Chargement...

La franc-maçonnerie

Discussion dans 'Politique et débats de société' créé par Choucroute, 10 Avril 2008.

  1. Choucroute
    Offline

    ChoucrouteMembre du forum Expulsé par vote

    776
    0
    0
    Sept 2007
  2. apolitique/Indécis
    Que pensez-vous des franc-maçons?
     
  3. Killer-chan
    Offline

    Killer-chanSS Membre actif

    221
    0
    0
    Déc 2007
  4. libertaire, anarchiste, auto-gestionnaire
    Qu'est ce que sont les franc-maçons ?
     
  5. punk 50
    Offline

    punk 50Membre du forum Membre actif

    226
    0
    0
    Avr 2008
    Moi aussi je me posé cette question:ecouteurs:
     
  6. Ungovernable
    Offline

    UngovernableAutonome Comité auto-gestion Équipe technique Membre actif

    9 685
    247
    2,132
    Mar 2005
    Homme , 33 ans
    Canada
  7. anarchiste, autonome
    c'est vrai que la limite de caractères c'est chiant parfois
     
  8. Nyark nyark
    Offline

    Nyark nyarkMembre du forum Expulsé par vote Membre actif

    1 640
    0
    38
    Fev 2008
  9. libertaire, anarcho-communiste, syndicaliste
    Petite précision pour éviter les amalgames douteux : la franc-maçonnerie est le contraire d'une secte. Il est en effet très difficile d'y entrer et extrêmement facile d'en sortir : il suffit de ne plus fréquenter les réunions.
    Deuxième précision pas inutile : je n'en fais pas partie.
    Il existe plusieurs rites : le Grand Orient, la Grande Loge, le Rite Ecossais, et d'autres, moins importants. Les loges sont, soit masculines, soit féminines, rarement mixtes.
    Vous pouvez trouver des quantités d'autres renseignements dans des livres (si si), il doit exister un "Que Sais-je ?" et beaucoup d'autres ouvrages. Une chose importante à savoir est qu'ils sont laïcs. Si vous avez envie de vous renseigner, c'est donc assez simple, là il est tard, j'ai bu du gin tonic et je ne suis pas Wikipedia !
    Quoi qu'il en soit, essayez de vous faire votre propre opinion et évitez les "marronniers" des revues style "l'Express", "Marianne" ou "le Nouvel Obs" qui ressortent régulièrement un dossier là-dessus quand ils n'ont plus rien à dire sur l'immobilier ou les meilleurs lycées d'Ile de France (un marronnier c'est un sujet qui revient régulièrement dans tous ces mags à la con).
    Quelques maçons célèbres : Rabelais, Mozart, Rudyard Kipling...
     
  10. Zeak
    Offline

    ZeakMembre du forum Expulsé par vote

    307
    0
    0
    Nov 2007
  11. libertaire, auto-gestionnaire, apolitique/Indécis, anarcho-fédéraliste, progressite
    Une critique anti franc-maçon construite serait pas mal non?Qqn peux poster sa?
    Histoire d'avoir la chose et sa critique pour mieux juger.
     
    Dernière édition par un modérateur: 11 Avril 2008
  12. cynok
    Offline

    cynokheureusement con Membre actif

    1 992
    0
    0
    Jan 2008
  13. anarchiste, auto-gestionnaire
    vous pensez qu'il en existe encore?
     
  14. Zeak
    Offline

    ZeakMembre du forum Expulsé par vote

    307
    0
    0
    Nov 2007
  15. libertaire, auto-gestionnaire, apolitique/Indécis, anarcho-fédéraliste, progressite
    Bien sur!Y'en a encore plein des franc-maçons!Le père d'un pote en est un d'ailleurs...Mais leur existence reste secrète en général.
     
