Chargement...

Les gilets jaunes

Discussion dans 'Discussion générale' créé par pilou-ilou, 15 Novembre 2018.

  1. Anarchie 13
    Offline

    Anarchie 13Adolescent immature Comité auto-gestion Membre actif

    7 252
    430
    141
    Jan 2009
    France
  2. libertaire, anarchiste, chaos/Nihiliste, individualiste
    ben "le pouvoir" dit comme ça pour moi ça veut rien dire, c'est pas "un secteur de la société".
    et la morale au contraire si on regarde ça prouve précisément qu'elle n'est là que pour justifier les inégalités de possession, elle s'y greffe et évolue avec elles. En tout cas dans des sociétés inégalitaires (de par leur mode de production).
    Quant à une société sans division du travail je connais pas.

    Ils lui font peur à lui et aux bourgeois, ça suffit comme raison pour s'y intéresser.
    Des fois on gagne des lutte, des fois on les perd. ça dépend pas que des gens qui luttent ^^
     
  3. Ziggy-star
    Offline

    Ziggy-starMembre du forum Membre actif

    420
    60
    0
    Fev 2017
    France
  4. communiste libertaire, plateformiste, internationaliste, auto-gestionnaire, révolutionnaire, primitiviste
    Lorsque je dit secteur je veux dire que c'est une composante non exclusive de la société, la répartition du pouvoir, l'ordre politique si tu préfères et la nature de sa légitimité est un moteur pour la société.
    La morale n'est pas toujours lié à la production, elle est parfois prenante.
    De même pour la justice.
    Après je dis pas que les composantes organisationnelles ne s'influencent pas entre elles ni même qu'elles sont parfois confondues et que en fonction du temps et du lieu certaines ont plus d'importance que d'autres.
    Les sociétés inégalitaires (donc autrement dit toutes sociétés) ne le sont pas forcément du fait de l'organisation de la production.

    Sur les sociétés sans division du travail (je parle ici de la division capitaliste), je sais que l'occident à des tendances hégémoniques et que la plupart des sociétés ont suivi une phase d'industrialisation mais ils ne faut pas occulter le reste du monde
     
  5. Anarchie 13
    Offline

    Anarchie 13Adolescent immature Comité auto-gestion Membre actif

    7 252
    430
    141
    Jan 2009
    France
  6. libertaire, anarchiste, chaos/Nihiliste, individualiste
    ça dépend ce qu'on entend par inégalités.
    Y aura toujours des gens plus forts que d'autres, qui ont plus de connaissances dans un domaine, etc... Mais si ces avantages ne peuvent pas se cristalliser dans des possessions ils permettent pas à une classe de s'imposer. ça reste des inégalités dans des situations données qui n'ont plus de pertinence dans d'autres situations.
    Pour moi l'ordre politique n'est jamais un moteur pour la société. Ou sur le court terme peut-être. Mais sur le long terme on ne peut pas mener des politiques qui vont à l'encontre des intérêts de la classe dominante sans qu'elle ne soit affaiblie économiquement.
    Déjà rien que parce que si on produit pas assez soit la classe dominante prend sur elle mais ça va pas durer. Soit ce sont les exploités qui se font gruger sauf qu'à un moment ils se révoltent ou partent dans d'autre pays et même s'ils se laissent mourir c'est eux qui produisent donc s'ils deviennent moins nombreux ça fait moins de richesses produite y compris pour la classe qui exploite.
    En tout cas pour moi c'est clair que les idéologies et les mythes ont changé et vont changer parce que de nouvelles techniques nous permettent de mieux agir su le monde, donc de mieux le comprendre et lorsque ces nouveaux savoirs empiriques entrent en contradiction avec les mythes ou l'ordre politique c'est eux qui changent, pas l'inverse. ça peut prendre plus ou moins longtemps mais c'est inévitable.

    Ouais ben même dans le reste du monde et même avant l'industrialisation je connais aucune société sans division du travail. Je vois même pas comment c'est concevable. Faut travailler pour produire, chaque personne ne vit pas en autarcie donc y a répartition des tâches.
     
  7. Anarchie 13
    Offline

    Anarchie 13Adolescent immature Comité auto-gestion Membre actif

    7 252
    430
    141
    Jan 2009
    France
  8. libertaire, anarchiste, chaos/Nihiliste, individualiste
    je me souvenais plus pourquoi on disait ça. Mais voilà pour retomber sur mes pattes : pour moi c'est justement le moment où les nouvelles techniques et connaissances qu'on a produites permettent à la classe exploitée de porter une autre façon de produire qu'il devient possible de renverser l'ancien monde. Avant ça les utopies politiques restent des vœux pieux qui ne parviennent pas à se réaliser concrètement.
     
