Chargement...

l'economie de l'anarchisme

Discussion dans 'Politique et débats de société' créé par ikichi, 1 Février 2009.

  1. ikichi
    Offline

    ikichiMembre du forum Expulsé par vote

    27
    0
    0
    Avr 2008
    bonjour,
    comment marche exactement l'economie dans l'anarchisme?
    si j'ai bien compris ya plein de petite communautes et chacune a sa propre production(eau,nouriture,electrecite,etc...).

    contrairement au capitalisme ou toute la prodution est centralisé et ou il faut vendre quelque chose pour avoir acces aux produits finis,c'est ca?
     
  2. NeUrOn
    Offline

    NeUrOnLa fin d'un monde... Membre actif

    701
    0
    113
    Déc 2008
    Comment une économie anarchiste fonctionnerait-elle ?

    C'est une question importante pour tous les opposants à un système donné - par quoi allez vous le remplacer ? Nous pouvons dire, bien sûr, qu'il est inutile de faire des plans sur comment la future société anarchiste fonctionnera, puisque l'avenir sera créé par tout le monde, pas seulement par les quelques anarchistes et socialistes libertaires qui écrivent des livres et des FAQ's. Cela est vrai, nous ne pouvons pas prédire ce qu'une société libre sera effectivement similaire ou développé et nous n'avons pas l'intention de le faire ici. Toutefois, cette réponse (quel que soit ses autres bien-fondés) ne tient pas compte d'un point essentiel, les gens ont besoin d'avoir une idée de ce que l'anarchisme vise avant qu'ils ne décident de passer leur vie à tenter de le créer.

    Alors, comment un système anarchiste fonctionnerait ? Cela dépend des idées économiques qu'ont les personnes. Une économie mutualiste fonctionne différemment d'une communiste, par exemple, mais ils ont des caractéristiques similaires. Comme Rudolf Rocker l'a dit:
    "Ce qui est commun à tous les anarchistes est le désir de libérer la société de toutes les forces politiques et sociales des institutions coercitives qui se dressent sur la voie du développement d'une humanité libre. En ce sens, le mutualisme, le collectivisme, et le communisme ne doivent pas être considérées comme des systèmes fermés permettant à aucun autre le développement, mais seulement des hypothèses quant aux moyens de préserver une communauté libre. Il y aura même probablement, l'existence dans la société de l'avenir de différentes formes de coopération économique existant côte à côte, car tout le progrès social doit être associé par la pratique, l'essai et l'expérimentation libre, qui, dans une société de communautés libres, aura toutes les occasions offertes"[1].

    Ainsi, compte tenu des objectifs communs des anarchistes, ce n'est pas surprenant que les systèmes économiques donnent à penser qu'ils auront des caractéristiques communes, tels que l'auto-gestion, la fédération, le libre accord des travailleurs et ainsi de suite. Pour tous les anarchistes, l'"économie" est considérée comme une "association volontaire qui organisera le travail, et sera le fabricant et le distributeur des produits nécessaires" et c'"est pour faire ce qui est utile. L'individu est pour faire ce qui est beau"[2]. Par exemple, la machine "se substituera au travail manuel dans la fabrication de biens. Mais en même temps, le travail manuel très probablement étendra son domaine de la finition artistique sur beaucoup de choses qui sont entièrement fabriquées dans l'usine"[3]. Murray Bookchin, des décennies plus tard, a plaidé pour la même idée: "la machine supprimera la peine des processus de production, laissant la réalisation artistique à l'homme"[4].

    Cette "organisation du travail touche uniquement les travaux que d'autres peuvent faire pour nous... Le reste revient à l'égoïste, parce que personne ne peut le remplacer dans votre élaboration de vos compositions musicales, la réalisation de vos projets de peinture, etc, personne ne peut remplacer le travail de Raphael. Ces derniers sont des travaux d'une personne unique, qui elle seule est compétente pour réaliser"[5]. Stirner va jusqu'à demander "pour qui est ce que le temps doit être acquis [par l'association] ? Pour quoi l'homme exige plus de temps que nécessaire pour rafraîchir ses fatigues des pouvoirs du travail ? Voici en quoi le communisme est client". Il a ensuite réponse à sa propre question en faisant valoir qu'il est acquis pour l'individu "de prendre confort en lui-même comme unique, après qu'il ait accompli sa part d'homme!"[6], qui est exactement ce que Kropotkine a également fait valoir:
    « Il se déchargera d’abord, soit dans les champs, soit, dans les usines, du travail qu’il devra à la société pour sa part de contribution à la production générale. Et il emploiera l’autre moitié de sa journée, de sa semaine, ou de son année, à la satisfaction de ses besoins artistiques ou scientifiques »[7].