  16. cynok
    Offline

    cynokheureusement con Membre actif

    1 992
    0
    0
    Jan 2008
  17. anarchiste, auto-gestionnaire
    elles ont toujours etee secrete,mais de la a ce qu'il y est encore des cons pour en faire je pense que c'etait demode
     
  18. Choucroute
    Offline

    ChoucrouteMembre du forum Expulsé par vote

    776
    0
    0
    Sept 2007
  19. apolitique/Indécis
    Léon Trotsky

    Communisme et franc-maconnerie
    [U][/U]

    25 novembre 1922


    "Le dévéloppement du capitalisme a toujours approfondi et approfondit sans cesse les antagonismes sociaux. Les efforts de la bourgeoisie ont toujours tendu à émousser ces antagonismes en politique. L'histoire du siècle dernier nous présente une extrême diversité de moyens employés par la bourgeoisie à cet effet. La répression pure et simple est son argument ultime, elle n'entre en scène que dans les moments critiques. En temps «normal», l'art politique bourgeois consiste à enlever pour ainsi dire de l'ordre du jour la question même de la dénomination bourgeoise, à la masquer de toutes sortes de décors politiques, juridiques, moraux, religieux, esthétiques et à créer de cette façon dans la société l'impression de la solidité inébranlable du régime existant.

    Il est ridicule et naïf, pour ne pas dire un peu sot, de penser que la politique bourgeoise se fasse tout entière dans les parlements et dans les articles de tête. Non, cette politique se fait au théâtre, à l'église, dans les poèmes lyriques et à l'Académie, et à l'école. La bourgeoisie enveloppe de tous côtés la conscience des couches intermédiaires et même de catégories importantes de la classe ouvrière, empoisonnant la pensée, paralysant la volonté.

    C'est la bourgeoisie russe, primitive et mal douée, qui a le moins réussi dans ce domaine, et elle a été cruellement punie. La poigne tsariste mise à nu, en dehors de tout système compliqué de camouflage, de mensonge, de duperie, et d'illusions, se trouva insuffisante. La classe ouvrière russe s'empara du pouvoir.

    La bourgeoisie allemande, qui a donné incomparablement plus dans les sciences et les arts, était politiquement d'un degré à peine supérieure à la bourgeoisie russe : la principale ressource politique du capital allemand était le Hohenzollern prussien et le lieutenant prussien. Et nous voyons actuellement la bourgeoisie allemande occuper une des premières places dans la course à l'abîme.

    Si vous voulez étudier la façon, les méthodes et les moyens par lesquels la bourgeoisie a grugé le peuple au cours des siècles, vous n'avez qu'à prendre en mains l'histoire des plus anciens pays capitalistes : l'Angleterre et la France. Dans ces deux pays, les classes dirigeantes ont affermi peu à peu leur domination en accumulant sur la route de la classe ouvrière des obstacles d'autant plus puissants qu'ils étaient moins visibles.

    Le trône de la bourgeoisie anglaise aurait été brisé en mille morceaux s'il n'eût été entouré d'une atmosphère de respectability, de tartufferie et d'esprit sportif. Le bâton blanc des policemen ne protège que la ligne de repli de la domination bourgeoise et une fois le combat engagé sur cette ligne — la bourgeoisie est perdue. Infiniment plus important pour la conservation du régime britannique est l'imperceptible toile d'araignée de respectability et de lâcheté devant les commandements bourgeois et les «convenances» bourgeoises qui enveloppe les cerveaux des trade-unionnistes, des chefs du Labour Party et de nombreux éléments de la classe ouvrière elle-même.

    La bourgeoisie française vit, politiquement, des intérêts du capital hérité de la Grande Révolution. Le mensonge et la perversion de la démocratie parlementaire sont suffisamment connus et semble-t-il, ne laissent plus place à aucune illusion. Mais la bourgeoisie fait de cette perversion même du régime son soutien. Comment cela ? Par l'entremise de ses socialistes. Ces derniers, par leur critique et leur opposition, prélèvent sur les masses du peuple l'impôt de la confiance, et au moment critique transmettent toutes les voix qu'ils ont recueillies à l'Etat capitaliste. Aussi la critique socialistes est-elle actuellement un des principaux étais de la domination bourgeoise. De même que la bourgeoisie française fait servir à ses but non seulement l'Eglise catholique, mais aussi le dénigrement du catholicisme, elle se fait servir non seulement par la majorité parlementaire, mais aussi par les accusateurs socialistes, ou même souvent anarchistes, de cette majorité. Le meilleur exemple en est fourni par la dernière guerre, où l'on vit abbés et francs-maçons, royalistes et anarcho-syndicalistes, se faire les tambours enthousiastes du capital sanglant.

