Chargement...
  1. Pour consulter le Webzine : https://www.libertaire.net/articles

Discriminations sociales Interdiction du Festival afroféministe?

Discussion dans 'Webzine - actualité des luttes et partage d'articles de presse' créé par ninaa, 29 Mai 2017.

  1. ninaa
    Offline

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    3 954
    541
    263
    Fev 2014
    France
  2. anarchiste, anarcho-féministe, communiste libertaire, individualiste

    Barrage républicain: la maire PS de Paris Anne Hidalgo, la LICRA et l'extrême droite

    [​IMG]

    [​IMG]
     
  3. Marc poïk
    Offline

    Marc poïkSous l'arbre en feuille la vie est plus jolie Membre actif

    1 345
    167
    472
    Déc 2016
    United Kingdom
    Il est normal que les femmes africaines se réunissent en programmant 80 % de débats « non mixtes femmes noires ». Les féministes le font souvent et c'est très bénéfique pour les débats. C'est empêcher d'avoir le moi femme blanche je vais t'apprendre ou moi l’homme je vais t'apprendre car toi femme noire tu ne sais pas. Malheureusement le patriarcat et la dominance blanche aura encore gagné ce qui en diminuera la qualité des débats. Il n'y a aucun racisme anti blanc là dedans juste qu'il est plus facile pour les femmes africaines de réfléchir entre elles sans être perturbées par d'autres. Le racisme et l'antiféminisme à encore frappé et de plus ça vient de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) ayant déploré « que le combat antiraciste soit devenu un alibi de repli identitaire ». Je me demande si ces institutions sont bien antiraciste ce qui est certain c'est qu'elles viennent de démontrer leur antiféminisme. cela rejoins bien les analyses sur le racisme que j'ai posté dans la partie bibliothèque. Ne parlons pas des socialistes qui gèrent le racisme comme à leur habitude en vue d'une meilleur exploitation des individus.
     
    ninaa apprécie ceci.
  4. B N
    Offline

    B NMembre du forum

    520
    6
    15
    Août 2016
    Bon, c'est moi alors ...

    J'avais "pondu" une première réaction mais, totalement ignorant du sujet, j'ai décidé de la supprimer.
    J'ai effectivement du mal à comprendre ces attitudes de refus voire de rejet de la part de tel ou tel groupe.

    Pas raciste pour deux sous, pas macho non plus, j'ai du mal à comprendre que, par exemple, des femmes puissent exclure les hommes a-priori (décidément je déteste les a-priori).
    Et pourquoi, pour reprendre l'exemple de mon prédecesseur, une femme "blanche" se positionnerait-elle comme sachante (dominante) au milieu d'un groupe "racisé" (je déteste ce mot mais ce n'est pas le débat).

    Sans rire ça me dépasse ces attitudes (réelles ou supposées).

    [​IMG]
     
  5. mc²
    Offline

    mc²Membre du forum Membre actif

    432
    166
    135
    Août 2014
    "Sur Twitter, le Mwasi a annoncé avoir contacté la préfecture de police et la cabinet de la Mairie de Paris, qui leur ont indiqué que le festival “ne peut être interdit ni être annulé”. Le collectif afro-féministe attend désormais des excuses publiques de la part d’Anne Hidalgo. De son côté, la maire de Paris s’est curieusement félicitée que “suite à [son] intervention ferme hier auprès des organisateurs, une solution claire a été établie.” Quelle solution a bien pu avoir été trouvée ? “Le festival organisé dans un lieu public sera ouvert à tous. Des ateliers non-mixtes se tiendront ailleurs, dans un cadre strictement privé.” Ce qui, en résumé, était ce qu’avait prévu depuis le départ le festival Nyansapo…" (Les Inrocks)
     
    ninaa apprécie ceci.
  6. mc²
    Offline

    mc²Membre du forum Membre actif

    432
    166
    135
    Août 2014
    Sexisme en milieu militant
     
  7. B N
    Offline

    B NMembre du forum

    520
    6
    15
    Août 2016
    @mc²@mc² : m'étonnait encore que tu aies une intervention positive.

