Chargement...

que faire des violeurs et des pedophiles

Discussion dans 'Politique et débats de société' créé par cynok, 5 Novembre 2008.

Statut de la discussion:
N'est pas ouverte pour d'autres réponses.
  1. k1000
    Offline

    k1000Membre du forum Membre actif

    412
    0
    11
    Jan 2009
    :ecouteurs: on les mutile, on trifouille leur cerveau et... on les rejette dans la nature! Malheur à qui croisera leur route!!
     
  2. Tazon
    Offline

    TazonMembre du forum Membre actif

    1 486
    2
    24
    Nov 2008
    France
    Les enfermés et essayer de les soignés, mais comment peut ont être sur qu'ils sont soignés, ils peuvent joué la comédie, faire une " rechute " ...
     
  3. le_vieux
    Offline

    le_vieuxVieux con Expulsé par vote

    1 527
    0
    2
    Jan 2008
    Putain, le nombre de gravos adeptes de la torture physique et de la punition par mutilation...

    Depuis le début de ce "débat", qui montre bien à quel point la question du viol est devenue sensible et à quel point le "violeur" devient, dans l'inconscient collectif, le diable avec lequel il ne faut pas transiger, et avec lequel la violence extrême doit être de mise.

    Mais dans une société de violence, et , selon certains auteurs féministes, une société de viol, ce rejet forcené et extrême ne trahit-il pas une réalité beaucoup plus dure à assumer : ne sommes-nous pas tous des violeurs potentiels ?
     
  4. Sullivan
    Offline

    SullivanGlandeur rêveur Membre actif

    1 427
    2
    1
    Sept 2008
    France
  5. libertaire
    Y'a aussi à prendre en compte le fait que pour beaucoup, on ne saura jamais qu'ils ont abusé d'un môme...
     
  6. k1000
    Offline

    k1000Membre du forum Membre actif

    412
    0
    11
    Jan 2009
    des phantasmes, le côté obscur de chacun de nous.... ça a de quoi paraitre dangereux, un ennemi intime en somme... mais notre conscient a construit (quand ça se passe bien dans notre construction) des murs entre ces mises en scène :ecouteurs: et nos actes. Donc, sauf effondrement de nos consciences (aiguisées sur ces forums), ça n'arrivera pas.
     
  7. Lib.R.T
    Offline

    Lib.R.Tle traitre du dictateur. Membre actif

    871
    1
    1
    Août 2008
    Là pour ça, je suis entierrement d'accord, mais, comment sur le même post, tu peux te mettre en contradiction avec la citation qui suit?
    >>
    C'est limite ta conclusion.

    >>
    J'espère ne pas être le seul à rêver de cet idéal libertaire!?
    Parce que la tâche risque d'être rude.
     
  8. k1000
    Offline

    k1000Membre du forum Membre actif

    412
    0
    11
    Jan 2009
    JiyuU a écrit : "Retablir les boxons, sachant que même si on les voit moins il y a toujours des prostituées, ne serait pas la solution ultime, à mon sens."

    La fin de la phrase, même si elle est pas trés affirmative et appuyée, change tout, non?
     
  9. Lib.R.T
    Offline

    Lib.R.Tle traitre du dictateur. Membre actif

    871
    1
    1
    Août 2008
    J'ai rajouté des parenthèses et souligné le sens de la phrase.
    Inadmissible à mon gout.
     
  10. k1000
    Offline

    k1000Membre du forum Membre actif

    412
    0
    11
    Jan 2009
    :ecouteurs: il me manque des neurones Lib.R.T., j'ai dû abuser des stupéfiants quand j'étais petit!!!
    Vive les boxons alors?? :ecouteurs: Je sens d'ici des féministes frémir déjà...
    Celà dit, il existe des lieux de plaisir qui ne sont pas animés par des prostitué(e)s mais par des adultes libres et consentants.:ecouteurs:
     
  11. Warhead
    Offline

    WarheadNouveau membre

    3
    0
    0
    Août 2008
  12. libertaire, individualiste, apolitique/Indécis, progressite
    C est bien beau de parler des bordels, mais ces enfoirés ne prennent pas leur pied dans ces endroits la ... Ce qui les fait bander, c est de voir la panique en leur victime, de sentir leur peur ... Il y a une difference entre VOULOIR intensément prendre du plaisir avec quelqu un de non consentant ou une prostituée, et PASSER A L'ACTE, en ne prenant guere en compte les consequences causées a la personne. C est ce qui nous differencie des pointeurs ....
    Il y a un moment donné ou il faut arréter de se la jouer pro-social, leur acte est pour moi la pire des actions imagineable et il faut parfois repondre a la violence par la violence !
    On a tous des fantasmes, des envies, mais comme l a dit quelqu un, on sait reflechir aux consequences de ceux ci sur nos camarades, et l abscence de consentement mutuel nous arrete. Eux non. Et cela, c est inadmissible dans n importe quelle société !
     
