Chargement...

LIBERTISME

Discussion dans 'Activisme, théories et révolution sociale' créé par ziruz, 29 Mai 2008.

Nombre total de votes: 10

pour ou contre

Sondage fermé 28 Juillet 2008.
  1. pour le Libertisme

    10.0%
  2. contre le Libertisme

    10.0%
  3. ca m est indiferent

    50.0%
  4. conait pas

    40.0%
Les votes multiples sont autorisés.
  1. ziruz
    Offline

    ziruzMembre du forum Membre actif

    75
    0
    0
    Mai 2008
  2. libertaire, internationaliste, auto-gestionnaire, anarcho-fédéraliste, progressite
    Ce courant de pensée est inspiré par le mode d'organisation de certains clans Vikings. Les Scandinaves n'étaient pas tous Vikings et les Vikings n'étaient pas tous libertistes : liberté de l'individu dans l'harmonie de la solidarité du clan ce qu'ils nommaient : le Hreptr. Les libertistes sont proches de la nature et des animaux qu'ils protègent comme leurs familles. Ils rejettent tous les dogmes et s'appuient sur leurs valeurs ancestrales afin de les honorer au mieux leur vie durant. Ils sont : libres, loyaux, altruistes, courageux, solidaires, généreux, audacieux, discrets, respectueux, braves, dignes, optimistes, joyeux, tolérants, fidèles, hédonistes,...Ils ont le sens de l'honneur et du mérite, privilégiant la paix et l'harmonie aux combats et à la violence, la construction à la destruction, la protection des faibles et des animaux, l'élégance dans l'action et dans les mœurs,... mais ils n'en demeurent pas moins des farouches guerriers qui sommeillent. Cette noblesse d'esprit conjuguée à la liberté de l'individu, fait que les libertistes forment une certaine aristocratie. Aristocrates au sens noble du terme, car ce mot a été dévoyé et on lui donne aujourd'hui une définition péjorative. Les Vikings libertistes sont en effet aristocrates dans le sens où chaque individu est libre et peut devenir un guide temporaire dans le clan, dans son domaine de prédilection : le meilleur guerrier mène les combats, le meilleur commerçant mène les transactions, le meilleur navigateur mène le navire... Donc aristocrates uniquement dans le sens : "un pouvoir temporaire au meilleur" et "dans la défense des valeurs qui élèvent la dignité de l'homme". Un Viking libertiste ne supporte pas la hiérarchie aussi il demeure toujours un homme libre quelle que soit sa richesse ou sa naissance. Il ne supporte pas l'autorité, et refuse toutes allégeances à un maître ou à un dieu, car les Dieux sont sa parentèle



    alors qu en penser vous , votre avis ???
     
  3. le_vieux
    Offline

    le_vieuxVieux con Expulsé par vote

    1 527
    0
    2
    Jan 2008
    Mon avis, c'est de la connerie en barre, on n'est plus au temps des vikings.
    La référence au glorieux passé scandinave et autres conneries, c'est bon pour les fachos.
    On n'en a rien à battre des clans, de l'honneur et de l'aristocratie. Y a pas besoin de se prendre pour un viking pour être libre, et heureusement.

    Par contre, si tu avais quelque chose de plus complet du point de vue historique, ça pourrait toujours m'intéresser, pour la connaissance, pas comme modèle à suivre pour une société moderne.
     
  4. ziruz
    Offline

    ziruzMembre du forum Membre actif

    75
    0
    0
    Mai 2008
  5. libertaire, internationaliste, auto-gestionnaire, anarcho-fédéraliste, progressite
    la suite de la demande de "le_vieux" de donne des precision sur le sujet d un point de vu historique




    Historique
    Le mot libertisme apparaît dans l'essai Les Libertistes (1974) de D. Derieux, militant et écrivain libertaire individualiste, par opposition à « collectivisme et capitalisme ». Le néologisme construit sur un modèle alors répandu chez les anarchistes par l'usage du terme libertaire (individualiste). Le libertisme est un mouvement libertaire, fondé le 8 juin 1974 à Paris par Dan et Marc Derieux.


