Chargement...
  1. Pour consulter le Webzine : https://www.libertaire.net/articles

Religion philosophie & religion (la liberté)

Discussion dans 'Webzine - actualité des luttes et partage d'articles de presse' créé par Maxou, 2 Octobre 2011.

  1. Maxou
    Offline

    Maxouchercheur Membre actif

    236
    0
    15
    Oct 2011
  2. libertaire, auto-gestionnaire, individualiste, progressite
    Le bien est ce qui a des conséquences positives. Le propre est ce qui ne contamine pas. Le conforme est ce qui correspond à une norme, à une règle. Dans la religion, ces 3 choses sont confondues, car "dieu" donne des ordres, et si l'on désobéit, on fait un péché : le mal. Il y a déjà à la base une confusion car il peut y avoir des conséquences positives ou négatives à une action, et le fait que ce que l'on fait soit une obéissance ou une désobéissance. On peut désobéir à un précepte et faire le bien... Il y a les choses conformes et les choses non-conformes, mais pas de milieu, alors que des choses peuvent avoir des conséquences positives ou négatives ou neutres.

    Si on dit que le bien correspond au conforme, et le mal au non-conforme, toute action est classée dans une catégorie, et il n'y a aucune marge de manoeuvre possible. Conforme = bien ; non-conforme = mal. Cela revient à confondre l'autorité et le bien. On considère aussi que ce qui est conforme est forcément propre ; et le non-conforme est sale. Le sale, on n'a pas envie de le toucher, donc celui qui agit de façon non-conforme, on va dire qu'il est sale, et on ne doit pas l'approcher, ni le toucher. Donc, exclusion sociale des gens qui sont désobéissants au précepte énoncé.

    La confusion, par les religions, de bien, propre et conforme, fait que on ne peut pas agir librement par rapport au bien, on ne peut envisager la désobéissance parce que la désobéissance sera jugée non-conforme, donc mal.

    Donc les religions, non seulement empêche la marge libre de manoeuvre, mais en plus font peser le rejet social envers ceux qui agissent librement selon d'autres critères.

    Il est donc très important de distinguer : bien, conforme et propre. Ce qui est en question, c'est le fondement de la morale (agir) car elle se base sur les conséquences positives ou négatives qui découlent de l'acte. Si on base la morale sur le conforme ou le non-conforme, tout dépend de l'arbitraire de l'institution (religion) qui a édicté la règle (la conformité).

    Nous avons donc la liberté de déterminer, de trouver nous-même la morale que l'on pense bonne, car le bien ne dépend pas d'une autorité.

    Ainsi, la religion, en faisant confondre bien, conformité et propre vise à empêcher le libre exercice de la liberté humaine.
     
Chargement...