Chargement...

Pierre-Joseph Proudhon (1809-1865) - "L'anarchie, c'est l'ordre" ( radio)

Discussion dans 'Médias et presse' créé par Marc poïk, 19 Janvier 2018.

  1. Marc poïk
    Offline

    Marc poïkSous l'arbre en feuille la vie est plus jolie Membre actif

    1 469
    208
    529
    Déc 2016
    Belgium
    De lui, on connaît : "La propriété, c'est le vol". Marx l'a réduit à la figure de petit bourgeois. L'habitude l'a rangé parmi les ancêtres de l'anarchie. Pendant la révolution de 1848, comme député et journaliste, Proudhon était le plus populaire des socialistes. Aujourd'hui on le redécouvre.

    [​IMG]
    Pierre-Joseph Proudhon
    La révolution de 1848 a été une révolution populaire dans laquelle les ouvriers ont pris la parole et tenté de s'organiser. Les clubs politiques, les coopératives ont proliféré. Proudhon avec le mutuellisme et les coopératives aux mains des ouvriers avait les idées que défendait le peuple à cette époque. Rendu célèbre par son livre sur la propriété et son journal, "Le Peuple", il a cru qu'il était l'homme du moment.

    Sa vie avait déjà été intense : né pauvre dans un faubourg de Besançon, il a commencé sa carrière comme conducteur de bœufs à l'âge de 8 ans, puis ouvrier pour aider son père endetté. Ses talents ont été découverts tardivement. Doté d'une bourse, il a étudié avec frénésie pour exercer tous les métiers : typographe, bachelier à 29 ans, patron d'imprimerie, patron ruiné, avocat d'affaires d'une société de bateliers, philologue puis économiste.

    Élu député, il s'en est pris aux représentants qui ne représentent qu'eux-même et se réfugient à la Chambre dans un "isoloir". Il refuse l’élection d'un président au suffrage universel, qui serait un nouveau monarque, en plus puissant. Sa tentative de détruire la propriété du capital au Parlement a été une déroute : il était seul contre tous. Son grand projet, faire la révolution par la "Banque du Peuple", a fait banqueroute. Mais aujourd'hui les SEL et les monnaies locales reprennent son idée d'une banque qui prête sans intérêt, les mutuelles se sont développées, quoique loin de son projet.

    Pendant plus d'un siècle, Proudhon, ce fils du peuple, père de l'anarchie, frère ennemi des communistes, a été enterré. Depuis peu des universitaires et des étudiants le relisent. Une poignée de jeunes syndicalistes et quelques militants le pratiquent. Des marxistes le réhabilitent.

    Par Louis-Laurent Grandadam. Réalisation : Yvon Croizier Mixage : Yvon Croizier. Archives INA : Arnaud Plançon. Liens internet : Annelise Signoret.

    Bibliographie complémentaire

    • Les caricaturistes et Proudhon : Le Charivari contre Proudhon, de Thierry Menuelle (éditions Société Proudhon, 2006).
    • Les extraits du discours à l'assemblée sont tirés de "Proudhon, Les années politiques, deHervé Trinquier (éditions Tops, 2015). On y trouve 3 textes : un Vaudeville de Clairville sur Proudhon l'antéchrist : la propriété c'est le vol ; Proudhon vu par un ami pendant la révolution : A travers une révolution, de A.Darimon ; et son discours devant l'Assemblée.
    • La place de Proudhon dans les idées anarchistes : La révolution libertaire : Proudhon, Bakounine, Kropotkine, de Philippe et Michael Paraire (éditions de l'Epervier, 2009).
    • Proudhon dans le débat actuel : Commun, essai sur la révolution au XXI me siècle, de Chistian Laval et Pierre Dardot, 2014.
    • De Proudhon, à lire encore : De la capacité politique des classes ouvrières, (posthume) Proudhon expose sa théorie mutuelliste et sa théorie fédéraliste, qu'il applique aussi bien à l'économie qu'à la politique.
    L'autorité en matière de Proudhon est Edward Castleton, il travaille depuis 10 ans sur les carnets de Proudhon et publie d'ici la fin 2017 deux recueils de textes inédits avec commentaires et un riche appareil critique :

    Émission radio de 51'
     
Chargement...