    Libertaires libertistes
    Dans les années 2000, un groupuscule libertaire est apparu et a revendiqué, dans un "manifeste du libertisme" (libertaires libertistes), se distinguer des totalitaires, des autoritaires et des différents courants dogmatiques du mouvement anarchiste-libertaire (libertaires totalitaristes ou autoritaristes). Les libertaires libertistes se disent, entre autres, s'inscrire dans la lignée des pensées politique, philosophique, scientifique et religieuse des anarchistes, de Friedrich Nietzsche ("Dieu est mort"), d'Albert Einstein ("Tout est relatif"), de Paul Feyerabend ("Tout est bon") et de George Fox (quakerisme : "Lumière Intérieure").


    Postulat
    Les libertaires libertistes partent du postulat que "Rien n'est Absolu mais que tout est Relatif dans notre monde Matériel, Sensible, Vivant, Phénoménal, Visible...". A partir de ce constat, chaque individu humain et/ou la société humaine doit(vent), devrait(aient) acquérir une vision absolument relativiste (libertaire) pour être en interférence avec la logique de ce monde Matériel. Car une vision absolutiste (totalitaire) ou une vision relativement absolutiste (autoritaire) du monde Visible est un non-sens, une aberration au bon sens commun, à la Raison (sur-population, pollution excessive, systèmes politiques...de domination et de soumission, exploitation économique et sociale, production et consommation établies sur la rentabilité-profit, discrimination et exclusion sociales, ségrégation raciale, manipulations mentales de macro- et micro-sectes...).

    La conscience absolue, la connaissance absolue, la maîtrise absolue, la liberté absolue, l'égalité absolue, la fraternité absolue, l'amour absolu... n'existent pas et n'existeront jamais sur notre planète Terre.

    La société libertairement libertiste ne sera pas l'Eden du monde de l'Absolu (le crime, la maladie, la souffrance, la mort... existeront toujours dans le monde de la Relativité). Néanmoins, la vision libertairement libertiste a et aura le privilège et le mérite d'atténuer considérablement toute quête affective, matérielle, intellectuelle, physique, métaphysique... établies selon une vision totalitaire ou autoritaire ET/OU libertairement totalitariste ou libertairement autoritariste.


    Organisation et/ou gestion
    Les libertaires libertistes sont attachés à une organisation et/ou à une gestion établie-s-, non pas selon une conception totalitaire (vision absolutiste du monde : mandat à vie et délégation absolue de tous les pouvoirs à un individu ou à un groupe d'individu) ou selon une conception autoritaire (vision relativement absolutiste du monde : semblant de souveraineté pour les citoyens -infantiles ou infantilisés- qui transfèrent, délèguent dans l'Absolu, mais relativement, c'est à dire pour 3-4-5... ans, tous les pouvoirs à un individu ou à un groupe d'individu), mais selon une conception libertaire (vision absolument relativiste du monde : véritable démocratie directe des citoyens du monde local et/ou global qui ont véritablement les pouvoirs d'orientation, de détermination, de décision, de contrôle et de révocabilité des élus mandatés -à court et/ou à long terme- investis seulement d'une mission -exécutive- de coordination, d'animation, d'information, de formation). En conséquence, les citoyens du monde local et/ou global doivent, devraient changer de mentalité ("changer la vie") c'est à dire accompagner toute conscience, toute connaissance, toute maitrise de soi, d'autrui, de son environnement naturel, social, économique, politique, religieux... d'une vision absolument relativiste du monde des êtres et/ou des choses, du bien et/ou du mal...

