Chargement...
  1. Pour consulter le Webzine : https://www.libertaire.net/articles

Droits & libertés Londres veut ficher 11 millions d'adultes en contact avec des enfants

Discussion dans 'Webzine - actualité des luttes et partage d'articles de presse' créé par Ungovernable, 10 Octobre 2009.

  1. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 682
    242
    2,132
    Mar 2005
    Homme , 33 ans
    Canada
  2. anarchiste, autonome
    En l’état, ce système s’appliquerait à tout adulte participant à une activité avec des enfants de manière « fréquente » (une fois par mois) ou « intensive » (au moins trois fois par mois). En bref, tous les entraîneurs et parents volontaires qui participent aux activités de différents clubs de sports, les parents volontaires pour venir faire lire les enfants à l’école, une activité très répandue au Royaume-Uni, mais aussi les opticiens, dentistes, médecins et professeurs particuliers seraient concernés. Le contrôle s’appliquerait même aux parents recevant un enfant étranger dans le cadre d’un échange linguistique organisé par l’école.
    Le refus de se soumettre à ce contrôle serait puni d’une amende de 5.000 livres et d’une mention dans le casier judiciaire. Au total, 11,3 millions de personnes seraient concernées par ces nouveaux contrôles, soit un Britannique sur cinq ! (1)

    Des voix se sont élevées de toutes parts pour crier à la violation des libertés individuelles. Même la très puissante organisation caritative de protection de l’enfance, le NSPCC, s’est récriée et a exprimé ses craintes de voir des adultes « stigmatisés systématiquement ».

    Pour le parti conservateur, dans l’opposition, cette initiative gouvernementale est tout simplement « un signe supplémentaire de l’Etat policier » mis en place par le gouvernement travailliste. Les tories ont promis qu’en cas de victoire aux prochaines élections, attendues au printemps prochain, ils supprimeraient cette nouvelle mesure, tout comme l’introduction en cours des cartes d’identité (qui ne sont à l’heure actuelle pas obligatoires au Royaume-Uni).

    Le gouvernement a reconnu piteusement que les modalités d’application du système manquaient probablement de clarté. Ed Balls, secrétaire d’Etat à l’Enfance, a demandé à Sir Roger Singleton, auteur du rapport qui a mené aux propositions, de revoir sa copie d’ici le mois de décembre.


     
Chargement...
Discussions similaires
  1. Réponses:
    0
  2. Réponses:
    1
  3. Réponses:
    1
  4. Réponses:
    0
  5. Réponses:
    2
  6. Réponses:
    2
  7. Réponses:
    1
  8. Réponses:
    2