Chargement...

LIBERTISME

Discussion dans 'Activisme, théories et révolution sociale' créé par ziruz, 29 Mai 2008.

Nombre total de votes: 10

pour ou contre

Sondage fermé 28 Juillet 2008.
  1. pour le Libertisme

    10.0%
  2. contre le Libertisme

    10.0%
  3. ca m est indiferent

    50.0%
  4. conait pas

    40.0%
Les votes multiples sont autorisés.
  1. allpower
    Offline

    allpower  Comité auto-gestion Membre actif

    7 448
    906
    4,209
    Nov 2012
    Il a l'air bien barré, celui-là !
    Mais bon, il assume tellement son délire qu'il se planque derrière les fonctions invisibilité qu'offre ce forum...
    Bref, peu crédible !
    Et c'est même pas un contre-argument, car son délire new-age réac je m'en cogne !
     
  2. Marzhin
    Offline

    MarzhinLibertiste critique Compte fermé

    66
    3
    0
    Mai 2019
    Homme
    France
    Nul n'est tenu de s'y intéresser, si ça vous effroie tant. En fait, que vous vous cogniez de quelqu'un que vous stigmatisez d'emblée par allégations fallacieuses, sans place pour la discussion réelle, laisse à désirer. Et puis, ça vous fait du mal. Donc, je suis jugé sur mon libre-usage d'une fonctionnalité du forum (l'invisibilité) au prétexte qu'on voudrait pouvoir me surveiller ? C'est quoi cette liberté ? Vous vous êtes crus où, en vis-à-vis ? En attendant vous floodez et trollez.

    Ca me fait penser à ça.
     
  3. Ziggy-star
    Offline

    Ziggy-starMembre du forum Membre actif

    450
    65
    0
    Fev 2017
    France
  4. communiste libertaire, plateformiste, internationaliste, auto-gestionnaire, révolutionnaire, primitiviste
    Je répond juste sur ça parce que le reste est affligeant (prendre pour modèle une organisation basée sur la tradition qui par définition est une domination, le militarisme et l'aristocratie (qui vont ensemble)... D'ailleurs au passage l'aspect temporaire n'en fait pas quelque chose de moins autoritaire, et pour rappel cela a existé en République romaine et existe aujourd'hui en France)

    Le problème dans romantisme c'est "roman" ET "tisme", tout comme dans traditionnalisme et le rationalisme, le problème principal n'est pas le isme contrairement à ce que prétendent les pseudo penseurs comme toi qui artificialisent la pensée. Pour faire simple la forme n'est pas indépendante du contenu (et inversement). Ce n'est pas parce que tu enlèves l'aspect idéologique d'une pensée qu'elle est devient moins nauséabonde. C'est souvent le contraire d'ailleurs, elle devient moins saisissable, plus facile à incorporer et par conséquent plus dangereuse.
    Relayer le confusionnisme alors qu on se présente critique, ça interroge...
     
    ninaa apprécie ceci.
  5. Marzhin
    Offline

    MarzhinLibertiste critique Compte fermé

    66
    3
    0
    Mai 2019
    Homme
    France
    "Nauséabond", la boule puante sous-jacente à toutes les critiques est enfin lâchée. Et puis, tu m'opposes des jeux de mots sur mes propres raisonnements linguistiques, c'est évidemment rhétorique mais ça ne touche pas au fond. Par contre, tu es certainement celui à mes yeux qui est le plus futé, et judicieux dans son analyse, pour le moment, encore que ça reste au niveau d'affirmations personnelles. Enfin je serais revenu commenter les autres sur leurs éléments de valeur quand même, toute récrimination bue.