    Nous avons prononcé le mot : franc-maçonnerie. La franc-maçonnerie joue dans la vie politique française un rôle qui n'est pas mince. Elle n'est en somme qu'une contrefaçon petite bourgeoise du catholicisme féodal par ses racines historiques. La République bourgeoise de France avançant tantôt son aile gauche, tantôt son aile droite, tantôt les deux à la fois, emploie dans un seul et même but soit le catholicisme authentique, ecclésiastique, déclaré, soit sa contrefaçon petite-bourgeoise, la franc-maçonnerie, où le rôle des cardinaux et des abbés est joué par des avocats, par des tripoteurs parlementaires, par des journalistes véreux, par des financiers juifs déjà bedonnants ou en passe de le devenir. La franc-maçonnerie, ayant baptisé le vin fort du catholicisme, et réduit, par économie petite-bourgeoise, la hiérarchie céleste au seul «Grand Architecte de l'Univers», a adapté en même temps à ses besoins quotidiens la terminologie démocratique : Fraternité, Humanité, Vérité, Equité, Vertu. La franc-maçonnerie est une partie non officielle, mais extrêmement importante, du régime bourgeois. Extérieurement, elle est apolitique, comme l'Eglise ; au fond, elle est contre-révolutionnaire comme elle. A l'exaspération des antagonismes de classes, elle oppose des formules mystiques sentimentales et morales, et les accompagne, comme l'Eglise, d'un rituel de Mi-Carême. Contrepoison impuissant, de par ses sources petites-bourgeoises contre la lutte de classe qui divise les hommes, la maçonnerie, comme tous les mouvements et organisations du même genre, devient elle-même un instrument incomparable de lutte de classe, entre les mains de la classe dominante contre les opprimés.

    Le grand art de la bourgeoisie anglaise a toujours consisté à entourer d'attention les chefs surgissant de la classe ouvrière, à flatter leur respectability, à les séduire politiquement et moralement, à les émasculer. Le premier artifice de cet apprivoisement et de cette corruption, ce sont les multiples sectes et communautés religieuses où se rencontrent sur un terrain «neutre» les représentants des divers partis. Ce n'est pas pour rien que Lloyd George a appelé l'Eglise «la Centrale électrique de la politique». En France, ce rôle, en partie du moins, est joué par les loges maçonniques. Pour les socialistes, et plus tard pour le syndicaliste français, entrer dans une loge signifiait communier avec les hautes sphères de la politique. Là, à la loge, se lient et se délient les relations de carrière ; des groupements et des clientèles se forment, et toute cette cuisine est voilée d'un crêpe de morale, de rites et de mystique. La franc-maçonnerie ne change rien de cette tactique, qui a fait ses preuves, à l'égard du Parti Communiste : elle n'exclut pas les communistes de ses loges, au contraire, elle leur en ouvre les portes toutes grandes. La maçonnerie cesserait d'être elle-même, si elle agissait autrement. Sa fonction politique consiste à absorber les représentants de la classe ouvrière pour contribuer à ramollir leurs volontés et, si possible, leurs cerveaux. Les «frères» avocats et préfets sont naturellement très curieux et même enclins à entendre une conférence sur le communisme. Mais est-ce que le frère de gauche, qui est le frère cadet, peut se permettre d'offrir au frère aîné, qui est le frère de droite, un communisme sous le grossier aspect d'un bolchévik le couteau entre les dents ? Oh ! non. Le communisme qui est servi dans les loges maçonniques doit être une doctrine très élevée, d'un pacifisme recherché, humanitaire, reliée par un très subtil cordon ombilical de philosophie à la fraternité maçonnique. La maçonnerie n'est qu'une des formes de la servilité politique de la petite-bourgeoisie devant la grande. Le fait que des «communistes» participent à la maçonnerie indique la servilité morale de certains pseudo-révolutionnaires devant la petite bourgeoisie et, par son intermédiaire, devant la grande.