  13. flox2
    Offline

    flox2Membre du forum

    30
    0
    0
    Sept 2007
  14. libertaire, anarchiste, anarcho-communiste,
    Je suis contre la peine de mort de tout le bordel, pour la presomption d'innocence. Car il y a nombre d'accusation à tort de violeur / pedophiles qui arrivent (ex : le procés doutreau, et je connais quelqu'un IRL qui a eu des emmerdes comme parce que des eleves ont crié aux attouchement qui n'ont jamais eu lieu)

    j'serais pour l'enfermement toussa dans des centres specialisés et tout.
     
  15. Nyark nyark
    Offline

    Nyark nyarkMembre du forum Expulsé par vote Membre actif

    1 640
    0
    38
    Fev 2008
  16. libertaire, anarcho-communiste, syndicaliste
    Je me répète, mais j'avoue que j'admire et j'envie ceux qui ont des certitudes dans ce domaine : je sais contre quoi je suis. Mais "la" solution, non, je ne l'ai pas...
     
  17. le_vieux
    Offline

    le_vieuxVieux con Expulsé par vote

    1 527
    0
    2
    Jan 2008
    Tous les violeurs auraient donc le même profil psychologique ??? Etude psychologique poussée ou juste fantasme de ta part ?
    Donc les clients des prostitués sont dans le même sac que "les violeurs et les pédophiles" de l'intitulé, à mériter donc comme eux la mise au ban de l'humanité, des mutilations sexuelles atroces et la peine de mort ?
    En quoi est-ce pire qu'un meurtre ? Je n'ai pas vu un tel déclenchement hystérique envers les assassins. Pour moi, dans cette haine déclarée du violeur, il y a quelque chose du refoulement à tout prix.
    Et encore la bonne grosse frontière hermétique entre "eux" et "nous". Tu es donc tellement persuadé que c'est de réfléchir aux conséquences qui permet de contrôler ses actes et ses fantasmes ? Je n'y crois pas une seule seconde.
    D'où un autre débat, qui ne devrait pas se centrer sur le viol : que faire, dans une société libertaire, de comportements inadmissibles ?
     
  18. k1000
    Offline

    k1000Membre du forum Membre actif

    412
    0
    11
    Jan 2009
    "que faire, dans une société Libertaire, de comportements inadmissibles ?"
    Kessé agaçant, le Vieux y cause mieux que nous, y a pas à dire. Ainsi posée, la question sera moins passionnelle et le débat débarrassé des réactions épidermiques.
     
  19. niouze
    Offline

    niouzeMembre du forum Expulsé par vote

    861
    0
    14
    Nov 2007
  20. libertaire
    je renvoi a un autre texte deja present dans nos colonnes qui montre que un violeur n'est pas forcement un dangereux fou la bave entre les levres, qu'un viol ce n'est pas toujours fait de violence, mais que parfois ce qui est ressenti comme tel par la personne violé ne l'est pas par le violeur
    http://forums.resistance.tk/showthread.php?t=5649
     
  21. Mélodie
    Offline

    MélodieNouveau membre

    0
    0
    0
    Jan 2009
    Il est possible que je tue car un bourreau viole souvent plusieurs fois dans sa vie, plusieurs fois dans le mois et c'est insupportable qu'une victime endure. Chaque fois est une fois de trop. Perso, je considère que le pouvoir sur soi-même passe parfois par une justice radicale. Pour moi, la mort n'est rien. C'est la torture, le sadisme qui délimité la limite entre raison et folie (mais bon vous lire m'aide à dépasser la part de folie qu'ils ont fait naître en moi). Et puis je sais que l'autorité familial excuse bien des violences. La "justice" me condamnera avec clémence ;-). Mais je n'ai pas forcément envie de tuer. Et je me sens mère de tous les enfants. :(

    Et puis le débat sur la prostitution diffère radicalement de celui sur les agressions contre l'enfance. Désirer faire l'amour n'est pas désirer un enfant. Désirer un enfant n'est pas jouir de voir son innocence perdre pied. C'est TRES GRAVE de partager sa sexualité d'adulte avec un enfant. La sexualité des enfants doit leur rester propre. C'est la nature.