    Ainsi, alors que le communisme autoritaire ne tient pas compte de l'individu unique (et c'est le seul type de communisme existant au moment où Stirner a écrit son livre classique), les communistes libertaires sont d'accord avec Stirner et ne sont pas silencieux. Comme lui, ils considèrent l'ensemble de l'organisation du travail comme le moyen de fournir à l'individu le temps et les ressources nécessaires pour exprimer leur individualité. En d'autres termes, de poursuivre "les travaux d'une personne unique". Ainsi, tous les anarchistes fondent leurs arguments en faveur d'une société libre sur la manière dont ça bénéficiera à la réalité des individus, plutôt que des collectifs abstraits ou amorphes (tel une «société»). D'où le chapitre 9 de La Conquête du pain, "la nécessité du Luxe" et, pour cette question, chapitre 10, "Le travail Agréable".

    Ou, pour mettre cet idéal à jour, comme Chomsky l'a dit, "la tâche pour une société industrielle moderne est de parvenir à ce qui est maintenant techniquement réalisable, à savoir, une société qui est en réalité fondée sur la libre participation volontaire des personnes qui produisent et créent, de vivre librement leur vie au sein des institutions qu'ils contrôlent, et avec peu de structures hiérarchiques, et peut-être pas du tout"[8].

    En d'autres termes, les anarchistes désirent organiser des associations de bénévoles qui tenteront d'assurer une minimisation de travail insensé afin de maximiser le temps disponible pour l'activité créatrice, tant au "travail" intérieur et extérieur. Cet objectif doit être atteint par la libre coopération entre égaux, alors que la concurrence peut être la "loi de la jungle", la coopération est la loi de la civilisation.

    Cette coopération n'est pas fondée sur "l'altruisme", mais sur l'auto-intérêt. Proudhon a fait valoir que, la "mutualité, la réciprocité existe lorsque tous les travailleurs d'une industrie au lieu de travailler pour un entrepreneur qui les paie et garde leurs produits, travaillent les uns pour les autres et ainsi collaborent à la réalisation d'un produit commun qu'ils partagent entre eux. étendre le principe de la réciprocité telle que l'unification du travail de chaque groupe, des Sociétés de travailleurs en tant qu'unité, et vous avez créé une forme de civilisation qui à tous points de vue - politique, économique et esthétique - est radicalement différente de toutes les civilisations antérieures"[9]. En d'autres termes, la solidarité et la coopération nous permet du temps pour profiter de la vie et obtenir des avantages de notre travail par nous-mêmes - L'Entr'aide a pour résultat une vie meilleure que la lutte mutuelle et "l'association pour la lutte sera beaucoup plus un soutien plus efficace pour la civilisation, le progrès, et l'évolution que ne l'est la lutte pour la vie avec ses compétitions sauvages de tous les jours"[10].

    Au lieu de la course effrénée du capitalisme, l'activité économique dans une société anarchiste serait un des moyens d'humaniser et de nous personnaliser nous-mêmes et la société, de passer de la survie à la vie. L'activité productive doit devenir un moyen d'auto-expression, de joie, d'art, plutôt que quelque chose que nous avons à faire pour survivre. En fin de compte, le "travail" doit devenir plus semblable à un jeu ou passe-temps que l'activité actuelle aliéné. Les priorités de la vie devraient être vers l'accession individuelle à l'épanouissement et à humaniser la société plutôt que "la société fonctionne comme un complément au marché", pour utiliser l'expression de Polanyi, et transformer nous-mêmes en produits sur le marché du travail. Ainsi, les anarchistes sont d'accord avec John Stuart Mill quand il écrivait :
    « Je l'avoue, je ne suis pas séduit par un idéal de vie, offrant, à ceux qui pensent que l'état normal des êtres humains est de se battre pour obtenir, par le piétinement, l'écrasement, jeu de coudes, et marche des uns sur les talons des autres, qui forme le type existant de la vie sociale, soit le plus souhaitable pour beaucoup d'être humain, ou quoi que ce soit des symptomes désagréables de l'une des phases du progrès industriel »[11]