    Les libertaires libertistes ont un projet d'équité ayant pour fondements éthiques :

    L'autonomie, l'initiative et la responsabilité individuelle et/ou collective, la solidarité, l'entraide, la mise en commun et le partage égalitaire (suivant les besoins de-s l'individu-s, des-du peuple-s) des richesses terrestres (matières premières, produits agricoles, maritimes et industriels...), le droit à tous et à chacun d'acquérir un confort matériel minimum et/ou maximum (habillement, logement, électricité, eau, gaz...), d'accéder aux différentes infrastructures et/ou superstructures culturelles (art, sport, voyage linguistique...), de pratiquer librement sa philosophie ou sa religion dans le respect libertairement libertiste de soi et/ou d'autrui...
    La société libertaire aura pour principes organisationnels : le fédéralisme libertaire (organisation politico-socio-culturelle qui assurera sous forme de contrat mutuel -partenariat- les rapports individuels et/ou sociaux entre eux : individu, quartier, commune, entreprise, association...) et de la gestion directe ou autogestion libertaire (l'organisation et la gestion des moyens de production, de distribution et de consommation (sous-sols, sols, instrument de travail, produit de fabrication et de consommation...) et des services (hôpital, université, magasin de consommation...) se feront par le-s travailleurs lui-eux même-s). Suivant les besoins de chaque individu et/ou de chaque famille (selon ses besoins, à chacun ses biens ; selon ses capacités, à chacun son travail), la distribution des biens consommables (suivant l'intensité et/ou l'amplitude de la demande et des conditions de production) se fera sur le tas-palette (le troc émane de sociétés antiques et médiévales structurées selon un système de domination et de soumission et dépourvues, non pas comme les sociétés capitalistes du 19ème et 20ème siècles, de mesures monétaires draconiennes).

    Universalisme [modifier]
    Les libertaires libertistes proclament qu'ils sont la troisième voie (totalitaire, autoritaire, libertaire) de la troisième voie (libertaire totalitariste, autoritariste, libertiste).

    Les libertaires libertistes revendiquent être les véritables partisans de Dieu, du Grand Esprit, du Grand Architecte, du Tao, de l'Inconscient... et/ou de l'Existence empirico-rationnelle (l'Expérience et/ou la Raison). Pourquoi véritables ? Parce que les libertaires libertistes ne veulent pas imposer totalitairement ou autoritairement la vision absolument relativiste et n'ont pas besoin d'intermédiaires, de représentants absolutistes ou relativement absolutistes (prêtres, pasteurs, papes, rois, présidents de la république, spécialistes-experts-maitres à penser-doctor honori causae...) pour être en relation avec le Feu divin et/ou pour acquérir du bon Sens, pour être en interférence avec Dieu et/ou la Raison.

    Aussi, ils respectent et tolèrent l'état d'avancement des visions totalitaire, autoritaire, libertairement totalitariste, libertairement autoritariste du monde matérialiste (satanisme, marxisme, nietzschéisme, freudisme, bakouninisme, kropotkinisme, proudhonnisme, stirnérisme...) et ils respectent et tolèrent l'état d'avancement des visions totalitaire, autoritaire, libertairement totalitariste, libertairement autoritariste du monde spiritualiste (le Livre des morts, le Veda, la Bible, les Evangiles, le Yi King, le Tao-Tö-King, le Coran, le New-Age...) car ils sont universalistes. Leur universalisme étant "véritablement" éclairé par une vision absolument relativiste (libertaire libertiste) du monde matérialiste et/ou spiritualiste.

    Mais, parce que les libertaires libertistes sont absolument relativistes, contradictoirement, ils ne respectent pas et ne tolèrent pas l'imposition totalitaire, autoritaire, libertairement totalitariste, libertairement autoritariste des visions du monde matérialiste et/ou spiritualiste. Ils ne sont pas tolérants et/ou intolérants dans l'Absolu.