    D'ailleurs j'ai jouis (zones érogènes et fraîcheur obligent). J'ai jouis mais avoir du plaisir ne signifie pas désirer les porcs. Ils ont massacré mon enfance et je ne suis toujours pas revenue (enfin ça va, je suis anarchiste en même temps:thumbsup: .) Mais bon, je demande pardon à toutes celles et à tous ceux sur lesquelles je fais mes projections mentales pour guérir. :S

    Je suis absolument contre la peine de mort. D'abord et avant tout parce qu'on a de la marge et que chaque pas compte. La vie est sacrée.

    Personnellement, j'ai parlé de ce qui m'arrivait mais:
    1. Les adultes faisaient comme si je n'avais rien dit, me disaient que j'étais une emmerdeuse, que je mentais, que j'étais folle, ou bizarre. Et pour cause !
    2. Mon principal bourreau est protégé.
    3. Mon principal bourreau était un manipulateur et savait redorer son image comme bien des pervers.
    4. J'étais enfant. J'avais envie de hurler. Je n'avais rien à perdre. Mieux vaut mourir que d'être moins que rien. Mais j'avais expérimenté que de parler n'empêchait pas que j'y retourne.
    5. "Ca" restait un problème familial.

    Parler et replonger en enfer, n'être rien aux yeux des adultes alentour, c'est l'enfer.

    Quand je ne parlais pas, les professionnels de l'enfance ont remarqué que j'étais insécurisée (càd humiliée, battue, violée par des hommes et des femmes, prostituée, parfois en pleine nuit, avec d'autres enfants) mais:
    1. Ils n'ont pas le temps et l'énergie de s'occuper des enfants massacrés.
    2. Ils n'ont pas les moyens de s'occuper des gamins en détresse. J'ai trop entendu de témoignages notamment dans l'éducation nationale où il a fallu laisser le gamin faire avec "ça".
    Ainsi, une instit a eu un dessin qui montrait clairement que le gamin est violé par son père sous le regard complice de sa mère, ce qui a été confirmé par l'infirmière et l'assistante sociale de son école. Mais l'inspecteur d'académie l'a contacté et lui a dit de se mêler de ce qui la regardait.
    3. Dans l'éducation nationale et ailleurs, des personnes malsaines voire perverses font des ravages en n'assumant pas leur responsabilité à leur niveau. Du coup celles et ceux qui se battent contre l'injustice sont sanctionnés et celles et ceux qui jouent la mascarade récompensés. Mandela dit que le système récompense la perversion.

    L'enfance est socialement sous-estimée. Si un enfant peut fantasmer les détails, AUCUN enfant ne peut rien inventer en matière de sexualité et de violence, au niveau global. Ce qui doit compter pour les professionnels de la justice et de la médecine, ce sont les blessures physiques et psychiques des victimes. C'est leur donner des soins.

    Je crois en la médecine globale et en l'anarchie:ecouteurs: . Des prisons à ciel ouvert avec des soins appropriés sont pour moi la solution, à condition que l'on ne me demande pas d'y travailler.
    Je les soignerais si j'en avais la force car 99% des pédophiles sont d'anciennes victimes. C'est impossible d'imaginer l'innommable. C'est l'avoir vécu qui permet de le reproduire même si Internet suscite aujourd'hui des vocations. Mais je n'ai pas la force de prendre soin des pervers. Alors je me vois mal demander à d'autres de le faire.