    Le but de l'anarchisme est beaucoup plus que la fin de la pauvreté. D'où le commentaire de Proudhon que le "dogme sous-jacent" du socialisme est que "l'objectif du socialisme est l'émancipation du prolétariat et l'élimination de la pauvreté". Cette émancipation sera atteinte en mettant fin à "l'esclavage salarié" de maniére "démocratiquement organisé par des associations de travailleurs"[12]. Ou, selon les termes de Kropotkine, "bien-être pour tous" - physique, mental et moral! En effet, en se concentrant uniquement sur la pauvreté et en ignorant l'émancipation du prolétariat, les véritables objectifs du socialisme sont obscurcis. Kropotkine fait valoir que :
    « Le « droit au bien-être » signifie la possibilité de vivre comme des êtres humains, et de faire l'éducation des enfants pour en être membres d'une société meilleure que la nôtre, alors que le « droit au travail » signifie que le droit à être un esclave salarié, un Drudge, dominé et exploité par la classe moyenne de l'avenir. Le droit au bien-être est la révolution sociale, le droit au travail ne signifie rien, si ce n'est un tapis roulant pour la commercialisation. Il est grand temps pour le travailleur de faire valoir son droit à l'héritage commun, et d'entrer en possession de celui-ci »[13].

    Combinée avec cette volonté de libre coopération est un désir de mettre fin aux systèmes centralisés. L'opposition à la centralisation est souvent cadré d'une fausse maniére. Cela peut être vu lorsque Alex Nove, un chef de file des socialistes de marché, fait valoir qu'"il y a des liens horizontaux (de marché), il existe des liens verticaux (hiérarchie). Quelles autres dimensions existe il ?"[14]. En d'autres termes, Nove affirme que, pour s'opposer à la planification centrale, il faut embrasser le marché. Toutefois, cela n'est pas vrai. Les liens Horizontaux n'ont pas besoin d'être fondés sur le marché, pas plus que les liens verticaux doivent avoir une structure hiérarchique. Mais le point de base dans son argumentation est vrai, une société anarchiste doit être fondée essentiellement sur des liens horizontaux entre les individus et associations, coopérant librement ensemble, car ils (pas un organisme central) le jugent opportun. Cette coopération sera source de liens "verticaux" dans une économie anarchiste. Quand un groupe d'individus ou d'associations se réunissent et discutent des intérêts communs et rendent des décisions communes, ils seront liés par leurs propres décisions. Ceci est radicalement différent d'un organisme central donnant des ordres parce que ceux qui sont touchés détermineront le contenu de ces décisions. En d'autres termes, au lieu que les décisions soient rendues par le haut, elles seront créés à partir de la base.

    Ainsi, tout en refusant de définir exactement comment un système anarchiste fonctionnerait, nous allons explorer les implications sur la manière dont les principes et les idéaux anarchistes énoncés ci-dessus pourraient être mis en pratique. Gardez à l'esprit qu'il s'agit là juste d'un cadre possible pour un système qui a déjà fait quelques exemples historiques pour en faire appel à titre de preuve. Cela signifie que nous pouvons seulement indiquer les grandes lignes de ce qu'une société anarchiste pourrait être. Les personnes qui demandent des "recettes" et de l'exactitude devraient chercher ailleurs. Selon toute vraisemblance, le cadre que nous présentons sera modifié et changé (même ignoré), à la lumière des expériences réelles et des problèmes auxquels les personnes devront faire face lors de la création d'une nouvelle société.

    Enfin, il faut souligner qu'il peut exister une tendance pour certains à comparer ce cadre avec la théorie du capitalisme (c'est-à-dire le parfait fonctionnement du "libre" marché ou quasi-parfait), par opposition à sa réalité. Un parfait état de fonctionnement du système capitaliste n'existe que dans les livres et dans la tête des idéologues qui prennent la théorie pour la réalité. Aucun système n'est parfait, en particulier le capitalisme, et comparer le capitalisme «parfait» avec tout système est une tâche inutile. En outre, il y aura ceux qui cherchent à appliquer les principes "scientifiques" de l'économie néo-classique à nos idées. Ce faisant, ils font ce que Proudhon a dénommé "le vice radical de l'économie politique", à savoir "l'affirmation d'une condition transitoire comme d'un état définitif - à savoir, la division de la société en patriciens et prolétaires"[15]. Ainsi, toute tentative d'appliquer les «lois» développés à partir de théories sur le capitalisme à l'anarchisme ne parviendra pas à saisir la dynamique d'un système non-capitaliste (compte tenu du fait que l'économie néo-classique ne parvient pas à comprendre la dynamique du capitalisme, espérent-t-ils comprendre des systèmes non-capitalistes qui rejettent le despotisme de la propriété et les inégalités du capitalisme ?).

