Chargement...

La morale a l'école

Discussion dans 'Libération des enfants' créé par Anar45, 2 Septembre 2012.

  1. Anar45
    Offline

    Anar45Ginger and proud. Membre actif

    898
    1
    8
    Oct 2011
  2. anarchiste, internationaliste
    Reac du soir, bonsoir !
    Comme annoncé il y'a quelque temps par les politichiens et leurs sbires, c'est le retour de la morale sur les pupitres ! On aurais pu croire qu'un gouvernement de pseudo gauche nous épargnerais cet élan catholique, mais non !
    http://www.france24.com/fr/20110902-polemique-education-luc-chatel-retour-morale-ecole-syndicats-enseignants-rentree-scolaire


    Polémique autour du retour de la morale à l'école
    Dans une circulaire parvenue aux enseignants jeudi, le ministre de l’Éducation Luc Chatel réintroduit l'enseignement de la morale à l'école primaire. Une mesure décriée par les syndicats d'enseignants.
    Par Amara MAKHOUL-YATIM (texte)


    À trois jours de la rentrée scolaire, les professeurs du primaire ne décolèrent pas. Déjà échaudés par l’annonce de nombreuses suppressions de postes, ces derniers ont fraîchement accueilli la décision du ministre de l’Éducation nationale, Luc Chatel, de vouloir faire "revenir la morale" à l’école. Jeudi, ce dernier a publié une circulaire dans laquelle il demande aux enseignants de "consacrer régulièrement quelques minutes à un petit débat philosophique, à un échange sur la morale".

    "Il s'agit avant tout d'aider chaque élève à édifier et renforcer sa conscience morale dans des situations concrètes et en référence aux valeurs communes à tout honnête homme", a expliqué le ministre. Parmi les thèmes que Luc Chatel souhaite voir abordés : la distinction "du vrai et du faux, le respect des règles, le courage ou la franchise", a énuméré celui-ci dans une interview publiée le 31 août dans le quotidien "Le Parisien-Aujourd’hui en France".

    "Diversion", "écran de fumée", "contre-feu"

    Une annonce qui n’a pas tardé à créer la polémique. "Il s’agit d’un écran de fumée destiné à masquer les véritables problèmes de l’école, que ce soit les suppressions de postes ou bien le manque de moyens mis en œuvre dans les établissements pour aider les élèves en difficulté", a immédiatement riposté Christian Chevalier, secrétaire général du syndicat d’enseignants SE-UNSA, quii fustige également une "opération de communication" de son ministre de tutelle. "En période électorale, ce genre de thématiques revient souvent. La question de l’enseignement de la Marseillaise aurait, elle aussi, pu revenir sur le devant de la scène", ironise-t-il.

    "Les enseignants n’ont pas attendu la circulaire du ministre pour éduquer les élèves sur le ‘vivre ensemble", renchérit Sébastien Sihr, secrétaire général du SNUipp-FSU, le premier syndicat d’enseignement dans le primaire. Et d’ajouter : "Ce n’est qu’un contre-feu aux véritables problèmes de cette rentrée que sont les 16 000 suppressions de postes ou le manque de formation des enseignants."

    Du côté de l’opposition également, la décision de Luc Chatel a provoqué de nombreuses réactions. Par la voix de sa première secrétaire, Martine Aubry, le Parti socialiste a ainsi dénoncé une tentative de "aire diversion" pour éviter que l’on parle d’une "rentrée épouvantable".

    Une circulaire "rétrograde"

    L’initiative du ministre de l’Éducation nationale suscite d’autant plus d’agacement dans les milieux enseignants que ce n’est pas la première fois que la question d’introduire des cours de morale à l’école est soulevée.

    "Le ministre veut faire faire croire à l’opinion publique qu’il s’agit d’une idée neuve, mais ce n’est pas le cas", relève Christian Chevalier, qui rappelle qu’en 2008 déjà, Xavier Darcos, alors en poste rue de Grenelle, avait remplacé l’éducation civique par "l’instruction civique et morale", dans le cadre d’une réforme des programmes du primaire. Le mot "morale", est repris intentionnellement pour "flatter" une partie de l’opinion publique, notamment en période électorale, reprend Sébastien Sihr. "Il évoque une sorte d’âge d’or de l’école, avec des relents conservateurs."

