Chargement...

Les Ruffians

Discussion dans 'Archive' créé par Ungovernable, 9 Mai 2007.

  1. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 678
    237
    2,132
    Mar 2005
    Homme , 33 ans
    Canada
  2. anarchiste, autonome
    Régulièrement, une bande de ruffians nous gâchent notre jour de congé en nous demandant de voter...
    Pour savoir lequel d’entre eux deviendra notre bon maître!
    Pour sûr ya du progrès dans la chose publique!
    V’là qu’on serait volontaires pour se laisser soumettre, qu’on laisserait le bourgeais faire sa sale politique!
    Et ces marchands de gazettes, qui ne cessent de jacasser qu’ya pas assez de moutons qui sont allés bêler!

    Ceux qui parient sur les canassons peuvent au moins éspérer toucher du pognon,
    mais ceux qui ont misés sur le bon candidat sont déjà marrons, comme toutes les autres fois.
    Si on se lève ce jour là, on foutera pas de papelard pour ces fichus barons et on loupera la messe, préférant fomenter une chouette conspiration.

    Hardi, camarade, dressons les barricades,
    décroche ton vieux tromblon pour trouer les bedaines
    des financiers ventrus, des infâmes capitaines,
    des sinistres curetons, des marchands de canons!
    C’est la revanche des crèves-misère, vive l’Anarchie, fille de colère!

    Régulièrement, cet odieux parlement nous demande de sursauter pour sauver du danger...
    cette république qui a le bon goût d’être antisociale,
    prête à se jeter au cou du premier général,
    qui fera donner la troupe aux indélicats qui oseraient palper du magot des bourgeois,
    cette charogne qui saigna les camarades fédérés, livra les Espagnoles à la Réaction.

    Ces cloportes débordant de générosité sèment par delà les mers négriers et colons,
    ces va-t’en guerre brandissent le sabre à l’injonction des magnats du pétrole et des marchands de canons.
    Mais cette république, si elle est malade, qu’elle crève! Contre la propriété et les lois scélérates, il n’y aura pas de trève!

    Hardi, camarade, dressons les barricades,
    décroche ton vieux tromblon pour trouer les bedaines
    des financiers ventrus, des infâmes capitaines,
    des sinistres curetons, des marchands de canons!
    C’est la revanche des crèves-misère, vive l’Anarchie, fille de colère!
     
    Dernière édition: 9 Mai 2007