Futur Rouge vient de rectifier le tir, pas sûr que tous les sites l’imiteront... (Y.C.)

    Hier, mercredi 2 décembre 2009, j’ai failli m’étouffer d’indignation en écoutant l’émission "Femmes libres" sur les ondes de Radio libertaire aux alentours de 19 heures.
    J’ai découvert de nouveaux partisans de l’identité nationale en la personne de l’animatrice (ou d’une des animatrices, j’ai pris l’émission en route) et d’une chanteuse de jazz "d’origine algérienne" (sic) mais "citoyenne française" (resic).

    Toutes deux ont harcelé pendant plusieurs minutes et cherché systématiquement à coincer deux jeunes ados, parce que la première s’était présentée à l’antenne comme "Tunisienne" (alors que selon l’animatrice et la chanteuse elle devrait se dire "Française d’origine tunisienne") et un "Egypto Marocain" (même réflexion ridicule à son propos).

    Les deux ados étaient venus parler d’un spectacle qu’ils doivent présenter prochainement, parler de leurs rêves de devenir comique, acteur, footballeuse ou actrice, dire tout le bien qu’ils pensent de ceux (leurs profs du collège) qui les ont poussés à faire du théâtre.
    Nos deux ados ne savaient pas qu’ils allaient passer devant le Grand Tribunal libertaire de l’identité nationale. En effet ces deux jeunes se sont fait rappeler à l’ordre par la chanteuse et par l’animatrice parce qu’ils ne se disaient pas français.

    Pour les coincer elles leur ont posé des questions à deux balles du genre "Où sont tes amis, où joues-tu au foot", etc., dignes d’un questionnaire bessonien. Ils ont subir des réflexions du type "Un mois de vacances au pays cela compte moins que 11 mois en France". Et cerise sur le gâteau "Vous croyez que dans vos pays d’origine vous pourriez dire ce que vous dites" ? De Villiers a dû se frotter les mains...

    Nos "libertaires" et "féministes" n’ont même pas pris la peine d’écouter ce que disaient maladroitement ces deux jeunes, à savoir que les autres (les Franco-Français et apparemment aussi les libertaires de l’émission) leur renvoyaient tellement à la gueule leurs origines qu’ils avaient décidé de les revendiquer fièrement sans se préoccuper de savoir s’ils avaient ou non la carté d’identité ou le passeport du pays dont ils se réclamaient les ressortissants.

    Le plus choquant dans cette émission, en dehors de l’abus de pouvoir caractérisé commis par ces adultes prétendument libertaires vis-à-vis d’ados invités sans doute pour la première fois dans une radio, ce fut la phrase de la chanteuse "Si je n’accepte pas ma nationalité (sous entendu française, Y.C.) comment pourrais-je revendiquer mes droits" ?
    Ainsi, en plein débat sur l’identité nationale, des "libertaires" peuvent tranquillement expliquer que en tant que "citoyens" d’un pays (en clair, en tant que personnes reconnaissant l’autorité d’un Etat ! Bakounine a dû se retourner dans sa tombe... s’il écoute Radio libertaire) il est normal qu’ils aient des droits (ce qui est juste) sans ajouter aussitôt que tout individu vivant dans ce pays, ou même y passant quelques jours, devrait avoir LES MEMES DROITS qu’eux, ces braves citoyens et citoyennes français et libertaires ?

    Ne pas dénoncer clairement le mythe de l’identité nationale, lier la jouissance de droits démocratiques comme la liberté d’expression à LA SEULE CITOYENNETE (de surcroît française), culpabiliser ces jeunes, c’est reconnaître implicitement qu’il est normal qu’un prétendu "étranger" ait moins de droits qu’un prétendu "citoyen" d’un pays, ici la France.