    La circulaire est en outre bien plus "rétrograde" que veulent bien le laisser entendre les déclarations faites par le ministre dans la presse, poursuit Christian Chevalier, qui confie éprouver à son égard une "certaine inquiétude". Celui-ci relève en effet que la morale y est définie à plusieurs reprises comme la distinction entre le bien et le mal, comme "une question qui relève plus du catéchisme". Or, "on ne peut pas être aussi binaire. Ce comportement est inapproprié sur nombre de questions", ajoute-t-il.

    Last but not least, l’apprentissage de maximes préconisé par la circulaire provoque l’ire des enseignants, qui jugent cette méthode pédagogique inadaptée à l’école d’aujourd’hui. Tous deux s’accordent en effet pour dire que l’éducation à la citoyenneté se fait tout au long de la journée,"dans la cour d’école, en classes, en prenant des exemples du quotidien et non en mémorisant des maximes d’une autre époque".

    Or, "le rôle d’un ministère de l’Éducation n’est pas de regarder dans le rétroviseur, mais plutôt vers l’avant pour mieux éduquer les élèves à leur avenir", conclut Sébastien Sihr.
     
  3. k1000
    Offline

    k1000Membre du forum Membre actif

    412
    0
    11
    Jan 2009
    Le ministre de l'éduc nat s'appelle Vincent Peillon, darling.
     
  4. crrrrouu
    Offline

    crrrrouu. Membre actif

    281
    3
    14
    Avr 2012
    France
    Ouais , Luc Chatel c'était sous Sarkozy. D'ailleurs l'article date de 2011.
     
  5. Anar45
    Offline

    Anar45Ginger and proud. Membre actif

    898
    1
    8
    Oct 2011
  6. anarchiste, internationaliste
    [SIZE="-3"]J'ai honte[/SIZE]
    Flute. Bref, c'était pour dire que pour les petiots qui rentrent en primaire, ils vont avoir droit a la morale
     
  7. Anarchie 13
    Offline

    Anarchie 13Adolescent immature Comité auto-gestion Membre actif

    7 488
    499
    141
    Jan 2009
    France
  8. libertaire, anarchiste, chaos/Nihiliste, individualiste
    Ça a toujours été plus ou moins le cas. En tout cas en alsace ça l'est depuis un bon moment.
     
  9. Calamus
    Offline

    CalamusMembre du forum

    28
    0
    1
    Août 2012
    Par contre Peillon veut effectivement instaurer des cours de "morale laïque"

    Et même si Peillon semble s'en défendre, il reste qu'une morale, qu'elle soit laïque ou non, impose des règles et une ligne de conduite...
     
  10. Anarchie 13
    Offline

    Anarchie 13Adolescent immature Comité auto-gestion Membre actif

    7 488
    499
    141
    Jan 2009
    France
  11. libertaire, anarchiste, chaos/Nihiliste, individualiste
    Une morale ça peut pas être laïque, d'autant plus lorsqu'elle est enseignée.
     
  12. Nikrok
    Offline

    Nikrokblop Membre actif

    311
    0
    7
    Sept 2009
  13. anarchiste
    En même temps c'est un peu pour ça qu'elle a été créé cette école, imposer la morale républicaine et laïque.
     
  14. jeunevoleur
    Offline

    jeunevoleurMembre du forum Membre actif

    2 451
    3
    110
    Mar 2008
    Former les cerveau et les corps à devenir ce que la société attends de nous. Nous habituer à jouer un rôle.
     
  15. Compte fermé
    Offline

    Compte ferméMembre du forum Compte fermé Membre actif

    1 251
    0
    11
    Avr 2011
    France
  16. anarchiste, individualiste
    On est tous d'accord l'école est une machine oppressive qui détruit l'individu dès son plus jeune âge pour le conformer à la société et à ce qu'elle attend de lui.
     
