Chargement...

l'école... pour ou contre?

Discussion dans 'Libération des enfants' créé par Carlitos, 16 Février 2010.

  1. Carlitos
    Offline

    CarlitosMembre du forum Membre actif

    971
    1
    30
    Avr 2009
  2. libertaire, anarchiste, auto-gestionnaire
    Bonjour a tous, j'aimerais savoir ce que vous pensez de l'école, j'ai vu que certaine personne sur le forum voulais sa disparition.

    J'aimerais avoir votre opinion, comment vous voyez l'education dans la société que vous imaginez?
     
    raaph apprécie ceci.
  3. RonWood
    Offline

    RonWoodMembre du forum Membre actif

    77
    0
    3
    Déc 2009
  4. libertaire, anarchiste
    Pour, vu que c'est à l'école que l'on apprend à lire, écrire, compter... C'est quand même le minimum si on veut pas retourné vivre dans des cavernes donc je vois pas pourquoi la supprimé.
     
  5. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 244
    163
    2,124
    Mar 2005
    Homme , 32 ans
    Canada
  6. anarchiste, autonome
    Euh qui sur ce forum est pour l'abolition de l'école ?

    C'est n'importe quoi....

    Bien sur il y a des grosses réformes a faire dans le système d'éducation, mais dans une société anarchiste l'éducation serait une des choses les plus importante pour développer la conscience sociale.

    Les anarchistes ne veulent pas arrêter d'apprendre et de faire apprendre, avant ou après la révolution...
     
    Halbertinne apprécie ceci.
  7. jeunevoleur
    Offline

    jeunevoleurMembre du forum Membre actif

    2 451
    3
    110
    Mar 2008
    Cela dépend de quoi tu parles, en fait. Si tu fais référence au système scolaire carcéral actuel je crois que personne ne pleurerai sa disparition.

    Les écrits de Catherine Baker dont insoumission à l'école obligatoire sont sur ce sujet très intéressant vous en trouverez un extrait ici http://infokiosques.net/spip.php?article262
     
    raaph apprécie ceci.
  8. Carlitos
    Offline

    CarlitosMembre du forum Membre actif

    971
    1
    30
    Avr 2009
  9. libertaire, anarchiste, auto-gestionnaire
    Merci pour le liens, ça à l'air interressant, j'ai lus le début..

    Ce que je voulais dire c'est que certaine personne imaginais plutot que les personne au lieu d'aller étudier à l'école irait travailler comme apprentis... enfin bref j'aimerais comprendre cette vision des chose.
     
  10. Verdâtre
    Offline

    VerdâtreSubversif primitif Membre actif

    209
    1
    0
    Jan 2009
  11. anarchiste
    Il faut lire "Une société sans école" d'Ivan Illich. Je ne sais pas si on trouve le livre en ligne mais il y a là un petit résumé.

    J'ai eu plusieurs enfants et chaque fois fait le même constat: les enfants sont curieux, ils aiment apprendre et apprennent un tas de choses avec leurs parents, copains, ainés, etc. Ils sont créatifs, originaux puis dès qu'ils entrent à l'école, c'est terminé: formatage, alignement sur la majorité et le personnage du maitre/maitresse devient l'autorité suprême, seule détentrice de la vraie connaissance.

    Je suis convaincu que si je ne les envoyais pas à l'école mais me contentais de leur donner la possibilité d'apprendre ce qui les intéresse, la possibilité de suivre les adultes exerçant des activités les intéressant, la possibilité de se mélanger avec d'autres enfants de divers ages, ils apprendraient très vite tout ce qui est nécessaire et deviendraient vite autonome pour apprendre des connaissances plus poussées.

    L'école est une machine à formater, et qu'elle soit d'obédience capitaliste ou anarchiste n'y change rien. On ne crée pas des anarchistes épris de liberté en les envoyant à l'école, on en crée en étant, en vivant comme des anarchistes épris de liberté.

    Dans les sociétés primitives, il n'y a pas d'école, ça n'empêche absolument pas les enfants d'apprendre une multitude de choses et d'acquérir une autonomie qui fait rêver.

    Voyez ce petit film sur les Dongria, en particulier le petit enfant qui parle vers la fin (10:30)
    - où est-ce que nous irions nous les enfants ?
    - comment est-ce qu'on survivrait ?
    - non, nous n'abandonnerons pas notre montagne (dit il en agitant sa hache)
     
    ricoo apprécie ceci.
  12. jeunevoleur
    Offline

    jeunevoleurMembre du forum Membre actif

    2 451
    3
    110
    Mar 2008
    Dernière édition par un modérateur: 17 Février 2010
  13. Verdâtre
    Offline

    VerdâtreSubversif primitif Membre actif

    209
    1
    0
    Jan 2009
  14. anarchiste
    Excellent, merci pour le lien !
    A noter qu'elle y fait plusieurs références à Illich.
     
