Chargement...
  1. Pour consulter le Webzine : https://www.libertaire.net/articles

Luttes vertes Marrée noire : 16 millions de litre par jour depuis le 22 avril

Discussion dans 'Webzine - actualité des luttes et partage d'articles de presse' créé par Ungovernable, 17 Mai 2010.

  1. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 746
    278
    2,134
    Mar 2005
    Homme , 33 ans
    Canada
  2. anarchiste, autonome
    Marée noire : "une quantité abominable de pétrole dans les profondeurs"


    [​IMG]
    Galette de sable et de pétrole sur une plage de South Pass, en Louisiane. La compagnie pétrolière BP bataillait samedi pour guider les robots sous-marins qui doivent placer un tube à 1.500 mètres de profondeur pour tenter de colmater la fuite de pétrole à l'origine de la gigantesque marée noire dans le golfe du Mexique. (c) Reuters


    Le New York Times a révélé samedi soir que d'énormes quantités de pétrole ont été découvertes au fond du golfe du Mexique.

    Des scientifiques ont découvert la présence d'énormes nappes de pétrole à grande profondeur dans le golfe du Mexique, laissant supposer que la quantité de pétrole s'échappant du puits pourrait être bien pire que les précédentes estimations, rapporte samedi 15 mai le New York Times.


    Les nappes, d'une épaisseur d'une centaine de mètres, font 16 km de long et 5 km de large, précise le quotidien.
    "Il y a une quantité abominable de pétrole dans les profondeurs en comparaison avec ce vous voyez à la surface. Il y a une énorme quantité de pétrole sur plusieurs couches, qui s'étagent sur trois, quatre ou cinq niveaux", indique le NYT, citant une chercheuse de l'université de Géorgie, Samantha Joye.
    Les nappes de pétrole seraient ainsi en train de priver le golfe du Mexique d'oxygène avec pour risque de tuer la majorité de la faune marine dans la zone. Selon la scientifique, la quantité d'oxygène a déjà baissé de 30% près de ces nappes.


    Si cela continue, a-t-elle poursuivi, "vous pourriez avoir de l'oxygène à un niveau très bas qui mettra en danger la vie des animaux dans les deux mois. C'est alarmant".


    Les nappes sous-marines ont été découvertes par des scientifiques de plusieurs universités, travaillant à bord d'un navire de recherches, le Pelican, qui avait quitté Cocodrie, en Louisiane, le 3 mai, indique le Times.



    Polémique sur les quantités déversées
    Exploitée par BP, la plate-forme Deepwater Horizon a sombré à 80 km des côtes de Louisiane le 22 avril après une explosion et quelque 800.000 litres de brut se déversent depuis quotidiennement dans les eaux du golfe du Mexique.


    Mais une controverse est née sur la quantité de pétrole qui se déverse chaque jour dans le golfe du Mexique. Jusqu'à maintenant, les garde-côtes estimaient que ce volume tournait autour de 800.000 litres quotidiens. Mais selon des chiffres avancés par certains experts vendredi 14 mai, ce chiffre pourrait être multiplié par dix.

    Le volume de pétrole s'échappant des profondeurs du golfe du Mexique pourrait en effet être 5 à 20 fois supérieur aux estimations officielles, affirment même des scientifiques. Vu du ciel, la marée noire qui se répand sans discontinuer depuis l'explosion de la plateforme Deepwater Horizon, le 20 avril, a l'aspect d'une multitude de bandes orangées longues de plusieurs centaines de mètres.

    Une marée noire sous-estimée

    Steven Wereley, professeur d'ingénierie mécanique à l'Université Purdue, affirme ainsi que la fuite est 14 fois plus importante que l'estimation officielle de 800.000 litres par jour, a rapporté la radio publique américaine NPR. Le geyser sous-marin ayant été analysé à la demande de NPR en utilisant une technique qui traque les particules et calcule la vitesse de leur mouvement.
    Des conclusions que partagent deux autres scientifiques, Timothy Crone de l'Université de Columbia et Eugene Chiang, professeur d'astrophysique à l'Université de Californie. Les méthodes utilisées ayant été pourtant différentes.


    De son côté, l'océanographe de l'Université de Floride Ian R. MacDonald, a étudié la fuite de brut grâce à des images satellites, et a indiqué au New York Times qu'il pensait qu'elle était "facilement" quatre à cinq fois plus importante qu'estimée.


    Ces découvertes suggèrent que la marée noire est la pire catastrophe écologique de l'histoire aux Etats-Unis, devant la marée noire de l'Exxon Valdez qui avait frappé l'Alaska en 1989.



    BP conteste ces analyses

    Le groupe BP, qui exploitait la plateforme, a toutefois contesté ces analyses, affirmant qu'il n'existait pas de méthode fiable pour calculer le flux de pétrole qui s'échappe du puits au fond de l'eau.