  9. Ziggy-star
    Offline

    Ziggy-starMembre du forum Membre actif

    420
    60
    0
    Fev 2017
    France
  10. communiste libertaire, plateformiste, internationaliste, auto-gestionnaire, révolutionnaire, primitiviste
    Quand je parle des inégalités, je ne parle pas des inégalités "naturelles" je parle des inégalités s'inscrivant dans un système, inégalités de sexe ou d'âge ou de caste, d'ordre.
    Et celle-ci peuvent ne pas s'appuyer sur la production. La religion par exemple peut à la fois favoriser l'égalité du partage du travail et légitimé une domination

    Je suis pas d'accord, tout dépend de l'importance de la variable économique de la société de la légitimité qui lui est accordé
    Je ne crois pas que les mythes ne suivent qu'une trajectoire évolutionniste, ils s'expriment en fonction d'un contexte et donc soit changent soit se renversent mais peuvent très bien réapparaître ou perdurer sous une autre forme.
    L'ordre politique est justement là pour dépasser les contradictions. Et l'ordre politique façonne la société, la république française en est le meilleur exemple
    J'ai pas dit qu'il n'y avait pas de partage des tâches j'ai dit qu'il n'y avait pas de division c'est pas la même chose. Le but n'est pas de dire que chacun peut vivre en autarcie mais que chacun maîtrise la chaîne de production.
     
    ninaa apprécie ceci.
  11. Ziggy-star
    Offline

    Ziggy-starMembre du forum Membre actif

    420
    60
    0
    Fev 2017
    France
  12. communiste libertaire, plateformiste, internationaliste, auto-gestionnaire, révolutionnaire, primitiviste
    Moi non plus je ne sais pas pourquoi le sujet a dérivé mais si on ne remet pas en cause l'ensemble de l'organisation de la société il n'y aura pas de revolution sociale et ne fera que transformer une forme de domination par une autre
     
    YoungResignation et ninaa aiment ça.
  13. Anarchie 13
    Offline

    Anarchie 13Adolescent immature Comité auto-gestion Membre actif

    7 252
    430
    141
    Jan 2009
    France
  14. libertaire, anarchiste, chaos/Nihiliste, individualiste
    Bon je sais pas trop ce que tu veux dire. Pour moi c'est simplement que les modes de production sont le moteur de l'histoire des sociétés humaines, ils vont en avançant peu importe les idéologies (qu'ils produisent aussi d'ailleurs).
    C'est le reflet de l'"esprit" humain qui ne peut que justifier les faits tels qu'ils sont mais pas les provoquer. Les idéologies ne peuvent que commenter notre rapport au monde mais pas le déterminer.
     
  15. Ziggy-star
    Offline

    Ziggy-starMembre du forum Membre actif

    420
    60
    0
    Fev 2017
    France
  16. communiste libertaire, plateformiste, internationaliste, auto-gestionnaire, révolutionnaire, primitiviste
    J'ai bien compris ce que tu penses mais je suis pas d'accord. Parce-que les autres modalités organisationnelle se traduisent dans des faits extérieur au paradigme productif. Et je suis bien d'accord sur le fait que la matière précède l'idée mais ne se résume pas à la production. Et de ce fait celle-ci peut être influencé par d'autres facteurs qu'elle même.
    Un exemple historique issu de la sociologie: le développement du protestantisme a favorisé celui du capitalisme. (cf. Weber)
    À la base il n'y a pas de lien avec la production dans l'ideoligie protestante et pourtant celle-ci a influencé le système économique.
     