    Le problème essentiel de @ninaa@ninaa, qui t'apprécie, c'était la mentalité mishomosexuelle des Vikings. Seulement on ne voit pas en quoi, de base, le libertisme tel qu'exposé par tes bons soins au début, était dans cette mentalité. Ensuite, ce qui la faisait tiquer, c'était évidemment l'admission belliciste. Elle a dit militariste, mais je n'ai pas lu que le libertisme était militariste tel quel, d'autant plus que les Vikings ne disposaient pas d'armée. La définition du libertisme s'en tient à admettre le guerroiement en cas de besoin, ce qui est loin d'être vil, bête et brutal, etc. C'est qu'on a besoin de modèles, de références, d'inspirations, c'est un façon édifiante de faire de l'Histoire, qui cherche à séparer le bon grain de l'ivraie puisqu'il n'est pas question d'entrer ni dans une mentalité mishomosexuelle, ni guerrière-pour-la-guerre. Croire que les Hommes n'ont pas besoin de savoir se défendre personnellement est une illusion dangereuse, qui livre à tous les gourous. Vous ne faîtes d'ailleurs rien d'autre que défendre vos modus vivendi escomptés, en me répondant, au même titre que moi. C'est-à-dire que nous sommes tous pareils : c'est, si vous voulez, de conatus spinozien.

    On dirait que pour vous, les références, les inspirations, les modèles, devraient être pris tels quels. C'est un peu sommaire, comme mentalité. Ce serait comme dire qu'il faudrait être le clone sériel de nos parents, ou du moins de l'un d'entre eux. Ce n'est tout simplement jamais possible, et si c'était le cas la tradition n'aurait jamais évoluée jusqu'à nos jours. Vous n'êtes pas réalistes, mais fantaisistes, en reprenant le libertisme à ce prétexte.

    C'est là qu'@allpower@allpower croit bon de dire que c'est bizarrement new age et réac : la boule puante ... Alors, bon. Les réacs new age, s'ils existent, ce furent en premier les Nazis. On en est loin, avec le libertisme, puisque la démarche est plutôt personnaliste communautaire pour commencer. Certainement, elle n'est pas individualiste radical. C'est un fait. Seulement dire qu'il faudrait tout recommencer radicalement à partir de maintenant, abstraction faite du passé (tabula rasa philosophique, "du passé faisons table rase" révolutionnariste), c'est en fait une erreur nihiliste soulignée par Albert Camus, dans l'Homme révolté. On ne crée rien ex nihilo, et si vous croyez cela vous êtes prisonniers de schèmes mentaux largement relevés par Jean Baudrillard et Alain Badiou. Ces deux-là sont des références incontournables, à ce propos.

    Mais je reviens à Albert Camus : Albert Camus prône un syndicalisme, à la fin de l'Homme révolté, qui n'est pas sans me faire penser à une démarche altermondialiste, à condition d'entendre cet altermondialisme dans sa dimension de terrain avant tout. Eh bien, quand je disais que le libertisme présentait un versant écosocialiste (c'est de personnalisme communautaire, aussi, à l'échelon local, donc), c'est bien vers un tel type d'altermondialisme de syndics, que l'on tend.

    Le problème fondamental, les amis, c'est celui de l'égalité. Pour le libertiste, elle n'est pas donnée, ce que tendrait à prôner un Jacques Rancière aujourd'hui, ou même Alain Badiou, mais je pense aussi à Slavoj Zizek. Pour eux, l'égalité politique est postulat de base, rendant possible le monde commun. Du coup, il est évident que, pour en avoir une, il faut un pacifisme asolu, à partir duquel la liberté - entendue comme disponibilité existentielle, spontanéité affairée, envie pure (du fantasme à la réalité en passant par le rêve et tous les projets) - peut se déployer. Mais pour le libertiste, il me semble que l'égalité est une francheté et une pugnacité existentielles, qui se mérite. D'où la référence à l'aristocratisme qui vous dégoûte tant, seulement il faut s'y entendre.

    De fait, les enfants ont besoin d'initiation et de protection, tout en pouvant expérimenter et se mesurer, pour en arriver à cette dignité libertiste. Il y a là un principe de sélection de type darwinien, socialement, dont je comprends très bien qu'il puisse dégoûter, quand on veut un monde merveilleux. Seulement, ce n'est pas comme si la définition du libertisme n'incluait pas l'antispécisme et la bonté. Donc ça n'est pas un darwinisme social pur et dur, mais un principe d'élévation : c'est qu'il s'agit d'élever tout le monde à la dignité de l'être-libre, au lieu que de la lui donner comme on naît avec une cuiller d'or dans la bouche, au cas où l'égalité n'a jamais à être value. Je devine qu'un tel principe de rigueur fasse tiquer tous les principe de bonheur, sauf que le libertiste y trouve son bonheur, en cette rigueur, aussi.