    Ce qu’il y a de marrant (en fait de sinistre) c’est qu’à un moment la même chanteuse (ou l’animatrice je ne sais plus) a déclaré "Vous nous apportez ce qu’il y a chez vous", sans se rendre compte qu’ainsi elle donnait raison à ces jeunes qui ne veulent pas se dire Français, même s’ils ont toujours leur carte d’identité en poche pour éviter le prochain contrôle policier au faciès.
    Preuve qu’effectivement les Franco-quelque chose sont plus "quelque chose" que "franco" pour ces citoyennistes libertaires.

    Cette émission montre que les libertaires (tout comme la gauche ou l’extrême gauche) feraient bien de réfléchir un peu à ce que signifient des termes comme "identité", "nationale", "citoyen" ou "français" avant de sermonner des ados dont les parents viennent d’autres pays et qui se sentent rejetés par la « patrie des droits de l’homme ».

    Et l’allusion des participantes au "retour à la religion" (en clair à l’islam) a bien montré que les adultes libertaires présents n’ont rien compris aux mécanismes de l’exclusion raciste qui fonctionnaient en France bien avant la construction de quelques mosquées, l’ouverture de centaines de salles de prière pour les musulmans ou la progression du port du voile dans les quartiers populaires.

    Avec des adversaires aussi confus, Besson, Hortefeux et Sarko n’ont pas grand-chose à craindre. Leur propagande sur l’identité nationale a un boulevard devant elle....

    Y.C. 3/12/2009

    PS. : L’une des participantes à ce débat faisandé chapitra aussi les ados parce qu’ils confondaient les racines et la citoyenneté. Les racines (sous-entendu les fameuses origines) sont justement ce qui pose problème à toute personne victime du racisme en France : que ce soit le nom ou l’apparence physique supposée non française (ceux que les cons appellent les basanés, les noirs, les jaunes ou les gris...), c’est justement cela qui fait que l’on est un demi-Français ou un quart de Français aux yeux de ceux qui se jugent Français "de souche".

    Il est donc normal que par réaction, ou pour d’autres raisons, qu’il serait trop long d’expliciter des jeunes "d’origine X" préfèrent se dire "X" que français.

    Il est consternant d’avoir à expliquer de telles évidences à des libertaires qui sont traditionnellement plus sensibles aux diverses formes d’oppression que leurs concurrents marxistes....
     
  4. ninaa
    En ligne

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    7 963
    1 369
    394
    Fev 2014
    France
  5. anarchiste, anarcho-féministe, communiste libertaire, individualiste
    anarkia je rêve, tu relaies du Yves Coleman? {confus}
    Oui il y en a eu des dérives racistes sur Radio libertaire. Je dirais qu'aucun collectif, aucun projet "alternatif" ou non, aucun milieu social (aucun forum...) n'est épargné par ce fléau. Et oui, on est forcés de constater dans tous ces cas qu'il y a deux poids deux mesures, selon que les racistes-réacs-sexistes sont reconnus-intégrés ou non dans la "communauté", selon qu'ils sont proches ou non de ceux et celles qui décident de la censure et des exclusions.

    Pour info, contrairement à ce que prétend le bandeau sous son pseudo, anarkia n'a pas été "expulsée par vote", elle a été expulsée par le seul modo allpower, sans attendre le résultat de la décision collective. Croyez bien que cet abus de pouvoir me désole mais je ne peux absolument rien y faire.

    Pas plus que je n'ai pu faire quelque chose pour que le "bureau" de Radio libertaire adopte un mode de fonctionnement autogestionnaire.
     
  6. Elicec
    Offline

    ElicecMembre du forum Membre actif

    70
    15
    1
    Déc 2016
    Femme
    France
  7. anarchiste, anarcho-féministe, féministe, situationniste, révolutionnaire, anti-fasciste, anti-autoritaire
    "Pas plus que je n'ai pu faire quelque chose pour que le "bureau" de Radio libertaire adopte un mode de fonctionnement autogestionnaire."...

