Chargement...

Film Martin Eden (Pietro Marcello, 2019)

Discussion dans 'Documentaires et films' créé par Dagomir, 17 Mars 2020.

  1. Dagomir
    Offline

    DagomirMembre du forum Membre actif

    84
    23
    55
    Fev 2020
    Belgium
    Martin Eden
    réalisé par Pietro Marcello
    2019
    129'
    vostfr


    [​IMG]

    "Le monde est donc plus fort que moi. A son pouvoir, je n'ai donc rien d'autre à opposer que moi-même, ce qui, en réalité, n'est pas rien. En effet, tant que je ne me laisse pas submerger, je suis moi-même une puissance. Et ma puissance est redoutable tant que j'aurai le pouvoir de mes paroles à opposer à celui du monde, parce que ceux qui construisent des prisons s'expriment moins bien que ceux qui construisent la liberté"

    A Naples, au cours du 20ème siècle, le parcours initiatique de Martin Eden, un jeune marin prolétaire, individualiste dans une époque traversée par la montée des grands mouvements politiques. Alors qu’il conquiert l’amour et le monde d’une jeune et belle bourgeoise grâce à la philosophie, la littérature et la culture, il est rongé par le sentiment d’avoir trahi ses origines.



    "Ce qui passionne encore plus Pietro Marcello, ce sont les loyautés contrariées de Martin Eden, son parcours de transfuge de classe, la trahison malheureuse de ses origines, «une histoire éternelle», alors qu’autour de lui naissent et s’affirment les ferments de mouvements populaires. La narration embrasse les étapes de cette ascension et de cette trahison dans un mouvement ample, dont l’aspect de fresque évoque lointainement certaines épopées de formation hollywoodienne, et l’on observe Martin se mettre à singer les manières de la femme qu’il convoite, se détacher de son milieu, passer à côté du socialisme - «peut-être ton seul salut devant la déception qui s’approche», lui intime pourtant un ami - et ne pas se rendre compte, alors que nous-mêmes le faisons, que les moments les plus justes de son existence seront sans doute ces années de galère, non leur achèvement. La félicité prend les traits du visage de Carmen Pommella, qui joue sa logeuse rencontrée dans un train, et l’héberge pendant ses années de vaches maigres. "

    («Martin Eden», lutte très classe )



     
    Stéphane Bazoches et allpower aiment ça.
  2. Stéphane Bazoches
    Offline

    Stéphane BazochesMembre du forum Membre actif

    385
    113
    6
    Juil 2017
    Homme
    France
Chargement...