    Grâce à toi j'ai pu répondre à un nouveau pavé de ta grande copine (elle ne devrait pas tarder à venir "aimer" ton post) ;)
     
  8. Marc poïk
    Offline

    Marc poïkSous l'arbre en feuille la vie est plus jolie Membre actif

    1 345
    167
    472
    Déc 2016
    United Kingdom
    Je préférerais que ce soit une femme qui réponde mais bon je vais le faire. Il faut fréquenter les féministes pour comprendre. En assemblée mixtes on voit que les femmes ont des difficulté à s'exprimer face aux hommes qui on de fâcheuses habitudes.
    Un jour lors d'une assemblée normalement mixte sur un tout autre sujet que le féminisme, je me suis retrouvé que avec des femmes. Comme ma tâche était de tenir les points à voir et de répartir les rôles , qui écrit le CR, qui fait machin enfin le truc habituel, je ne m'en suis tenu qu'à cette tâche et ai laisser les femmes faire cette assemblée. Rien à voir avec une assemblée mixte, quel énergie et créativité. Par la suite on a fait des groupes de travail pour les actions purement non mixte et je ne vous dis pas la créativité de ces dames alors que en assemblée mixte ça ne l'aurait pas fait.
    Si elles font des assemblés non mixte c'est pour supprimer la présence patriarcale que même si on est pour le féminisme on à en nous nous hommes. Il faut les laisser faire elle développent une grande créativité entre elles. Mais en plus cela leur permet d'aborder réellement le fond des problèmes.
    Ce qui me choque plus c'est quand un mec veut y mettre son nez. Il a peur de quoi? Que les femmes prennent le dessus sur les mecs? :p Si on veut être égalitaire il faut qu'elles se réunissent entre elles pour casser la puissance patriarcale que même on ne ressent pas en tant que homme mais que les femmes elles voient.
    Le but n'étant pas que les femmes s’isolent mais simplement qu'elles réfléchissent ensemble et après reviennent vers les mecs en affirment leur opinions.
    Dans le cas présent c'est plus complexe car les femmes africaines doivent se prémunir du patriarcat mais doivent aussi trouver ce qui leur est propre et qui n'est pas nécessairement le même féminisme que celui des femmes européennes.
    J'espère qu'elles y parviendront et que des écris sortiront de là afin de grandir tous ensemble dans le respect de chacun(e).
     
    ninaa apprécie ceci.
  9. ninaa
    Offline

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    3 954
    541
    263
    Fev 2014
    France
  10. anarchiste, anarcho-féministe, communiste libertaire, individualiste
    En tant qu'anarchiste je défends la liberté d'association.
    Ne pas inviter quelqu'un chez soi ce n'est pas une mesure de répression!
    Rien à voir avec les discriminations sociales qui touchent les femmes, les Non blanc-he-s, les homosexuel-le-s, les trans, les handicapé-e-s...
    SOS racisme (bien connus pour leur indignation très sélective...) parle d'un festival "interdit aux hommes et aux Blancs":: "La multiplication des critères retenus aboutira-t-elle à des évènements réservés aux femmes noires, homosexuelles, handicapées, d’une religion déterminée et d’un certain âge?"
    Ouf, cette fois il semble que le Festival ait échappé à la censure, mais on peut craindre que l'attaque de ce festival en annonce beaucoup d'autres, obligation pour les femmes de se réunir avec des hommes, obligation pour les homosexuelles avec des hommes hétéros (et tant pis pour elles si ces mecs viennent surtout draguer!), interdiction pour les Noires de se réunir entre elles pour échanger sur leurs problèmes spécifiques, bref interdiction de s'associer librement.

    Le problème c'est que personne ne se trouve sexiste ni raciste, même pas les pires sexistes et racistes.

    Et il n'existe aucun moyen de savoir à l'avance quels hommes ou blanc-he-s seront réellement respectueux, à moins bien sûr comme dans le cas cité par Marc Poik de connaître déjà la personne.

    On a déjà eu cette discussion à propos de la BD d'Emma:

    [​IMG]
    5 bonnes raisons de soutenir la non mixité
     
  11. B N
    Offline

    B NMembre du forum

    520
    6
    15
    Août 2016
    Je sais bien mais merci Marc Poïk d'avoir tenté de me faire comprendre ...

    Tout ça (la nécessité de se retrouver "entre soi") me semble si ... j'ai l'impression de lire des reportages du XIXéme ou du XXème. Le machisme, le "respect" imposé, tout ça ...

    Sans doute, certainement, suis-je encore trop dans ma bulle.
     
  12. ninaa
    Offline

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    3 954
    541
    263
    Fev 2014
    France
  13. anarchiste, anarcho-féministe, communiste libertaire, individualiste
    C'est justement pour ne pas avoir à "imposer" le respect à des machos ou à des racistes (ce qui est de toute manière impossible...) que la meilleure solution pour pouvoir réfléchir et agir efficacement est de se réserver, de temps en temps, des espaces safe.
     
