Chargement...

Le Devoir : La cour libère 193 étudiants et blâme la police

Discussion dans 'Activisme, théories et révolution sociale' créé par philou, 7 Juin 2007.

  1. philou
    Offline

    philouMembre du forum

    30
    0
    0
    Mar 2007
    Brian Myles
    Édition du jeudi 31 mai 2007

    La Cour municipale a décrété l'arrêt des procédures hier contre 193 personnes arrêtées en bloc, en novembre 2004, lors des manifestations tenues en marge du congrès du Parti libéral du Québec (PLQ). Un revirement imputable à l'action de la police de Montréal, qui est blâmée pour ses pratiques de détention abusive.

    Les manifestants liés à l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSE) et à la Convergence des luttes anti-capitalistes (CLAC) avaient été appréhendés vers 19h40, le 19 novembre 2004, après avoir nargué les policiers dans les rues du centre-ville pendant quelques heures. Ils sont tombés dans une souricière et ont été détenus sur place pendant plus de deux heures. La nuit venait de tomber et la température avait chuté.

    Procédure inhabituelle

    Malgré tout, les manifestants ont été forcés de s'asseoir par terre et de rester immobiles, entassés les uns sur les autres. Ils sont restés sans eau, sans nourriture et n'ont pu aller aux toilettes. Qui plus est, ils ont été menottés, et les policiers ont fouillé leurs vêtements et leurs sacs. Pour finir, les agents ont photographié chacun des accusés, une procédure «longue et plutôt inhabituelle en matière de rédaction de constat», estime le juge de la Cour municipale Morton S. Minc.

    Lorsque les accusés ont été relâchés, ils ont été conduits par autobus jusqu'à des stations de métro excentrées, toujours situées aux antipodes de leurs domiciles respectifs ou des lieux où ils projetaient de se rendre pour le reste de la soirée. À titre d'exemple, Jean-Sébastien Ritchie, un résidant de Laval, a été conduit au métro Angrignon, dans l'ouest de Montréal. Le juge Minc estime que ces promenades aussi forcées qu'inopportunes en autobus constituent de facto un prolongement de la détention.

    Sans porter de jugement de valeur sur les méthodes de travail du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), M. Minc conclut qu'il s'agit là d'un cas de détention abusive, «démesurée et disproportionnée» par rapport à l'objectif recherché. «Les conditions de cette détention ont porté atteinte à la dignité humaine sous certains aspects particulièrement dégradants (assis par terre, sans eau et sans toilettes)», écrit le juge. «Les mesures prises à l'égard des contrevenants pendant cette détention avaient un caractère abusif et vexatoire», ajoute-t-il dans cette décision.

    Avant de casser les accusations, le juge a reconnu qu'elles étaient fondées, c'est-à-dire que les 193 manifestants ont bel et bien participé à un attroupement illégal. Aussi bien dire qu'ils ont été sauvés d'une condamnation grâce à l'intervention bâclée des policiers.

    http://www.ledevoir.com/2007/05/31/145527.html
     
  2. Ruban Rouge
    Offline

    Ruban RougeMilitant? Bof. Nan. Membre actif

    752
    0
    3
    Mai 2007
    Et bien d'une certaines façon ils ont été sauvé par le zèle des flics. Par contre apparemment ils n'ont pas été finauds de se faire prendre en sandwich :ecouteurs: . Mais les flics s'attendaient p-e à se qu'ils s'enervent pr pouvoir flanquer quelques procès pr outrage et rebellion (com d'hab si j'ose dire :thumbsdown: )
     
  3. Chavez
    Offline

    ChavezNouveau membre

    4
    0
    0
    Juin 2007
    ouai ca ils essay de jouer dessus ( merci les pavés !)
     
  4. John-John Tralala
    Offline

    John-John TralalaEncore un compte libre ! Expulsé par vote

    517
    4
    0
    Juin 2007
    Spas difficile de pieger une manifestation desorganisée, en fait. Si à lyon on connait pas le probleme, c'est juste parceque les crs ont pas enormement d'effectifs sur place, et qu'ils preferent laisser faire la bac pour les arrestations.
    On l'a vu le soir du 6 mai, sur la place bellecour avant de nous en faire expulser. Les CRS ont bloqué les issues de la place une par une, jusqu'au moment ou il n'y avait plus que celle opposée au gros de leur troupes de libre. Et à ce moment-la ils ont commencé a charger sur la place. Et en dix minutes il n'y avait plus personne.
    Si ils avaient bloqué la derniere rue, on aurait été piegé, mais vraisemblablement ils ont preferé eviter ce qui aurait suivi : bataille rangée, ou attaque d'un des groupes de flics qui bloquait les issues.