  15. alex kaczmarek
    Offline

    alex kaczmarekMembre du forum Membre actif

    147
    0
    1
    Déc 2009
  16. libertaire, anarchiste, féministe, internationaliste, auto-gestionnaire
    Je penses que l'école au sens actuel du terme n'est qu'un reflet, une reproduction de la société à petite échelle: présence omniprésente de la hiérarchie, autorité du corps enseignant et ""éducatif"", libre concurrence et chasse au 20/20, pression sur les individus, contrôle de leurs faits et gestes, obéissance aveugle, horaires fixes et autoritaires.. On peut donc en déduire qu'elle est totalement opposée à notre idéal libertaire.

    Peut être qu'on pourrait mettre en place un lieu sans aucune hiérarchie, organisé de façon horizontale où chacun apporterait son point de vue, ses connaissances , son savoir faire dans tel ou tel domaine, où le développement, l'épanouissement personnel et intellectuel de chacun serait place omniprésente: un lieu de rencontre et d'échange.
     
  17. lambertini
    Offline

    lambertiniMembre du forum Expulsé par vote

    54
    1
    0
    Oct 2009
    l ecole je ne connais pas ou peut car je ni ai pas souvent eté,(sa ce voie par mon ecritures):ecouteurs: .
    mais je trouve bien l instruction, ce qui permet aux hommes devolués, pas toujours en bien parfois.
    maintenant chez nous certain ne veulent pas mettre leurs enfant a l ecole, ils ont peurs quils perdes leurs repaires,et se perde avec des fausses valeurs,scosietée de consomation, marques de frinques, et quils soillent embrigadés, et transformée en moutons consaumateurs.
    mais plus le miveaux d instruction est haut moin lhomme se comporte en bof, c est dejas sa
     
    Halbertinne apprécie ceci.
  18. avrol
    Offline

    avrolMembre du forum Membre actif

    183
    0
    0
    Déc 2009
    Salut !
    C'est vrai ce que tu dis. Globalement, c'est préférable de donner aux enfants des moyens d'apprendre. Plutôt que de les voir crever dans des mines ou des usines. C'est vrai aussi que l'école dérive depuis très longtemps. On forme des employés de bureau.
    Je me souviens d'un instituteur de campagne, vers 1944 1945, adepte de l'école Freinet, qui emmenait les enfants dans les champs, les faisait déssiner, ronéotait un journal plein de couleurs et de dessins...
    Je me souviens aussi, beaucoup plus tard, d'un prof de Français-latin-grec, passionné, qui nous faisait comprendre ce que signifiait "faire ses Humanités" en nous faisant, quasiment, des cours de civilisation... C'est le plaisir qui gouverne les enfants. Pour les éduquer, il faut s'en souvenir et leur enseigner des plaisirs qu'ils ne connaissent pas encore.
    Bien sûr, la culture ne garantit pas que l'être humain devienne un adulte responsable et plein d'empathie pour le reste de l'humanité. Un être civilisé peut aussi se livrer à la pire des barbaries.
    D'un autre côté, le sympathique marchand de quatre saisons qu'on rencontrait autrefois au bord du trottoir et dispensait des paroles pleines de sagesse, pouvait aussi se retrouver embarqué dans un pogrom...
     
  19. Verdâtre
    Offline

    VerdâtreSubversif primitif Membre actif

    209
    1
    0
    Jan 2009
  20. anarchiste
    Je tiens à préciser que si je suis contre l'école, je ne suis pas contre l'instruction et l'apprentissage de connaissances utiles.

    Un primitif dans sa jungle est fichu s'il n'a pas les connaissances indispensables sur les plantes, les animaux, la chasse, la fabrication d'outils, d'abris, de vêtements, d'ustensiles, s'il ne sait pas faire du feu, etc.
    Un moderne dans sa ville est fichu s'il n'a pas les connaissances indispensables de lecture, d'arithmétique, de déchiffrement de plans de métro, de progression au milieu de la circulation, et surtout des connaissances spécifiques qui lui permettront d'être utilisable par le système capitaliste qui le récompensera en espèces qui lui permettront enfin d'acquérir nourriture, vêtements et abri.

    Quel que soit le contexte, il faut savoir tout ce qui est nécessaire pour survivre. La question est seulement de savoir comment acquérir ces connaissances: par l'école ou par un autre moyen.