    Quel totalitarisme lui empêchera de se sentir libre ainsi ? Celui de l'égalitarisme-donné ? Le libertiste est un nietzschéen conséquent, comme on voit, contrairement aux inspirations nietzschéennes d'autres mouvements libertaires. Mais faudrait-il renier le modèle, la référence, l'inspiration nietzschéennes de ces mouvements, au prétexte que tout ne leur correspond pas ? ... Chez les Vikings, tout ne correspond pas au libertiste.

    C'est pour ça que mon aïeul Montaigne dit : "Comparaison n'est pas raison.", surtout quand elles sont sommaires.
     
  6. Ziggy-star
    Offline

    Ziggy-starMembre du forum Membre actif

    450
    65
    0
    Fev 2017
    France
  7. communiste libertaire, plateformiste, internationaliste, auto-gestionnaire, révolutionnaire, primitiviste
    Évidemment parce qu'il n'y a rien à dire sur le fond. Les théories que tu sembles défendre son celles d'un anarchisme de droite et mystique.
    Et l'idealisation antique a toujours tendance à m'exaspèrer.
    Tu parles de la cité en oubliant que derrière il y a cité état. Tu passes rapidement sur la dimension guerrière et partitionnelle de l'organisation de ces sociétés. Et tu ne sembles pas voir le problème que pose l'aspect traditionnelle de l'organisation politique d'une société. C'est une domination, pas la même que nous connaissons aujourd'hui mais c'est une domination qui par conséquent doit être combattue.

    Rectification: je n'ai rien exposé du tout

    Moi qui pensait que la liberté avait "un coût, un prix, une valeur"
    Comment peut-on se considérer libre si les autres ne le sont pas ?
    Il me semble que Montaigne ne me contredirait pas....

    Je suis d'accord sur le fait que malheureusement du passé nous ne pouvons faire table rase et que les modèles doivent être discuté dans leur complexité. Mais ton approche est globalisante et fixée
    D autre part la tradition n est pas une chose en soi, c'est un mouvement, une modalité fondatrice d'organisation et de transmission. La question n'est pas de savoir ce qu'est la tradition mais comment elle est envisagée

    C'est bien ça le problème

    Ahhhhh... Bizarrement je l'attendait. Camus et ses apôtres ont dévoyé le sens du mot libertaire. (et celui de socialisme dans une moindre mesure, ce ne sont pas les seuls). Je vais pas m'étendre sur ce sujet qui mérite certainement un topic à lui seul, pour moi cela n a rien à voir avec l anarchisme.

    Oui la liberté est une exigence mais du point de vue matérialiste, elle ne peut pas être aristocratique

    Encore une fois le problème n'est pas la rigueur mais son imposition. Un enfant n'est un enfant que parce que la société le décrit comme telle. La liberté ne se donne pas plus qu'elle ne s apprend. La liberté en tant qu'exigence doit le demeurer.

    Nietzsch est une référence mais il reste idéaliste. Loin de lui nier un intérêt, faire correspondre ça pensée à l'extérieur de l'individu est une erreur. C'est un penseur de l'homme qui se regarde dans le miroir du présent. Et le laisser à sa place ne serait pas lui faire déshonneur (merci pour lui)
     
  8. Marzhin
    Offline

    MarzhinLibertiste critique Compte fermé

    66
    3
    0
    Mai 2019
    Homme
    France
    Non, c'était @ziruz@ziruz, en effet, ça commence pareil et ça produit le même avatar.

    Je te répondrai plus tard en substance, néanmoins c'est encore bourré d'affirmations personnelles, de préjugés et d'allégations fallacieuses. Cela demanderait une énergie et un temps que je n'ai pas là. Tout ce pour quoi je suis de retour, c'est au sujet de l'auteur des Libertistes (1974) : impossible de trouver des références à ce livre, de par les Internets. Par contre, on devine qu'un certain Dan Derieux correspondrait, auteur de livres d'aventure contemporains. J'en reproduis ici une biographie succincte, probablement rédigée par lui-même, comme cela arrive couramment dans le monde de l'édition, tirée du site Rakuten.fr :
    Autant dire qu'on a connu des mouvements plus émulateurs a priori, et que ça n'a semblé émuler que son romantisme inconscient. Pour ma part, je ne suis pas un romantique : reconnaître le romantisme là où il est, c'est reconnaître un fait entre les faits, conséquemment. Et ce n'est pas, en soi, un contre-argument que le romantisme, la preuve par la vie de ce type : si ça l'émule. Combien de tee-shirts Che Guevara vendus dans le monde ? La Révolution est aussi un romantisme, et pas que la Révolution. Quid des Netchaïev, etc. ? toujours des romantismes. Albert Camus a eu le génie de mettre en garde contre ça.
     