  14. Marc poïk
    Offline

    Marc poïkSous l'arbre en feuille la vie est plus jolie Membre actif

    1 345
    167
    472
    Déc 2016
    United Kingdom
    Si la société capitaliste a donner des droits aux femmes, ceci afin de mieux les exploiter, la société masculine n'a évolué que très légèrement. Le patriarcat est présent partout on le voit très fortement en politique. Mais pas que là rien que dans les publicités la femme objet est toujours vendue. Si il y a bien eu des avancées la société reste encore très inégalitaire entre les deux sexes.
    Je me demande si les hommes voudraient voir les femmes dans des réunions ou ils parlent de problèmes typiques aux hommes. Ils leur diraient tais toi t'es une femmes tu n'y comprends rien.
     
  15. ninaa
    Offline

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    3 954
    541
    263
    Fev 2014
    France
  16. anarchiste, anarcho-féministe, communiste libertaire, individualiste
    ça ne me dérange pas que des hommes décident librement de se réunir uniquement entre hommes, ou d'une manière générale que des gens décident de s'associer sur n'importe quelle base affinitaire!
    On ne devrait pas avoir à se justifier parce qu'on veut choisir qui on veut fréquenter ou non... Ce qui n'a rien à voir avec l'oppression ou les discriminations sociales!
    Ce qui m'inquièterait serait que les autorités décident que les individus sont obligés de s'associer de telle ou telle manière, sur tel ou tel critère, et pourquoi pas, qu'on soit forcés de faire entrer chez nous quiconque en exprimerait l'envie? :X
     
    Marc poïk apprécie ceci.
  17. Marc poïk
    Offline

    Marc poïkSous l'arbre en feuille la vie est plus jolie Membre actif

    1 345
    167
    472
    Déc 2016
    United Kingdom
    Un petit texte pour donner à réfléchir sur le sujet avec un article sur le patriarcat:
    Patriarcat, crime et châtiment Article en supplément sur le patriarcat
    Colères de femmes
    Ou comment on devient une sale féministe (par Nancy Antisexist)

    On me dit que ma colère n’est pas constructive, qu’elle n’est pas légitime ; que tout analyser en terme de rapports de genre et de domination sexiste est réducteur.
    Oui, je suis en colère. Je suis révoltée parce que depuis toute petite, on m’a appris la soumission. On m’a expliqué que je devais être douce et compréhensive, ne pas m’énerver, ne jamais être violente. Parce qu’on m’a forcé à rentrer tout ça en moi, à subir les agressions et à ne pas broncher.
    Je suis en colère parce que tous les jours, je suis renvoyée à mon rôle de femme, à ma place de femme. Femmes qui doivent gérer le quotidien, femmes qui ont le sens des responsabilités, femmes qui doivent toujours être capables de s’exprimer posément, femmes à qui tant d’activités sont interdites, parce qu’elles sont masculines.
    Je suis en colère parce que je suis une bizarrerie : femme qui boit, qui crie, qui bricole, qui se bat. Parce que j’ai été contrainte d’adopter les codes masculins pour pouvoir exister dans des espaces publics, parce que j’ai été obligée de me battre pour être écoutée, crue, prise au sérieux, reconnue. Parce que je ne suis pas une femme, puisque je n’ai pas le comportement attendu d’une femme ; que je ne suis pas un homme, parce qu’il me manque une bite. Du coup, je suis la chieuse, l’emmerdeuse.
    Je suis en colère parce que je me croyais forte. Et que j’ai laissé un homme me soumettre, m’humilier, me culpabiliser. Parce que je n’ai jamais voulu regarder cette situation de domination, parce que je ne voulais pas me voir comme la victime.
    Je suis en colère parce que je n’ai pas le droit d’exprimer cette colère, parce que la femme qui s’insurge de ce qu’elle subit exagère toujours, va trop loin, est antimec. Je suis en colère parce qu’être féministe est un stigmate infamant. Parce que quand on gueule, c’est encore nous qui sommes jugées. Parce que c’est nous les hystériques, les lesbiennes, les mal baisées, les folles.
    Je suis en colère parce que je parle avec des femmes, que nous avons toutes la même histoire, que cette histoire est celle du patriarcat et que la dénoncer nous expose à la répression de ceux qui n’y ont pas intérêt. Je suis en colère parce que l’homme arrive toujours à se faire passer pour la victime : victime de sa compagne qui l’a quitté, victimes des sales féministes qui l’oppresse par leurs blagues, victime de son conditionnement. Alors que merde, c’est nous femmes qui trinquons !
    Je suis en colère parce que j’ai peur des hommes. De ce qu’ils peuvent faire subir, à moi ou à d’autres femmes. Parce qu’aujourd’hui il n’y a qu’en non-mixité que je me sens en confiance. Parce que oui, c’est dommage, mais que je n’ai simplement pas d’autre choix.
    Je suis en colère parce que même quand des mecs réfléchissent à ces questions, c’est encore à nous, femmes, de les prendre par la main, de leur expliquer, de comprendre leurs doutes, de leur demander de prendre position, de les inciter à s’organiser.
    Je suis en colère parce que dans tous les cas c’est à la femme de porter. De porter son histoire, les violences qu’elle subit, de porter la critique, les attaques antiféministes, le déni de sa rage. De porter la responsabilité de toujours réexpliquer.
    Je suis en colère parce que je ne veux plus compatir. Je ne veux plus m’interroger des heures sur comment expliquer sans renvoyer un truc agressif ou blessant aux hommes. Je ne veux pas m’excuser d’être en colère.
    Ce que nous exigeons, c’est d’être enfin entendues et reconnues, en tant que femmes, en tant que féministes, en tant que catégorie socialement opprimée.