    L'école est principalement un système pour formater les jeunes, les tenir sous clé et leur apprendre l'autorité. Le fait qu'il existe quelques exceptions ne change rien à ce fait. En cherchant un peu, on trouvera certainement un gardien de Guantanamo humaniste avec le coeur sur la main.

    Et penser que l'éducation permet d'évoluer ou "hausser le niveau" est à mon avis une grave erreur. Les nazis étaient éduqués et civilisés. Toute l'horreur coloniale a été planifiée par des braves diplômés. Dès qu'une autorité a la main-mise sur un système éducatif, le pire devient possible.
     
  21. avrol
    Offline

    avrolMembre du forum Membre actif

    183
    0
    0
    Déc 2009
    Salut !
    Dans ce domaine comme dans les autres, les moyens employés déterminent le résultat.
    L'apprentissage, à l'école ou ailleurs, consiste à donner des outils. Ce qu'en fera l'adulte n'est pas prévisible. Découvrir le radium ou vendre des êtres humains...
    Ceci dit, il est toujours plus facile de préserver la paix entre les gens s'ils parlent la même langue et sont d'accord sur l'organisation de leur société.
    Rien n'est plus difficile que de rassembler des gens de cultures disparates et qui se sont construites les unes contre les autres.
     
  22. Verdâtre
    Offline

    VerdâtreSubversif primitif Membre actif

    209
    1
    0
    Jan 2009
  23. anarchiste
    En principe, les gens qui vivent au même endroit ont la même langue et la même culture. La situation actuelle, avec des immigrés déracinés et ghettoisés, n'est pas normale. Dans ce contexte on pourrait admettre que l'école est facteur d'intégration, autant que la messe du dimanche.
    Mais dans la future-société-anarchiste-égalitaire les gens vont se dépêcher de rentrer chez eux vu que ce sera comme chez nous, ou plutôt chez nous ce sera devenu comme chez eux.
     
  24. avrol
    Offline

    avrolMembre du forum Membre actif

    183
    0
    0
    Déc 2009
    Salut !
    Ce qui m'intéresse, c'est surtout par quelles situations intermédiaires on peut passer de la situation actuelle à l'autre.
    L'exil n'est évidemment pas souhaitable. Mais il existera toujours des gens qui auront la bougeotte et l'esprit aventureux, et heureusement. C'est ce qui permet de ne pas s'enfermer et de s'instruire de ce qui vient de l'extérieur.
    Il est sûr que ceux qui viennent sans être forcés ou chassés par la guerre et la misère sont plus à même d'apprécier le dépaysement. C'est une forme de copmmerce.

    Je suis contre le capitalisme industriel mais pas contre le commerce civilisé pourvu qu'il respecte les populations. Actuellement, le commerce est compris comme une guerre, une colonisation des populations traitées comme du bétail, avec des manipulations mentales en attendant les nanotechnologies et les implants.
     
  25. Verdâtre
    Offline

    VerdâtreSubversif primitif Membre actif

    209
    1
    0
    Jan 2009
  26. anarchiste
    Je pense qu'il y a deux voies, la réforme et la révolution, et toutes les deux ne garantissent aucun résultat particulier.
    Je verrai mal les législateurs de mon pays tout à coup décider que l'école n'est plus obligatoire et permettre aux parents d'élever leurs enfants comme ils veulent, à moins que l'Etat soit complètement ruiné et que ça l'arrange, ce qui peut se produire plus vite qu'on pense...

    Ce qui m'intéresse moi, c'est plutôt où on veut aller et je me dis que le jour où il y a une masse critique pour y aller, les moyens d'y parvenir s'imposeront naturellement.

    A part du troc localisé, je n'ai jamais vu du commerce qui respecte les populations, as-tu des exemples ?
     
