Chargement...
  1. Pour consulter le Webzine : https://www.libertaire.net/articles

Actualité militante Oaxaca : Communiqué de la Fédération Anarchiste contre la répression au Mexique

Discussion dans 'Webzine - actualité des luttes et partage d'articles de presse' créé par Ungovernable, 12 Mai 2010.

  1. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 746
    278
    2,134
    Mar 2005
    Homme , 33 ans
    Canada
  2. anarchiste, autonome
    Le mardi 27 avril, près de Sabana à l'ouest de l'État d'Oaxaca, une agression par armes à feu a été perpétrée par des paramilitaires. Celle-ci a entraîné la mort de deux personnes ainsi qu'une quinzaine de blessés, parmi la centaine de participants à une caravane de solidarité avec la communauté autonome des triquis de San Juan Copala.

    Oaxaca : Communiqué de la Fédération Anarchiste contre la répression au Mexique


    Le mardi 27 avril, près de Sabana à l'ouest de l'État d'Oaxaca, une agression par
    armes à feu a été perpétrée par des paramilitaires. Celle-ci a entraîné la mort de
    deux personnes (une mexicaine, Alberta Cariño Trujillo et un finlandais, Jyri Antero
    Jaakola) ainsi qu'une quinzaine de blessés, parmi la centaine de participants à une
    caravane de solidarité avec la communauté autonome des triquis de San Juan Copala.
    Cette communauté subit depuis quelques semaines un blocus organisé par des
    paramilitaires et le convoi de solidarité regroupait des membres de VOCAL (Voix
    oaxaquègnes construisant l'autonomie et la liberté), de l'APPO (Assemblée populaire
    des peuples d'Oaxaca), de la section 22 du syndicat des enseignants, du MULTI
    (Mouvement d'unification et de lutte triqui indépendant) et des observateurs
    internationaux. Deux compagnons de VOCAL, David Venegas Reyes et Noe Bautistat
    Jimenez, ainsi que deux journalistes de « Contralinea », David Cilia et Erika
    Ramirez, ont dû se cacher dans la forêt pour échapper aux agresseurs. Il ne s'agit
    malheureusement pas d'un épisode isolé, mais d'une pratique de « guerre de basse
    intensité » menée par l'État mexicain.

    Les peuples triquis (15 000 membres) ont une longue tradition de lutte pour la
    défense de leurs terres et de leurs ressources naturelles. Le 1er janvier 2007 est
    fondée la « Commune autonome de San Juan Copala ». Depuis, ils subissent un
    harcèlement brutal (enlèvements, viols, meurtres) mené par les polices locale,
    régionale et fédérale, ainsi que par des groupes paramilitaires et parapoliciers aux
    ordres du PRI (Parti révolutionnaire institutionnel) et du gouverneur Ulises Ruiz
    Ortiz, qui s'est notamment illustré dans la répression sanglante de la « Commune
    d'Oaxaca » en 2006.

    Répondant à l'appel à la solidarité de VOCAL et du Conseil national indigène, la
    Fédération Anarchiste dénonce les assassinats du 27 avril, la violence sanguinaire
    de l'Etat mexicain et les agressions contre la communauté autonome de San Juan
    Copala, ainsi que plus généralement la répression exercée contre les peuples
    indigènes.

    Le drame qui se joue au Mexique s'inscrit dans une offensive du capitalisme sur les
    territoires qu'il ne contrôle pas totalement, afin de mettre la main sur l'ensemble
    des ressources humaines et matérielles de la planète. Les résistances de communautés
    qui s'obstinent à vivre de façon autonome doivent donc dans cette logique être
    balayées.

    De façon générale, l'État mexicain s'efforce également de briser tout mouvement
    social. Ainsi, depuis 6 mois, les milliers de salariés de « Luz Fuerza del Centro »,
    en charge de la distribution d'électricité dans le centre du pays, luttent contre la
    liquidation de cette entreprise publique. Il s'agit alors pour l'Etat de liquider le
    Syndicat mexicain des électriciens, un des plus anciens (créé en 1914 avec son
    journal « Rojo y Negro ») et surtout le plus puissant et le plus combatif. Ses liens
    avec des organisations paysannes, des syndicats, l'APPO... en font un élément
    dangereux pour le pouvoir, car en mesure de participer à une nécessaire coordination
    des résistances à l'oppression capitaliste. Les assassinats du 27 avril s'inscrivent
    donc dans une logique de répression sans limites que l'Etat mexicain exerce de façon
    régulière contre tout mouvement porteur d'émancipation, d'anticapitalisme et de
    solidarité.

    La Fédération Anarchiste apporte tout son soutien et sa solidarité aux compagnons
    mexicains qui subissent de plein fouet la violence de l'Etat du Mexique, ainsi qu'à
    tous ceux et celles qui luttent contre la répression et pour un autre avenir que
    celui que nous préparent les pouvoirs économiques et politiques au service du
    capitalisme mondialisé !


    Secrétariat Relations Internationales
    Fédération Anarchiste

    http://www.federation-anarchiste.org/
     
Chargement...
Discussions similaires
  1. Réponses:
    0
  2. Réponses:
    0
  3. Réponses:
    0
  4. Réponses:
    0
  5. Réponses:
    0
  6. Réponses:
    2
  7. Réponses:
    0
  8. Réponses:
    0