    Ben tiens, c'est la meilleure ça, la meuf qui fait 10 pages à charge derrière son écran lâchement, à elle toute seule, pour soutenir ce m^me bureau et voilà que maintenant, elle chouine pour l'absence d'autogestion de son media, qui a conduit aux expulsions, alors que pour garder son petit micro, elle n'a pas hésité à charger sur le net ses camarades sans défense, expulsés comme des chiens par une radio qui n'a plus que son nom de anar.
    Jamais lu une telle lâcheté, de tels mensonges. Quand ça sent que le vent tourne, c'est prêt à retourner sa veste. Pas très brillant tout ça, assez dégueulasse dans le genre, pas libertaire du tout. Elle devrait arrêter de s'exprimer au nom des anarchistes d'ivry qu'elle dessert en plus, alors que la FA l'a virée tout court. Déjà que c'est pas brillant ce qui se passe à la radio, mais là, c'est le summum de bêtise. Elle chouine en attendant une décision collective pour l'expulsion sur un site? mais ça ne l'a pas gênée du tout que ce ne soit pas de décisions collectives sur sa propre radio qui se dit anar...

    Et elle se vante en plus de ne pas avoir fait d'étude en permanence, comme si c'était un gage de je ne sais pas quoi ou une excuse quand ça l'arrange. ça n'apprend pas à être intelligent les études de toute façon. Et ne pas en faire ne garantit pas quoique ce soit pour autant.
    Avec des militants pareils, je doute que la radio survive, toutes les émission politiques ont été virées ou ont démissionné, pas une seule couverture de manif, plus une seule émission de la radio va encore en manif, aucune couverture sérieuse de gilets jaunes, rien. Ce n'est plus une radio d'ailleurs, c'est la bande sans fin en boucle. Et pire, ils laissent le nom des émissions qui ont disparu, expulsées ou démissionnaires, celle des autres, la mienne, on y figure encore?! ça se verrait trop qu'il n'y a plus de programme...?

    Le nombre de cotisants pour la radio est en chute libre, tellement c'est chouette la gestion par ce bureau, à croire qu'ils tiennent à couler le media de l'intérieur. Les militants de terrain apprécieront désormais l'absence totale de présence media anar aux manifs. Faut bien le dire, ceux qui restent à la radio sont quasi tous des anars de salon, petits bourgeois devenus autoritaires, qui pour garder le pouvoir (?!) n'ont pas hésité à faire sauter tous les programmes qui couvraient en plus simplement la réalité. Suffit qu'une seul mec écrive une lettre de dénonciation, v'là pour la méthode, pour au final perdre 8 émissions... Fortiche les anars de salon!
    Plus une seule personne au rsa pour parler de la dureté de la survie actuelle. Et ça se pense légitime parce que ça n'a pas fait d'étude... Quelle idiotie. Les sur diplômés en défèquent, sont au rsa, savaient au moins de quoi ils parlaient... Et se faire virer quand t'es bénévole depuis des années, Artracaille, Intifada, sans jamais avoir tenu le moindre propos antisémite, simplement parce qu'un seul mec épluche tous les blogs de toutes les émissions, pour tomber sur un dessin... c'est quand m^me ça le problème de départ et la gestion de cette crise, n'a pas été du tout du tout libertaire.

    Si on faisait une analyse sociologique de la purge récente, on serait surpris de ceux qui restent à la radio. Des privilégiés ou des retraités. Sympa pour ceux qui allaient sur le terrain, parce qu'avec des militants pareils, faut pas attendre de miracle. La FA, c'est juste 320 personnes, mais on ne les a pas du tout entendu sur le débat d'idée, d'ailleurs, y'a pas eu de débat, impossible m^me de discuter, à croire que la royauté du bureau leur convient. Et qui ne dit mot consent. La FA s'en mord déjà les doigts de mettre en péril la radio pour des petits ego qui n'ont pensé qu'à leur petit micro, ça c'est certain.
    Sauf qu'il n'y a quasi plus d'auditeurs en fait, et ça, ils s'en vantent pas, dans la mesure où ils les ont fait fuir et leur cotisation avec.
    Bravo.
     
Chargement...