Chargement...
  1. Pour consulter le Webzine : https://www.libertaire.net/articles

Médias Obama et les médias accusés de «partager le même lit»

Discussion dans 'Webzine - actualité des luttes et partage d'articles de presse' créé par Ungovernable, 21 Juin 2009.

  1. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 250
    166
    2,125
    Mar 2005
    Homme , 32 ans
    Canada
  2. anarchiste, autonome
    (New York) «Est-ce qu'un président récent a joui d'une couverture médiatique plus favorable?» Robert Samuelsson, chroniqueur économique au Washington Post, a soulevé cette question au début du mois, s'inquiétant de l'«engouement» de la presse américaine pour Barack Obama, dont les projets ambitieux devraient, à son avis, inspirer aux journalistes du scepticisme, d'abord et avant tout.

    Samuelsson a répondu à sa propre question ainsi: «Eh bien, peut-être John Kennedy durant un moment, mais aucun depuis.» David Zarawik, critique des médias au Baltimore Sun, a, lui aussi, évoqué l'ancien président, la semaine dernière, en analysant les rapports entre Obama et la presse: «Aucune équipe de la Maison-Blanche depuis celle de John Kennedy n'a été meilleure que l'administration Obama dans la manipulation du moyen de communication qu'est la télévision», a-t-il écrit.

    Zarawik faisait notamment référence à la décision de la chaîne ABC de diffuser depuis le salon Bleu de la Maison-Blanche son journal télévisé du 24 juin, ainsi qu'une émission spéciale à heure de grande écoute, le même jour, sur la réforme de la santé, un des grands chantiers de l'administration démocrate, depuis le salon Est. Républicains et commentateurs conservateurs n'ont pas manqué de critiquer vigoureusement cette exclusivité accordée à ABC à un moment-clé du débat sur la santé.

    «Les émissions ne devraient pas être diffusées depuis le salon Est et le salon Bleu. Elles devraient plutôt être diffusées depuis la chambre à coucher d'Obama puisque ABC (et une bonne partie des médias asservis) partagent le même lit», a écrit le chroniqueur Cal Thomas.

    Le Parti républicain, de son côté, s'est plaint de ne pas avoir été invité à participer à l'émission spéciale d'ABC, qui durera une heure. «Faute d'opposition, je crains que l'émission ne se transforme en publicité à la gloire du programme démocrate», a écrit Ken McKay, un des cadres de la formation politique, dans une lettre au président d'ABC News.

    ABC News a répondu à McKay en l'assurant que les participants à son émission spéciale représenteront un large éventail d'opinions sur le système de santé américain. Ces participants -experts, citoyens et journalistes-

    seront invités à poser des questions au président Obama.

    N'empêche: si la chaîne ABC finit par présenter Barack Obama et sa réforme de la santé sous un jour positif, elle ne sera pas la première à faire ainsi le jeu de l'administration démocrate. Au début du mois de juin, la Maison-Blanche a ouvert toutes grandes ses portes à Brian Williams et à la chaîne dont il est le chef d'antenne, NBC. Ceux-ci ont tiré de cet accueil exclusif deux émissions spéciales, intitulées Inside The Obama White House, qui brossaient un portrait franchement sympathique du président, de sa femme et de son équipe.

    Certains commentateurs ont critiqué Williams et NBC, les accusant de complaisance envers le président. Si complaisance il y a eu, elle aura été payante pour la chaîne de télévision, dont les cotes d'écoute ont augmenté les deux soirs où elle a diffusé ses émissions spéciales sur la Maison-Blanche.

    Et si manipulation il y a eu de la part de la Maison-Blanche, elle vient de cette certitude que les médias ne peuvent résister à l'attrait commercial des Obama. Ce n'est pas seulement vrai pour les chaînes de télévision, mais également pour les magazines, dont les ventes augmentent chaque fois que le visage de Barack Obama ou, encore mieux, celui de sa femme Michelle, apparaît sur leur couverture.

    Comme elle le fait avec les chaînes de télévision, la Maison-Blanche négocie ferme avec les magazines pour s'assurer que leurs reportages «exclusifs» soient positifs, un peu comme le font Brad Pitt et Angelina Jolie avant de poser pour les photographes et de répondre aux questions des journalistes.

    Michael Wolff, critique des médias au mensuel Vanity Fair, n'en revient pas. «Ces gens à la Maison-Blanche exercent un plus grand contrôle sur les médias qu'aucune autre administration avant eux», a-t-il écrit dans le numéro courant de son magazine.

    Mais Barack Obama n'est pas entièrement satisfait. Mercredi dernier, lors d'une entrevue à la chaîne CNBC, il s'est plaint, sans la nommer, de la chaîne d'information Fox News, qui tend à favoriser le point de vue républicain. «Vous auriez du mal, si vous regardiez cette chaîne pendant toute la journée, à trouver une histoire positive à mon sujet», a-t-il déploré.

    Le jour où le président démocrate s'estimera satisfait du travail de Fox News, il faudra vraiment faire son deuil de l'indépendance du journalisme américain.

    http://www.cyberpresse.ca/international/etats-unis/200906/20/01-877614-obama-et-les-medias-accuses-de-partager-le-meme-lit.php
     
Chargement...