  17. Anarchie 13
    Offline

    Anarchie 13Adolescent immature Comité auto-gestion Membre actif

    7 252
    430
    141
    Jan 2009
    France
  18. libertaire, anarchiste, chaos/Nihiliste, individualiste
    ouais mais je pense que c'est faux et que c'est l'inverse. Que le protestantisme a pu s'épanouir parce que la société marchande elle-même s'épanouissait et portait de nouveaux paradigmes.
    Par contre bien sûr que y a des liens avec la production ! La religion protestante est contre le luxe des églises (qui se construit sur l'impôt que doivent payés les serfs), contre les indulgences (marchandisation du salut), pour l'entrepreneuriat (c'est d'ailleurs ce que dit Weber), etc...
    De plus le protestantisme venait en réaction à une situation concrète de l'Eglise.
    Mais même c'est pas parce que les idéologues protestants ne faisaient pas eux-mêmes le rapport entre leurs idées et l'évolution du mode de production que ça n'en avait pas.
    Par exemple c'est pas un hasard si c'est avec l'essor de la société marchande puis du capitalisme que la science s'est affirmée. C'est pas un hasard si la vision qui prédominait était celle d'un monde donné par dieu et fixe à une époque où la richesse était tirée de la possession de terre et s'arrachait par la conquête (on ne pensait pas "créer" de la richesse, on la dérobait à quelqu'un d'autre ou on récoltait ce que Dieu nous offrait). Mais après le monde s'est mis à tourner autour de la monnaie qui semblait pouvoir être "créée". Quand le travail permettait de faire des innovations techniques qui elles-mêmes permettaient de contrôler de plus en plus les aléas de l'environnement on s'est dit que finalement l'humain pouvait transformer le monde qui n'était plus fixe ni juste donné. D'ailleurs le protestantisme dit qu'on doit trouver des signes du destin que Dieu nous a réservé dans sa réussite personnelle (notamment économique).
    Y a un philosophe qui va même plus loin mais ça me semble pas absurde. Il dit que quand on bâtissait sa puissance avant tout en possédant la terre il était logique qu'on conçoive la Terre comme le centre du monde. Quand la terre a perdu cette vertu et a été remplacée par la monnaie qui n'est pas fixée à un lieu mais change perpétuellement de main et circule c'était plus facile de concevoir que la terre n'était pas au centre du monde mais, par exemple, le soleil. Pareil pour l'idée de "référentiel". Dans une société figée dans des ordres où tu ne peux pas devenir noble (sauf exception) quand tu nais serf peu importe le "point de vue" t'apprends pas à raisonner en termes de "ça dépend du point de vue". Bref je dis ça rapidement mais je pense que c'est comme ça que ça fonctionne.
     
  19. Ziggy-star
    Offline

    Ziggy-starMembre du forum Membre actif

    420
    60
    0
    Fev 2017
    France
  20. communiste libertaire, plateformiste, internationaliste, auto-gestionnaire, révolutionnaire, primitiviste
    Je m attendais à cette réponse et c'est vrai qu'on peut se dire qu'étant donné que le protestantisme s'est développée dans les villes dans les milieux lettrés donc dans une population ayant une position économique favorable.
    Néanmoins, s'il est possible d'établir une influence, un renforcement mutuel cela ne veut pas dire que l'une est exclusivement cause de l'autre. À vrai dire, cela s'inscrit dans une dynamique plus large opposant le pouvoir papal et le pouvoir royal.

    C'est exact et mon message allait dans ce sens.

    Là encore je pense que tu sous estimes la dynamique de la création de l'État. À partir du moment où le vainqueur des concurrences terriennes établit son autorité sur un territoire il cherche à créer de la valeur et donc administre et le finance par l'impôt etc. Ainsi en plus de s'autonomiser de l'Eglise il se professionnalise et induit un logique positiviste. La monnaie est avant tout un instrument de l'Etat qui a donc engendrer des pratiques économiques.
    Sans faire intervenir l'Etat tu ne peux pas comprendre la cohérence du système de domination keynesien ou celui du communisme autoritaire. J'imagine que tu vas me ressortir l'explication marxiste de la création de l'État mais pour moi il est évident que l'Etat est une modalité d'organisation propre et non pas un instrument de la classe dominante car sans la destruction immediate de celui-ci le système de domination économique perdurera.

    Théorie amusante mais beaucoup trop psychlogisante et caricaturale. Même s'il faut reconnaître que ça permet de repenser l'explication classique consistant à dire que les découvertes scientifiques ont influencé la perception du monde et fait évoluer les pratiques.

    Enfin bref je vais pas plus développer parce que c'est HS mais pour moi l'important ce sont les conditions organisationnelles dont la manifestation concrète ne peut se résumer au système de production
     
  21. Hypérion
    Offline

    HypérionMembre du forum

    43
    13
    0
    Nov 2018
    France
    J'aimerais intervenir à mon tour car je trouve votre discussion très intéressante. Il y a une citation de Benjamin qui pose assez bien la problématique soulevée par l'idée de Weber sur le lien entre le capitalisme et la religion :

    "Premièrement, le capitalisme est une religion purement cultuelle, peut-être la plus extrêmement cultuelle qu'il n'y ait jamais eu. Rien en lui n'a de signification qui ne soit immédiatement en rapport avec le culte, il n'a ni de dogme spécifique ni théologie. L'utilitarisme y gagne, de ce point de vue, sa coloration religieuse."

