Chargement...

[Keufmobile en feu] Répressions et transferts

Discussion dans 'Activisme, théories et révolution sociale' créé par ninaa, 17 Février 2018.

  1. ninaa
    Offline

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    5 786
    858
    329
    Fev 2014
    France
  2. anarchiste, anarcho-féministe, communiste libertaire, individualiste
    [Keufmobile en feu] Répressions et transferts
    Publié le 16 février 2018
    Fleury-Mérogis | anti-carcéral | justice | mutinerie | prison | inculpé.e.s de la voiture brûlée
    Deux personnes sont toujours emprisonnées dans l’affaire de la voiture de flics attaquée puis brûlée quai de valmy durant le mouvement «loi travail» en mai 2016. Ils subissent tous deux l’arbitraire de l’Administration Pénitentiaire (AP).

    Lundi 29 janvier 2018 après midi, sur fond de pleurs des matons, d’une tribune collective de détenus et d’une interview sur un journal internet, l’un des condamnés dans l’affaire de la voiture brûlée, a vu sa cellule mise à sac par une brigade d’agents spécialisée. Un téléphone et des objets jugés suspects par l’AP auraient été trouvés. Depuis lors, il s’est vu refuser l’accès à la salle d’étude, et promettre un transfert.

    Le 8 février, un autre condamné dans la même affaire, en prison à Fleury depuis son arrestation en février 2017, a été transféré au Centre pénitentiaire de Meaux. Les permis de visite n’ont pour le moment pas suivi. L’audience devant le juge d’application des peines (JAP) pour une demande de libération conditionnelle déposée il y a maintenant deux mois, et qui devait se tenir en avril, risque d’être annulée car le JAP dépend du département de la prison.

    Les transferts permettent de destabiliser les détenu-e-s, leur enlevant le peu de repères qu’illes ont en détention, cassant les possibles solidarités entre elles et eux. À l’extérieur, outre les parloirs, les solidarités entre visiteur-euses, les rassemblements, les «coucous» bruyants et lumineux sont eux aussi à reconstruire.

    Ne nous laissons pas intimider. Mettons des grains de sable dans l’engrenage pénitentiaire. À l’intérieur comme à l’extérieur, il est toujours temps de se révolter.

    Solidarité avec les prisonnier-es en lutte contre leurs conditions!
    Abattons les murs des prisons!

    P.-S.
    En novembre 14 jours de mitard pour l’un des condamnés

    Le rendu du procès

    Compte rendu de la dernière journée du procès

    Chronologie des actions en solidarité

    [​IMG]
     
    pilou-ilou apprécie ceci.
  3. ninaa
    Offline

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    5 786
    858
    329
    Fev 2014
    France
  4. anarchiste, anarcho-féministe, communiste libertaire, individualiste
    [Keufmobile en feu] 3 semaines sans visite, ça irrite!
    Publié le 11 mars 2018
    région parisienne | anti-carcéral | justice | prison | inculpé.e.s de la voiture brûlée
    Des nouvelles du transfert de l’une des personnes condamnées pour avoir participé à l’incendie de la voiture de flic quai de Valmy en mai 2016

    Ayant été condamné à une peine supérieure à 2 ans, il a été transféré, entraves aux pieds, de la Maison d’Arrêt de Fleury-Mérogis au Centre de Détention de Meaux, taule en «gestion déléguée» à GEPSA, filiale d’Engie. Si les prisonnier-es sont nombreux-ses à attendre des mois voire des années leur placement en CD, espérant des conditions de détention moins pourries, pour lui cela a été rapide.

    Vu la volonté de l’AP de brimer les détenu-e-s et les personnes solidaires, pas sûr que ce soit une faveur :

    En effet, après la condamnation le détenu peut demander une audience devant le juge d’application des peines qui doit avoir lieu dans les quatres mois à propos d’une éventuelle libération conditionnelle. Dans son cas l’audience a été planifiée 6 mois après sa demande. Ceci dit ce n’est pas étonnant car ils ne prennent aucun risque à dépasser les délais : le seul recours possible est de passer directement devant la juridiction d’appel. Sachant que cette juridiction (la chambre d’application des peines ou «chap») est réputée pour être plus dure car elle statue en l’absence des concerné-es. Par ailleurs, cela zappe une audience et enlève donc une occasion de plus d’avoir un aménagement.

    De plus, la demande d’aménagement de peine dépend du département dans lequel se situe la prison ce qui fait qu’il va sûrement devoir reformuler une demande au JAP de Meaux, et attendre une nouvelle date d’audience.

    Enfin, Pendant plus de trois semaines, c’est à dire jusqu’au 3 mars aucun parloir n’a pu avoir lieu. Leur nombre est passé de 3 à 2 par semaine et ils se concentrent sur deux jours consécutifs. Les courriers mettent du temps à arriver ou disparaissent, semblant passer entre les mains de l’ancienne juge d’instruction. Le régime de détention reste «portes fermées», conditionné par un suivi «réinsertion» plus oppressant et individualisé qu’à Fleury.

    Si chaque histoire est particulière, ces pratiques sont extrêmement courantes et c’est le système répressif dans son ensemble qui essaie de casser chaque individu, par la force de la bureaucratie, de la loi, mais aussi des milliers de petites et grosses vexations qui rythment le quotidien de celles et ceux qui sont pris dans les mailles de son filet.

    Chacun-e à sa manière, faisons savoir à ces ordures que les prisonnier-e-s ne sont pas seul-es face à l’État et ses porte-clefs!

    P.-S.
    Février : Répression et transfert
    En novembre 14 jours de mitard pour l’un des condamnés
    Le rendu du procès
    Compte rendu de la dernière journée du procès
    Chronologie des actions en solidarité
     
  5. ninaa
    Offline

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    5 786
    858
    329
    Fev 2014
    France
  6. anarchiste, anarcho-féministe, communiste libertaire, individualiste

    https://nantes.indymedia.org/articles/42200

    [​IMG]
     

Les membres qui ont lu cette discussion dans le dernier mois (Total: 5)

  1. ninaa
  2. allpower
  3. Anarchie 13
  4. jumbo
  5. IOH