    John Crump souligne ce point dans son analyse de l'anarchisme japonais :
    « Lors de l'examen de la faisabilité du système social préconisée par des anarchistes purs, nous devons être clairs sur les critères en fonction desquels ça doit être mesuré. Il serait, par exemple, déraisonnable d'exiger qu'ils soient évalués par rapport à des critères d'une économie capitaliste comme taux annuel de croissance, balance commerciale, etc... l'évaluation du communisme anarchiste par des critères qui ont été conçus pour mesurer la performance du capitalisme n'a pas de sens... le capitalisme serait... déconcerté s'il lui était demandé d'évaluer ses opérations contre les indicateurs de performance à laquelle les purs anarchistes s'attachent en plus grande importance, tel que la liberté de la personne, la solidarité communautaire et le droit inconditionnel de l'individu à la libre consommation. Face à ces demandes, le capitalisme ne saurait admettre que ces critères n'étaient pas contre qui elle pourrait raisonnablement se mesurer elle-même [16]ou elle aurait à recourir au type de subterfuge idéologique grotesque qu'elle emploie souvent, comme l'identification de la liberté de l'homme avec le marché et donc avec l'esclavage salarié... La confiance des purs anarchistes dans la société alternative qu'ils préconisent ne provient pas de l'espoir qu'elle serait mieux que le capitalisme au niveau quantitatif en termes de PNB, de la productivité ou d'autres critères capitaliste. Au contraire, leur enthousiasme pour le communisme anarchiste découle de leur compréhension qu'il serait qualitativement différent du capitalisme. Bien sûr, cela ne veut pas dire que les purs anarchistes soient indifférents aux questions de production et de distribution... ils croient que le communisme anarchiste fournirait un bien-être économique pour tous. Mais non qu'ils soient prêts à donner la priorité à l'étroite expansion économique, à négliger la liberté individuelle et la solidarité communautaire, comme le capitalisme le fait régulièrement »[17].

    Comme Kropotkine le fait valoir, "l'économie politique universitaire a été seulement une énumération de ce qui se passe dans les... Conditions [du capitalisme] - sans nettement indiquer les conditions elles-mêmes. Et puis, après avoir exposé les faits [les économistes néo-classique universitaires ne le font habituellement pas, nous devons le souligner que Kropotkine avait à l'esprit des gens comme Adam Smith et Ricardo, pas les économistes néo-classique modernes] qui se posent dans nos sociétés, dans ces conditions, ils représentent l'utilisation de ces faits comme de rigide, et d'inévitable lois économiques "[18]. Ainsi, en modifiant les conditions, nous changeons les "lois économiques" d'une société capitaliste et l'économie n'est pas applicable à la post- (ou avant) société capitaliste (ni n'en sont des justifications pour les inégalités de richesse et de pouvoir).
     
  3. an-(A)-r_kro_punk
    Offline

    an-(A)-r_kro_punkStaff Membre actif

    420
    0
    16
    Mar 2008
  4. libertaire, anarchiste, auto-gestionnaire, individualiste
    ... dixit Anarchopedia.
     
  5. NeUrOn
    Offline

    NeUrOnLa fin d'un monde... Membre actif

    701
    0
    113
    Déc 2008
    oui dezolé j'ai oublié de le signaler dans mon copier colé....:ecouteurs: :thumbsdown:
     
  6. ikichi
    Offline

    ikichiMembre du forum Expulsé par vote

    27
    0
    0
    Avr 2008
    en gros, on se contente du minimum, on travaille pour le plaisir et on partage ce qu'on a produit
     
    Dernière édition par un modérateur: 17 Mars 2009
  7. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 685
    247
    2,132
    Mar 2005
    Homme , 33 ans
    Canada
  8. anarchiste, autonome
    On pourrait résumer soit par "l'ordre moins le pouvoir", soit par "à chacun selon ses moyens a chacun selon ses besoins", mais il y a tellement de théories définissant l'économie de l'anarchisme qu'il est difficile de répondre à ta question.