  17. jeunevoleur
    Offline

    jeunevoleurMembre du forum Membre actif

    2 451
    3
    110
    Mar 2008
    Non nous ne sommes pas d'accord. L'école ne détruit pas l'individu elle le construit. Comme le construit les relations marchandes, la cellule familiale, le travail, la domination... Il ne faut pas comprendre "comme" au sens d'égalité de moyens mais plutôt comme en "en même temps que".

    Il n'y a pas au départ "l'individu" qui serait par la suite déconstruit par la société, puis remodelé. L'individu n'existe qu'en tant que partie du corps social. Nous sommes construit par la société comme nous la construisons. Nous sommes cette société.
     
  18. k1000
    Offline

    k1000Membre du forum Membre actif

    412
    0
    11
    Jan 2009
    D'accord avec toi S. J'ajouterai que l'école est censée nous donner aussi les outils pour déconstruire tout ça, en développant l'esprit critique, la distanciation d'avec les énoncés et les définitions. Enfin c'est son objectif en théorie, aprés tout dépend des profs et de la direction pédagogique des établissements.

    Rien n'est simple, rejetter l'école en bloc reviendrait à renier une bonne partie de ce que nous sommes ; par contre remettre en question l'enseignement tel qu'il est conçu et mené est nécessaire.
     
  19. jeunevoleur
    Offline

    jeunevoleurMembre du forum Membre actif

    2 451
    3
    110
    Mar 2008
    Ben tu vois metalhead on n'est vraiment pas tous d'accord...

    L'école censé donné les outils critiques, elle est bonne. Enfin je veux bien croire que les circulaires officiels définissent un cadre et des moyens pour développer l'esprit critique, mais ce n'est que de la poudre aux yeux pour le corps enseignant, les laïcards républicains, la gauche bien pensante et humaniste.

    En clair l'école développe l'esprit critique autant que la prison est censée réadapter le délinquant à une vie sociale normale.
    Rien ne dépend des profs pas plus que quelque chose ne dépend des matons. Ils peuvent adapter la forme pour faire en sorte que la vie carcérale (scolaire ou pénitentiaire) soit plus ou moins pénible, mais pas plus.

    L'école à pour fonction d'apprendre la soumission à l'autorité, l'habitude à la contrainte rythmée, la compétition. Elle a aussi pour fonction la reproduction sociale (cf Bourdieu).

    Rejeter l'école en bloc c'est en effet remettre en cause aussi la totalité de ce monde, et vice versa
    Et ce n'est qu'ainsi que la réflexion devient possible, sinon on en sortira pas.
     
  20. k1000
    Offline

    k1000Membre du forum Membre actif

    412
    0
    11
    Jan 2009
    Je parlais pas de ce que l'école produit mais de ce qu'elle était censée produire dans un esprit athée et scientifique. Ce que les enseignants, proviseurs et autres ministres en ont fait, c'est autre chose. N'empêche que nous avons les outils pour la critiquer en bloc et vouloir la détruire...
     
  21. Anarchie 13
    Offline

    Anarchie 13Adolescent immature Comité auto-gestion Membre actif

    7 488
    499
    141
    Jan 2009
    France
  22. libertaire, anarchiste, chaos/Nihiliste, individualiste
    JE NE SUIS PAS UN NUMÉRO !