    Que crève le patriarcat. Maintenant, tout de suite.


     
  18. mc²
    Offline

    mc²Membre du forum Membre actif

    432
    166
    135
    Août 2014
    FAQ du collectif Mwasi (qui organise le festival afroféministe)
     
  19. Marc poïk
    Offline

    Marc poïkSous l'arbre en feuille la vie est plus jolie Membre actif

    1 345
    167
    472
    Déc 2016
    United Kingdom
    FAUT QU'ON PARLE: le mansplaining ou quand les mecs veulent t’apprendre la vie
    On est à table, on parle de choses et d’autres, tout va bien. Soudain, Jean-Luc lève le ton et annonce, "moi, je sais ce que veulent les femmes, toi tu ne peux pas comprendre". Et un verre de vin à la gueule de Jean-Luc, un. À bas le mansplaining. Faut qu’on parle…
    [​IMG]
    Un concept bien ancré
    Le mansplaining existe depuis toujours. Et comme d’autres trucs bien pourris qui ont traversé les époques, le concept n’a pas l’air de vouloir s’arrêter. Le principe ? C’est une attitude condescendante qu’ont certains hommes qui pensent mieux connaître/comprendre un sujet concernant les femmes, que les femmes elles-mêmes…

    De tout temps, les hommes ont parlé à notre place. Il n’y a pas si longtemps, nous n’avions pas le droit de vote et c’est ces messieurs qui prenaient toutes les décisions. Alors oui, les temps ont changé certes, mais cette manie qu’ont les hommes de croire que leur parole a plus de valeur que la nôtre est juste insupportable.
    [​IMG]

    Et oui, même Pocahontas est victime de mansplaining.



    Un terme récent
    Le mot mansplaining est issu de la contraction "man" (homme) et "(to) explain" (expliquer). Ce terme est apparu il y a neuf ans ans, après la publication de l’article de Rebecca Solnit "Men Explain Things to Me". Elle y raconte la fois où un type, dans une soirée, a eu envers elle un comportement clairement paternaliste. Il lui conseillait de lire un livre pour mieux comprendre son sujet… Le truc, c’est que c’est elle-même qui avait écrit ce livre. Et boum, cassé bébé.

    Donner son point de vue mais pas n’importe comment
    Vous voyez ce cousin qui vous explique que non ce n’est pas sexiste de siffler une fille dans la rue, et qu’on ne devrait pas en faire tout une histoire. Ou ce pauvre mec qui crie haut et fort que bon, au lieu d’avorter, les filles devraient plus se protéger. Ou encore ce type qui raconte que les féministes ne sont pas si féministes que ça, car ceci ou si cela, et bla et bla et bla. Il est temps qu’on mette les choses au clair: les gars, si c’est pour dire des trucs pareils, vous pouvez juste garder votre bouche fermée et tout ira très bien.



    On ne demande pas aux mecs de ne pas participer aux débats (loin de là) mais s’ils pouvaient ne pas venir défoncer nos droits en remettant en cause notre parole, ce serait cool. Votre condescendance à deux francs cinquante, vous pouvez vous la garder.