    Il y a plusieurs courrants idéologies abordant la question économique dans une société anarchisme. Il n'y a aucun concept économique de pré-défini, seulement des théories élaborés par des anarchistes sur les quels pourront se baser les révolutionnaires pour choisir le mode de vie qu'ils adopteront. Ce sera à eux de choisir comment fonctionnera l'économie, tous ensemble.

    Il n'y a pas de concept économique strict à suivre pour se dire anarchiste, la seule chose qu'oblige le fait de se dire anarchiste, c'est que les concepts économiques devront être établis de facon libertaire -- donc par et pour le peuple (et non pas par une classe dominante de pseudo-prolétaires corrompus), et en accord avec les principes de liberté et d'égalité qui font la base de l'anarchisme.

    pour approfondir le sujet, je suggère une lecture sur un des thèmes suivants:

    volontarisme / participalisme / coopérativisme
    mutuellisme / mutualisme libertaire / gradualisme
    collectivisme libertaire / anarcho-communisme
    syndicalisme révolutionnaire / fédéralisme libertaire

     
  9. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 685
    247
    2,132
    Mar 2005
    Homme , 33 ans
    Canada
  10. anarchiste, autonome
    Il y a plusieurs courrants idéologies abordant la question économique dans une société anarchisme. Il n'y a aucun concept économique de pré-défini, seulement des théories élaborés par des anarchistes sur les quels pourront se baser les révolutionnaires pour choisir le mode de vie qu'ils adopteront. Ce sera à eux de choisir comment fonctionnera l'économie, tous ensemble.

    On pourrait résumer soit par "l'ordre moins le pouvoir", soit par "à chacun selon ses moyens a chacun selon ses besoins", mais il y a tellement de théories définissant l'économie de l'anarchisme qu'il est difficile de répondre à ta question.

    Il n'y a pas de concept économique strict à suivre pour se dire anarchiste, la seule chose qu'oblige le fait de se dire anarchiste, c'est que les concepts économiques devront être établis de facon libertaire -- donc par et pour le peuple (et non pas par une classe dominante de pseudo-prolétaires corrompus), et en accord avec les principes de liberté et d'égalité qui font la base de l'anarchisme.

    pour approfondir le sujet, je suggère une lecture sur un des thèmes suivants:

    volontarisme / participalisme / coopérativisme
    mutuellisme / mutualisme libertaire / gradualisme
    collectivisme libertaire / anarcho-communisme
    syndicalisme révolutionnaire / fédéralisme libertaire

     
  11. ikichi
    Offline

    ikichiMembre du forum Expulsé par vote

    27
    0
    0
    Avr 2008
    mais l'anarcho-capitalisme n'empeche pas l'anarcho-communisme
    rien n'empêche d'acheter un grand terrain ou une communauté produirais sa propre nourriture et tout ce qu'elle aurais besoin de consommer
     
    Dernière édition par un modérateur: 17 Mars 2009
  12. niouze
    Offline

    niouzeMembre du forum Expulsé par vote

    861
    0
    14
    Nov 2007
  13. libertaire
    si car l'anarcho capitalisme est un courant de penser en faite plus proche de l'ultra liberalisme que de l'anarchisme (dans son sens voulu par proudhon d'emancipation des hommes )il n'a rien a voir avec le courant libertaire (il c'est d'ailleur inventer son propre mot : libertarien)
    son but est qu'il n'y ai plus d'etat mais non pas dans le sens voulu par les libertaire
    ils soutient la proprieté privée (et donc toute les derives provenant de celle ci ) et pense que le capitalisme effacera toute les inégalité (comme les liberaux) la crise actuel nous demontre bien l'ineptie de tel penser
    De plus,je doute que les entreprises décident d'elles-même de prendre des décisions bénéfiques à la communauté, comme réduire la pollution ou offrir des bénéfices sociaux. sans compter que l'idée même du capitalisme amènent à une inégalité et domination des hommes par d'autre
    j'ajoute que la propriete privé donnerait aux capitalistes un pouvoir de même nature que celui d’un État

    cependant tu n'a pas tord lorsque tu dit que l'un n'empeche pas l'autre sauf si les premiers prennent peur face au seconds (en effet si les gens on le choix d'aller bosser pour un patron toute anarcho capitaliste qu'il est ;et une communauté il y a fort a parier que les anarcho capitaliste y perdrait donc...)
     
