Chargement...

La morale a l'école

Discussion dans 'Libération des enfants' créé par Anar45, 2 Septembre 2012.

  1. moosh
    Offline

    mooshMembre du forum Membre actif

    181
    19
    1
    Juil 2012
    France
    mais attendez, j'ai pas dit que je voulais recréer une école comme celle qu'on peut voir aujourd'hui ! j'ai toujours été bon élève, j'ai toujours fait mes devoirs, mais je n'ai JAMAIS aimé l'école, parce que OUI fallait se lever tôt, passer toute la journée assise, face à une autorité souvent mal utilisée, toujours en compétition avec d'autres élèves, la bouffe dégueu à la cantine, le soir, les devoirs, la galère dans certaines matières etc etc etc.... donc c'est évident que si mon idée est de construire une "autre" école, elle n'est pas de refaire les mêmes erreurs... comme tu dis, une merde est une merde.

    ensuite, le savoir oui, mais adapté : des enfants qui vivent à la campagne, ils ont besoin de savoir le nom des animaux, comment on s'occupe d'un champ, d'un potager etc... sauf s'ils le veulent pas ! je suis pas débile quand même, je sais que savoir ce que sont des asymptôtes en maths, alors qu'après on veut taffer dans le social, ça fait perdre du temps, et ça ne sert qu'à bourrer le crâne des jeunes ! j'ai fait mon temps au collège, au lycée, j'ai donc subi ce système aussi, et je sais de quoi je parle....

    je sais que l'école ça catégorise les enfants dès le plus jeune âge, je sais que c'est là qu'on apprend en masse la discipline, la soumission à l'autorité, qu'on apprend à être le plus fort, ou le plus nul, et à vivre en fonction de ça.... et je suis loin d'être pour.

    je sais aussi que ce thème à déjà été abordé des millions de fois sur ce forum, ou plutôt, je m'en doute, mais je ne peux pas lire toutes les discussions du site depuis qu'il a été créé vous en conviendrez... ça me semblait juste intéressant, de parler initiative avec des gens comme vous.

    enfin, je fais pas la "victime" (LE mot de trop !). simplement je dis et re-dis que OUAI, ça fait mal au cul d'arriver sur un site comme celui-ci, de se mettre en face de gens comme vous, de parler, de dire ce qu'on pense, ou ce qu'on croit penser, et de recevoir des réponses qui, concrètement, servent à rien. (ce dernier paragraphe est en très grande partie dédié à mAtth.)
     
  2. Anarchie 13
    Offline

    Anarchie 13Adolescent immature Comité auto-gestion Membre actif

    7 488
    499
    141
    Jan 2009
    France
  3. libertaire, anarchiste, chaos/Nihiliste, individualiste
    Le truc c'est que parlez d'avenir post-révolutionnaire avec nous est problématique. Pour la plupart on est pas des doctrinaires avec une solution toute trouvée qui n'attend qu'à être strictement appliquée.
    On ne veut pas, notamment parce qu'on ne peut pas, prévoir ce que serait "architecturalement" le monde futur.
    On ne peut que donner des pistes de réflexions sur ce qu'on aimerait mais je ne pense pas que tu t'en satisferais.
    D'autre part si on parle aujourd'hui de "système" ce n'est pas un hasard. Car entre toutes les composantes (école, travail, aide sociale, argent...) il existe des liens, des interdépendances... Et il est possible (probable même) que ce soit le cas après le fameux grand soir donc on ne peut pas prendre à partie l'école et dire "voilà comment elle sera" sans considéré l'ensemble de la société avec. C'est entre autre pour cette raison que certains te rabaisseront lorsque tu leur parleras de société sans travail.

    C'est vraiment la transition qui m'intéresse, l'abolition constante des obligations / interdictions, dogmes, contraintes sociales... C'est à dire que même une fois le capitalisme renversé il faut continuer à combattre ce qui nous révulse au lieu de tenter de mettre en place à l'échelle nationale ou mondiale un système qu'on a inventé.
    Pour moi la lutte ne peut se mener qu'individuellement car tous les individus pensent différemment et tous évoluent dans le temps. Figer leurs pensées en une pensée globale et intemporelle c'est ignorer ce fait, or sans ça on ne peut concevoir de "cause (commune)". Et contrairement à pas mal de monde je ne pense pas qu'il faille combattre les dogmes avec d'autres dogmes. Aussi libertaires soient-ils.
    Par exemple pour l'école libertaire, si on se tient à un modèle préconçu qui se révèle "défaillant" (le taux de suicide chez les enfants augmente, ils sont abrutis malgré leurs bonnes notes, n'en ont jamais...) le risque est que, comme c'est le cas aujourd'hui, on refuse de reporter la faute sur l'institution même et qu'on cherche des causes extérieures / superficielles (les profs, la situation sociale des élèves, l'absence de pause pour gouter...). Parce qu'on a peur de se rendre à l'évidence que ce qu'on a fait était une erreur, qu'il faudrait tout détruire puis tout recommencer...