    Pour les libertaires libertistes, la vision libertaire (interférée à tout domaine politique, religieux, philosophique, culturel, scientifique, technique...) imposée totalitairement ou autoritairement (ex : les libertaires totalitaristes ou autoritaristes veulent imposer totalitairement ou autoritairement un projet de société sans classes, ni Etat ayant pour éthique la solidarité et l'entraide) sèmera de subtiles autres formes de mensonges et d'aliénation de l'homme par l'homme, d'un groupe sur un autre groupe..., par le biais d'une vision libertairement totalitariste ou autoritariste, d'où émergera une élite (système de domination et de soumission: dominant-dominé, supérieur-inférieur...). Pour le libertaire libertiste, c'est au Tout un Chacun de se développer par lui-même et/ou par eux-mêmes, de se faire réforme et/ou révolution (évolution initiatique et/ou empirico-rationnelle : vision absolument relativiste). Aussi, c'est à cet instant que le matérialisme (collectivisme, matière, intellect....) rejoint le spiritualisme (individualisme, dieu, intuition.....), et vice versa, et ne font plus qu'Un (absolument relativiste).
     
  6. le_vieux
    Offline

    le_vieuxVieux con Expulsé par vote

    1 527
    0
    2
    Jan 2008
    Mouais, j'aurais préféré des trucs historiques sur les vikings.
    Tu cites un article de Wikipédia
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Libertisme
    Jette un coup d'oeil aux discussions et historiques
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Discuter:Libertisme
    http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Libertisme&action=history
    Ca a pas l'air d'être l'article le plus sérieux de l'année...

    Si j'ai bien compris, on a :

    d'un côté un bouquin des années 70 qui part en délire sur les vikings

    de l'autre quelques personnes qui pondent un "manifeste" grandiloquent sans grand intérêt sur Indymédia il y a 4 ans

    enfin une ou deux personnes qui veulent en faire un article de Wikipédia pour se donner une importance qu'ils n'ont nulle part.

    Donc, à part du bla bla limite sectoïde, ce pseudo-courant autoproclamé (ces pseudo-courants parce que je n'ai pas l'impression que les deux soient liés...) n'apporte rien de particulier à l'anarchisme et à l'anarchisme individualiste.
     
  7. Nyark nyark
    Offline

    Nyark nyarkMembre du forum Expulsé par vote Membre actif

    1 640
    0
    38
    Fev 2008
  8. libertaire, anarcho-communiste, syndicaliste
    Je n'en avais jamais entendu parler : ça a au moins le mérite de nous instruire...;)
     
  9. ziruz
    Offline

    ziruzMembre du forum Membre actif

    75
    0
    0
    Mai 2008
  10. libertaire, internationaliste, auto-gestionnaire, anarcho-fédéraliste, progressite
    qui ausse dire je suis contre lol explique ton choix si l envie t en prend
     
  11. avrol
    Offline

    avrolMembre du forum Membre actif

    183
    0
    0
    Déc 2009
    Salut !
    Très germanique, très guerrier. En Austrasie, les "Meilleurs", c'était les futurs "nobles", les futurs aristocrates. Ceux qui ont pris et supplicié Brunehaut.
    L'idéologie guerrière est faite pour des guerriers, c'est à dire pour des peuplades qui ne savaient rien faire d'autre que combattre, voler, détruire et tuer. Les civilisés du néolithique pensaient appartenir à la terre, comme les amérindiens et les ethnies primitives actuelles. Les tribus guerrières ont interprêté la propriété qu'ils ignoraient avant de fondre sur les premiers agriculteurs comme l'appropriation du territoire et des populations réduites en esclavage. On retrouve ce schéma au début des grandes invasions en Gaule où les tribus germaniques se sont installées en territoire romain, à l'origine de la féodalité. Cette colonisation a duré jusqu'à la révolution, quinze siècles plus tard.
    La société civilisée est matrilinéaire, au départ. Elle est centrée sur les femmes et les enfants et sur le travail qui permet d'assurer la vie de la communauté. On a retrouvé de ces clans "matriarcaux" au début du XXè siècle, dans les îles Trobriand. Malinovitch, le premier véritable ethnologue, est allé vivre là-bas pour étudier leur société. Il en existe également en chine quelques minorités pas encore totalement assimilées.
    Une société civilisée, comme ce mot l'indique, n'est ni guerrière, ni militaire.
    Elle est également centrée sur les femmes et les enfants, et sur l'école. Elle est éminemment sociale et protectrice pour tout un chacun. Elle est comptable de la vie, de la santé, des droits de chacun. Si l'anarchie est capable d'assurer tout ça, de défendre les citoyens et le territoire, alors elle s'appelle la République Sociale, la vraie.
     
