Chargement...

les illusions qui s'écroulent et les portes d'un nouveau chemin qui s'ouvrent

Discussion dans 'Discussion générale' créé par rebel inadapté, 11 Décembre 2010.

  1. rebel inadapté
    Offline

    rebel inadaptéMembre du forum

    28
    0
    0
    Déc 2010
    je voulais vous partager mon ressentiment envers toute cette existence futile que nous vivons au jour le jour et peut être d'essayer par la même occasion d'apaiser mon fardeau

    personnellement,je me sens sombré un peu plus chaque jour
    il y a toujours ce désir,cet idéal de liberté et de bonheur qui est gravé en moi et dont je ne peux ni ne veux me défaire mais qui devient à la longue extrêmement pesant,
    le fait de confronter quotidiennement ces rêves à la dure réalité qu'est la notre
    ce sentiment constant de n'être qu'un esclave ou ma vie n'a de sens qu'a travers l'enrichissement de certains possédant les industries et autres entreprises dans un monde ou je n'ai aucun choix si ce n'est celui de suivre pour obtenir un maigre salaire à la fin du mois pour me permettre de continuer de respirer et de les enrichir encore et encore tandis que ma vie reste à son état de pauvreté,ou je ne suis qu'un pion,une poussière parmi d'autres,se faisant des illusions,espérant que les choses s'amélioreront mais ou chaque jour devient une nouvelle déception et ou je me sens mourir à petit feu

    et alors dans ces cas là,je me sens devenir une bête qui n'a que 3 portes de sortie,
    la première étant de me conformer à ce système en espérant que je réussisse à obtenir ma liberté et plus précisément ma liberté financière qui me permettra de ne plus avoir à subir aucune contraintes de vie et obtenir ma liberté,autant dire que celle ci possède une grosse part d'illusion car très peu réalisable
    la seconde solution est celle de tourner le dos a ce système,et de m'orienter dans dans des pratiques criminelles toujours dans cet objectif d'obtenir cette liberté qui dans ce système passe automatiquement par l'argent,
    dans celle ci,je vois les causes et les effets du capitalisme,et de cette création d'un état de fugitif par obligation
    et la troisième étant la mort,celle ci restant une solution intéressante,mais ne serait être utilisé qu'en dernier recours,

    comment continuer a travailler dans un job qui nous retient prisonnier,
    pourquoi fermer sa gueule et se conformer à ce système,
    pourquoi continuer de parler alors que maintenant,seuls les actes sont importants
    on est là, pour ceux qui continuent de rêver,à imaginer comment notre vie serait avec ce que nous ne possédons pas,on espère alors obtenir la réussite dans les affaires,pour d'autres de tenter leur chances dans d'autres domaines,et au final,on s'aperçoit que tout ça n'était qu'un mensonge créer par nous mêmes et par la société et on se sent de plus en plus révoltés et un sentiment intense de colère commence à se développer jusqu'à ce que celui ci ne soit plus contrôlable,
    mais est ce qu'il faut réussir à le calmer ?
    Non,au contraire,je le chéris pour qu'il devienne ma force et à un moment ou un autre,il ne fait aucun doute qu'il s'exprimera non par des actes dénués de raison mais par des actes orientés sur mes propres objectifs de vie qui me furent jusqu'à présent réfusé,car je n'avais alors pas pris conscience de qui j'étais réellement et de ce que je voulais,je vivais en respectant l'endoctrinement qu'on m'avait imposé,en respectant ces lois qui ne servaient qu'a m'empêcher d'accéder à ce que j'avais tant désiré,alors non,ce sentiment sera ma rédemption,mon salut pour l'humain que je suis et cette humanité que j'entends exprimer quoiqu'on puisse en dire,quoiqu'on puisse faire,
    j'entends reprendre en main la pleine responsabilité de ma vie,
    je sais que si les choses continuent ainsi,et elles continueront,je devrais agir pour mon propre bien,c'est comme être poussé dans cette direction,
    auparavant j'y étais poussé et dorénavant je marche vers ce chemin qui risque de devenir le mien,
    une nouvelle personnalité,de nouvelles idées,de nouvelles valeurs se créent,les anciens concepts qui s'écroulent qui nous amènent vers celui ou celle que nous devons être,un nouveau moi qui se forme qui m'amène à exprimer mon vrai moi,celui qui était jusqu'à présent enfoui,mais qui aujourd'hui se réveille après un long sommeil,tout ça culminant vers un point,une nouvelle destination et pour devenir enfin celui qui a toujours été en moi mais qui jusqu'à présent n'était qu'un prisonnier