  27. avrol
    Offline

    avrolMembre du forum Membre actif

    183
    0
    0
    Déc 2009
    Salut !
    La réforme ou la révolution, c'est très vague. Si la situation intermédiaire qu'on obtient est pire que la précédente, personne ne suivra ! Il est indispensable d'obtenir des victoires.
    Ceux qui ruinent l'Etat et qui nous ruinent ne pensent qu'à ça ! Le secteur social doit disparaître, y compris l'éducation, la santé et même une bonne partie de la justice. Réparti entre privatisation et charité organisée par les Eglises ou les fondations. Pour eux, l'Etat ne doit garder que ses prérogatives régaliennes (royales). Sauf qu'il ne doit plus y avoir autrechose que de la répression.
    Ce qui est "naturel" c'est d'en revenir là d'oû on est parti. On a vu ça dans toutes les révolutions. Pour la révolution française, il a fallu plus d'un siècle et des dizaines de révoltes pour que ça change vraiment. En fait, ça n'a rien de naturel, de faire du neuf. Ça a tout de culturel. Et il faut s'y préparer de longue date. Sans les philosophes des Lumières, rien n'aurait changé.
    Les vikings et les goths pratiquaient le "commerce" d'une façon qu'on connaît : Ils n'achetaient que ce qu'ils ne pouvaient pas voler. C'est ce qui s'est poursuivi jusqu'à aujourd'hui avec les occidentaux. Mais le commerce est à l'origine du droit. Le contrat entre l'acheteur et le vendeur est le modèle de tous les contrats. A l'origine ce sont les phéniciens (et probablement aussi les chinois) qui se sont déplacés partout avec ce qu'on appelle aujourd'hui la balance "romaine" pour assurer l'acheteur de la régularité de la transaction. Il n'y avait pas encore de monnaie à l'époque, et les marchands phéniciens avaient affaire à des tribus guerrières. Ils venaient avec leur alphabet qui leur servait aussi à compter et l'ont ainsi enseigné partout en méditerranée, mais aussi jusqu'en scandinavie.
    C'est de cette façon que cet alphabet a supplanté les cunéiformes qui étaient l'outil de domination des scribes, spécialisés dans la diplomatie et le commerce entre Etats.
    Les phéniciens ont installé des comptoirs partout, se pliant aux us et coutumes des populations locales. C'est lorsqu'ils se sont installés au Maghreb qu'ils ont créé une véritable colonie et qu'ils sont entrés en guerre contre Rome.
    A propos de la Chine, le droit commercial y reste le fondement du droit.
    Un droit fondé sur les droits de la personne humaine est le résultat des recherches philosophiques du XVIIIè siècle.
     
    Dernière édition par un modérateur: 18 Février 2010
  28. alex kaczmarek
    Offline

    alex kaczmarekMembre du forum Membre actif

    147
    0
    1
    Déc 2009
  29. libertaire, anarchiste, féministe, internationaliste, auto-gestionnaire

    La réforme n'arrangera en rien quoi que ce soit, c'est tout le système éducatif qu'il faut détruire et reconstruire. J'insiste sur le fait qu'une réforme ne changera absolument rien dans la mesure où il y a toujours un état présent, et donc toujours une volonté , de former , de formater même, à sa sauce. La République en est un parfait exemple avec des bourrages de crâne consécutifs sur les valeurs républicaines, et ses symboles.
     
  30. avrol
    Offline

    avrolMembre du forum Membre actif

    183
    0
    0
    Déc 2009
    Salut !
    Qui donc est capable de reconstruire un système éducatif qui ne formate pas les enfants .
    Et comment fait-on pour enseigner sans formater ?
    Ça fait pas mal d'années que j'ai quitté le système éducatif et je ne me souviens pas d'avoir eu le moindre cours d'instruction civique. Ni aucun discours sur la république.
    Alors, maintenant, on en parle aux élèves ?
    C'est bizarre parce que l'autre jour, pendant la campagne électorale des municipales, on cherchait le nom à donner à notre liste. J'ai suggéré "Citoyens ... quelque chose". Une femme a dit : "Personne ne sait ce que ça veut dire !"

    Ce qui m'a fait penser que les cours d'éducation civique n'étaient pas plus fréquents aujourd'hui qu'il y a cinquante ou soixante ans.

    Personnellement, même si je vous ai assommés avec mes explications à n'en plus finir sur la République, en fait, ma conversion est assez récente. Avant, j'ai cru longtemps à la révolution. C'est la fréquentation de ce forum musulman et de constater l'ignorance générale, qui m'a amené à expliquer ce qu'était la république et la démocratie et à réaliser à quel point j'y étais attaché.
     
  31. alex kaczmarek
    Offline

    alex kaczmarekMembre du forum Membre actif

    147
    0
    1
    Déc 2009
  32. libertaire, anarchiste, féministe, internationaliste, auto-gestionnaire
    Oui on en parle, notamment plusieurs chapitres ( donc plusieurs semaines) sur les valeurs républicaines et ses symboles durant la troisième république (n'oublions pas que nous sommes sous le joug des mêmes valeurs et symboles), alors qu'à cette même période on ne mentionne que par le biais d'une seule et unique heure la Commune de Paris, ainsi que la révolte, des anarchistes (dont on restreint les simples actions aux propagandistes par le fait (Ravachol..), sans même mentionner les partisans de la reprise individuelle tel Marius Jacob, ou tout autre mouvements libertaires). Bref, On préfère passer plus de temps sur le bel Adolphe Thiers, ou sur la République, que sur les révoltes qui l'ont bousculée (révoltes, qui sont d'ailleurs nommées crises, gènes, ou parasites, ça ne s'invente pas!)
     
Chargement...