  12. alex kaczmarek
    Offline

    alex kaczmarekMembre du forum Membre actif

    147
    0
    1
    Déc 2009
  13. libertaire, anarchiste, féministe, internationaliste, auto-gestionnaire
    Excuse moi, Mais pourquoi vouloir caser la 'république' partout?

    Et de plus attention, manier la notion de défense des citoyens et du territoire avec précaution!
     
  14. avrol
    Offline

    avrolMembre du forum Membre actif

    183
    0
    0
    Déc 2009
    Salut !
    La démocratie, c'est le pouvoir au peuple, au village, la démocratie de base, démocratie locale même avec toutes les bavures qu'on connaît...
    Et la république, c'est la cause du peuple. C'est la structure et les procèdures faites pour organiser la démocratie. C'est une boîte à outils. C'est la production des philosophies de Lumières et de la Révolution Française.
    Actuellement, on a beau utiliser ce mot de république. Mais elle est morte depuis longtemps, même avant que DeGaulle s'en charge.
    Pourquoi ? Parce que ça implique une armée et une police ? Le mot "chien" ne mord pas, le mot "armée" ne tue personne. Un mot, c'est du vent, un symbole et le symbole n'est pas la chose.
    Eh oui, un Etat, l'Etat-Nation, c'est ça. On sait déjà, on voit déjà et on va voir encore plus clairement ce qui se passe quand il s'affaiblit au point de disparaître. Pourtant, on ne connaît pas d'autre moyen d'assurer la démocratie sur un petit territoire. On n'a pas été capables de l'empêcher de dégénérer. On n'a pas su le défendre contre la corruption, le colonialisme et les menées étrangères notamment anglosaxonnes.
     
  15. alex kaczmarek
    Offline

    alex kaczmarekMembre du forum Membre actif

    147
    0
    1
    Déc 2009
  16. libertaire, anarchiste, féministe, internationaliste, auto-gestionnaire
    Le probleme de la notion de république telle qu'elle est enoncée, c'est le fait, du moins pour ma part, qu'elle laisse en place le pouvoir, un seul homme à sa tête, et cultive une forme de contrôle, quel qu'il soit.


    et je perçois quand même une certaine idée patriotique que je n'aime pas du tout
     
  17. alex kaczmarek
    Offline

    alex kaczmarekMembre du forum Membre actif

    147
    0
    1
    Déc 2009
  18. libertaire, anarchiste, féministe, internationaliste, auto-gestionnaire
    et oui parceque ça implique une putain d'armée, et une putain de police
     
  19. avrol
    Offline

    avrolMembre du forum Membre actif

    183
    0
    0
    Déc 2009
    Salut !
    Tu as parfaitement raison. Une vraie république, c'est un empilage d'assemblées et de conseils, y compris le conseil des ministres dont le président n'est pas le chef, juste le représentant, le porte parole.
    On peut en parler. Mais la république étant comptable de la vie des citoyens et le droit de vivre étant le premier droit de la personne humaine, tuer quelqu'un est un crime. Sauf cas de légitime défense. La légitime défense, au niveau du pays, c'est le cas où le territoire est attaqué par une puissance étrangère. Il s'agit du territoire national. La colonisation est un crime contre l'humanité.
    La seule armée supportable est une armée de conscription. Une armée de métier s'apparente à une troupe de mercenaires.
    Si l'armée, en algérie, avait été une armée "de métier", elle aurait envoyé ses paras sur Paris, comme les généraux l'avaient menacé. Au lieu de ça, la masse des conscrits ne s'est pas montrée aussi maniables qu'ils l'auraient souhaité.
    A Mers el Kebir, j'ai vu arriver du sud Algérien, des soldats "appelés", dans une jeep, pour se mettre sous les ordres de l'Amiral qui était resté loyal. Dans certaines unités, des militants du parti communistes avaient pris possession du cantonnement ou de la caserne.
     