    quoi qu'on en dise,on est poussé vers une voie sans issue,
    les gens qui nous regardent nous montrent du doigt, car endoctriné dans cette morale de société qui a été développé au fil des années
    on décide de ne plus subir,mais d'agir,
    et les médias montrant chaque jour ces types jugés comme délinquants qui vendent de la drogue,
    volent ou braque des banques comme des nuisibles alors que c'est la société elle même qui les as crées,c'est l'inégalité qui nous pousse à nous révolter,c'est l'inaccessibilité a cette part de bonheur qui nous obligent à choisir une autre voix pour s'affranchir d'un monde injuste

    je ne veux plus de ce monde,ni de leur politique,ni de leur conditionnement,ni d'aucune autre matière créer par eux mêmes,
    j'emmerde ces gens qui se soumettent docilement,
    j'emmerde ces flics qui protège les capitalistes non par souhait mais par non réflexion
    j'emmerde mes illusions et mes fausses croyances qui petit à petit s'écroulent à mesure de la prise de conscience de mon indépendance et qui m'amènent peu à peu vers une marginalisation et un état de révolte qui deviendra beaucoup plus que des mots,

    c'est de cette façon dont je me vois et dont je vis le monde chaque jour,
    je n'y accorde aucun jugement car j'ai perdu toutes présuppositions et toute illusions,je n'ai ni le souhait ni l'envie de rendosser ma vieille personnalité,
    c'est comme si j'étais en train de muer tel un serpent

    je n'attends donc aucun jugement de valeur,
    j'aurais aimé savoir comment vous voyez les choses,comment vous le ressentez au quotidien,quelles sont les conséquences que cela à sur votre vie et votre futur
     
  2. zarkax
    Offline

    zarkaxGANGNAM STYLE Membre actif

    1 515
    2
    139
    Oct 2009
    France
    personellement la seule chose qui me fait tenir c'est l'espoir d'une dernière insurection. Mais j'aimerais savoir de quels type d'actes orientés tu parles ?
     
  3. Skh
    Offline

    SkhColonne Vertébrale Membre actif

    289
    1
    6
    Nov 2010
  4. libertaire, internationaliste, auto-gestionnaire
    Celui qui espère ça n'est pas libertaire, il a le nez dans la merde.
    Je comprends l'idée, le ras-le-bol de ce type de vie, mais c'est pas le fait de devenir riche qui fera qu'il n'y aura pas de pauvres. Pour qu'il y ait les premiers, il faut qu'il y ait les second, leur système de merde fonctionne pas sinon. Une vie descente pour tous serait le minimum, bien qu'impossible dans le cadre de ce système.

    J'ai la chance de pouvoir faire des études, ce que je vois seulement comme un bagage de connaissances que j'entends bien utiliser pour d'autres choses que me nourrir. On m'a conseillé d'en faire, ma famille surtout, le principale argument étant de pouvoir vivre convenablement. J'ai toujours eu une certaine haine envers la société, cette exploitation de l'homme par l'homme, le fait que des gens tendent la main dans la rue pour obtenir de quoi juste manger, besoin primaire. Pendant longtemps je me suis dit que je ferai des études pour m'en sortir, avoir une belle carrière sans pour autant écraser les autres, parce que "c'est ce qu'il faut". J'ai pas spécialement reçu une éducation libertaire, mais plus dans l'idée qu'il y a des inégalités, ce qui est dégueulasse, qu'il y a des gens qui meurent de faim, ce qui est dégueulasse, et qu'on est dans un système cloisonné dans lequel chacun fait de son mieux pour s'en sortir.

    Aujourd'hui je suis pas en opposition stricte avec tout ça, mais je refuse par exemple de contribuer à la sécurité d'une entreprise, de diriger une équipe, et d'être un instrument de profit, alors que je pourrai en avoir la possibilité et que ça ne m'aurait pas posé de soucis il y a quelques années. C'était assez lié à une vision réformiste des choses : "On veut bien bosser mais dignement, on veut bien faire gagner des sous aux autres mais on veut notre part". Toujours l'éternel discussion autour du travail (salariat): on le favorise ou on le brûle ?

    Je pense que la deuxième solution est la meilleure, je veux autre chose, je veux avoir la possibilité de faire ce qui me plaît sans être un riche, je veux que les gens qui n'ont pas cette chance puissent utiliser les leurs sans être des pauvres.
    Mais je perds pas de vue le fait que la société qu'on veut elle reste à construire, et je suis solidaire des mouvements contre le chômage, la précarité, la retraite, ce qui est plutôt une défense du travail. Parce que j'en ai marre d'entendre parler de gens qui meurent de faim ou de froid.
    J'essaierai de me dégoter un truc utile à la société (pas celle du capital), qui me permettra de vivre sans emmerder personne, tout en utilisant mes connaissances pour défendre des causes que je pense justes.