    Je pense profondément que l'avènement du capitalisme est à la fois le fruit de facteurs culturels (de la morale et/ou de la religion) et à la fois du développement technique. Les deux sont intimement liés et je ne pense pas que l'on puisse donné l'un comme conséquence unilatéral du capitalisme. J'ajouterais qu'à mon sens, le siècle des Lumières et sa liquidation de la croyance religieuse est sans doute plus importante dans la création d'un terrain favorable à l'avènement du capitalisme que les religions traditionnelles comme le protestantisme. Mais les deux sont liés, car finalement, c'est bien une nouvelle forme d'aliénation de la raison (faisant suite à l'effondrement des religions, au sens où l'aliénation qui en est à l'origine demeure et prend simplement une autre forme) que l'on retrouve exprimée dans le capitalisme, surtout à notre époque contemporaine où les relations entre les hommes sont totalement réifiées. Pour récapituler : ces relations réifées sont le reflet du système de production marchand et de ses conséquences sur la vie des hommes, on est d'accord, mais ce système de production n'aurait pu s'enraciner si profondément s'il ne se trouvait être là l'expression adéquate de la croyance (ou de l'idéal) des hommes...
     
  22. Anarchie 13
    Offline

    Anarchie 13Adolescent immature Comité auto-gestion Membre actif

    7 252
    430
    141
    Jan 2009
    France
  23. libertaire, anarchiste, chaos/Nihiliste, individualiste
    Pour moi c'est l'essor du capital qui a permis les Lumières et plus généralement l'humanisme (et le protestantisme ou la renaissance selon les pays).
    Pour moi les humains agissent avant de croire. Leurs croyance sont là pour donner une cohérence apparente à leurs actions. Le système de production organise l'action des humains donc il organise ce que leurs croyances doivent justifier.
     
  24. Hypérion
    Offline

    HypérionMembre du forum

    43
    13
    0
    Nov 2018
    France
    En bon nietzschéen je ne peux que m'opposer à cette vision de l'histoire. Le christianisme a traversé les époques sans que sa mort ne soit acté définitivement avec l'avènement du capitalisme (il faudra que Nietzsche attendre la fin du XIXe pour que Nietzsche en prononce l'heure du décès). D'autant que les formes de société avec lesquelles il a pu s'implanter ont été multiples.
    C'est à mon avis la progression de la science et des connaissances qui ont fait basculer son histoire. Pour autant, on voit bien que dans la science elle-même un certain idéalisme a perduré... (Le capitalisme s'est établi sur le même espoir d'apporter la félicité sur terre, pour tous, et on voit bien que le désenchantement aujourd'hui indique que sa fin est proche, du moins je l'espère.)
    De même, la forme de l'art a elle-même varié selon les époques, et celle-ci n'est jamais que le reflet de l'esprit de l'homme.
    Après je suis entièrement d'accord pour dire que la forme de la société de l'époque influe nécessairement sur les hommes, mais ce sont toujours les idéaux et la morale qui guident nos actions, à notre insu bien souvent. D'ailleurs tout serait perdu d'avance si nous ne faisions qu'obéir au système marchand qui dicte chaque action aujourd'hui, mais on voit bien aujourd'hui que beaucoup de personnes s'élèvent contre celui-ci car il va précisément à l'encontre de toute morale.
     
  25. Anarchie 13
    Offline

    Anarchie 13Adolescent immature Comité auto-gestion Membre actif

    7 252
    430
    141
    Jan 2009
    France
  26. libertaire, anarchiste, chaos/Nihiliste, individualiste
    J'ai jamais dit que l'essor du capitalisme allait du jour au lendemain supprimer la croyance religieuse. Mais celle-ci a changé de forme. Y a des sociologues qui parlent de "bricolage religieux" où les gens puisent des préceptes dans plusieurs religions et construisent leur propre vision religieuse du monde. Genre le côté "dogmatisme religieux" peut plus tenir, y a plus l'institution cléricale pour. Puis elle s'est assouplie, on peut être ouvertement homosexuel et catholique aujourd'hui et même prêtre surtout dans les pays impérialistes.
    Tu parles du rôle de la science, mais je vois pas de développement de la science sans développement du capitalisme. C'est bien parce que la bourgeoisie a trouvé un intérêt pécuniaire dans les innovations techniques que la démarche scientifique s'est imposée. Les inventeurs étaient financés par des banquiers, des marchands ou des souverains "éclairés". Comme les Médicis à Florence.