    J'avoue que j'ai du mal à suivre. Elle produit ce qu'elle est censée produire. Qui a défini "l'école" ou même "l'éducation" si ce ne sont les éducateurs ou ceux qui on le pouvoir / savoir.
    Et en pratique l'école ne sert qu'à rendre productif certainement pas intelligent ou critique. Aujourd'hui on n'a pas besoin de gens qui réfléchissent, innovent ou créent on a besoin de gens qui produisent vite et bien. Franchement une caissière elle peut être aussi surdouée qu'elle veut son patron la payera le même salaire que les autres et pour le même travail d'automate.
    De toute manière rien que l'idée d'apporter du savoir aux jeunes me semble malsaine. On est obligé de sélectionné ce qui est le mieux pour eux, la meilleure "méthode pédagogique" pour qu'ils enregistrent les connaissances peu importe si ils savent fondamentalement ce que c'est, la quantité de savoir qu'ils doivent acquérir... Bref. C'est déjà du bourrage de crâne sans le savoir. Alors l'idée de rajouter la morale, ce en quoi il n'y aura jamais rien d'objectif, du moins selon moi, ça craint (ouais ça m'énerve de trouver les chutes au bout d'un moment).
     
  23. jeunevoleur
    Offline

    jeunevoleurMembre du forum Membre actif

    2 451
    3
    110
    Mar 2008
    Comme je le disais les enseignants ou les proviseurs et même les ministres n'y sont pour pas grand chose dans ce qu'est l'école. Pas plus que ce ne sont les flics qui font les lois.

    Tu nous parle de ce que l'école était censé produire, j'imagine que tu fais référence aux lois Ferry. A l'époque les républicains (c'est à dire les bourgeois) était encore en guerre avec ce qu'il reste de la monarchie et de l'aristocratie pour la possession du pouvoir.
    L'instruction laïque leur permettait de limiter l'influence des curés dans la population, de promouvoir la république bourgeoise et de former futurs petits prolétaire et chair à canon soumise (14/18...).

    Face à la religion et à la spiritualité l'école comme la république, comme le capitalisme ce sont définit comme "raisonnable" en se parant du scientisme triomphant de l'époque. Rationalisme, efficacité, technique, science, voilà les vertus dont se pare la société bourgeoise. Ces valeurs bourgeoise deviendront rapidement comme naturelle à l'homme, ainsi les JO modernes reprennent totalement l'idéologie de l'époque. Un esprit sain dans un corps sain dans un société saine et efficace.


    C'est donc dans ce contexte que l'école républicaine et laïque fût inventée. Dans le but d'affermir l'idéologie bourgeoise et de construire les individus nécessaire à son expansion.

    Aujourd'hui, l'école à forcément changé puisque le contexte social à changé. Les forces monarchistes s'appuyant sur les curés ne représente plus une menace pour la classe bourgeoise...

    L'école, invention de la classe bourgeoise, sert et servira encore ce qui tiennent le pouvoir et ont besoin d'asservir en masse. Voilà son rôle celui qu'il fût, celui qu'il est.
    Evidemment les formes changent selon les besoin de la société, les luttes au sein du système scolaire et en dehors. Elle n'en reste pas moins un instrument de la domination et de l'exploitation. Jusqu'à son annihilation.

    @A13 : Tu n'es pas un numéro, et alors? Tu n'existe tel que tu es que parce que le monde social existe autour de toi. Cela te fait-il moins individu que tu n'est?
     
  24. moosh
    Offline

    mooshMembre du forum Membre actif

    181
    19
    1
    Juil 2012
    France
    évidemment, ici, tout le monde a entendu parlé de l'école bonaventure (éducative et libertaire) et des autres écoles fondées à sa suite... ?!

    je "rêve" presque de recréer quelque chose dans ce style. c'est peut-être gros, mais si quelqu'un sait comment y parvenir, qu'il le dise.

    moi, perso, je connais et fréquente pas mal d'instits (que ce soit de maternelle, primaire, collège, lycée, FAC, du privé et du public) et certaines de ces personnes sont très en colères quant aux différentes décisions prises par les divers ministres de l'éducation nationale. quand y en a un qui ose dire que les insitutrices de maternelle ne savent (et ne servent qu'à) que changer les couches, il y a de quoi se faire du soucis ; 1 sur la nomination des ministres qui ont l'air de beaucoup s'intéresser à la cause des enfants d'une part, et du corps enseignants d'autre part ; 2 sur l'image des enseignants après de telles déclarations (auprès des parents notamment, qui pour certains, sont bêtes comme leurs pieds) ; 3 sur l'avenir de l'école (d'abord maternelle, je pense que d'ici 10 ans, elle n'existera plus).