  9. Ziggy-star
    Offline

    Ziggy-starMembre du forum Membre actif

    450
    65
    0
    Fev 2017
    France
  10. communiste libertaire, plateformiste, internationaliste, auto-gestionnaire, révolutionnaire, primitiviste
    Point d'affirmation personnelle, je ne fais qu exposer les limites de ton raisonnement.
     
  11. Marzhin
    Offline

    MarzhinLibertiste critique Compte fermé

    66
    3
    0
    Mai 2019
    Homme
    France
    Un anarchisme de droite et mystique
    Je ne vois pas en quoi, de soi, ce serait un problème. C'est qu'il faut s'entendre sur les termes. Je me demande comment l'anarchisme, d'ailleurs, serait spécialement de gauche, puisqu'il est largement individualiste et contractualiste. Ces éléments, sont souvent critiqués par la gauche plus solidariste et collectiviste. Au fond l'anarchisme est prétendument "à gauche" uniquement parce qu'il est en posture minoritaire-contestataire, et que la posture minoritaire-contestataire est culturellement associée à la gauche, non à la droite.

    De plus, ce qui est culturellement associé à la droite - la hiérarchie, l'inégalité - est un élément que l'on retrouve dans le gauchisme évidemment (rien que la notion d'avant-garde) mais que l'on retrouve dans l'anarchisme : c'est de dynamique des groupes, et at least tu as toujours des petit-es malin-gnes, des charmeur-ses, voire des grandes gueules quand on les laisse trop s'exprimer (généralement elles préfèrent le gauchisme du coup), des éminences grises, mais rien que des phénomènes structurels de comités, de lieux de fréquentation (selon fréquentation), d'ancienneté, etc. font jouer dans tous les groupes gauchistes et/ou anarchistes, des phénomènes hiérarchiques inégalitaires à caractère tribaux (je n'ai rien contre, mais il faut reconnaître la conséquence, le fait tribal, hiérarchique inégalitaire de la simple dynamique de groupes). Cf. aussi Michel Maffesoli sur le néo-tribalisme.

    La droite assume évidemment plus clairement ces dynamiques de groupe, au point d'en admettre tous établissements formels (le-la président-e, le-la chef-fe d'entreprise, notamment), mais aussi l'actionnaire évidemment, ou bien le-la banquier-e, et ainsi de suite : autant d'instances et d'institutions qui négocient et s'affairent lucrativement, en admettant encore flex les hiérarchies plutoniennes (ploutocratie). Mais, là où ça devient encore plus complexe, c'est quand les droitards sont comme des Soviets planificateurs, à la tête de leurs grandes entreprises influentes, mais aussi qu'ils sont comme des Anars, dans leurs jeux inter-personnels - au moins idéologiquement, superstructurellement.

    Alors, quant à la mystique, j'aimerais bien qu'on exprime ce qu'on veut dire par là. L'utopie anarchiste (et ce terme d'utopie n'est pas un gros mot, puisque c'est en se donnant une vision d'un monde qu'on progresse, mais remarquez aussitôt que le droitard fonctionne aussi à travers des projets à-réaliser) ... bref, l'utopie anarchiste est elle aussi animée d'une mystique, à ce compte, celle d'une humanité transfigurée. Le mot de Péguy s'applique entièrement à son compte : "Tout commence en mystique et s'achève en politique."

    En définitive, gauche-droite sont des notions relatives. Par contre, ce qui ne me semble par relatif, c'est l'affairisme lucratif qui réunit la gauche systémique, la gauche des "Nouveaux Philosophes" (depuis les années 70, et mauvais philosophes, avec des BHL par exemple, ou des Glücksman, etc.) à la droite mondialiste (remarquez comme le mondialisme est un internationalisme !). Au final, cela donne le centrisme, et le centrisme, tyrannie du bonheur, me semble bien plus dangereux, parce qu'il s'exprime dans les termes de l'internationalisme, du pacifisme, de la tolérance, de la bonté, et de l'affairisme lucratif (ou capitalisme libéral, comme on dit plus souvent, seulement les capitalistes libéraux ne se vivent pas comme tels, mais bien comme passionnés par l'affairisme lucratif, leurs jobs).