  20. alex kaczmarek
    Offline

    alex kaczmarekMembre du forum Membre actif

    147
    0
    1
    Déc 2009
  21. libertaire, anarchiste, féministe, internationaliste, auto-gestionnaire

    En tant qu'internationaliste, je ne conçois aucunement la notion de nation, de pays,
    si je défends mes convictions, c'est pour le bien de l'ensemble de l'humanité et non pas pour une partie, qu'elle soit minoritaire ou majoritaire. Je penses qu'au contraire cela serait faire des préférences. Un territoire déllimité par les états eux-memes ne peut avoir de crédibilité.

    Et puis quand tu parles d'une pseudo' menace étrangère, tu joue le jeu des mass'media, et de l'etat, qui en pronant une politique de peur, paranoiaque, font plus de buzz et de fric' qu'avec la guerre elle meme.
     
  22. avrol
    Offline

    avrolMembre du forum Membre actif

    183
    0
    0
    Déc 2009
    Salut !
    Le choix du territoire n'est pas le résultat d'un principe sauf peut-être du principe de réalité. Comment installer un régime sur un territoire qu'on est incapable de protèger ? C'est oublier que le monde est hostile. L'internationalisme n'est pas la négation des nations. C'est la mise en place d'accords entre des nations, et peut-être de fusions. La base, qu'on le veuille ou non est militaire. D'où, le principe du territoire. La Révolution Française a commencé par nationaliser l'armée. Pas le choix, il fallait se défendre contre les émigrés et les monarchies. Une révolution en France a peu de chance d'être suivie par des pays voisins. Il y a plus de chance de voir des troupes engagées contre cette révolution. Comme ça s'est produit pour l'Espagne.
    Je suis vraiment très surpris que ces mécanismes ne soient pas évidents pour tout le monde. Les slogans ne correspondent pas souvent à des raisonnements qui s'appuient sur des éléments concrets. Ils sont plus près de la poésie que de l'analyse.
     
  23. Marzhin
    Offline

    MarzhinLibertiste critique Expulsé par vote

    66
    3
    0
    Mai 2019
    Homme
    France
    Bonjour, et merci d'avoir validé mon inscription. Merci aussi, d'abord, avant tout, d'avoir posté ce topic sur le libertisme, sans lequel je n'aurais jamais pu mettre de mots sur ma façon de sentir politique, tout en restant critique encore toutefois. C'est-à-dire que je n'ai pas lu l'ouvrage de Derieux, les Libertistes (1974), il faudrait que je me le procure, même si ça ne semble pas être de la tarte : avis aux connaisseurs qui ont des tuyaux, si jamais.

    C'est que la liberté a un coût, un prix, une valeur, et je ne pense pas du tout à l'argent en disant cela, encore que l'argent ouvre des voies comme on dit "la voie est libre" dans nos sociétés qui prennent les disponibilités logistiques-productives-infrastructurelles pour la liberté comme telle, en quoi elles laissent foncièrement à désirer.