    Donc au quotidien, je suis pas victime du système, je suis pas un privilégié non plus, simplement j'en vis, ou en tout cas j'en suis dépendant. Et je vois bien, par rapport à mon entourage, que même les gens qui peuvent en vivent décemment se retrouvent aussi en position d'exploités, parce que ça vient pas tout seul. Mais face aux conséquences pour une partie de la population, aux inégalités, aux injustices, aux dérives du système, je cracherai volontiers dans la soupe sans sourcilier. Parce que je suis sûr qu'on peut avoir une deuxième tournée avec la même soupe pour tout le monde, mais que ça n'arrivera pas dans le cadre de ce système.

    Donc voilà pour ma petite expérience... Ma haine n'est pas causée par ce que je vis, mais par ce que je vois et ce que vivent certains.
     
  5. 2077
    Offline

    2077Membre à tif' Membre actif

    54
    0
    4
    Mai 2010
  6. libertaire, internationaliste, auto-gestionnaire
    Moi aussi alors, je vais raconter ma petite histoire. Tout commence avec mon grand-pere, à 16ans il fut arreter en tant que resistant communiste, lui aussi revait d'un autre monde. Et ca on me l'a dit très tot, peut etre un peu trop meme. Et j'me suis demandé, pourquoi à 16ans il s'était engagé dans la resistance, pourquoi a-t-il pris de tels risques ? Et bien car il refusais les choses tels qu'elles étaient, et je me retrouve dans le meme cas.
    Je ne veux pas de ce monde, je n'en voudrais JAMAIS. Pourquoi est-ce qu'ils meurent de faim ? Pourquoi est-ce qu'ils meurent de froid ? Pourquoi se font-ils massacrer ? Pourquoi ne vivent-ils pas heureux ?Pourquoi le monde est-ils comme ca alors que nous pourrions tous etre libres ?
    Pourquoi, pourquoi, pourquoi ?
    Et ca... ca me met carement mal, j'me sens coupable quand quelqu'un souffre à cause de ce qu'est le monde !
    Seulement... Pouvont nous vraiment resister à tout ca ? Ils ont les armes, les medias, le controle de la majorité du peuple, comment puis-je aider mes freres qui meurent et qui souffrent tout les jours ?
    J'ai l'impression de ne rien pouvoir contre tout ca...
    Et quand t'ouvre ta guelle, on te traite de revolutionnaire, d'un ton moqueur, genre de dire "c'est mignon la crise d'adolescence".
    NON ! Parait que quand j'étais petit, je voulais etre couturier pour habiller les pauvres, et pourtant j'étais loin d'etre ado à cette epoque, je ne m'en souviens meme pas. Je donne quelques pieces aux sdf, j'échange quelques mots avec eux, je fais ce que je peux pour adoucir un peu la vie de ceux qui souffrent... Donc je ne pense pas que ca soit ma crise d'adolescence. Ma crise de la vie plutot, je refuse la vie telle qu'elle est, je ne me reconnais pas dans ce monde, dans ce systeme qui tue.
    Je ne pourrais dire mieux, cet exemple à lui tout seul montre la folie de ce monde.
    Arriverons nous un jour à changer la mentalité du peuple ? A lui faire comprendre qu'un autre monde est possible, que chaque jour certains souffrent, et que si nous aliions tous dans la meme direction, ca ne serait plus une fatalité.
    Je ne sais plus de qui est cette phrase mais elle reflete ce que je ressens : "Ce qui me fait peur ce n'est pas ceux qui commetent des atrocités, c'est ceux qui les laissent faire ". Les mots ne sont pas exact mais l'idée est la il me semble.

    Comment je vois mon avenir ?
    J'ai 18 ans, je suis en premiere bac pro Elec, et je n'ai aucune idée de comment sera mon avenir. Il y a t-il vraiment un avenir ? Est-ce que j'arriverais à faire un metier qui me plaise, qui ne participe pas au systeme, et qui me rapporte assez pour vivre sans survivre ? Ou alors... est-ce que je m'orienterais vers un mode de vie completement alternatif ? Je ne sais pas, je verrais bien, mais en tout cas jamais cette rage ne me quittera, et je l'exploiterais tant que je peux.

    J'ai 18 ans, et je suis deja perdu dans ce monde, je me battrais tant que je pourrais pour changer les choses.
    Je ne sais pas si je repond a ta question mais qu'importe, ca fait longtemps que j'voulais ecrire tout ca, et ce soir je me sens un peu soulagé, merci :biere:
     
  7. Anarchie 13
    Offline

    Anarchie 13Adolescent immature Comité auto-gestion Membre actif

    7 722
    548
    142
    Jan 2009
    France
  8. libertaire, anarchiste, chaos/Nihiliste, individualiste
    Beaucoup ont des idéaux, peu ont le courage.