    L'idéalisation antique
    Que l'idéalisation t'exaspère, ça tombe bien et ça nous fait un point commun. Seulement il n'était pas question de cela. Tu joues de mauvaise volonté allons : dès ma première intervention, je n'en étais pas là. Alors tu m'accuses facilement de "ne rien dire sur le fond" seulement c'est très clair : il y a, d'une part, le romantisme. Ce romantisme est hérité du XIXème siècle. En France, on mythifie la figure de Vercingétorix, etc. évidemment. Seulement, il n'était pas question de cela : vous faîtes semblant de ne pas comprendre.

    La référence, le modèle, l'inspiration passée - phénomène que tu admets comme si tu en détenais l'évidence, alors que je l'ai amené avec la même évidence - aux Celtes, surtout, a été fait sur la question des communautés non-panceltiques, non-nationalistes, non-racistes. Ensuite évidemment, le libertisme aménage dans le monde post-moderne.

    Et puis, c'était sur la question de devenir digne d'égalité, noblement, et non de liberté. Alors tu poses une quetion à côté, du coup : "Comment peut-on se considérer libre si les autres ne le sont pas ?" ... Dans le libertisme tout un chacun est précisément posé comme libre, et c'est précisément en tant que libre qu'il doit faire ses preuves à mériter sa dignité égalitaire.

    C'est là que joue le personnalisme communautaire, sur lequel tu jettes un voile de dédain sans explication, sans contre-argument, au prétexte que ça suffirait un peu comme de lancer "nauséabond" ou comme un autre lançait "réac new age". Mais je souris des yeux en lisant cela : ce sont belles et bien des allégations fallacieuses, des étiquettes stigmatisantes, des comparaisons qui se veulent des raisons, sauf qu'elles fonctionnent réflexes sommairement comme si elles détenaient la science infuse. On voit bien qu'on en est loin.

    Alors rien ne te permet de dire "ton approche est globalisante et fixée", sauf l'intention de discréditer à bon compte. Je suis précisément extrêmement fluide et prudent dans mon maniement des arguments, et c'est justement cette science infuse réflexe qui s'est d'emblée fixée sur mon compte. Il n'y a pas de Nazis dans ce débat, mais je ne suis pas le plus proche du nazisme entre nous, c'est certain. "La tradition n est pas une chose en soi, c'est un mouvement, une modalité fondatrice d'organisation et de transmission" : c'était précisément ce que je disais et que tu reprends incompréhensiblement à ton compte contre moi, celui qui l'a déjà dit. "La question n'est pas de savoir ce qu'est la tradition mais comment elle est envisagée" : ce que précisément je fais depuis le début, de telle sorte que je n'ai décidément pas l'impression qu'on veuille bien me comprendre.

    Ainsi Albert Camus, ah tu l'attendais ... comme s'il y avait quelque chose à attendre ... mais je ne parlais d'Albert Camus "et ses apôtres" (qui ? tu pensais à Michel Onfray ? je ne suis certainement pas onfrayien, pas plus que camusien) que sur un point précis. Alors tu tentes de discréditer en discréditant la référence, comme si elle était essentielle, et d'ailleurs disqualifiante en elle-même. Mais je ne le citais que sur la question du nihilisme. Donc bon, encore des allégations fallacieuses, sur la base de préjugés, justes bons pour discréditer ton interlocuteur à la grande gloire de ... quoi, au juste ? un libertarisme qui me semble bien trop essentialisé. Kropotkine, très bien. Mais tous les anarchismes ne s'y résument pas.