    Pourquoi le système marchand produirait uniquement de la docilité ?
    La révolte contre ce système est aussi produite par ce système. C'est pour ça qu'il court à sa perte.

    Je ne peux que ne pas être d'accord. Les idéaux et la morale ne sont que des justifications a posteriori de nos actions qu'on fait par habitudes, réflexes, recherche de plaisir ou d'éviter la souffrance (ce qui veut pas dire que cette recherche aboutit forcément à ce résultat). En tout cas, les idéaux et la morale sont pour moi forcément ce qui arrive en dernier dans la chaîne causale.
     
  27. Ziggy-star
    Offline

    Ziggy-starMembre du forum Membre actif

    420
    60
    0
    Fev 2017
    France
  28. communiste libertaire, plateformiste, internationaliste, auto-gestionnaire, révolutionnaire, primitiviste
    La science et le capitalisme sont liés mais en revanche sur la croyance religieuse ton interpretation ne marche que pour l'Eglise catholique, l'islam n'a pas un clergé comparable et a pourtant aussi imposé plus ou moins son monopole sur la science.
    De mon point de vue, tout le problème réside dans l'expression "chaîne causale". La vie n'est pas une chaîne causale. Les idées et les conditions matérielles s'influencent mutuellement de façon continue et pour moi les deux peuvent se réajuster en fonction du contexte. Encore une fois pour moi ce qui est important c'est l'organisation parce qu'elle influence cette double relation.
     
  29. mc²
    Offline

    mc²Membre du forum Membre actif

    815
    391
    182
    Août 2014
    Crève la France, vive la révolution !
    Publié le 13 avril 2019

    Des mois après le début du "mouvement des Gilets-jaunes", la rage rencontrée dans la rue ainsi que les différentes pratiques qui s’y sont développés (destruction de structures capitalistes ou étatiques, affrontements avec la police, pillages, vague de sabotage diffus, divers tentatives de blocage des autoroutes ou des rond-point etc.) côtoient des traits politiques plus problématiques (drapeaux français, marseillaise chantée en cœur, discours travailliste et citoyenniste, sexisme, racisme etc.)

    Ce tract diffusé dans les rues de Paris lors de l’acte XX part de ce constat, que d’une part les pratiques qui se développent dans ce mouvement semblent ouvrir la possibilité d’une critique radicale du monde tel qu’il existe actuellement, mais que, d’autre part, les expressions politiques qui en ressortent font majoritairement appel à un imaginaire populiste et réformiste. Ce tract se propose donc d’élargir la critique.

    Parce que les actes ne sont pas séparés des idées et inversement.
    Le tract en pièce-jointe.

    Gilet-jaune : est-tu citoyen ?

    Le citoyen vote.
    Le député fait la loi. Le flic la fait respecter.
    Le juge punit qui ne la respecte pas.
    Le propriétaire s’enrichit sur ta fatigue.
    Le père de famille te met dans le droit chemin.
    Et pour te faire avaler tout ça, les journalistes te refourguent des scoops E-X-C-L-U-S-I-F-S, les intellectuels pensent à ta place, les blouses blanches te filent des médocs.

    Mais c’est logique : c’est leur métier. Et toi qui es citoyen, tu votes aussi pour ça.

    Tu as beau invoquer le PEUPLE, la FRANCE, ils ne sont que des concepts, des mots qui te font accepter l’ennui quotidien, l’horreur partout.
    La France, c’est la colonisation, les guerres, les massacres, les frontières...

    Et paradoxalement, quand tu sors de chez toi en colère contre le gouvernement, tu brandis ce drapeau français, tu chantes cette bonne vieille marseillaise.
    Tu fais ce qu’on aimerait que tu fasses : couper une branche de l’arbre, porter fièrement le tronc.

    Or, les racines sont pourries depuis bien longtemps :
    De Gaulle, Mitterrand ou Macron, c’est le même État, le même contrôle sur nos vies.

