Chargement...
  1. Pour consulter le Webzine : https://www.libertaire.net/articles

Guerres & impérialisme Palestine: Dizaines de milliers manifestants : « la révolution a déjà commencé »

Discussion dans 'Webzine - actualité des luttes et partage d'articles de presse' créé par Ungovernable, 15 Mars 2011.

  1. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 743
    275
    2,134
    Mar 2005
    Homme , 33 ans
    Canada
  2. anarchiste, autonome
    Des dizaines de milliers de Palestiniens réclament «la fin de la division»

    Ils sont très nombreux à Gaza, des centaines à Ramallah, en Cisjordanie. Abbas promet des élections «dès que possible».

    Des milliers de Palestiniens se rassemblaient mardi à Gaza et en Cisjordanie pour des manifestations organisées via Facebook et Twitter, en faveur de la «fin des divisions» entre l'Autorité palestinienne et le Hamas.

    A Gaza, ils sont des «dizaines de milliers», selon le porte-parole du ministère de l'Intérieur du gouvernement du Hamas.

    Les manifestants convergeaient sur la principale place de Gaza de l'ensemble du territoire contrôlé par le Hamas, ont constaté des journalistes de l'AFP. «Non à la division!», «Révolution, révolution jusqu'à la fin de la division!», scandait la foule.

    A Ramallah (Cisjordanie), siège de l'Autorité palestinienne, des centaines de personnes commençaient à affluer peu après 11H00 (09H00 GMT), scandant des slogans patriotiques et brandissant des drapeaux palestiniens.

    La police palestinienne, portant des chemises vertes, était déployée en nombre mais se contentait de fermer des routes à la circulation. Aucun policier n'était armé et les consignes étaient d'éviter tout contact avec les manifestants, a indiqué à l'AFP un haut responsable.

    Au moins 3.000 manifestants, selon un correspondant de l'AFP sur place, s'étaient retrouvés dès lundi dans le centre de la ville de Gaza, brandissant des drapeaux palestiniens et scandant «Le peuple veut la fin de la division».
    Abbas promet des élections «dès que possible»

    A Ramallah, sept jeunes ont commencé dimanche une grève de la faim sur la place Al-Manara, haut lieu de la capitale politique et économique de la Cisjordanie, selon leur entourage.

    Des milliers de jeunes Palestiniens se sont regroupés ces dernières semaines sur Facebook et Twitter pour débattre et lancer des appels au «changement» et à l'unité des factions palestiniennes. Un seul slogan: «La fin de la division».

    En réponse, le président palestinien Mahmoud Abbas a promis ce mardi «la tenue d'élections présidentielle, législatives et au Conseil national dès que possible».

    «Je suis d'accord avec la revendication des manifestants en Cisjordanie et dans la bande de Gaza qui appellent à la fin de la division, en tenant des élections présidentielle, législatives et au Conseil national dès que possible», a déclaré M. Abbas.

    «Nous sommes avec le peuple pour mettre fin à la division par la tenue d'élections présidentielle et législatives et à l'occupation et au siège de la bande de Gaza», a-t-il ajouté.

    Source Libération








    Une marche prévue aujourd'hui à Gaza a été avancée de 24 heures.

    Au moins 1 500 militants palestiniens ont manifesté hier pour l'unité nationale dans le centre-ville de Gaza, anticipant d'un jour une marche prévue aujourd'hui. La foule a défilé à travers la ville, agitant des drapeaux palestiniens et scandant « le peuple veut la fin de la division », en référence à l'antagonisme vivace entre le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, et le Fateh du président Mahmoud Abbas basé en Cisjordanie.
    Beaucoup de manifestants étaient munis de tentes et de matelas, d'autres installaient des fontaines d'eau, avec l'intention de passer la nuit sur la place du Soldat inconnu, jusqu'au début officiel de la manifestation aujourd'hui, selon l'AFP. À Ramallah, sept jeunes ont commencé dimanche une grève de la faim sur la place al-Manara, haut lieu de la capitale politique et économique de la Cisjordanie, selon leur entourage.

    « La révolution a déjà commencé », a déclaré à L'Orient-Le Jour Rowan Abou Shahla, une militante de Gaza. « Nous sortirons aujourd'hui et demain et nous ne rentrerons chez nous qu'avec la fin de la division (interpalestinienne) », a-t-elle ajouté. Les Gazaouis ont démarré le mouvement 24 heures avant parce qu'ils n'ont pas obtenu la permission de manifester du Hamas, selon le groupe à l'origine de l'initiative. Ils ont peur que les forces de sécurité du Hamas ne ferment la place ou ne bloquent les routes afin d'empêcher les rassemblements. « Le Hamas est confus, assure Rowan. Notre mouvement a attiré beaucoup de Palestiniens de tous les milieux et (le mouvement islamiste) ne sait pas s'il doit nous arrêter ou nous féliciter. »
    Une quinzaine de manifestants ont été interpellés ces derniers jours par la police du Hamas dans la bande de Gaza. Le 28 février, la police était aussi intervenue contre un rassemblement du mouvement unitaire, empêchant une vingtaine de jeunes Palestiniens d'organiser un sit-in à Gaza. « La plupart des jeunes militants arrêtés ont été battus avant d'être relâchés quelques heures plus tard », explique Rowan. « Certains ont été interpellés plus de sept fois en dix jours, ajoute-t-elle. Les filles ont plus de chances. Le Hamas a du mal à les approcher... »
    Les jeunes organisateurs, qui disent s'inspirer des mouvements populaires en Égypte et dans d'autres pays arabes, affirment ne pas avoir d'allégeance politique particulière. « Les partis politiques palestiniens et une pléthore d'ONG cherchent à récupérer ce mouvement pour servir leurs petits intérêts », a dénoncé un de leurs communiqués. « Le 15 mars sera le jour où nous serons unis pour demander la représentation démocratique de tous les Palestiniens comme une démarche positive dans la lutte pour nous libérer de l'apartheid israélien », ont-ils expliqué.
    « Nos revendications vont au-delà de la fin de la désunion et de simples changements cosmétiques du statu quo », a plaidé un autre communiqué dont une copie est parvenue à L'Orient-Le Jour. Les jeunes exigent « la libération de tous les prisonniers politiques » détenus dans les geôles du Hamas à Gaza et de l'Autorité palestinienne.
    Politiquement, ils veulent ressusciter le Conseil national palestinien (CNP), une assemblée parlementaire au sein de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) censée représenter les 11 millions de Palestiniens, y compris ceux de la diaspora.
     
    Dernière édition: 15 Mars 2011
Chargement...