    Nietzsche
    "Nietzsch est une référence mais il reste idéaliste." Tu voulais un topic sur la question de l'imputation d'un dévoiement de l'idée libertaire par Albert Camus (comme si donc il y avait UN Libertarisme Figé), je te dirais la même sur cette question de l'idéalisme. Mais j'imagine que tu le dis idéaliste, sous l'angle matérialiste que tu défends : "Oui la liberté est une exigence mais du point de vue matérialiste, elle ne peut pas être aristocratique."
    Seulement, d'une part, même dans le matérialisme il y a des courants (Karl Marx lui-même, lorsqu'il parle de gel symbole des mutations de la valeur, est-il bien matérialiste d'ailleurs ? on dirait un alchimsite ! pertinent philosophiquement, mais comme détourné du matérialisme pur et dur, au profit d'une forme d'idéalisme) ... et, d'autre part, cette tendance à se réclamer du matérialisme, qui est largement le fait de certains courants marxistes, notamment historiques, se sont parfaitement bien servis de la notion de matière pour prétendre détenir la logique du réel en soi, la "réellogie" (comme si elle existait), au service donc de manipulations idéologiques (alors qu'ils prétendaient ne pas en faire, de l'idéologie, et que l'idéologie ne devait être que bourgeoise dans leur bouche, ainsi que l'idéalisme, etc.).

    Et puis, ce n'est pas comme si des paragraphes nietzschéens étaient très clairs, devant l'idéalisme, mais il est vrai que Nietzsche parle d'idéalisme bien plus comme tendance-à-se-faire-des-idées : ce qu'on se fait beaucoup trop en face de moi. La question du réalisme, ici, dont Nietzsche serait dans son genre perspectiviste, c'est la question, justement, des inévitables dynamiques de groupes avec hiérarchisations inégalitaires. Le libertiste, dans sa bonté, pose tout le monde libre, à devoir développer une francheté-pugnacité rendant digne de l'égalité dans le groupe, capable d'endurer ces dynamiques inévitables et d'y faire sa place, quitte à élever. Ce que, d'une certaine manière, tout le monde fait toujours et partout sans bien le savoir (la fameuse "lutte pour la reconnaissance" hegelienne, qui inspira tant Marx à t'en faire une lutte des classes, mais d'abord et avant tout le conatus spinozien dont j'ai déjà parlé, et bien sûr la notion de volonté de puissance nietzschéenne, qui désigne précisément cela dans la perspective noble d'une création de valeurs, loin après la petite politique politicienne).

    Enfin tu crois me donner une leçon nietzschéenne, et mes yeux rient (merci pour moi). Il faut avoir beaucoup d'amour et beaucoup d'espérance, pour vous répondre à tous qui discréditez tant pour le plaisir.
     
  12. Ziggy-star
    Offline

    Ziggy-starMembre du forum Membre actif

    450
    65
    0
    Fev 2017
    France
  13. communiste libertaire, plateformiste, internationaliste, auto-gestionnaire, révolutionnaire, primitiviste
    Étant donné que tu me reproches de faire ce que tu fais, je vais simplement rectifier les affirmations fallacieuses que tu écris

    1) l anarchisme n est pas largement individualiste, certains le sont d'autres non. Je vois pas ce qui te permet de dire que l individualisme est majoritaire
    2) l'anarchisme n'est certainement pas contractualiste. Le contractualisme est le fondement de l'état.
    3) juste au passage, le gauchisme s'oppose à l'avant garde.
    4) pour répondre sur le fond: l anarchisme de droite pose très clairement problème, pour l immatérialisme associé, pour la question de la lutte des classes, la hiérarchie,...
    5) une utopie présentée comme une utopie restera une utopie. La réalisation anarchiste necessite un engagement matériel présent.
    6)C'est bien ça que je reproche si l'égalité n'est pas au même plan que la liberté alors tu n'es pas libre.
    7) sur le personnalisme communautaire je passe rapidement parce que ça n'a pas grand intérêt. Je rejette l individualisme, y compris la forme libéralisée que tu viens nous présenter
    8) mon intention n est pas de discréditer un propos fumeux énoncé par un anonyme sur internet (j'ai d'autres choses à faire), j expose juste les limites de ton propos.
    9) donc je répète ton propos est globalisant et fixé, je ne parle pas de la façon dont tu t exprime mais ton approche conceptuelle. Tu regardes les Vikings en disant (je caricature évidemment): cette société est formidable ! Transposons la!

    10) sur camus c'est pas contre toi, c'est contre camus. Tu n ai pas obligé de prendre tout personnellement.