    Le président change, les flics restent. Car il en faut bien quelques-uns pour maintenir l’ordre en place : protéger les propriétaires et leurs biens, mettre les réfractaires au travail ou en cellules.

    Alors quand le flic te gaze ou te matraque, il est comique de crier que tu es citoyen, français, démocrate ou républicain. Car c’est cette même démocratie qui t’insulte et te condamne. Celle-là même qui traque les sans-papiers après avoir pillé les terres aux quatre coins de la planète.

    Car pour celle qui n’a pas le bon bout de papier ni assez de billets dans la poche, c’est les frontières partout, les rafles, la prison, le racisme. En bref, la violence des regards et des matraques.
    Et pas si loin d’ici, comme à Vincennes, les Centres de Rétention Administrative.

    Tant qu’il y aura des papiers et de l’argent, il n’y en aura jamais assez pour tout le monde. Mais toujours suffisamment pour nous faire courir derrière.

    Le problème, c’est pas l’immigration, c’est les États.
    Le problème, c’est pas Macron, c’est la démocratie.
    Le problème, c’est pas la fin du mois, c’est l’argent.

    L’autorité sera toujours ennemie de la liberté.
    De la tienne, de la nôtre.

    Crève la France, vive la révolution !
     
  30. pilou-ilou
    Offline

    pilou-ilou  Comité auto-gestion Membre actif

    1 248
    230
    11
    Avr 2016
    Homme
    Une cabane en bois appelée '' Cabane jaune " à été construite sur une placette près de chez moi. c'es très très récent moins de 10 jours.
    Je me demande si je vais pas aller discuter par la.
     
  31. ninaa
    Offline

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    7 713
    1 304
    386
    Fev 2014
    France
  32. anarchiste, anarcho-féministe, communiste libertaire, individualiste
    Pourquoi pas, discuter avec des personnes ça ne mange pas de pain? Et après tu nous raconteras?
    Lors du débat sur les violences policières sont venus plusieurs gilets jaunes, ça a été au moins l'occasion d'échanger avec des personnes (l'une d'elle novice en manifs pensait qu'il suffisait de se mettre à beaucoup en rang contre les boucliers de CRS pour les faire reculer "pacifiquement"...). J'ai rien contre les individus, évidemment que ça m'arrive de parler avec des non anarchistes - enfin dans certaines limites quand même - je suis même allée deux fois à la fête des voisins, c'est dire!
    ce que je refuse c'est de "participer" à ce mouvement beaucoup trop ouvert à n'importe qui n'importe quoi. Comme je refuse de prétendre qu'en tant que mouvement il aurait un potentiel révolutionnaire sur des bases aussi confuses, et jusqu'à preuve du contraire radicalement opposées à l'objectif des anarchistes: abolition (et non aménagement) du capitalisme et de l'état.
     
    YoungResignation apprécie ceci.
  33. pilou-ilou
    Offline

    pilou-ilou  Comité auto-gestion Membre actif

    1 248
    230
    11
    Avr 2016
    Homme
    oui je raconterais bien sûr. Le truc en ce moment c'est que je suis à plat et je m'en veux de pas pouvoir rejoindre un groupe. je suis ratapla. crevé.
    Le truc c'est que je leur dirais pas que je suis libertaire des fois qu'il y en ai qui me reconnaisse dans le quartier et me prenne pour cible. je ferais le sous marin en quelque sorte ( hé hé hé ) . je sais c'est pas courageux mais c'est prudent. de plus parfois oui je l'avoue je suis pas courageux.
     
  34. ninaa
    Offline

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    7 713
    1 304
    386
    Fev 2014
    France
  35. anarchiste, anarcho-féministe, communiste libertaire, individualiste
    C'est pas une question de courage, tu crois qu'à la fête des voisins je vais dire que je suis anarchiste?
     

Les membres qui ont lu cette discussion dans le dernier mois (Total: 25)

  1. pilou-ilou
  2. Ziggy-star
  3. Anarchie 13
  4. allpower
  5. depassage
  6. ninaa
  7. IOH
  8. mc²
  9. YoungResignation
  10. LaComprehension
  11. AAKUAN
  12. Dom Veganarchiste
  13. le_bidule
  14. Hypérion
  15. Kazan
  16. NOKID
  17. Tucker
  18. vandale = troll agressif
  19. mAtth
  20. lathégriste
  21. Stéphane Bazoches
  22. fag
  23. Black Beard
  24. Oni21
  25. marestan