    Inutile de dire que la Ligue pour la Défense des Droits de l'homme et du citoyen n'est qu'un des accès de l'édifice universel de la démocratie capitaliste. Les loges étouffent et souillent les âmes au nom de la Fraternité ; la Ligue pose toutes les questions sur le terrain du Droit. Toute la politique de la Ligue, comme l'a démontré avec clarté la guerre, s'exerce dans les limites indiquées par l'intérêt patriotique et national des capitalistes français. Dans ce cadre, la Ligue a tout loisir de faire du bruit autour de telle ou telle injustice, de telle ou telle violation du droit ; cela attire les carriéristes et abasourdit les simples d'esprit.

    La Ligue des Droits de l'Homme a toujours été, de même que les loges maçonniques, une arène pour la coalition politique des socialistes avec les radicaux bourgeois. Dans cette coalition, les socialistes agissent, bien entendu, non pas comme représentants de la classe ouvrière, mais individuellement. Toutefois, l'importance prise par tel ou tel socialiste dans les loges est déterminée non pas le poids de sa vertu individuelle, mais par l'influence politique qu'il a dans la classe ouvrière. Autrement dit : dans les loges et autres institutions du même genre, MM. les socialistes tirent profit pour eux-mêmes du rôle qu'ils jouent dans le mouvement ouvrier. Et ni vu ni connu, car toutes les machinations sont couvertes par le rituel idéaliste.

    Bassesse, quémandage, écorniflage, aventurismes, carriérismes, parasitisme, au sens le plus direct et le plus matériel du mot, ou bien, en un sens plus occulte et «spirituel» — voilà ce que signifie la franc-maçonnerie pour ceux qui viennent à elle d'en bas. Si les amis de Léon Blum et de Jouhaux s'embrassent dans les loges avec leurs frères du bloc des gauches, ils restent, ce faisant, complètement dans le cadre de leur rôle politique ; ils parachèvent dans les séances secrètes des loges maçonniques ce qu'il serait incongru de faire ouvertement en séance publique du Parlement ou dans la presse. Mais nous ne pouvons que rougir de honte en apprenant que dans les rangs d'un Parti Communiste (!!!) il y a des gens qui complètent l'idée de la dictature du prolétariat par la fraternisation dans les tenues maçonniques avec les dissidents, les radicaux, les avocats et les banquiers. Si nous ne savions rien d'autre sur la situation de notre Parti français, cela nous suffirait pour dire avec Hamlet : «Il y a quelque chose de pourri dans le royaume de Danemark...» L'Internationale peut-elle permettre à cet état de choses véritablement honteux de se prolonger et même de se développer ? Ce serait permettre que la Parti Communiste Français occupe dans les système du conservatisme démocratique la place de soutien de gauche occupée autrefois par le Parti Socialiste. Mais cela ne sera pas — nous avons trop foi en l'instinct révolutionnaire et en la pensée révolutionnaire de l'avant-garde prolétarienne française. D'une lame impitoyable elle tranchera une fois pour toutes les liens politiques, philosophiques, moraux et mystiques qui rattachent encore la tête de son Parti aux organes déclarés ou masqués de la démocratie bourgeoise, à ses loges, à ses ligues, à sa presse. Si ce coup d'épée laisse par delà les murs de notre Parti quelques centaines et même quelques milliers de cadavres politiques, tant pis pour eux. Tant pis pour eux et tant mieux pour le Parti du prolétariat, car ses forces et son poids ne dépendent pas du seul nombre de ses membres.