    Bref l'idée c'est au contraire de détruire l'école et de voir comment les enfants apprennent, quelles sont les initiatives individuelles qui sont prises par ceux qui ont détruit l'école et qui veulent éduquer leurs enfants et qui seraient des suites de rectifications où on a pas peur de la remise en cause puisqu'on n'a pas de certitudes et que l'on ne cherche qu'une sorte de consensus.

    (Encore un message que le gland de métalleux ne lira pas en entier.)

    Sinon pour répondre à ta question après ma thèse sur comment perdre surlazone par l'écritures d'inepties infructueuses :
    Les gens apprendraient avec ceux qui veulent bien leur apprendre là où ils se seront donnés rendez-vous le temps qu'ils voudront sans préjugés par rapport à l'âge (un gamin de 7 ans pourra apprendre la relativité générale à un adulte ou un autre gamin comme un vieux pourra apprendre à faire des scoubidous à un adulte dans la force de l'âge.).

    C'est bon ? Es-tu satisfaite par ma réponse ? Ai-je effacé de ton esprit les préjugés sur les anarchistes que mes collègues t'ont inspirée ?
     
  4. jeunevoleur
    Offline

    jeunevoleurMembre du forum Membre actif

    2 451
    3
    110
    Mar 2008
    Toi t'aime pas l'école; et tu imagines en créer une alternative. Et tu prévois déjà pour qu'elle soit vraiment différente : un local (une classe quoi), des meubles (des bureaux et des chaises ou des paillasses et des ateliers), des livres (chouette alors on va faire de la théorie!) et des profs (mais cool, des babas ou même des punks qui fument des oinjs pour que ce soit bien alterno).
    On en sort pas.

    Je comprends pas tu viens poser cette question d'école alternative après la discussion sur ce qu'est l'école, sur ce qu'elle ne peut qu'être et pas autre chose.
    Et après tu t'étonnes des réponses qui claquent...


    L'éducation nationale et l'école sont ce qu'ils sont, tu créeras l'école que tu veux, il n'en reste pas moins que tu devras te plier aux lois de la société et programmes du ministère. Tu mettras les formes, tu enseigneras les roubignoles à l'air sur la plage il n'en reste pas moins qu'il sera impossible de sortir de la séparation enseignant/enseigné. T'auras beau vanter les vertus de l'auto-organisation tu restera confronté à la société et à ce monde qui ne restera pas sagement à la porte de ton école.

    Tu y mettras les formes, des fleurs et du parfum, une prison reste une prison.

    Mais pourquoi pas si tu as envie de trouver des quantités de fric chaque mois, de discuter avec les assurances, de subir les visites des services sociaux, de la dass, de la commission sécurité, de te plier aux lois et aux normes (normes handicapé, accueil du public, accueil de mineurs...), aux pression qui te seront imposées d'en haut, de te confronter au ministère, à l'inspection académique, alors pourquoi pas?
    Tu auras une marge de manœuvre limitée à quelques aménagements, tu pourra emballer le programme d'apprentissage à la soumission dans le papier cadeau de la servitude volontaire et citoyenne.

    Car tu ne pourras choisir toi même ni le cadre ni les programmes.

    Car s'il est possible de déscolariser son gosse pour faire "l'école à la maison", tu ne peux regrouper des gamins non scolarisés pour t'organiser à plusieurs parents.
    Tu es soumis à un contrôle permanent de l'inspection académique, de la caf, de la milivudes, etc... Et attention au moindre dérapage cela sera tata la Dass qui s'occupera de l'éducation de tes gosses.

    Donc si tu veux monter une école tu n'auras d'autres choix que de te plier à ce qu'est l'école. Si tu veux fonctionner autrement ne te reste que l'illégalité, et autant te dire que le contrôle sur la marmaille il le lâche pas comme ça.
     
  5. Carlitos
    Offline

    CarlitosMembre du forum Membre actif

    971
    1
    30
    Avr 2009
  6. libertaire, anarchiste, auto-gestionnaire
  7. mAtth
    Offline

    mAtthConnard désabusé. Membre actif

    1 920
    24
    50
    Fev 2010
    Un paragraphe pour moi tout seul! youpi.
     
Chargement...