    Par contre c'est insensé d'associer le libertisme au fascisme, en dehors d'une pauvre association d'idée rebondissant sur la culture viking ce qui, clairement, est prendre les Vikings pour leur récupération nazie (les Nazis respectaient et tentèrent d'enrôler les Nordiques, du Danemark à la Finlande, dans l'imagerie viking, c'est-à-dire en la pervertissant autant qu'ils pervertirent le symbole hindou de la svastika en croix gammée). Néanmoins, je peux comprendre que la convocation des Vikings fasse romantique, c'est de romantisme littéraire pour ainsi dire : seulement je vous demande ce qui n'est pas romantique dans nos mondes, quand on voit que tout fonctionne par Bulles d'imaginaires fixés (véritable colonisation des mentalités plus ou moins involontaires, largement cultivée par la pub et Hollywood) : "les pirates", "les Péruviens", "les châteaux-forts", "les samouraïs", etc. tout cela fonctionne, à nos piètres esprits, pour des petits mondes éternels, des exotismes confinant largement au racisme ou, à défaut, à des stigmatisations. Hélas, pour le meilleur et pour le pire, la figure "des fascistes" est aussi un stéréotype, comme on voit.

    Le fascisme historique est un enrôlement étatiste largement militariste. On voit mal en quoi il aurait sa place dans le libertisme, et parfois on trouve plus de fascisme dans des mentalités de gauche, du moins telles qu'elles se réalisèrent historiquement en grand, mais qu'on songe seulement aux milices communistes françaises. Cela te faisait des gaillards, mais machistes et pour tout dire suivistes. Je crains que leurs appels à la liberté manquent d'air respirable.

    Maintenant, quelqu'un qui se renseigne sur l'Antiquité, constate assez vite que l'Europe, des Anciens Germains aux Anciens Grecs, en passant par les Celtes et les Romains, fonctionnait largement sur le principe de la Cité au sens noble du terme. Il faut s'y tenir, et je ne parle évidemment pas de la Rome impériale, tandis qu'il existe évidemment aussi tout un romantisme autour de ces peuples. Seulement on sait aujourd'hui qu'ils n'étaient pas plus nationalistes que racistes : il n'y a pas de panceltisme celtique ! puisqu'un clan celte proche des Romains s'allient avec les Romains, proche des Germains avec les Germains, proche des Grecs avec les Grecs, etc. et réciproquement, sachant que les peuples non-méditerrannéens étaient à ce titre plus ouverts que les peuples méditerrannéens, toujours si prompts à prendre "les autres" pour des barbares, et encore qu'ils honoraient leurs bravoures, pour encenser leurs propres victoires évidemment aussi. Les vainqueurs (comme c'est étonnant ... ) écrivaient l'Histoire - d'autant plus que les peuples non-méditerranéens n'usaient pas abondamment de l'écriture à privilégier l'oraliture. Seulement on n'aurait jamais bien eu de reine Boadicée/Boudicca romaine, par exemple : la parité faisait plus sens chez les non-Méditerranéens, qui disposaient d'une législation favorable à la femme en des termes que les chrétiens (méditerrannéens) auraient reniés pour islamiques (le droit coranique est plus protecteur en cas de divorce).

    Reste que l'argument de l'adaptation à nos jours se pose, effectivement, dans la mesure où la population mondiale explosa au XIXème siècle (1 milliard d'êtres humains sur Terre en 1800, 2 en 1900, 4/5 en 1950, 7 en 2010, 10 en 2015 ?). Dans l'Antiquité, on était sur toute la Terre 300 millions estimés, et ce chiffre n'augmente pas significativement avant l'époque féodale tardive. L'époque archaïque est peuplée de chasseurs-cueilleurs : impossible d'y revenir sans génocides énormes, cela n'est pas humanitaire. Néanmoins, le libertisme demeure un modèle écosocialiste, dans son genre, et ça n'est pas comme si un-e seul-e être humain-e pouvaient vivre dans l'abstraction universelle théorique ("Un jour, j'habiterai en théorie, parce qu'en théorie tout va bien") ; sur ce point le libertisme me semble communautarien. Et c'est là qu'il en effraiera-effarouchera-animera plus d'un-e, puisque le communautarisme idéologique (communautarianisme) est aujourd'hui, en France du moins, porté par la Nouvelle Droite paneuropéenne (Alain de Benoist).