    Une organisation de 50.000 membres, mais construite comme il faut, qui sait fermement ce qu'elle veut et qui suit la voie révolutionnaire sans jamais s'en écarter, peut et doit conquérir la confiance de la majorité de la classe ouvrière et occuper dans la révolution la place directrice. Une organisation de 100.000 membres contenant centristes, pacifistes, franc-maçons, journalistes bourgeois, etc., est condamnée à piétiner sur place, sans programme, sans idée, sans volonté — et jamais ne pourra conquérir la confiance de la classe ouvrière.

    La franc-maçonnerie est une plaie mauvaise sur le corps du communisme français. Il faut la brûler au fer rouge."

    http://www.marxists.org/francais/trotsky/oeuvres/1922/11/lt19221125.htm]
     
  20. Nyark nyark
    Offline

    Nyark nyarkMembre du forum Expulsé par vote Membre actif

    1 640
    0
    38
    Fev 2008
  21. libertaire, anarcho-communiste, syndicaliste
    En somme, Choucroute, si l'on résume ce texte qui date de 1922, on peut mettre dans le même panier les juifs, les communistes "réformistes" et les francs-maçons. D'autres les ont mis dans les mêmes camps...
     
  22. Killer-chan
    Offline

    Killer-chanSS Membre actif

    221
    0
    0
    Déc 2007
  23. libertaire, anarchiste, auto-gestionnaire
    Les francs maçons c'est des portuguais refoulés quoi :ecouteurs:
     
  24. Evariste
    Offline

    EvaristeMembre à tifs Membre actif

    167
    0
    0
    Juin 2007
  25. , internationaliste
    Les francs macons avaient soutenus les communards en 1871 mais depuis j'ai l'impression qu'ils se soient écartés de ces positions et qu'il se soit rapprochés de la bobocratie socialiste.
     
  26. Chiant
    Offline

    ChiantMembre du forum Membre actif

    321
    0
    0
    Jan 2008
  27. chaos/Nihiliste
    Rabelais n'était pas FM pour la simple et bonne raison que la FM n'existait pas à l'époque !

    Et il convient avant tout de faire une grosse distinction entre les loges latines et anglo-saxonnes : en effet et depuis grosso modo la Révolution française, les loges latines et l'Eglise catho ne peuvent plus se sentir. Ce qui donna naturellement lieu à de fortes, réciproques et exagérées critiques.
    Côté anglo-saxon, l'entente demeure et des membres du clergé sont maçons.

    La FM n'a bien entendu rien à voir avec une secte cela dit, on a pu observer de nombreuses dérives de certaines loges ou ateliers qui ont nuit à l'idée d'origine d'ou et avec l'aide des cathos, la naissance d'un mythique "complot maçonnique". Cela dit, la FM constitue tout de même un réseaux non négligeable de relations qui peuvent être fort opportunes pour qui en profite et elle cherche à imposer sa perçeption des choses.
    On peut en cela la rapprocher d'autres organisations comme l'Opus etc.

    Le secret n'est quant à lui qu'un secret de polichinel dans la plupart des cas. Les maçons n'hésitent souvent pas à parler de leur loge (afin de casser les mythes) et d'autres, hélas pour le prinçipe, pour gravir les échelons.

    Logique que Trotsky tape sur la FM : elle prône non seulement un idéal libéral mais est la quintescence même d'un esprit de classe contraire à l'idéal marxiste.

    A noter que la FM latine n'est pas forcément déïste (enfin, elle ne l'est plus) et qu'il était encore récement interdit de parler politique lors des réunions.

    Bref, je pense que pour une personne se revendiquant d'un idéal issu du marxisme, c'est un paradoxe que d'être maçon. Cela dit, au vu de son idéologie, la FM est loin d'être une mauvaise chose. Reste à savoir s'il existe encore de nombreux maçons porteurs francs de cette idéologie.
     