    Et il vaut mieux, dans un premier temps, faire en sorte que "ça" s'arrête que de guérir les anciennes victimes car la guérison est très, très lente, voire incertaine. Mieux vaut ARRACHER IMMÉDIATEMENT les victimes à leurs bourreaux et parler pour leur donner envie de se confier. Faire en sorte que les agressions contre l'enfance ne soit plus tabou.
    Je pense que, outre le problème d'Internet, des réseaux et du capitalisme, c'est à l'autorité familial qu'il faut réfléchir car 80% des agressions sexuelles contre l'enfance ont lieu en famille. C'est aussi à l'autorité des adultes qu'il faut repenser car 20% des agressions n'ont pas lieu en famille.
    Quelle place pour l'enfance dans notre société ? Quel crédit ? Quel respect ? AUCUN enfant ne doit être privé de protection et de soins opérants une fois qu'il a témoigné et montré un comportement qui n'appartient pas à l'enfance. Or il reste bien peu de chose de l'enfance à un enfant torturé.
     
  22. Mélodie
    Offline

    MélodieNouveau membre

    0
    0
    0
    Jan 2009
    Il est possible que je tue car un bourreau viole souvent plusieurs fois dans sa vie, plusieurs fois dans le mois et c'est insupportable qu'une victime endure. Chaque fois est une fois de trop. Perso, je considère que le pouvoir sur soi-même passe parfois par une justice radicale. Pour moi, la mort n'est rien. C'est la torture, le sadisme qui délimité la limite entre raison et folie (mais bon vous lire m'aide à dépasser la part de folie qu'ils ont fait naître en moi). Et puis je sais que l'autorité familial excuse bien des violences. La "justice" me condamnera avec clémence ;-). Mais je n'ai pas forcément envie de tuer. Et je me sens mère de tous les enfants.

    Et puis le débat sur la prostitution diffère radicalement de celui sur les agressions contre l'enfance. Désirer faire l'amour n'est pas désirer un enfant. Désirer un enfant n'est pas jouir de voir son innocence perdre pied. C'est TRES GRAVE de partager sa sexualité d'adulte avec un enfant. La sexualité des enfants doit leur rester propre. C'est la nature.

    D'ailleurs j'ai jouis (zones érogènes et fraîcheur obligent). J'ai jouis mais avoir du plaisir ne signifie pas désirer les porcs. Ils ont massacré mon enfance et je ne suis toujours pas revenue (enfin ça va, je suis anarchiste en même temps .) Mais bon, je demande pardon à toutes celles et à tous ceux sur lesquelles je fais mes projections mentales pour guérir.

    Je suis absolument contre la peine de mort. D'abord et avant tout parce qu'on a de la marge et que chaque pas compte. La vie est sacrée.

    Personnellement, j'ai parlé de ce qui m'arrivait mais:
    1. Les adultes faisaient comme si je n'avais rien dit, me disaient que j'étais une emmerdeuse, que je mentais, que j'étais folle, ou bizarre. Et pour cause !
    2. Mon principal bourreau est protégé.
    3. Mon principal bourreau était un manipulateur et savait redorer son image comme bien des pervers.
    4. J'étais enfant. J'avais envie de hurler. Je n'avais rien à perdre. Mieux vaut mourir que d'être moins que rien. Mais j'avais expérimenté que de parler n'empêchait pas que j'y retourne.
    5. "Ca" restait un problème familial.

    Parler et replonger en enfer, n'être rien aux yeux des adultes alentour, c'est l'enfer.

    Quand je ne parlais pas, les professionnels de l'enfance ont remarqué que j'étais insécurisée (càd humiliée, battue, violée par des hommes et des femmes, prostituée, parfois en pleine nuit, avec d'autres enfants) mais:
    1. Ils n'ont pas le temps et l'énergie de s'occuper des enfants massacrés.
    2. Ils n'ont pas les moyens de s'occuper des gamins en détresse. J'ai trop entendu de témoignages notamment dans l'éducation nationale où il a fallu laisser le gamin faire avec "ça".
    Ainsi, une instit a eu un dessin qui montrait clairement que le gamin est violé par son père sous le regard complice de sa mère, ce qui a été confirmé par l'infirmière et l'assistante sociale de son école. Mais l'inspecteur d'académie l'a contacté et lui a dit de se mêler de ce qui la regardait.
    3. Dans l'éducation nationale et ailleurs, des personnes malsaines voire perverses font des ravages en n'assumant pas leur responsabilité à leur niveau. Du coup celles et ceux qui se battent contre l'injustice sont sanctionnés et celles et ceux qui jouent la mascarade récompensés. Mandela dit que le système récompense la perversion.