    Seulement, d'une part, les communautariens actuels sont des gens scientifiquement renseignés et, comme disait mon aïeul Montaigne : "Comparaison n'est pas raison." Merci de m'avoir lu jusqu'ici.
     
  24. Marzhin
    Offline

    MarzhinLibertiste critique Expulsé par vote

    66
    3
    0
    Mai 2019
    Homme
    France
    PS: par contre le manifeste libertiste daté débuts 2000 me semble niais, comparativement à le première version donnée sur ce forum.
     
  25. ninaa
    Offline

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    8 244
    1 441
    400
    Fev 2014
    France
  26. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    Je sais pas qui sur le forum aura le courage de lire ce truc au delà de la deuxième ligne, comme d'habitude (je dois avoir que ça à foutre?) j'ai essayé de m'y coller: pas très clair (euphémisme...) ça tout le monde aura remarqué, mais de cette bouillie semblent émerger quelques grumeaux, par exemple:
    - Il faudrait prendre modèle sur des sociétés antiques, les Vikings en particulier.

    Bref nouvel avatar de l'anarcho-primitivisme, qui d'une part repose sur l'idée qu'il faudrait à tout prix prendre modèle sur "de grands anciens", comme si on ne pouvait pas aboutir à une véritable société libertaire sans référence à un "âge d'or" imaginaire.
    Et d'autre part repose sur des interprétations plus que discutables des idées et pratiques anarchistes.

    Âge des Vikings — Wikipédia

    Cette théorie fumeuse est quand même l'occasion de rappeler pour lever toute confusion que par définition l'anarchisme exclut l'idéologie guerrière, le "commerce" (et jusqu'à la notion d'argent), les chefs et toute forme de gouvernement même "temporaires", les frontières, le sexisme et l'homophobie (très présents dans la culture viking), en liaison avec l'idéologie viriliste et guerrière.

    Âge des Vikings — Wikipédia

    La même idéologie viriliste et guerrière domine chez les autres peuples européens de l'Antiquité, Celtes, Romains, Grecs, Germains... sans parler du sexisme et des inégalités sociales allant jusqu'à l'esclavage.

    Le "romantisme" c'est bien joli en fiction mais dans la réalité je me dis que c'est une chance qu'il n'y ait que quelques illuminés pour préconiser de prendre modèle sur ce genre de sociétés.
     
  27. Marzhin
    Offline

    MarzhinLibertiste critique Expulsé par vote

    66
    3
    0
    Mai 2019
    Homme
    France
    De telles remarques sont saisies par le rationalisme, qui n'est pas le tout de la raison. Elles manquent, disons, d'émotions, et au final elles en charrient plein dénigrement contre voire pire : dénégateur. Un romantisme conscient n'est plus un romantisme, justement. C'est comme le traditionnalisme : dans traditionnalisme, le problème, c'est *nalisme. Comme dans rationalisme, d'ailleurs. Et ce n'est pas comme si les arguments communautariens étaient ascientifiques. Après, "libre" à chacun de prendre la liberté pour une vaste rêverie futuriste infondée scientifiquement, tandis qu'un peu d'imaginaire n'a jamais fait de mal à personne, lorsqu'il offre des références. Tout les storytellers savent ça, or la Révolution n'est pas dépourvue de mythe, non plus, et pas que la Révolution.
     
  28. ninaa
    Offline

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    8 244
    1 441
    400
    Fev 2014
    France
  29. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    Je comprends rien à ce charabia, désolée, j'abandonne, si quelqu'un d'autre a le courage de se le cogner?
     
  30. Marzhin
    Offline

    MarzhinLibertiste critique Expulsé par vote

    66
    3
    0
    Mai 2019
    Homme
    France
    C'est un contre-argument ? Combien faut-il que je m'en cogne, au juste ? Tu es libre de me demander des éclaircissements aussi, tu sais, ce n'est pas comme si j'étais l'hostile que tu me fais être hostilement à claquer la porte aussitôt.