  28. Edwynn
    Offline

    EdwynnMembre du forum Expulsé par vote Membre actif

    122
    0
    0
    Jan 2008
    j'avais lu un article je sais plus où qui montrait quelques hommes et femmes politiques belges qui en étaient, ben y'en a pas mal qu'ont des postes assez importants (ministres, des trucs comme ça). Donc oui, ils existent encore bel et bien.
     
  29. Chiant
    Offline

    ChiantMembre du forum Membre actif

    321
    0
    0
    Jan 2008
  30. chaos/Nihiliste

    Effectivement, le Vif/L'Express y avait consacré un sujet et pas mal de femmes et d'hommes politiques ont toujours fait partie de la FM. Le PS francophone (le parti le plus pourri de Belgique) y compte de nombreux membres au grand dam des véritables maçons.
    Votre cher président adoré a lui aussi flatté la FM !

    Mais il existe encore, comme en France, des gens qui croyent fermement en l'idéologie maçonnique.

    Je pense pour ma part qu'il ne faut pas condamner le tout au motif qu'une partie est pourrie (comme pour les cathos :mdr: ).
     
  31. Choucroute
    Offline

    ChoucrouteMembre du forum Expulsé par vote

    776
    0
    0
    Sept 2007
  32. apolitique/Indécis
    Non je ne suis pas (encore?) bolchévique, mais je ne vois pas en quoi je n'aurais pas le droit d'être d'accord avec un texte de Trotsky....

    Mon point de vue je ne l'ai pas encore donné, j'ai juste ouvert ce topic et cité Trotsky.

    De plus, je ne crache pas sur l'extrême gauche, je crache sur l'extrême gauche bourgeoise. J'ai déja parlé, dans un autre topic, du respect que j'avais pour LO et Arlette...

    le terme "juif" n'est pas à prendre au sens antisémite, Trotsky venant lui même d'une famille juive. D'ailleurs cette famille n'était pas la plus pauvre, mais bon passons pour cette fois...:D

    Bref, quand tu combats une organisation, tu n'es pas obligé d'ouvrir des camps. Combattre ne veut pas obligatoirement dire supprimer ou interdire.

    C'est pourquoi les franc-maçons doivent être considérés comme des ennemis du peuple. Les franc-maçons socialistes, cocos ou assimilés, ne sont pas crédibles, bien que certains soient des bons gars... c'est vrai qu'il ne faut pas généraliser non plus...

    Arf, le plus drôle, c'est que certains croient vraiment que les franc-maçons manient la truelle avec dextérité... comme moi quand j'étais môme!:ecouteurs:
     
  33. niouze
    Offline

    niouzeMembre du forum Expulsé par vote

    861
    0
    14
    Nov 2007
  34. libertaire
    j croit qu'on peu pas mieux definir la franc maconnerie que comme sa super bien dit
     
  35. Choucroute
    Offline

    ChoucrouteMembre du forum Expulsé par vote

    776
    0
    0
    Sept 2007
  36. apolitique/Indécis
    Justement, à quoi servent ces réseaux d'influence???

    Quand dans la même organisation tu trouves des politiciens, des avocats, des procureurs et des juges, des journalistes, des cinéastes et des écrivains, des patrons en tous genres, des toubibs, des flics, des lobbyistes etc..., imagine le nombre de combines possibles! Je suis très prudent quand il est question de complots, par contre j'affirme que la FM permet de magouiller un max, d'influer sur l'opinion publique, de fausser le débat démocratique, de travestir des faits et de manipuler les esprits. A la limite on pourrait parler de "projet"...:S
     
  37. Chiant
    Offline

    ChiantMembre du forum Membre actif

    321
    0
    0
    Jan 2008
  38. chaos/Nihiliste
    On peut faire moultes analogies alors !
    Regarde la façon donc fonctionnait le PCF(il ne peut plus se le permettre aujourd'hui) et la façon dont les trotskystes essayent de fonctionner.

    Hum de le cas de Trotsky oui ! Les anars en savent quelque chose.
     
Chargement...