    A paris, par contre, ils ont suffisamment d'effectifs pour ne rien risquer en cas d'affrontement "dur", et ils ont des camionnettes speciales pour bloquer les rues, je sais pas si tu vois, celles avec un ecran de grillage fixé à l'avant.
    Et on a vu le resultat, avec les arrestation simultanées de centaines de personnes les premiers soirs apres l'election.
     
  5. anargreg
    Offline

    anargregMembre du forum

    47
    0
    0
    Juin 2007
    on ne sait plus quoi inventer pour réprimer ! à nous d'innover pour se sortir de ces pièges... qu'est-ce que vous dites des cocktails molotovs ? (oui je qais c'est pas nouveau :ecouteurs: )
     
  6. Ruban Rouge
    Offline

    Ruban RougeMilitant? Bof. Nan. Membre actif

    752
    0
    3
    Mai 2007
    Si je les avais vu dur des vidéos. Le plus simple pour eviter d'être pieger c'est simple: ne pas rentrer dans le piège. Place Bellecour c'est grand ils ne peuvent pas charger et tenir les issus en même temps. Par contre dans les rues c'est plus étroit et donc plus simple de se faire baiser. Puis le truc c'est qu'il faut aussi que chez les manifestants il y est des guerriers prêt à charger les CRS (il y en a très peu).
     
  7. John-John Tralala
    Offline

    John-John TralalaEncore un compte libre ! Expulsé par vote

    517
    4
    0
    Juin 2007
    Au contraire. Dans les petites rues, les techniques des crs et gardes mobiles sont beaucoup moins efficaces.
    Premierement, la hantise des flics c'est de se retrouver encerclés. Donc les charges dans les rues s'arretent systematiquement au croisement suivant, quand ils ne savent pas ce qu'il y a derriere. En terrain degagé, ils voient ce qui les entourent et peuvent charger plus regulierement et plus rapidement, d'autant plus que nous avons tendance à nous regrouper dans ces cas la.
    Deuxiemement, il est plus facile de barricader une petite rue, et les voitures qu'ont y trouve peuvent etre brulées, ce qui est tres efficace pour bloquer la rue.
    Notre comportement de groupe, le chemin qu'on prend pour se deplacer, y est aussi beaucoup plus aleatoire, vu que les choix sont multipliés. Notre rythme peut aussi y etre considerablement augmenté : sur une place, on s'arrete, on se regroupe. Dans une rue, personne ne s'arrete, a part pour vandaliser quelque chose ou s'opposer à un groupe de flics.
    Bref, dans les petites rues, c'est nous qui menons la danse. Si on a envie de bloquer, on peut bloquer plus longtemps, si on a envie de se deplacer on le fait plus rapidement. Et tout ca plus facilement.
    J'imagine que dans les regions ou ils disposent de ces camionnettes modifiées, leur utilisation est rendue plus delicate : plus de mobilier urbain, plus de croisements possibles, la circulation qu'ils ne peuvent pas arreter vu qu'on se deplace. Et si jamais ils se retrouvent pris a revers avec ces trucs, c'est assez mauvais pour eux.
    D'ailleurs, a cause des voitures brulées (si il y en a), les pompiers arrivent, ce qui gene encore plus le deplacement des vehicules de flics, et aussi l'utilisation de leurs armes, concues pour ne pas etre precises. Les passants peuvent avoir la meme utilité, meme si les porcs font pas toujours d'etats d'ame quand ils trouvent un "civil" ou un pompier au bout de leur canon.
    On peut aussi compter, marginalement, sur les habitants. Si ils sont de notre coté, ils peuvent lancer des trucs des fenetres, ou abriter quelques uns d'entre nous quand une charge tourne mal. Peut etre meme nous ouvrir une traboule, à lyon. Si ils sont pas de notre coté, generalement ils ne vont pas plus loin que les insultes.