    par ailleurs, les discussions philosophiques à l'école, oui, why not, après tout, on philosophe tous, c'est l'essence même de l'humain, et c'est vrai que psychologiquement parlant, c'est presque important pour un enfant de parler de soi, de son existance, des questions de la vie etc... donc, vraiment, pourquoi pas. maintenant, des leçons de morale, mais où va-t-on ? éduquer des enfants à l'aide de maximes, c'est leur présenter et leur imposer des espèces de dogmes, tout en sachant parfaitement que c'est l'âge idéal pour qu'ils retiennent, et répètent. (ah bravo !)

    si j'étais instit, j'enmènerais mes élèves bouquiner dans la nature, chacun avec un livre (OK il faut le lieu, le calme, les livres, et les élèves adequat pour pouvoir faire ça). j'ai déjà assisté à ce genre de.... d'activité, et je peux dire que les enfants ont adoré ça. voilà une autre manière (il me semble) d'enseigner aux petits !

    brefons. c'est sûr que le système éducatif et scolaire est à revoir. je pense qu'aller à l'école devrait être un DROIT et non un DEVOIR, dans le sens que les enfants devraient avoir le droit d'aimer aller à l'école (j'entends ne pas se lever à 7h du mat' 5 jours par semaine, ne pas se taper 6h de cours par jour, et rentrer pour faire ses devoirs, ne pas être toujours en compétition avec les autres, ou alors de manière vraiment ludique et intelligente etc etc etc...)
     
  25. Anarchie 13
    Offline

    Anarchie 13Adolescent immature Comité auto-gestion Membre actif

    7 488
    499
    141
    Jan 2009
    France
  26. libertaire, anarchiste, chaos/Nihiliste, individualiste
    N'exister QU'en tant que partie du "monde social" fait de moi moins qu'un individu. Et ce tant que je suis réduit à une identité, une fonction...

    Ouais enfin à la maternelle c'est plutôt de l'occupation que véritablement des cours. Faut que les parents puissent aller travailler tranquilles avant tout.
     
  27. moosh
    Offline

    mooshMembre du forum Membre actif

    181
    19
    1
    Juil 2012
    France
    sans vouloir être réac, je me demande si t'as déjà été voir comment se passe une journée dans une classe de maternelle Anarchie 13 ! que tu dises que la crèche sert à "veiller" sur les petiots pendant que les parents vont travailler, ok, mais la maternelle.... ! j'en connais plus d'un(e) qui serait outré de ton discours ! perso, je comprends que tu dises ça mais ça me fait grave chier, quand je vois le travail que peut fournir une instit en maternelle. de plus, si tu tiens ce discours et que tu le penses réellement, alors ça signifie que tu t'en fiches si l'école maternelle n'existe plus ? moi, en tant que futur parent, je m'en fout pas du tout.
     
  28. Anarchie 13
    Offline

    Anarchie 13Adolescent immature Comité auto-gestion Membre actif

    7 488
    499
    141
    Jan 2009
    France
  29. libertaire, anarchiste, chaos/Nihiliste, individualiste
    Ma mère est instit' et j'ai été élève. Rien que ce midi elle me demandait les comptines qu'elle pourrait faire chanter à ses élèves.
    Après ceux ou celles qui seraient outrés de mon discours le prendraient sans doute un peu trop personnellement. Je ne reproche pas grand chose au corps enseignant sur ce point, ils font ce qui leur est demander de faire. De toute manière je ne juge pas, je constate.
    Après qu'il faille du travail pour trouver les comptines, les coloriages, les polycopiés qu'on donnera aux enfants je ne le nie pas mais dire après dire que c'est utile c'est autre chose... Mais ma mère a plus de travail avec les primaires.

    Après je ne veux pas la disparition de l'école maternelle parce que je trouve ça bien que les enfants rencontrent d'autres enfants qu'ils ne connaissent pas.
     
Chargement...