    Le directeur d'exploitation de BP, Doug Suttles, a affirmé vendredi lors d'une interview sur la chaîne CBS que l'estimation officielle de 800.000 litres par jour était "raisonnable, mais très incertaine", insistant sur le fait que "depuis le début, il est difficile de quantifier précisément" la fuite.


    Un autre porte-parole de BP avait en tout cas souligné à l'AFP que l'estimation officielle émanait de l'Agence maritime américaine NOAA, une organisation fédérale, et était donc fiable. Le New York Times, citant des experts de BP, parle d'au moins 8 milliards de litres au total qui se trouveraient sous la plateforme.


    Le directeur général de BP, Tony Hayward a minimisé de son côté l'ampleur de la marée noire, la qualifiant de "minuscule" comparé au volume total d'eau dans laquelle elle se déverse. "Le golfe du Mexique est un très vaste océan. Le volume de pétrole et de dispersant que nous y déversons est minuscule par rapport au volume total d'eau", a tenté de minimiser le directeur de BP, Tony Hayward , dans un entretien publié samedi par le quotidien britannique Guardian.


    Barack Obama a quant à lui relativisé et déclaré que nul ne savait précisément quelle quantité de pétrole s'échappait dans le golfe du Mexique depuis l'explosion le 20 avril de la plate-forme Deepwater Horizon exploitée par BP, car des inspecteurs n'ont pas pu atteindre la tête du puits à quelque 1500m de profondeur.




    Sur le même sujet
    Obama se dit prêt à affronter la marée noire
    La fuite ne sera pas maîtrisée avant 8 jours
    BP affirme que la marée noire lui a déjà coûté 450 millions de dollars
     
  3. koukiak
    Offline

    koukiakNouveau membre Expulsé par vote

    9
    0
    0
    Mai 2010
    la marée noir ça craint, mais vaut mieux sa kune marée brune de faf en chemises brunes !!:antifa: :ecouteurs:
     
  4. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 746
    278
    2,134
    Mar 2005
    Homme , 33 ans
    Canada
  5. anarchiste, autonome
    Marée noire : le pétrole a cessé de s'écouler, mais la partie n'est pas gagnée

    Le pétrole a cessé jeudi de s'écouler dans le golfe du Mexique grâce à une opération de colmatage de la fuite, mais les autorités ont averti qu'il était trop tôt pour crier victoire face à la marée noire.

    L'interruption du flux était d'autant plus pressante que le pétrole s'est répandu à un rythme de deux à trois millions de litres par jour depuis plus de cinq semaines, selon une nouvelle évaluaation fournie par un groupe d'experts mandaté par l'administration américaine, un rythme trois à quatre fois supérieur à ce qui avait été estimé jusqu'ici.
    La catastrophe constitue la pire marée noire de l'histoire des Etats-Unis, a reconnu le président Barack Obama au cours d'une conférence de presse de plus d'une heure consacrée entièrement à ce sujet.
    Les équipes d'intervention "sont parvenues à stabiliser la tête du puits, ils ont injecté des liquides à l'intérieur. Ils ont arrêté l'échappement d'hydrocarbures", a affirmé le commandant des garde-côtes, l'amiral Thad Allen, à la radio WWL First News.
    "Tout le monde est prudemment optimiste, mais il n'y a pas encore de raison de crier victoire", a-t-il ajouté, notant que le puits n'était toujours pas cimenté.
    L'opération entamée mercredi par BP constitue le premier résultat positif pour boucher le puits et le premier vrai succès enregistré par le groupe britannique, dont les faits et gestes sont scrutés par Washington depuis le naufrage de la plateforme à l'origine de la catastrophe, le 22 avril.
    L'opération consiste à injecter depuis un bateau en surface une solution faite d'eau et de matières solides dans deux conduits qui mènent à la valve anti-explosion du puits, puis de sceller le puits avec du ciment.
    Il s'agit d'"une lutte titanesque entre le flot (de pétrole) et la solution que nous injectons dans le puits", a décrit le directeur exécutif de BP, Robert Dudley, sur la chaîne CNN.
    [​IMG] Mercredi, le directeur général de BP, Tony Hayward, a reconnu que "sept défaillances" étaient apparues avant l'explosion de la plateforme, sans préciser s'il s'agissait d'erreurs humaines ou de problèmes techniques.
    Selon le New York Times, citant un document interne de BP, le groupe aurait, après le naufrage de la plateforme, choisi l'option la plus risquée entre deux techniques de coffrage du puits, notamment pour des motifs économiques.
    Dans le cadre des opérations de lutte contre la marée noire, 125 bateaux de pêche qui participaient à des opérations de nettoyage au large de la Louisiane ont été rappelés par précaution, quatre membres d'équipage ayant signalé des problèmes de santé qui pourraient être liés à l'épandage de produits dispersants sur les
     
Chargement...
Discussions similaires
  1. Réponses:
    0
  2. Réponses:
    2
  3. Réponses:
    8
  4. Réponses:
    15
  5. Réponses:
    0
  6. Réponses:
    1
  7. Réponses:
    2
  8. Réponses:
    0