    Sur une grande place, les groupes ont tendance a se poser et attendre. Ce qui laisse le temps au flics d'eloigner les geneurs et d'amener leur gros materiel. Et au moment venu, ils tirent dans le tas et c'est trop tard pour nous.
    Bellecour c'est tout petit. Et ils ont montré qu'ils pouvaient tenir les issues et charger en meme temps. Le truc c'est qu'a lyon ils sont pas assez pour se permettre de nous forcer à la bataille. A paris, par exemple, ils sont assez pour ca. Ou alors c'est qu'ils ont des chefs plus aggressifs, ce qui est vraisemblable. Pour les quelques prefets de police de paris qui ont laissé une trace dans l'histoire suffisante pour que j'entende parler d'eux, c'etait une trace de sang.

    C'est justement le probleme avec les manifs spontanées, des qu'elles atteignent une certaine masse. Les manifestants qui savent pourquoi ils sont la preferent les petites rues, mais la majorité a tendance a aller vers Bellecour, rue de la ré et sur les quais du rhone. Et vu qu'un groupe affinitaire ne suffit pas pour faire une manifestation ou une emeute, les premiers suivent le groupe.
    C'est pour ca que je me suis fait prendre au piege sur la place des invalides a paris, en mars 2006. Et j'ai vu ce qui s'y est passé, la bac, les mobiles et les crs qui eclataient tout ce qui bougeait, apres avoir laissé partir les vieux de la cgt et les journalistes. Je m'en suis sorti sur un jugement au facies favorable, et depuis, je prefere les petites rues.

    N.B. : la bac n'est pas aussi limitée que les crs dans les petites rues.
     
  8. Ruban Rouge
    Offline

    Ruban RougeMilitant? Bof. Nan. Membre actif

    752
    0
    3
    Mai 2007
    Je n'avais pas envisagé la chose comme çà je l'avoue... Et c'est vrai que la BAC est civile et ce n'est pas rare qu'il chope les agitateurs à revers pendanrt qu'ils balancent des pavés. Donc même parmi les manifestants il faut garder un oeil en arriere.
     
  9. Naphta
    Offline

    NaphtaMembre du forum Expulsé par vote

    1 209
    0
    0
    Juin 2007
    Ce qu'il faut c'est une réelle expérience des rassemblements... Et surtout un réel sens de l'initiative... A mon avis, les black blocks sont pas durs à chopper pour rien... Ils chargent les CRS, ils sont assez solidaires pour pas laisser de gens en arrière, et surtout, ils ont pas peur de l'affrontement... Et ça je pense que ça déstabilise les CRS...

    Regardez les vidéos de gènes en 2001 sur la via tolemaide... Ils ont carrément pris des dizaines de panneaux géants transparents et copié la "tortue" des romains pour avancer sur les CRS et arrêter la charge... jusqu'à les faire fuir...

    Et s'il n'y a pas assez de gens, avec un peu d'organisation, ça marche quand même... Pour le G8 de 2003, on voit des vidéos avec un black block qui met en déroute plusieurs barrages de flics... alors qu'ils sont à peine 200... :rock: Mais ils ont prévu.... Gros mur de chambres à air de camions pour avancer, caddie rempli de pierre pour les munitions, 12 autres caddies pour les envoyer sur les CRS... Et sur le côté du mouvement, quelques personnes qui vandalisent rapidement, etc...

    Je pense que ce qu'il faut, c'est faire de la prévention, et de la formation aux techniques de manifestation :rock:
     
  10. Oi_Polloi
    Offline

    Oi_PolloiWebmaster d'Anarkhia.Org Membre actif

    524
    1
    2
    Août 2005
  11. libertaire, anarchiste, anarcho-communiste, internationaliste, auto-gestionnaire, synthèsiste
    la géographie des villes du Québec et celles de France c'est 2.. il est très difficile de ne pas se faire entouré quand les rues en périphérique sont déjà rempli de policiers qui suivent la manifestation et la devance. Le seul moyen qui existe c'est de.. ne pas donné son trajet et si y'a pas trop de casse durant la manifestation (qui pourrai précipité l'encerclement) c'est de cassé la surveillance policière en changeant de direction ce qui les rendrait nerveux en partant et donc faillible a d'éventuel actions éclair.
     
Chargement...