    Crédits : Madmoizelle, Je veux comprendre… le mansplaining
    Bref, si vous connaissez des mecs relous qui prennent un malin plaisir à vous répéter "toi tu ne sais pas, moi je sais", expliquez leur gentiment le concept du mansplaining. Par contre, je vous préviens, si ils en rajoutent une couche en disant "non mais tu ne comprends pas le mansplaining, je vais t’expliquer", alors, franchement, il n’y a pas beaucoup d’espoir…

    Fort heureusement, il y a plein de gars super cools aussi qui nous soutiennent et font changer les mentalités. Tout n’est pas perdu, c’est même presque gagné. On y croit.

    Allé salut!



    Auteur: Jehanne Bergé.
     
    Dernière édition: 30 Mai 2017
    ninaa apprécie ceci.
  20. Marc poïk
    Offline

    Marc poïkSous l'arbre en feuille la vie est plus jolie Membre actif

    1 345
    167
    472
    Déc 2016
    United Kingdom
    Voir aussi le Le manterrupting est le comportement sexiste qui consiste, pour les hommes, à couper la parole des femmes au cours de discussions ou de débats, en raison du genre de leurs interlocutrices1. Ce comportement s'inscrit dans une problématique sociologique relative à la domination masculine et à la moindre légitimité supposée de la femme sur le sujet donné que celle du manterrupter, ceci dans l'esprit de ce dernier
     
    ninaa apprécie ceci.
  21. Marc poïk
    Offline

    Marc poïkSous l'arbre en feuille la vie est plus jolie Membre actif

    1 345
    167
    472
    Déc 2016
    United Kingdom
    Non mixité
    Françoise Vergès

    "À propos de la comparaison avec l'existence de groupes femmes non-mixtes dans les années 1970 pour justifier celle de groupes non-mixtes comme les Mwasi: certes, elle justifie la nécessité de la non mixité mais elle oublie un fait, à mes yeux, crucial.
    Les groupes de femmes non mixtes des années 70 étaient attaqués par les hommes, parfois physiquement. Des hommes ne se génèrent pas pour porter des coups physiques. Mais JAMAIS, une organisation antiraciste où des élus de gauche n'appelèrent à leur interdiction en se tournant vers la loi. JAMAIS.

    C'est parce que ce sont des femmes noires qu'il y a cette réaction d'organisation se disant antiraciste et d'une maire de gauche. Ce n'est pas la non mixité qui dérange, c'est qu'elle soit pratiquée par des femmes noires."
     
  22. Marc poïk
    Offline

    Marc poïkSous l'arbre en feuille la vie est plus jolie Membre actif

    1 345
    167
    472
    Déc 2016
    United Kingdom
    [​IMG] [​IMG]

    [​IMG]
    [​IMG]
     
    ninaa apprécie ceci.
  23. ninaa
    Offline

    ninaa  Comité auto-gestion Membre actif

    3 954
    541
    263
    Fev 2014
    France
  24. anarchiste, anarcho-féministe, communiste libertaire, individualiste
    MWASI - Collectif Afroféministe
    29 mai, 18:o0 ·

    COMMUNIQUÉ : MWASI-COLLECTIF ATTEND DES EXCUSES "FERMES" DE LA MAIRIE DE PARIS

    Profitant d'un dimanche ensoleillé, Madame Hidalgo en trois tweets a donné corps aux obsessions de l'extrême droite et d'une partie la gauche dite républicaine. Elle a annoncé avec "fermeté" et indignation, avoir saisie la préfecture de police pour faire interdire notre festival et envisageant même des poursuites judiciaires pour discrimination.

    Nous découvrons, non sans étonnement que Madame Hidalgo, sous entend qu'une intervention "ferme" de sa part nous aurait fait changer notre programme et son déroulé.

    Il n'y a rien de plus faux. Le festival a toujours été organisé sous cette forme ( vérifiable très simplement sur internet : le communiqué sur le site de La Générale, l'article de Libération, les tweets depuis notre compte).

    Madame Hidalgo met au défi le réel en essayant de trouver une sortie par le haut, d'une polémique qui aurait pu être évité si ses équipes ou elle-même avaient pris la peine de se renseigner, en regardant notre site par exemple.

    Après des jours de diffamation, insultes, pressions subies par le collectif, La Générale, les personnes et les organisations qui soutiennent le festival, nous attendons des excuses de la mairie de Paris, excuses que espérons seront toutes aussi fermes.

    MWASI-COLLECTIF
     
  25. pilou-ilou
    Offline

    pilou-ilouMembre du forum Membre actif

    474
    75
    8
    Avr 2016
    Homme
    bof l'entre soi moi ça me parle pas. C'est tous ensemble que se construit une société.
     
Chargement...