Chargement...

Le Syndicat des Travailleurs du Sexe

Discussion dans 'Discussion générale' créé par avrol, 31 Janvier 2010.

  1. avrol
    Offline

    avrolMembre du forum Membre actif

    183
    0
    0
    Déc 2009
    Salut !
    A la suite de la pub pour le film "Les travailleuses du sexe"...
    D'abord, j'ai pensé qu'il s'agissait d'une nouvelle offensive des proxénètes pour obtenir d'avoir pignon sur rue avec des bordels officiels.
    Comme si les soit-disant "clandés", les salons de massage et autres sex-shops ne suffisaient pas.
    J'ai été momentanément rassuré par les premiers textes.
    Mais les videos sont si raccoleuses que j'ai rapidement compris que la pornographie ne suffisait pas comme publicité. Apparemment, des bordels autorisés n'intéressent pas tout de suite les industriels en question. A moins que, comme pour tous les coups de Jarnac du gouvernement, ce ne soit que l'ouverture d'un débat faussement contradictoire pour montrer que ce gouvernement a toujours le dernier mot et qu'il n'y a aucun moyen de s'y opposer. Victoire facile. Nous sommes encore trop civilisés, trop pacifiques. Nous nous croyons toujours en démocratie. Les multinationales du sexe auront ce dernier mot. L'exception française, dans ce domaine, comme dans les autres, disparaîtra.

    Non, jusqu'à présent, je ne suis pas client. Je suis incapable de savoir si la personne que j'ai devant moi a vraiment souhaité cette situation ou si je suis en train de profiter de sa misère.
    Je ne sais donc pas précisément qui est derrière cette campagne. Denis Kessler, du MEDEF, avait dit qu'il était temps de revenir sur le programme du Conseil National de la Résistance.
    Quand on parle des bordels, on n'évoque que les bordels de luxe, du moins ceux qui n'étaient pas des "clubs privés". On ne parle pas non plus des "boîtes d'abattage", ni des "relations internationales" et de l'export.
    Dans les textes officiels, j'ai lu que "la France est à la fois importatrice et exportatrice" de ce cheptel particulier que constituent les êtres humains destinés à la prostitution. Il est vrai que l'appauvrissement de la population va profiter à ce commerce.

    Ulla, en 1975 prétendait qu'elle n'avait pas de proxénète. Quand on lui pose la question aujourd'hui, elle répond : "Et vous l'avez cru ?"

    "L'industrie du sexe", cette expression est épouvantable quand on sait que la matière première est humaine. Je ne conteste pas le droit pour qui que ce soit d'échanger un service sexuel contre n'importe quoi. Et il serait difficile de l'empêcher concrètement, de toutes façons.
    Mais mettre quelqu'un dans la situation d'être obligé de le faire est un crime bien plus grave qu'un simple viol. Vendre et acheter des êtres humains, c'est le retour de l'esclavage, un crime contre l'humanité, même si l'esprit mercantile et vénal de l'époque sert d'excuse.
    Les crapules qui nous gouvernent finiront peut-être, au moins pour quelques uns d'entre eux, par payer leurs crimes.
     
  2. Piou
    Offline

    Piou¡YA BASTA! Membre actif

    141
    0
    3
    Jan 2010
  3. anarchiste
    Ce film a une pub énorme j'ai l'impression, mais faudrait voir à comprendre déjà la chose avec d'autres films de carré, notamment Les prostitués de Paris ; et Les clients des prostitués qui donnent une bonne entrée si on a la flemme d'ouvrir un bouquin.
     
  4. ratatam
    Offline

    ratatamNouveau membre

    4
    0
    0
    Fev 2010
    hmpf, pas vu le film, juste la bande annonce http://www.films-graindesable.com/les-travailleuses-du-sexe/index.php , je sais pas pourquoi mais je sens le truc "complaisant", les images sont trop"aguicheuses", les filles et les séquences présentées trop stéréotypées , pas sûre que cela fasse réellement faire avancer le débat..
    et puis ma sensibilité féministe se heurte à cet espèce de chanson que l'on entend en fin de b.a "chatte chatte je suis ta chatte" .. ^^

    Je m'interroge aussi sur le "et fiers de l'être", pour en avoir rencontrer quelques unes, pas sure que ce soit un réel choix, une envie au quotidien. Ça en devenait une nécessité pour les dames qui officiaient en face de chez moi, toujours un mac' à l'horizon , maîtrisant trop mal le français et leurs droits.


    Quelqu'un l'a vu? parce qu'au final sur le site les extraits qu'ils montrent ont l'air bien différente de la b.a.