    11) l'anarchisme est matérialiste

    12) Oui je fais une "leçon" sur Nietzsche parce que tu dénature sa pensée.
     
  14. allpower
    Offline

    allpower  Comité auto-gestion Membre actif

    7 448
    906
    4,209
    Nov 2012
    Et blablabla !
    Trop saoulant, ce pseudo intello à 2 balles !
    Non seulement il se prend grave au sérieux mais il nous la joue "anarchiste de droite et mystique" !
    J'hallucine ! Un vrai cas d'école !
    Retourne donc sur ton forum où 2-3 philosophes narcissiques aiment blablater entre eux sans bouger leur cul !
     
  15. allpower
    Offline

    allpower  Comité auto-gestion Membre actif

    7 448
    906
    4,209
    Nov 2012
    Un vrai boulet, avec son avatar "je me la pète trop" !
    Plutôt que te manucurer et faire ton brushing, va mettre les mains dans le cambouis et Lutte !
     
  16. Marzhin
    Offline

    MarzhinLibertiste critique Compte fermé

    66
    3
    0
    Mai 2019
    Homme
    France
  17. allpower
    Offline

    allpower  Comité auto-gestion Membre actif

    7 448
    906
    4,209
    Nov 2012
    Wouah !!!
    Le premier post intéressant de ce dandy qui se la joue derrière du verbiage réac et un avatar de beau gosse !
    Et qui semble croire qui peut le faire tranquillos ici !
    C'est clair, va jouer ailleurs !
     
  18. Marzhin
    Offline

    MarzhinLibertiste critique Compte fermé

    66
    3
    0
    Mai 2019
    Homme
    France
    Je ne vois pas pourquoi tu serais jaloux.
     
  19. allpower
    Offline

    allpower  Comité auto-gestion Membre actif

    7 448
    906
    4,209
    Nov 2012
    Mais mon pauvre ami, t'es qu'un bouffon qui ne fait que l'apologie de l'individualité/égoïsme, d'une idéologie réac, mystique et complètement déconnectée de la vraie vie !
    Ce forum se veut un relais des Luttes, un endroit où peuvent débattre ceux et celles qui prônent et/ou sont intéresséEs par l'idéologie libertaire/anarchiste/autonome...
    C'est pas un endroit où des pseudos gourous de merde peuvent se la jouer, où des pseudos intellos peuvent balancer leurs idées de merde tout en se masturbant sur leur phrasé !
    T'as franchement rien à faire ici !
    Si t'es pas capable de comprendre ça, malgré ton "super intellect"... Que te dire !
     
  20. allpower
    Offline

    allpower  Comité auto-gestion Membre actif

    7 448
    906
    4,209
    Nov 2012
    Jaloux d'un type qui vient troller ce forum car le sien n'est qu'un ramassis de 2-3 pseudos intellos sans avenir vu leurs 5-6 blablablas insipides et réacs ?
    Laisse-moi rigoler !
     
  21. allpower
    Offline

    allpower  Comité auto-gestion Membre actif

    7 448
    906
    4,209
    Nov 2012
  22. Marzhin
    Offline

    MarzhinLibertiste critique Compte fermé

    66
    3
    0
    Mai 2019
    Homme
    France
  23. allpower
    Offline

    allpower  Comité auto-gestion Membre actif

    7 448
    906
    4,209
    Nov 2012
    Je crois pas, non !
     
  24. Marzhin
    Offline

    MarzhinLibertiste critique Compte fermé

    66
    3
    0
    Mai 2019
    Homme
    France
    Moi non plus, puisque, entre autres, il y a un contractualisme proudhonien. Le réel charrie des complexités idéologiquement insolubles. Et il faudrait que la fraternité règne avant tout, ce qui n'est décidément pas le cas puisqu'on se comporte devant moi comme des racistes devant un Arabe. Enfin, chez les Vikings, il y avait aussi des tensions, vous me direz. Bande de militants en carton.
     

Les membres qui ont lu cette discussion dans le dernier mois (Total: 10)

  1. Marzhin
  2. depassage
  3. ninaa
  4. allpower
  5. Ziggy-star
  6. pilou-ilou
  7. YoungResignation
  8. mc²
  9. Ungovernable
  10. Anarchie 13