    Dernière édition par un modérateur: 17 Mars 2009
  14. Lib.R.T
    Offline

    Lib.R.Tle traitre du dictateur. Membre actif

    871
    1
    1
    Août 2008
    Mets toi le doigts dans l'oeil; En ce moment même si tu es propriétaire d'un lopin de terre, tu n'as même pas le droit de vivre dans une caravane ou une yourte dessus, si celui ci n'est pas constructible. (manque à gagner pour les communes.)

    L'étincelle de la liberté est en train de s'éteindre en France pour une seule et bonne raison. Sauver l'économie, sauver le capitalisme.

    Un seul mot d'ordre, vivre libre ou mourir. A bas l'économie. A mort le capitalisme.
     
    Dernière édition par un modérateur: 17 Mars 2009
  15. ivo
    Offline

    ivoMembre du forum

    1 542
    0
    117
    Juin 2007
    la blague du jour.
    c'est la devise du 27°B.C.A.
    qui vient de subir des pertes en afghanistan.


    fin de l'aparté.

    quoique.
    cela aurait-il un lien avec des communautés qui ...
    bref...
     
  16. Lib.R.T
    Offline

    Lib.R.Tle traitre du dictateur. Membre actif

    871
    1
    1
    Août 2008
    Malheureusement.
     
  17. ikichi
    Offline

    ikichiMembre du forum Expulsé par vote

    27
    0
    0
    Avr 2008
    l'etat n'a pas a sauver le capitalisme et ne dois pas a interdire de s'installer quelque part pour une raison ou l'autre.
     
  18. Lib.R.T
    Offline

    Lib.R.Tle traitre du dictateur. Membre actif

    871
    1
    1
    Août 2008
    On ne doit pas avoir les mêmes infos ou vivre dans le même pays.
     
  19. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 685
    247
    2,132
    Mar 2005
    Homme , 33 ans
    Canada
  20. anarchiste, autonome
    L'Etat ne doit tout simplement pas exister.
     
  21. ikichi
    Offline

    ikichiMembre du forum Expulsé par vote

    27
    0
    0
    Avr 2008
    c'est exactement ce que je voulais dire...
     
  22. k1000
    Offline

    k1000Membre du forum Membre actif

    412
    0
    11
    Jan 2009
    Bien, mais pourquoi se contenter du minimum? Manger, pas avoir froid, c'est un peu limite avec les moyens qu'on a aujourd'hui (sans détruire la planète bien sûr...)
    Pourquoi se priver de technologies efficaces pour réaliser des besognes, dans une logique où le seul profit est exclu?
    Et aussi : on partage intelligemment! Absurde de faire traverser la planète à un produit dont on trouve l'équivalent sur place... Donc le surcoût des technologies peut être absorbé par la suppression des intermédiaires, par l'utilisation de produits faits sur place. Et aux machines les boulots abrutissants!
     
  23. ikichi
    Offline

    ikichiMembre du forum Expulsé par vote

    27
    0
    0
    Avr 2008
    je suis daccord sur le fait qui n'ait pas d'état mais comment faire pour convaicre tout le monde de partager et que faire si l'un ose produire plus de ce qu'il a besoin sans vouloir partager?
     
  24. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 685
    247
    2,132
    Mar 2005
    Homme , 33 ans
    Canada
  25. anarchiste, autonome
    Pourquoi empêcher les gens de produire au max?

    Plus une usine est productive, plus il y aura de produits fini, donc plus de produits répartits équitablement dans la communauté, etc...


    Il est logique et normal de se contenter du minimum tant qu'il y aura encore des gens qui n'ont pas accès à ce minimum.

    On peut se passer du superflus quand y'a encore des gens qui ont rien a bouffer.
     
  26. ikichi
    Offline

    ikichiMembre du forum Expulsé par vote

    27
    0
    0
    Avr 2008
    et que fait-on si la production ne suffit pas à la population parce que la moitié ne travaille pas?
     
Chargement...
Discussions similaires
  1. Réponses:
    0
  2. Réponses:
    11
  3. Réponses:
    1
  4. Réponses:
    0
  5. Réponses:
    1
  6. Réponses:
    7
  7. Réponses:
    34
  8. Réponses:
    0