    L'enfance est socialement sous-estimée. Si un enfant peut fantasmer les détails, AUCUN enfant ne peut rien inventer en matière de sexualité et de violence, au niveau global. Ce qui doit compter pour les professionnels de la justice et de la médecine, ce sont les blessures physiques et psychiques des victimes. C'est leur donner des soins.

    Je crois en la médecine globale et en l'anarchie . Des prisons à ciel ouvert avec des soins appropriés sont pour moi la solution, à condition que l'on ne me demande pas d'y travailler.
    Je les soignerais si j'en avais la force car 99% des pédophiles sont d'anciennes victimes. C'est impossible d'imaginer l'innommable. C'est l'avoir vécu qui permet de le reproduire même si Internet suscite aujourd'hui des vocations. Mais je n'ai pas la force de prendre soin des pervers. Alors je me vois mal demander à d'autres de le faire.


    Et il vaut mieux, dans un premier temps, faire en sorte que "ça" s'arrête que de guérir les anciennes victimes car la guérison est très, très lente, voire incertaine. Mieux vaut ARRACHER IMMÉDIATEMENT les victimes à leurs bourreaux et parler pour leur donner envie de se confier. Faire en sorte que les agressions contre l'enfance ne soit plus tabou.
    Je pense que, outre le problème d'Internet, des réseaux et du capitalisme, c'est à l'autorité familial qu'il faut réfléchir car 80% des agressions sexuelles contre l'enfance ont lieu en famille. C'est aussi à l'autorité des adultes qu'il faut repenser car 20% des agressions n'ont pas lieu en famille.
    Quelle place pour l'enfance dans notre société ? Quel crédit ? Quel respect ? AUCUN enfant ne doit être privé de protection et de soins opérants une fois qu'il a témoigné et montré un comportement qui n'appartient pas à l'enfance. Or il reste bien peu de chose de l'enfance à un enfant torturé.
     
  23. Redskin666
    Offline

    Redskin666Nouveau membre Expulsé par vote

    5
    0
    0
    Jan 2009
    mpoi nmon point dee vue est radikal et sans compromission !
    Les violeurs , surtout pédophiles du moins = au poteau (un pedo= une balle)

    De plus , pour éviter les viols , il faut créer des bordels merde !!!
    on se fait gavé chié dans ce pays de merde(à part se cuiter à la maison , ou sortir dans ces boites de merdes remplies de petits merdeux,racailles et pétasses...)
    , les filles sont coincées , connes et préfèrent coucher avec des macaques plutot que des braves gars !

    Donc, comme en rep Tcheque et espagne , ouverture de bar-boite/maison close !! jvous jure que sa décoinceré un peu les gens, et la societé ! on dit que la France est le pays romantique, de l'amour, du sexe , les françaises sont sexy etc...peuh de la merde, on est dans un pays de frustrés à la con . la pseudo révolution sexuelle des connards en costard de mai 68 n'a profité qu'à la bourgeoisie moyenne et c'est tout .

    La France est un pays ultra athée mais on est coincés comme pas possible , donc la religion ne pose guère problème . L'espagne et les pays de l'est sont assez religieux, jpeux vous dire que les gens sont pas pour autant des coincés du cul (sans pour autant etre tous des dépravés) .


    Moi je voterais pr celui qui aura les couilles de dire : legalisation des bordels !!lol
     
  24. niouze
    Offline

    niouzeMembre du forum Expulsé par vote

    861
    0
    14
    Nov 2007
  25. libertaire
    (o_O) (o_O)
     
  26. Redskin666
    Offline

    Redskin666Nouveau membre Expulsé par vote

    5
    0
    0
    Jan 2009
    fais pas ces yeux là !! tu vois ce que je veux dire . des types débiles, des fans de foot , des racailles, des gros beaufs (beaucoup! sa revient à la mode sa!)

    j'en ai donnu des gars , qui étaient pas mal physiquement , sympa et intelligents, souvent c'est eux qui chopent rien lol
    alors que les nabots (aucune référence à nabot 1er!lol) , les tarlouzes (tektonik) , les humains au manières de chimpanzés (désolé les chimpanzés...) , les types violents , etc...

    Sa me fait beaucoup rire quand je vois au journal local qu'une greluche c fé défoncée la tete par son boeuf/racaille de mec , mdr .
     
Chargement...
Statut de la discussion:
N'est pas ouverte pour d'autres réponses.